Ravello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ravello
Panorama sur la baie
Panorama sur la baie
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Campania.svg Campanie 
Province Salerne 
Code postal 84010
Code ISTAT 065104
Préfixe tel. 089
Démographie
Gentilé ravellesi
Population 2 508 hab. (31-12-2010[1])
Densité 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 39′ 00″ N 14° 37′ 00″ E / 40.65, 14.61667 ()40° 39′ 00″ Nord 14° 37′ 00″ Est / 40.65, 14.61667 ()  
Altitude 365 m
Superficie 700 ha = 7 km2
Divers
Saint patron San Pantaleone
Fête patronale 27 juillet
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Ravello

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ravello

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ravello
Liens
Site web http://www.comune.ravello.sa.it/
Villa Cimbrione, Terrasse de l'infini

Ravello est une commune italienne située dans la province de Salerne dans la région Campanie en Italie méridionale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le belvédère de la villa Cimbrone, orné de bustes en marbre du XVIIIe siècle, est prisé pour son panorama. De là, on aperçoit tout le golfe de Salerne avec ses vergers en terrasse, et même, loin au sud, les montagnes du Cilento.
La commune de 2 500 habitants, perchée sur le mont Torello, à quelque 350 mètres au-dessus de la Méditerranée, est gardée à l'est par un à-pic vertigineux, à l'ouest par la gorge du Dragon. Depuis le littoral et le port d'Amalfi, que Ravello surplombe, il faut grimper seize kilomètres d'une route à flanc de falaise. Là-haut, le chaos rocheux cède à la luxuriance des jardins ombrés de pins parasols et de palmiers, à l'ordre des ruelles pavées, à l'élégance ouvragée des villas, édifiées au Moyen Âge[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Boccace, Virginia Woolf, André Gide, Rudolf Noureev, Truman Capote, Rudolf Noureev, Paul Newman, Italo Calvino... Depuis plus de mille ans, cette ville perchée aimante les écrivains, les acteurs et les artistes du monde entier. Pour eux, Ravello est bien plus qu'une villégiature chic, c'est une muse[2].

C'est pourtant à un musicien que l'on doit la phrase la plus fameuse jamais prononcée sur Ravello : Richard Wagner. En 1880, dans l'enceinte de la villa Rufolo, l'inventeur de « l'art total » a eu un coup de foudre. Mieux, une révélation : « J'ai enfin trouvé les jardins de Klingsor! ». Cela faisait plus de vingt ans que le compositeur allemand cherchait un cadre enchanteur pour son Parsifal, une toile de fond digne de son héros, le magicien Klingsor. Grâce à Wagner, depuis plus d'un siècle, les décorateurs et machinistes de tous les opéras du monde copient à l'infini les jardins suspendus de la villa Rufolo. Tandis que les amateurs de grande musique, eux, affluent à Ravello pour retrouver l'envoûtement du modèle original. Mais si Wagner est venu ici en 1880, c'est parce qu'un esthète écossais, Francis Neville Reid, avait, trente ans plus tôt, ressuscité la villa Rufolo. Auparavant, elle n'était plus que ruine. C'était même tout Ravello qui, depuis trois siècles, était abandonné aux ronces et aux chèvres[3].

La ville comptait de nombreuses familles aristocrates qui formaient le "patriciat" et s'honorait du titre de "patrizio di Ravello". Ces familles étaient: Acconciajoco, Alfano, Appencicario, Aufiero, Bove , Campanile, Cassitto, Castaldo, Citarella, Confalone, Coppola, Cortese, D'Afflitto, De Curtis, Dell'Isola, Della Marra, De Piccolellis , De Vito, Fenice, Foggia, Frezza , Fusco, Giusto, Grisone, Guerritore, Longo, Marinelli, Muscettola, Panicola, Papice, Pironti, Rago , Rogadeo, Rovito, Rufolo , Russo , Rustici, Sasso, Arcucci.

Elles furent reconnus par le Royaume d'Italie en 1906 tandisqu'avec l'abolissement des sièges de la noblesse en 1800 ("sedili nobili") elles furent inscrites dans le livre d'or de la noblesse de Ravello ou figurent désormais leurs blasons.

La position stratégique de Ravello, en forme de nid d'aigle, a attiré au fil des siècles, toutes les riches familles en exil ou en fuite. L'histoire a commencé à la fin du IVe siècle, avec un certain Rufolo, consul de Rome, qui avait quitté la Ville éternelle alors menacée par les invasions barbares, raconte le maire de la cité, Salvatore Di Martino. Qu'y avait-il de plus imprenable en effet que cette côte amalfitaine, avec la chaîne des monts Lattari comme muraille, et surtout ce pic étêté, d'où l'on jouit d'une vue à 360° sur le golfe de Salerne, le cap de Sorrente, Capri et le large horizon d'où surgissaient souvent les barques des Sarrasins? Il semblerait que ce soient des familles de la noblesse Amalfitaine alors en proie à la guerre civile qui seraient venues s'installer sur cette terrasse rocheuse. Indépendant, la ville s'orna alors de palais et de jardins, mais aussi de remparts et de tours de guet. Si bien qu'à Ravello, on se sent « suspendu entre le ciel et la terre, mais bien plus près du ciel », comme l'a écrit André Gide dans L'Immoraliste[3].

Autour, les ruelles et les volées de marches sont emplies de fantômes célèbres et du souvenir d'amours sulfureuses : Vita Sackville-West et Violet Trefusis, Greta Garbo et le chef d'orchestre Leopold Stokowski, Tennessee Williams et Gore Vidal[4]...

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Villa Cimbrone
  • Villa Rufolo
  • Palais Confalone
  • Auditorium Oscar Niemeyer

Galerie[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Manifestations religieuses[modifier | modifier le code]

  • Fête de San Pantaleone (27 Juillet)

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Sambuco, Torello, Castiglione, Marmorata, San Cosma, San Pietro alla Costa, Monte, Casa Bianca

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Atrani, Gragnano, Lettere, Maiori, Minori, Scala, Tramonti


Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a et b GEO N°398 d'avril 2012 p.87
  3. a et b GEO N°398 d'avril 2012 p.88
  4. a et b GEO N°398 d'avril 2012 p.89

Liens externes[modifier | modifier le code]