Ranji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
K. S. Ranjitsinhji
{{#if:
Image illustrative de l'article Ranji
Généralités
Nom complet Kumar Shri Ranjitsinhji
Naissance 10 septembre 1872
Sarodar
Décès 2 avril 1933
Jamnagar Palace
Rôle Batteur
Batteur Droitier
Carrière internationale
1896-1902 Test cricket
Équipes domestiques
1893-1894
1894-1912
1895-1920
1901-1904
Cambridge University
Marylebone Cricket Club
Sussex
London County
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le joueur de cricket Kumar Shri Ranjitsinhji. Pour la compétition qui porte son nom, voir Ranji Trophy.

Shri Sir Ranjitsinhji Vibhaji Jadeja, Maharajah Jam Sahib de Nawanagar, dit Ranji, Kumar Shri Ranjitsinhji ou K. S. Ranjitsinhji, est un prince indien et joueur de cricket né le 10 septembre 1872 à Sarodar et décédé le 2 avril 1933 à Jamnagar Palace. Il effectua sa carrière sportive en Angleterre en tant que batteur, principalement avec le Sussex County Cricket Club, et disputa quinze test-matchs avec l'équipe d'Angleterre entre 1896 et 1902.

Il étudia à l'université de Rajkot, puis rejoignit l'Angleterre, d'abord à Harrow puis à Cambridge, où il débuta en first-class cricket en 1893. Dans ces deux hauts lieux de la culture impériale britannique, il se fit rapidement remarquer pour ses talents de batteur, acquis dans la métropole impériale mais aussi préalablement en Inde, où il s'entraînait régulièrement même s'il n'avait pas eu l'opportunité de participer à des compétitions de cricket[1].

Ses études achevées, il rejoignit le Sussex en 1895 et « se lança dans une véritable course à l'exploit, accumulant les points avec style et grandeur »[1]. Il fut sélectionné l'année suivante en équipe d'Angleterre et occupa le poste de capitaine du Sussex entre 1899 et 1903. Fin 1904, il rentra en Inde et revint à plusieurs reprises disputer des saisons complètes ou partielles avec le Sussex, jusqu'en 1920. Il fut l'un des meilleurs batteurs de son époque, même si sa technique à la batte était peu orthodoxe ; il popularisa notamment de nouveaux coups. Les subtilités de sa technique « devinrent sa marque de fabrique jusque dans les pages du célèbre magazine Vanity Fair, où il apparut comme un homme mystérieux et insondable, un joueur élancé, timide et parfois capricieux »[2].

Devenu Maharajah Jam Sahib de Nawagar, un petit État d'Inde de l'ouest, en 1907, il représenta notamment l'Inde auprès de la Société des Nations[2]. Il fut également chancelier de la Chambre des Princes. Sa capacité à passer du sport à un rôle de dirigeant politique (même si à bien des égards sa gestion du Nawanagar ne fut pas pertinente) fut à l'époque interprétée comme la confirmation que le cricket constituait un école pertinente pour les élites[2].

Par son parcours, Ranji fait figure de symbole de la compatibilité des élites indiennes avec la domination impériale britannique telle qu'elle s'exerça dans le sous-continent, un représentant d'un âge d'or du cricket amateur qui contribua à bâtir l'Empire[2].

La principale compétition indienne de first-class cricket, le Ranji Trophy, porte son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Principales équipes[modifier | modifier le code]

Test
Angleterre 1896 - 1902
First-class
Cambridge University 1893-1894
Marylebone Cricket Club 1894-1912
Sussex 1895-1920
London County 1901-1904

Statistiques[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brian Stoddart, « De l'Empire aux indépendances : vers un "nouvel ordre mondial" du cricket ? », in Pierre Singaravélou et Julien Sorez (dir), L'Empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Belin, 2010, p. 91.
  2. a, b, c et d Brian Stoddart, « De l'Empire aux indépendances : vers un "nouvel ordre mondial" du cricket ? », in Pierre Singaravélou et Julien Sorez (dir), L'Empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Belin, 2010, p. 21.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Rodrigues, Batting For The Empire : a Political Biography of Ranjitsinjhi, Delhi, Penguin, 2004.
  • Satadru Sen, Migrant Races : Empire, Nationality and K.S. Ranjitsinjhi, Manchester, Manchester University, Press, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]