Raymond Ferdinand Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurent.

Raymond Ferdinand Laurent est un herpétologiste belge, né le 16 mai 1917 à Wasmes et mort le 3 février 2005 à Tucumán.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents lui offrent des tritons à sept ans, début de sa passion pour les reptiles et amphibiens. Il étudie à l’Athénée royal près d’Ixelles puis à l’Université libre de Bruxelles, il y obtient sa licence en 1938 et son doctorat deux ans plus tard. Sous la direction de Paul Brien, il consacre sa thèse sur l’ostéologie et la systématique des grenouilles africaines. Durant la guerre, il travaille au Musée du Congo belge de Tervuren.

En 1942, il collabore et publie avec Gaston-François de Witte sur les ruptiles dont le Helophis schoutedeni [1]

En 1947, il part à l’Institut pour la recherche scientifique en Afrique centrale qui venait d’être fondé à Léopoldville. Il occupe plusieurs postes en Afrique et devient professeur à Élisabethville en 1957. Il quitte l’Afrique après l’indépendance et part aux États-Unis. Laurent entre au Museum of Comparative Zoology.

En 1967, il part à la Fundacion Miguel Lillo à San Miguel de Tucumán dans le Nord de l’Argentine. Il enseigne également à l’Universidad Nacional de Tucumán jusqu’en 1975. Il prend sa retraite en 1996.

Laurent fait paraître environ 215 publications de 1940 à 1997. Il travaille d’abord sur l’herpétofaune de l’Afrique subsaharienne avant, à partir de 1967, d’étudier les grenouilles d’Amérique du Sud.

Quelques taxons décrits[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Kraig Adler (2007). Contributions to the History of Herpetology. Volume 2, Society for the study of amphibians and reptiles : 389 p. (ISBN 0916984710)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G.F. de Witte & Laurent, 1942 : Contribution à la Faune Herpétologique du Congo belge. Revue de zoologie et de botanique africaines, vol. 36, n. 2, p. 101-115.