Raspoutine, le moine fou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raspoutine (film).

Raspoutine, le moine fou

Titre original Rasputin, the Mad Monk
Réalisation Don Sharp
Scénario Anthony Hinds
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre biographie, horreur
Sortie 1966
Durée 91 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Raspoutine, le moine fou (Rasputin, the Mad Monk) est un film britannique réalisé par Don Sharp, sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Raspoutine fait connaître son don de guérison, en pleine Russie, en guérissant la femme d'un tavernier. Il décide alors de se rendre à la capitale afin de devenir important. Il hypnotise certaines personnes, ce qui lui permet de s'introduire à la cour du Tsar.

Production[modifier | modifier le code]

La Hammer lança la production du film le 7 juin 1963, soit trois jours après que le tournage de Dracula, prince des ténèbres fut achevé. En conséquence par soucis d'économie, les deux films partagent plusieurs acteurs en commun dont quatre des principaux protagonistes, Christopher Lee, Francis Matthews, Barbara Shelley et Suzan Farmer. De même certains décors du Dracula furent aussi réemployés[1].

Scénario[modifier | modifier le code]

Contrairement au souhait de Christopher Lee, qui demandait que l'histoire soit fidèle à la vérité historique, des libertés furent prise dans le scénario par Anthony Hinds; notamment pour éviter un risque de procès par le prince Félix Ioussoupov. Celui-ci venait d'intenter un procès à CBS pour une fiction télévisée sur l'assassinat de Raspoutine intitulée If I Should Die, et la Hammer était tenue au courant de son évolution[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage fut brièvement interrompu à la suite d'une blessure que reçut l'actrice principale Barbara Shelley, lors d'une scène où son personnage lutte avec Raspoutine[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hearn 2012, p. 82
  2. Hearn 2012, p. 83

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]