Ranulf Higdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ranulf Higdon (également appelé Higden) (né vers 1299 dans l'Ouest de l'Angleterre et décédé vers 1363) est un chroniqueur anglais et un moine bénédictin du monastère de Saint Weburg à Chester où il vécut, selon lui, pendant 64 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

La principale chronique d'Higdon est appelée Polychronicon (de son nom complet Ranulphi Castrensis, cognomine Higdon, Polychronicon (sive Historia Polycratica) ab initio mundi usque ad mortem regis Edwardi III in septem libros dispositum), une large étude d'histoire universelle et de théologie. Créée pour distraire et instruire la société de l'époque, cette chronique est la première d'une longue série qui prend fin avec l'invention de l'imprimerie.

Sa chronique est divisée en sept livres (représentant les sept jours de la Genèse) dont les six premiers sont une compilation de différents textes historiques. Écrite en latin, elle est traduite en anglais par John Trevisa en 1387 puis imprimée pour la première fois par William Caxton en 1482.

Dans le dernier livre de la chronique, il défend l'idée selon laquelle il existe sept sortes de personnes dont les actes sont très fréquemment rappelés dans l'histoire et qu'il est important d'étudier, à savoir :

  • le prince, pour la construction des cités
  • le chevalier, pour la défense de celles-ci
  • le juge, pour l'application des droits
  • l'évêque, pour la correction des crimes
  • l'homme politique, pour l'organisation de la chose publique
  • le maître en sa maison, pour la gestion de la chose domestique
  • le moine, pour la conquête du salut