Raoul Laparra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Laparra.

Raoul Laparra

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Raoul Laparra en 1931

Naissance 13 mai 1876
Bordeaux, Drapeau français République française
Décès 4 avril 1943 (à 66 ans)
Boulogne-Billancourt, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Albert Lavignac, André Gedalge, Jules Massenet
Famille William Laparra (frère)
Récompenses Grand Prix de Rome en 1903

Œuvres principales

Raoul Laparra, né le 13 mai 1876 à Bordeaux[1], et mort lors du bombardement sur Boulogne-Billancourt le 4 avril 1943[1], est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raoul Laparra donne son premier concert dès l’âge de 9 ans. Il entre au Conservatoire de Paris et devient l’élève de Albert Lavignac, d’André Gedalge et de Jules Massenet. Il obtient le Grand Prix de Rome en 1903 avec la cantate Ulysse[1]. Il écrit un Quatuor d’archets, une Sonate en la mineur pour violon et piano, des mélodies sur des thèmes populaires espagnols, une suite de 72 mélodies en 6 volumes intitulée "Le Missel Chantant, Suite de mélodies sur de vieilles poésies françaises", des suites comme Dimanche basque (1907), En marge de Don Quichotte.

Dès 1899, il donne son opéra Peau d'âne à Bordeaux, puis La Habanera, drame lyrique en trois actes, représenté à l’Opéra-comique le 26 février 1908, qui lui assure la notoriété. Il complète le premier volet de son triptyque par la Jota (26 avril 1911) et la Malagueña.

Le Joueur de Viole sera créé à l’Opéra-comique le 24 décembre 1925, l’Illustre Fregona paraîtra sur une scène tournante à l’Opéra, le 16 février 1931, qui fit de la poursuite, au finale, un épisode d’une inoubliable gaîté.

Il reste l’un des maîtres de l’hispanisme français[1] sans pour autant rester enfermé dans cette spécialité.

Il est le frère du peintre William Laparra. Il est enterré à Chézy-sur-Marne[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphan Etcharry, articles dans Carlos Alvar, Gran Enciclopedia Cervantina, 10 volumes, Madrid, Université d’Alcalá de Henares, Centro de Estudios Cervantinos, Castalia editorial S. A., 2005,  (ISBN 8-4974-0177-8)
    • « L’Illustre Fregona » (Raoul Laparra)
    • « Suite ancienne en marge de Don Quichotte » (Raoul Laparra)
  • Stéphan Etcharry, « Le Prix de Rome de composition de 1903 : la cantate Alyssa de Raoul Laparra. Essai de caractérisation du style musical », Musiker. Cuadernos de Música, n° 16, Donostia (Saint-Sébastien), Eusko Ikaskuntza (Société d’Études Basques), 2008. ISSN 1137-4470.
  • Stéphan Etcharry, « La Jota (1911) à l’Opéra-Comique : l’“Espagne noire” de Raoul Laparra », communication au Colloque international « Exotisme et art lyrique », Centre de musique romantique française, Palazzetto Bru Zane, Opéra-Comique (Paris), Lyon, Symétrie, à paraître en 2013.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 615
  2. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi,‎ 2011, 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 13.

Liens externes[modifier | modifier le code]