Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire
Image illustrative de l'article Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire
Logo officiel
Présentation
Président Alassane Ouattara
Fondation
Siège Rue Lepic, Cocody, Abidjan
Idéologie Démocratie libérale
Affiliation internationale Rassemblement démocratique africain, Internationale libérale
Couleurs orange, beige, vert
Site web www.rdr.ci
Assemblée nationale Assemblée nationale
Représentation
Députés
127 / 255

Le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire (RDR) est un parti libéral de Côte d'Ivoire, membre du Réseau libéral africain et de l'Internationale libérale. Fondé par Djéni Kobina en 1994, il est présidé par Alassane Ouattara depuis 1999. Son organe de presse est Le Patriote.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire, qui se réclame des idéaux de l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara, est issu d'une scission du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), ancien parti unique. Sa création, le , fait directement suite au refus d'accorder la parole à Djéni Kobina lors d'un congrès extraordinaire du PDCI. L'année suivante, Alassane Ouattara, directeur général adjoint du FMI, renonce à se présenter à l'élection présidentielle qui voit l'élection d'Henri Konan Bédié.

Le , Alassane Ouattara signe son retour en politique en devenant le premier président du RDR, un an après la mort de Djéni Kobina, qui était secrétaire général du parti. Il se déclare candidat à l'élection présidentielle de 2000, mais sa candidature est rejetée par l'instauration du concept d'ivoirité.

En mai et juin 2007, le RDR se divise : Zémogo Fofana, député-maire de Boundiali, une ville du nord du pays, et ancien ministre, emmène une partie du RDR pour créer un nouveau parti, l'Alliance pour une Nouvelle Côte d'Ivoire (ANCI).

Lors de l'élection présidentielle ivoirienne de 2010, les quatre principaux partis de l’opposition (le RDR, le PDCI de Henri Konan Bédié, l'UDPCI dirigée par Albert Mabri Toikeusse et le MFA d'Innocent Kobenan Anaky) décident de former une coalition politique pour la course à la présidence, le Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Lors du second tour de scrutin, Alassane Ouattara l'emporte sur Laurent Gbagbo selon la CEI et la quasi-totalité de la communauté internationale. Refusant de quitter le pouvoir, ce dernier est arrêté en avril 2011, ce qui permet à Alassane Ouattara d'assurer pleinement ses fonctions de président.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]