Rationnement au Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rationnement civil : commerçant annulant des tickets dans le carnet de rationnement d'une ménagère britannique

Le rationnement fut appliqué au Royaume-Uni par décision du gouvernement britannique à plusieurs reprises au cours du XXe siècle, en particulier en temps de guerre ou immédiatement après[1],[2].

Au début de la Seconde Guerre mondiale (1939), le Royaume-Uni importait 20 millions de tonnes de nourriture par an (70 % de la consommation), dont plus de 50 % de la viande, 70 % du fromage et du sucre, près de 80 % des fruits et environ 70 % des céréales et des matières grasses. La population comptait 46 millions d'habitants avant guerre (46,038 millions précisément selon le recensement de 1931) et 52 millions (53,225 millions selon le recensement de 1951[3]. L'une des principales stratégies des puissance de l'Axe fut d'attaquer les cargaisons maritimes liées au Royaume-Uni, pour réduire l'industrie britannique et potentiellement soumettre le pays par la faim.

Pour faire face aux situations de pénuries les plus graves, le ministre de l'Alimentation institua un système de rationnement. Pour acheter la plupart des produits rationnés, les personnes devaient s'inscrire dans les boutiques de leur choix, où elles recevaient un carnet de rationnement contenant des tickets. Le commerçant recevait la quantité de produits correspondant aux clients inscrits. Ces derniers devaient présenter leur carnet lorsqu'ils faisaient leurs courses, de manière que les tickets correspondant à leurs achats puissent être annulés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ina Zweiniger-Bargielowska, Austerity in Britain: Rationing, Controls and Consumption, 1939-1955, Oxford University Press,‎ 2002 (ISBN 978-0-19-925102-5)
  2. (en) David Kynaston, Austerity Britain, 1945-1951, Bloomsbury Publishing,‎ 2007 (ISBN 978-0-7475-7985-4)
  3. (en) Ian Macrory, Annual Abstract of Statistics, N° 146 2010 edition, Office for National Statistics,‎ 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]