Rassembler (équitation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rassembler.
Cheval rassemblé

Le rassembler est, dans le domaine de l'équitation, une attitude du cheval particulièrement recherchée dans la pratique de l'équitation classique et du dressage moderne. Elle consiste, pour le cheval, à engager ses postérieurs sous lui tout en abaissant ses hanches, poussant son rein et soutenant son encolure. L'obtention du rassembler fait l'objet de traités d'équitation classique depuis des siècles. Le rassembler exige beaucoup de tact et de finesse de la part du cavalier et ne peut s'acquérir que par une longue pratique. Le cheval doit également avoir suivi un long travail sur sa souplesse. Le rassembler permet ensuite d'exécuter bon nombre de figures plus complexes, telles que le piaffer.

La maitrise du ramener est préliminaire à celle du rassembler dans l'école moderne et le bauchérisme, elle n'est que la manifestation du rassembler dans l'école classique.

Rassembler selon François Baucher[modifier | modifier le code]

Article connexe : François Baucher.

François Baucher désignait le rassembler par « l'art de disposer le centre de gravité au milieu du corps du cheval, de manière à ne lui laisser qu'une vibration légère d'avant en arrière et d'arrière en avant, afin que les jambes de derrière restent rapprochées du centre ». L'habileté du cavalier consiste à entretenir cette harmonie d'action, par l'opposition ménagée et graduée de la main et des jambes. La flexion des jarrets a lieu plutôt de bas en haut que d'arrière en avant. Tous les chevaux ne sont pas également susceptibles d'être bien rassemblés ; pour remplir cette condition, il leur faut des reins solides et de bons jarrets, sans quoi la partie postérieure ne peut prendre une part du poids qui incommode la partie antérieure. L'exercice rend le cheval beaucoup plus léger, le dispose à se laisser conduire avec moins de force, et lui donne de la finesse[1].

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baucher 1851, p. 261

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]