Ranfla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ranfla désigne, en argot mexico-américain, une voiture; les rappeurs utilisent ce terme pour leurs lowriders, c'est-à-dire une voiture possédant un système hydraulique permettant d'abaisser ou de relever voire de faire sauter le véhicule.

Le mot est très courant dans la ville de Tijuana, épicentre de la culture du lowriding (ce titre ne revenant ni à Los Angeles ni à aucune autre ville américaine).

Cette appellation cache aussi une vraie culture, un style de vie datant d'environ un siècle : quand les jeunes nord-mexicains se mariaient, ils partaient en noces à bord de ranflas qui, à l'époque, ne sautaient pas.

La récupération par le hip-hop américain[modifier | modifier le code]

Si l'on doit le premier hymne aux ranflas au groupe War avec leur titre Low Rider, c'est avec l'essor du rap dit West Coast et gangsta qu'au début des années 1990, le culte du lowrider, donc du ranfla, fut propulsé sur le devant de la scène hip-hop. Des groupes comme Foesum ou des rappeurs comme Dr. Dre lui ont dédié plus ou moins honnêtement plusieurs de leurs musiques. C'est à un des courants du hip-hop nommé dirty south que l'on doit une vision erronée du culte des ranflas et, surtout, aux clips allant avec cette musique, qui associent lowriders avec les Hummers, ce qui n'a absolument rien à voir.

Un ranfla n'est pas, au départ, une voiture de luxe comme souvent présenté dans certains clips de rap Il s'agit la plupart du temps d'une voiture récupérée à la casse, souvent de la marque Chevrolet. Cette dernière étant par la suite retapée soigneusement (l'installation du système hydraulique étant un travail minutieux) et préparée pour rouler dans les rues.

Voir aussi[modifier | modifier le code]