Raymond Lavigne (syndicaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raymond Lavigne.

Raymond Lavigne, né le 17 février 1851, à Bordeaux et mort dans la même commune le 24 février 1930, était un militant politique et syndicaliste bordelais[1].

Il créa des syndicats clandestins avant la loi de 1884, qui les autorisait pour la première fois en France et a fédéré le mouvement ouvrier en Gironde. Il fut un des dirigeants de la Fédération nationale des syndicats.

Disciple de Jules Guesde[2], il fut le secrétaire de la fédération girondine du Parti ouvrier français[3]. Il se retire de la vie politique en 1902.

Le 20 juillet 1889, la IIe Internationale socialiste, réunie à Paris pour le centenaire de la Révolution française et l’exposition universelle, décide, sur une proposition de Raymond Lavigne, de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé)[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « "Quelles sont les origines du 1er mai en France" dans Critique sociale » (consulté le 28/07/2012)
  2. Jean-Baptiste Séverac, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière. 7, Le mouvement syndical, Paris, A. Quillet,‎ 1913 (lire en ligne), p. 51
  3. Hubert Rouger, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière ; 3, 9-12. La France socialiste. Les fédérations socialistes, Paris, A. Quillet,‎ 1912-1921 (lire en ligne), p. 119
  4. Rosa Luxemburg, « Jak powstalo Swieto Majowe », Sprawa Robotnicza,‎ 8 février 1894 (lire en ligne) et Adrien Veber, « Le Premier Mai », La Revue socialiste, vol. 19,‎ mai 1894, p. 564 (ISSN 00354139, lire en ligne)