Rancogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rancogne
Le château de Rancogne
Le château de Rancogne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton La Rochefoucauld
Intercommunalité Communauté de communes de Val de Tardoire
Maire
Mandat
Joseph Vinet
2008-2014
Code postal 16110
Code commune 16274
Démographie
Population
municipale
388 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 51″ N 0° 24′ 15″ E / 45.6975, 0.4042 ()45° 41′ 51″ Nord 0° 24′ 15″ Est / 45.6975, 0.4042 ()  
Altitude Min. 81 m – Max. 136 m
Superficie 12,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Rancogne

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Rancogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rancogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rancogne

Rancogne (Ranconha en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Rancogne est une commune située à 5 km au sud de La Rochefoucauld et 20 km à l'est d'Angoulême, dans la vallée de la Tardoire.

Le bourg, construit en haut de la rive sud, est aussi à 5 km au nord-est de Pranzac et 8 km au nord-ouest de Montbron[1].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée par la D 110, des Favrauds (N 141) en direction d'Angoulême à l'ouest, à Saint-Sornin et l'Arbre à l'est. La D 6, route de Montbron à La Rochefoucauld, traverse l'angle nord-est de la commune. La D 73, route de La Rochefoucauld à Chazelles, traverse l'ouest de la commune du nord au sud et passe à 1,5 km du bourg. La D 699, route d'Angoulême à Montbron, passe au sud de la commune à 3 km du bourg[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'église se trouve au sommet du Pic de Rancogne et domine la pente abrupte jusqu'à la Tardoire où s'ouvrent les entrées des grottes. Le bourg ne se réduit qu'à la mairie située au carrefour de la rue de l'église.

La commune compte d'autres petits hameaux, comme la Rivière et Corgnac au nord, les Pascauds et les Doussinaux à l'ouest, la Boissière, la Forge et les Nilloux au sud-est au bord de la Tardoire[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rancogne
Saint-Projet-Saint-Constant La Rochefoucauld Marillac-le-Franc
Bunzac Rancogne Saint-Sornin
Pranzac Vilhonneur

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le terrain est calcaire et date du Jurassique (Bajocien au sud-est à Oxfordien au nord-ouest). Cet ensemble perméable et fissuré forme ce qui s'appelle le karst de La Rochefoucauld. Il est souvent recouvert, principalement dans la partie orientale de la commune, par des marnes argileuses et altérites déposés pendant l'ère tertiaire depuis la bordure occidentale du Massif central, et au sud-ouest de la commune (route de Bunzac) par des colluvions, sable plus ou moins argileux.

Les bords de la vallée de la Tardoire sont occupés par des alluvions et terrasses de sable et graviers datant du quaternaire[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau d'une altitude moyenne de 110 m dominant la vallée de la Tardoire sur sa rive gauche. Sur la rive droite, le sol s'élève en pente plus douce vers l'est rendant la vallée assez large. Le point culminant est à une altitude de 136 m, situé en limite sud de la commune. Le point le plus bas est à 81 m, situé sur la Tardoire en limite nord. Le bourg est à environ 120 m d'altitude, et l'église au Pic surplombe la vallée d'une quarantaine de mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les eaux souterraines sont la conséquence des formations karstiques.

La Tardoire traverse la commune et, à cet endroit, elle a déjà perdu une partie de ses eaux qui se sont engouffrées dans le karst. Localement, les cavités créées par le passage de l'eau forment les grottes de Rancogne.

Elles sont situées sur la rive gauche de la Tardoire. Elles ont été signalées par le père Chabenat en 1784 puis explorées en 1822 par Pierre Despignat. C'est un ensemble d'excavations creusées dans le karst.

Un étroit passage mène à une première salle de 14 mètres sur 30 mètres puis des échelles sont nécessaires pour atteindre les galeries supérieures et une salle nommée le tombeau d'Abel. Toutes les salles présentent des stalactites, des stalagmites, des colonnes et des lames sonores dénommées piano de Rancogne[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est formée de terres boisées avec 50 % de terres agricoles et 45 % de forêts et autres milieux semi-naturels[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rancogne se nommait Ranconia en 1293 ce qui signifie « eaux bruyantes », de Rinctius, « bruyant » associé au terme gaulois onno « source », « rivière ». En effet dans les grottes de Rancogne, durant la saison des pluies les ruisseaux coulent à grand bruit[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean Maindron, sire de Cressiecq fit construire le château vers 1519[9].

Raymond de Mognac fit construire un haut fourneau et une forge à canons avant 1640. Puis le propriétaire fut Charles Dumont fournisseur de canons pour la Marine et ensuite René Andouillette et en 1754, de Ruffray. Vers 1760, 300 personnes travaillaient aux quatre hauts fourneaux qui se sont arrêtés vers la Révolution.

Au XIXe siècle il y eut un moulin à blé et un moulin à huile. Ils ont été restaurés par une association[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Rancogne

Elle a été créée Rencogne dans le canton de La Rochefoucauld en 1793.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1995   Joseph Vinet SE Retraité DCNS
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 388 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
401 355 439 458 468 487 514 482 437
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
410 415 391 421 449 431 448 412 380
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
355 367 330 322 293 297 270 280 259
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
252 239 264 315 330 357 388 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Rancogne en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
7,3 
75 à 89 ans
4,5 
15,6 
60 à 74 ans
17,4 
21,8 
45 à 59 ans
21,9 
22,3 
30 à 44 ans
17,4 
17,9 
15 à 29 ans
21,9 
15,1 
0 à 14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Monument aux morts et croix

La croissance de sa population de 1975 à 2006 a permis à Rancogne de retrouver sa population de 1800.

Économie[modifier | modifier le code]

Sont présents des agriculteurs, un horticulteur et une carrière.

Les artisans sont un peintre en bâtiment, un maçon et un chauffagiste.

Le moulin de la Forge, restauré, presse de l'huile de noix et reçoit des visiteurs[15],[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La Rochefoucauld, le chef-lieu de canton, où sont présents tous les services, est à 4 km.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

L'église paroissiale Saint-Pierre est située au Pic de Rancogne, qui surplombe la Tardoire. Elle date de la seconde moitié du XIIe siècle, dessine une croix latine, à la suite de l'addition de deux chapelles latérales. Elle possède une nef, à deux travées sous berceau en briques, terminée par un chevet plat. Sa porte, au cintre légèrement brisé, est accostée de colonnettes avec chapiteaux ornés de coquilles. Son clocher refait a une flèche en charpente élancée[16].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Tour de Cressiecq[modifier | modifier le code]

La tour de Cressiecq est une tour en demi-lune, défendant l'entrée de vastes souterrains rejoignant l'église[17].

Château de Rancogne[modifier | modifier le code]

Le château de Rancogne a été bâti de 1509 à 1589, avec galeries extérieures en bois de 1519 sur l'emplacement du château de Cressiecq[8]. Le châtelet d'entrée est accosté de deux tourelles munies de meurtrières et les bâtiments s'organisent en un quadrilataire presque complet marqué de deux petites tours rondes et du donjon rectangulaire daté de 1588. Une fuie ronde de seigneur haut-justicier est séparée des autres constructions[9].

Château de Rancogne
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Grotte de Rancogne[modifier | modifier le code]

L'entrée des grottes

Le site Natura 2000 de la grotte de Rancogne est pour la France un des sites les plus importants de chauves-souris ou chiroptères[18],[19].

Article détaillé : Grotte de Rancogne.

Sentiers de randonnée[modifier | modifier le code]

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune.

Précédé par Suivi par
Pranzac
Sentier GR4
Balise GR.png
Vilhonneur[20]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montbron », sur Infoterre,‎ 1986 (consulté le 12 novembre 2011)
  6. H. Coquand, Description Physique, Géologique, Paléontologique et Minéralogique du département de la Charente, 1858, p.266, imp. Bodivers & Cie
  7. observatoire de l'environnement
  8. a et b Catillus Carol, « Rancogne »,‎ 2000 (consulté le 16 juillet 2012)
  9. a et b Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ 1993, 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 242
  10. a et b « Moulin de la Forge », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  13. « Evolution et structure de la population à Rancogne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  15. Les moulins de Bandiat-Tardoire
  16. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1862, p.231
  17. Vigier de la Pile et François Corlieu, Histoire de l'Angoumois, Paris, Derache (1846, Laffite reprint 2002),‎ 1576, 1760, 160 p. (ISBN 2-86276-384-5, lire en ligne)
  18. Ministère de l'écologie et du développement durable, « Grotte de Rancogne (site FR5400407) »,‎ 2005 (consulté le 16 juillet 2012)
  19. Inventaire national du patrimoine naturel, « Grotte de Rancogne (site FR5400407) »,‎ 2005 (consulté le 16 juillet 2012)
  20. Tracé du GR 4 et limites de communes consultés sur Géoportail le 8 janvier 2011.
  21. Site de la Société archéologique et historique de la Charente

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Rancogne sur le site de la Communauté de Communes Bandiat-Tardoire