Hip-hop en Côte d'Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rap ivoirien)
Aller à : navigation, rechercher

Le hip-hop ivoirien, ou rap ivoirien, est un genre de musique hip-hop ayant émergé en Côte d'Ivoire. Bien qu'ayant connu un succès capital dans la fin des années 1980 et durant les années 1990, le hip-hop ivoirien n'est plus considéré[Depuis quand ?] comme une musique populaire en Côte d'Ivoire[réf. nécessaire]. Néanmoins, le hip-hop ivoirien a toujours son public, même s'il faut reconnaitre que celui-ci s'est considérablement réduit au fil des années.

Si Almighty, Stezo et M.A.M étaient les portes-flambeaux du genre musical auparavant, la nouvelle génération du rap ivoirien des années 2000 est représentée par Rudy Rudiction, Tour 2 Garde, ou encore Turey Mederic, qui en sont des exemples. Il faut cependant noter l'arrivée du groupe Garba 50, sur la scène du rap ivoirien en 2006. Ce groupe populaire en Cote d'Ivoire, exprime les réalités actuelles de la jeunesse ivoirienne sur un rythme hip-hop, avec une utilisation récurrente du nouchi, ou encore celle de Rageman, dont le titre Kpatason est un véritable succès national[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hip-hop est lancé en Côte d'Ivoire lors de l'été 1985, alors qu'un étudiant ivoirien en France, Yves Zogbo Junior, revient au pays[2]. Ce dernier lance l'émission Zim Zim Flash sur la RTI. Le premier extended play de hip-hop ivoirien nait lors de ce même été, c'est le groupe ACB (Abidjan City Breaker) qui sort cet enregistrement[2].

Le hip-hop prend une importance majeure sur la scène musicale ivoirienne vers la fin des années 1990 avec en têtes d'affiche Almighty, décédé en 2014, et son Ministère Authentik[3], et Stezo de la Flotte Impériale[4]. Ces deux généraux du hip-hop ivoirien conduisent le mouvement à un niveau inégalé, grâce à la qualité de leur paroles et de leur flow. Cette période assiste également à l'émergence du rap au féminin avec Prisca.

Maximum, de son orthographe fantaisiste MAXXIMUM, est une émission de variété musicale diffusée sur La Première, chaîne de télévision nationale de Côte d'Ivoire à partir de 1994. Cette émission, animée par Baba Cool[5], a largement contribué au développement du hip-hop ivoirien dans la mesure où la majorité des clips diffusés étaient orientés vers la black musique américaine. Ce magazine était une opportunité pour les acteurs du hip-hop ivoirien de s'exprimer et se faire connaître. L'émission, supprimée de la grille des programmes de la RTI (Radio Télévision Ivoirien), marque toute une génération qui ne demande que son retour[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rageman lance le Kpatason », sur Africahit,‎ (consulté le 5 avril 2015).
  2. a et b « Dossier / Rap ivoirien : On se marche sur les pieds », sur News Abidjan,‎ (consulté le 5 avril 2015).
  3. « Hip Hop », sur L'intelligent Abidjan,‎ (consulté le 5 avril 2015).
  4. « Deuil : le rappeur ivoirien Almighty est décédé »,‎ (consulté le 5 avril 2015).
  5. « C'etait Abidjan.. », sur Africa Hit,‎ (consulté le 5 avril 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]