Raymond Keruzoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raymond Keruzoré
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 17 juin 1949 (65 ans)
Lieu Châteauneuf-du-Faou
Poste milieu de terrain, entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
?-1966 US Châteauneuf-du-Faou
1966-1967 Stade quimpérois
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1967-1973 Drapeau de la France Stade rennais 102 (7)
1973-1974 Drapeau de la France Olympique de Marseille 29 (2)
1974-1975 Drapeau de la France Stade rennais 21 (0)
1975-1979 Drapeau de la France Stade lavallois 130 (20)
1979-1981 Drapeau de la France Stade brestois 47 (1)
1981-1986 Drapeau de la France EA Guingamp 87 (5)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1976-1978 Drapeau : France France 2 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1981-1986 Drapeau de la France EA Guingamp (entraîneur-joueur puis entraîneur)
1986-1987 Drapeau de la France Brest Armorique
1987-1991 Drapeau de la France Stade rennais
1992-1993 Drapeau de la France Tours FC
1994-1997 Drapeau de la France Stade Quimpérois
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Raymond Keruzoré, né le 17 juin 1949 à Châteauneuf-du-Faou, en Bretagne, est un ancien joueur professionnel de football, international français (2 sélections), et ancien entraîneur de clubs professionnels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

À ses débuts, Raymond Kéruzoré joue en amateurs au Stade quimpérois, parallèlement à ses études au lycée de Quimper. En 1967, il poursuit des études de physique-chimie à l'Université Rennes 1[1]. Il prend alors une licence amateurs au Stade rennais. Il évolue alors comme meneur de jeu. Jean Prouff, l'entraîneur des Rouge et Noir, le repère et le pousse à devenir professionnel.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Raymond Kéruzoré dispute son premier match professionnel le 26 juin 1969 à l'âge de 22 ans (un match de Division 1 entre le Stade rennais et le FC Metz (0-3)).

Pour Jean Prouff, son premier entraîneur, « il allie à une vision impeccable du jeu une technique exceptionnelle » [2].

À partir de 1970, il devient titulaire indiscutable, et participe à la victoire du club breton en Coupe de France en 1971 (victoire 1-0 en finale contre l'Olympique lyonnais).

La saison suivante, il joue les deux matchs des Rouge et Noir en Coupe des coupes, contre les Glasgow Rangers (1-1 au match aller à Rennes et 0-1 au match retour à Glasgow).

En 1973, Raymond Kéruzoré est recruté par l'Olympique de Marseille. Il bénéficie d'un temps de jeu assez conséquent, disputant notamment 4 matchs en Coupe UEFA. Cependant, ses performances sont plutôt décevantes, et à l'issue de la saison, il retourne au Stade rennais, séduit par le discours des dirigeants bretons qui voulaient bâtir une grande équipe.

Après un bon début de saison, il se brouille peu à peu avec ses dirigeants[3] et avec la plupart de ses coéquipiers. En effet, il est très engagé politiquement à l'extrême-gauche, taxé de gauchiste-maoïste par les uns, d'intello par les autres[4], et son militantisme lui vaut des inimitiés dans son club et plus généralement dans le monde du football. Il est chassé du club[5] avec une condamnation de rupture de contrat, cassée en appel[6].

Au sujet de cette année mitigée à Marseille et de cette seconde expérience rennaise, Raymond Kéruzoré affirmera par la suite ceci : "- Avez-vous des regrets ? - Un peu par rapport à mon passage à Marseille. Je n'aurais pas dû partir aussi vite. Je suis arrivé en 1973 et je suis retourné à Rennes un an après. En fait, je me suis laissé convaincre par les dirigeants rennais qui voulaient bâtir une grande équipe. Cela a été le choix du coeur, mais finalement une erreur." [7]

A la surprise générale, il est recruté en 1975 par le Stade lavallois, alors présidé par Henri Bisson et entraîné par Michel Le Milinaire.

Vrai poète du jeu, il conquiert rapidement le public mayennais par sa gentillesse, sa simplicité, sa valeur sportive et humaine[4]. En effet, il s'impose comme le maître à jouer des Tangos, dont il devient rapidement le capitaine, et qu'il conduit aussitôt en Division 1. En 1976, il est sur le point de signer au FC Nantes, mais les dirigeants lavallois le retiennent finalement. C'est une décision judicieuse, car il réalise une saison 1976-1977 exceptionnelle : il contribue grandement au maintien du club, et à titre individuel, il est récompensé par une première sélection en équipe de France et par l'étoile d'or de France Football.

La saison suivante, Raymond Kéruzoré confirme ses bonnes performances. Il figure dans la liste des présélectionnés pour la Coupe du monde de football de 1978 en Argentine, mais il ne fait finalement pas le voyage, n'étant pas retenu par Michel Hidalgo dans la liste finale des 22. Il est victime notamment de la concurrence de Michel Platini, qui joue au même poste que lui.

Il effectue ensuite une dernière saison à Laval : l'équipe se maintient difficilement, mais Raymond Kéruzoré brille encore, en marquant notamment 7 buts.

Son passage à Laval reste probablement l'apogée de sa carrière. Plus tard, il sera même élu « joueur du siècle du Stade lavallois » par les supporters mayennais.

De 1979 à 1981, il joue au Stade brestois, fraîchement promu en Division 1. L'équipe termine dernière du championnat. Malgré la relégation, Raymond Kéruzoré reste au club. Toutefois, gravement blessé à la cheville, il rate une bonne partie de la saison et ne contribue pas beaucoup à la remontée du club en Division 1.

En 1981, il rejoint Guingamp comme entraîneur-joueur, amorçant ainsi sa reconversion.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Raymond Kéruzoré reste 5 saisons à Guingamp, d'abord comme entraîneur-joueur puis comme entraîneur à plein temps à partir de 1984. Lors de la saison 1982-83, le club guingampais, qui évolue alors en Division 2, réussit un bon parcours en Coupe de France, en sortant notamment Laval (0-0, 0-0, et 4-2 aux tirs aux buts), avant de perdre contre Tours en quarts-de-finale.

Devenu entraîneur, il prône un football fait de jeu et de plaisir[8], à l'image de ce qu'il fut comme joueur. Il s'inspire notamment des idées de Jean Prouff.

En 1986, il rejoint le Stade brestois, où il dirige notamment Paul Le Guen. Le club termine 8e du championnat (meilleur classement de son histoire). Malheureusement, ses relations avec le président François Yvinec deviennent très conflictuelles, et il est contraint de quitter le club au bout d'une saison.

De 1987 à 1991, il est entraîneur du Stade rennais. Il permet au club de remonter en Division 1 à l'issue de la saison 1989-1990. La saison suivante est catastrophique : il se brouille avec la plupart des joueurs et des dirigeants, et l'équipe termine bonne dernière du championnat, ne devant son maintien qu'aux rétrogradations administratives de Bordeaux, de Brest et Nice. À l'issue de la saison, Raymond Kéruzoré est licencié, et remplacé par Didier Notheaux.

Un an plus tard (en 1992), il devient entraîneur de Tours, alors en Division 2. Au bout d'une saison, il est contraint au départ en raison du dépôt de bilan du club tourangeau.

Victime de problèmes de santé, il est contraint de quitter le métier en 1997, après deux saisons en National comme entraîneur du Stade Quimpérois. Aujourd'hui, il est toujours en invalidité, et réside près de Rennes.

Clubs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : France 268 matchs et 22 buts en Division 1[10]
  • Drapeau : France 105 matchs et 10 buts en Division 2
  • 2 matchs en Coupe des Vainqueurs de Coupes
  • 4 matchs en Coupe de l'UEFA

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Keruzoré, Monsieur 100 % foot, Ouest-France, 3 mai 2009
  2. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloë, 1994, p.212.
  3. Le président Bernard Lemoux et l'entraîneur Antoine Cuissard.
  4. a et b Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloë, 1994, p.38.
  5. Avec les autres "intellos" du club : Philippe Redon, Loïc Kerbiriou et Le Floch.
  6. Raymond Kéruzoré: Un homme libre, stadelavallois-museum.com
  7. http://www.lequipe.fr/Football/QSD_Keruzore.html
  8. « Raymond Keruzoré », Loire et Charbonneau 2001, p. 92
  9. Fiche de Raymond Keruzoré sur le site de la FFF
  10. Fiche de Raymond Keruzoré sur footballdatabase.eu

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Loire & Virginie Charbonneau, Stade rennais FC, 100 ans en rouge et noir, l'album du centenaire, Rennes, Éditions Apogée,‎ 2001, 123 p. (ISBN 2843981077) Document utilisé pour la rédaction de l’article