Ray Birdwhistell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ray Birdwhistell

Naissance 1918
Cincinnati
Décès 19 octobre 1994
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession

Ray L. Birdwhistell, né en 1918 à Cincinnati et mort le 19 octobre 1994, est un anthropologue américain particulièrement versé dans l'étude de la kinésique, il n'a pas étudié les processus interculturels, contrairement à ce qui est parfois dit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université de Philadelphie, il a enseigné à Toronto (Ontario), Louisville (Kentucky), Buffalo (New York), et a terminé sa carrière dans la Annenberg School for Communication at the University of Pennsylvania (en).

Travaux[modifier | modifier le code]

Pour une analyse kinésique[modifier | modifier le code]

Birdwhistell a tenté de construire scientifiquement l'analyse “kinésique”, celle du langage corporel, en proposant des "kinèmes" sur le modèle des "phonèmes" pour la parole. Il a utilisé longuement le support filmique pour observer l’interaction des participants à la communication: mouvements corporels, gestes, postures, mimiques... De son avis même, la tentative n'a pas été couverte de succès, pour des raisons à la fois de complexité (le décryptage de 6 secondes de films lui prit plusieurs centaines de pages) et de réductionnisme fondamental.

Reprenant la méthode initiée par Birdwhistell, l'anthropologue Gregory Bateson décrypta un film retraçant l’interaction entre une mère balinaise et son enfant. Sur une courte séquence, il remarqua plusieurs occurrences de la même interaction: la mère attire l’enfant par la parole, et le repousse par le geste. Il parlera de schismogenèse puis de "double contrainte" (double bind) pour désigner ce type de communication paradoxale.

Contre le réductionnisme de la communication[modifier | modifier le code]

Lucide sur le risque de réduire la communication à un processus mécanique (on parle du risque de réductionnisme), Birdwhistell se moquait volontiers de la "communication non verbale": « Je ne fais pas simplement de l'esprit quand je dis que parler de communication non verbale est comme parler de physiologie non cardiaque, quand je dis que la physiologie, non l'anatomie, est le modèle essentiel. Le foie n'est un foie que sur la table de dissection de l'anatomiste. C'est la partie d'un cadavre, insuffisante pour une fonction vitale !»[1].

De même, il replaçait la communication dans un "tout" social et anthropologique: « Un individu ne communique pas ; il prend part à une communication ou il en devient un élément. Il peut bouger, faire du bruit... mais il ne communique pas. Il peut entendre, sentir, goûter et toucher, mais il ne communique pas. En d'autres termes, il n'est pas auteur de la communication, il y participe. »[2].

Cependant, la sagesse de Birdwhistell qui l'a poussé à abandonner la recherche illusoire d'un répertoire universel de la gestualité n'a pas fait école. De nombreux consultants se sont engouffrés dans la brèche, à coup de succès de librairie et de séances lucratives de développement personnel: la programmation neuro-linguistique, et la gestuologie font un large usage de la kinésique, sans précaution, et sans garantie de scientificité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1981: "Un exercice de kinésique et de linguistique : la scène de la cigarette". In Yves Winkin (dir.). La nouvelle communication. Paris: Seuil, p. 160-190.
  • 1970. Kinesics and Context. Essays on Body Motion Communication. Philadelphie: University of Pennsylvania Press.
  • 1969. Microcultural Incidents in Ten Zoos. Documentaire. 34 minutes
  • 1969: "Some Discussion of Ethnography, Theory, and Method". In John Brockman (dir.). About Bateson. New York: E. P. Dutton, p. 103-141.
  • 1968: "Review of A Looking-Glass Conversation in the Rare Languages of Sez and Pique by E. Rose". American Anthropologist. No.70., p. 830.
  • 1962: "An Approach to Communication". Family Process. Vol.1, no.2., p. 194–201.
  • 1952. Introduction to Kinesics. Louisville: University of Kentucky Press.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La nouvelle communication. Paris: Seuil, 1981
  2. cité par Watzlawick et al., 1972, page 68, dans Une logique de la communication. Paris: Seuil

Liens externes[modifier | modifier le code]