Raymond Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie).

Raymond Picard est un universitaire français né à Paris le 6 août 1917 et décédé le 5 septembre 1975 à Bligny[1],[2].

Spécialiste du théâtre de Jean Racine, auquel il a consacré une thèse en 1956, il est également connu pour s'être opposé à Roland Barthes et avoir, plus généralement, dénoncé ce qu'il considérait comme les « impostures » de la « nouvelle critique ». Ces positions peuvent être rapprochées de celles de l'universitaire René Pommier. Raymond Picard avait préparé la première édition, en deux volumes, des œuvres complètes de Racine dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Raymond Picard eut de nombreux disciples, parmi lesquels Marc Fumaroli.

Marié, père de trois enfants, Raymond Picard était l'oncle par alliance du comédien Charles Berling.

Conformément à sa volonté, la messe de ses funérailles eut lieu en l'église Saint-Étienne-du-Mont, où repose la dépouille de Racine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Prestiges, roman, Gallimard, 1947
  • La Carrière de Jean Racine, Paris, Gallimard, 1956
  • La Poésie française de 1640 à 1680, t. I, SEDES, 1964
  • Nouvelle critique ou nouvelle imposture, 1965
  • Racine polémiste, Paris, J.-J. Pauvert, 1967
  • La Poésie française de 1640 à 1680, t.II, SEDES, 1969
  • Génie de la littérature française, 1600-1800, Hachette, 1970 (Prix de l'Académie française)
  • De Racine au Parthénon, essais sur la littérature et l'art à l'âge classique, NRF, Gallimard, 1977. Préface de Thierry Maulnier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Garapon, « In Memoriam: Raymond Picard (1917-1975) », Revue d'Histoire littéraire de la France, vol. 76, no 1,‎ 1976, p. 160-163 (ISSN 00352411, lire en ligne)
  2. Raymond Picard, biographie de l'Encyclopédie Universalis