Ravi Shankar (guru)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ravi Shankar.
Sri Sri Ravi Shankar

Sri Sri Ravi Shankar, né Ravi Shankar Ratnam le 13 mai 1956 à Papanasam (Tamil Nadu, Inde), est un gurû indien, ancien pandit pour les récitations védiques (Vedic chant (en)) de Maharishi Mahesh Yogi[1], il a fondé son propre mouvement dans les années 1980. En 2010, le magazine Forbes l'a élu cinquième personnalité la plus influente en Inde[2]. Certains journalistes indiens l'ont appelé « le guru des classes moyennes urbaines »[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Philosophie[modifier | modifier le code]

La pratique qu'il propose est basée sur la respiration sous le nom Sudarshan Kriya pour lequel Sri Sri Ravi Shankar possède une marque déposée[5].

En 1982, Sri Sri Ravi Shankar crée l’International Art of Living Foundation, une organisation à but non lucratif, qui a obtenu le statut consultatif spécial des ONG auprès des Nations unies[6], dont les programmes éducatifs développés dans ses ashrams sont proposés dans d'autres pays.

Il fonde en 1997 à Genève, avec plusieurs autres personnalités, l’International Association for Human Values (IAHV, Association internationale pour les valeurs humaines) [7].

  • Le programme 5H (5H comme health, hygiene, home, human values, harmony in diversity) est pour le développement social et communautaire dans les zones rurales des pays en voie de développement.
  • PrisonSmart est conçu pour les détenus, les délinquants ou la jeunesse à risque. En leur apprenant à gérer leur stress et leurs pulsions, ce programme préviendrait le crime, éviterait la récidive et favoriserait la réhabilitation sociale. Une variante de ce programme s'adresse aussi bien au personnel de la justice pénale qu'aux victimes d'agressions.
  • ART Excel : destiné aux jeunes de 7 à 17 ans sur lesquels pèsent aussi les méfaits de la violence. Ce programme interactif et ludique les aiderait à tirer le meilleur parti de leurs émotions et à développer toutes leurs capacités. Ils en deviendraient plus efficaces à l'école.
  • le Projet Pieds Nus - une œuvre de formation professionnelle pour l'avancement économique des femmes des pays en voie de développement.
  • Un Euro pour un Heureux - une œuvre charitable qui apporte à des enfants des villages nourriture, services médicaux, eau saine, vêtements et éducation.

Sri Sri Ravi Shankar est membre d'honneur du Club de Budapest[8].

Rencontres avec le dalaï-lama[modifier | modifier le code]

Ravi Shankar avec le 14e dalaï-lama en 2011

Ravi Shankar a rencontré plusieurs fois le 14e dalaï-lama après la visite de ce dernier à la Khumba Mela en janvier 2001[9]. Peu après le 11 septembre 2001, Ravi Shankar et le dalaï-lama participèrent à un colloque organisé par la Bengal Chamber of Commerce and Industry (en) de Calcutta, envoyant un message de paix[10]. En septembre 2004, ils participèrent aux célébrations du Guru Granth Sahib[11]. En janvier 2008, avec le dalaï-lama, Baba Ramdev[12] et l'ancien président de l'Inde A.P.J. Abdul Kalam, il participe à lancer Global Foundation for Civilisational Harmony qui vise à promouvoir la paix et l'harmonie dans le monde[13]. En janvier 2009, il consacre avec le dalaï-lama une statue du Bouddha à Gulbarga dans le Karnataka [14]. Ravi Shankar rencontra pendant une heure le dalaï-lama en 2011 dans sa résidence de Dharamsala lors d'une visite de six jours qu'il effectua en Himachal Pradesh[15].

Critiques[modifier | modifier le code]

Edward Luce, dans son livre, In Spite of the Gods: The Strange Rise of Modern India évoque des liens supposés de Sri Sri Ravi Shankar avec les fondateurs de groupes nationalistes et paramilitaires indiens, Rashtriya Swayamsevak Sangh et Vishwa Hindu Parishad.

Bernard Goldstein, dans son ouvrage « J'ai vécu le miracle indien », évoque l’entreprise de Sri Sri Ravi Shankar comme une « multinationale » avec un « indiscutable talent marketing » mais dont les affirmations scientifiques sont « complètement farfelues » bien que Shankar ait fait breveter sa méthode en utilisant le langage scientifique[16].

En 2012, ses interventions sur des questions politiques en Inde ont provoqué de sévères critiques parmi les politiciens et certains journalistes quant à sa capacité à user de sa notoriété pour discuter de tous les sujets, comme celui de l'éducation[17],[18], ou lors de sa tentative « d'éduquer les Talibans » par le biais de ses pratiques respiratoires[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. India today, Volume 26, Thomson Living Media India Ltd., 2001, p. 100
  2. Editor's Picks: The Seven Most Powerful People In India Sur Forbes
  3. Indian Spiritualism Made for the Modern Age Sur le New York Times, Manu Joseph, 2011
  4. Sri Sri Ravi Shankar - Lesson in living par Suma Varughese
  5. Trademark details
  6. Art of Living Foundation sur ESANGO
  7. Founder & Honorary Board Members
  8. (en) Sri sri Ravi Shankar, membre d'honneur du Club de Budapest
  9. (en) Jamyang Dorjee, Swami Vivekananda and the Dalai Lama: where two divine minds meet, Phayul.com, 6 janvier 2014
  10. (en) Dalai Lama, Ravi Shankar send peace message, The Times of India, 19 septembre 2001
  11. (en) KS Dhaliwal, Ravi Shankar, Dalai Lama bow before Granth, The Times of India, 2 septembre 2004
  12. (en) Spiritual Leaders Meet: (from l to r) Spiritual leader Sri Sri Ravi Shankar, Nobel laureate Dalai Lama, former President of India APJ Abdul Kalam and Baba Ramdev partaking at the launch of Global Foundation for Civilizational Harmony (India), in New Delhi on January 22, 2008
  13. (en) Need for spiritual movement: Kalam, The Tribune, 22 janvier 2008
  14. (en) Dalai Lama consecrates Buddha statue in Karnataka, Tibetan Review, 21 janvier 2009
  15. (en) Sri Sri Ravi Shankar visits Dalai Lama, Rediff.com (en), 27 mars 2011
  16. Bernard Golstein, J'ai vécu le miracle indien, BOD,‎ 2010 (résumé), p. 122
  17. TomJoad: The stupidity of Sri Ravi Shankar
  18. Govt Schools Breed Naxalism: Sri Sri Ravishankar
  19. Indian guru Sri Sri Ravi Shankar wants the Taliban to de-stress

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :