Rancenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rancenay
L'église Notre-Dame de l’Assomption des Champs.
L'église Notre-Dame de l’Assomption des Champs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Boussières
Intercommunalité Grand Besançon
Maire
Mandat
Pierre Piguet
2014-2020
Code postal 25320
Code commune 25477
Démographie
Gentilé Rancenais
Population
municipale
298 hab. (2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 15″ N 5° 57′ 02″ E / 47.1875, 5.9505555555647° 11′ 15″ Nord 5° 57′ 02″ Est / 47.1875, 5.95055555556  
Altitude Min. 226 m – Max. 372 m
Superficie 3,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rancenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rancenay

Rancenay est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté. Ses habitants son appelés les Rancenais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rancinay en 1089 ; Rancennais vers 1150 ; Rancenay en 1245 ; Rancannay en 1294 ; Ranconnay en 1406[1].

Rancenay est situé à environ 4 km au sud-ouest de Besançon, et il est bordé par le Doubs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Avanne-Aveney Rose des vents
Montferrand-le-Château N Larnod
O    Rancenay    E
S
Thoraise Busy

Histoire[modifier | modifier le code]

Rancenay est mentionné dans des textes à partir du Xe siècle, comme village faisant partie de la seigneurie de Montferrand-le-Château, avant de devenir fief des Gauthiot d’Ancier du XVe siècle jusqu’en 1629. Peu après, Rancenay est légué aux jésuites du Collège Victor Hugo de Besançon par Antoine-François Gauthiot d’Ancier, et restera leur propriété jusqu’à la Révolution. Les terres du villages produisent principalement des céréales et de la vigne jusqu’au XVIIIe siècle, avant que la cueillette des fruits prenne le pas jusque dans les années 1950. Le village prit un grand retard économique, à cause entre autres au terrain ingrat et au manque de ressources.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Gilbert Gauthier    
2001 2008 Michel Lethier    
2008 2014 Pierre Piguet[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 298 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
152 158 182 147 126 133 134 163 167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
151 136 128 108 117 128 143 129 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
122 125 107 88 93 78 81 72 75
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
97 105 163 180 181 250 285 296 298
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de l'Assomption des Champs de Rancenay constitue le seul monument de Rancenay, et a été édifiée en 1725, et classée aux monuments historiques le 2 août 2006. Le monument a été plusieurs fois rénové, notamment par Alphonse Delacroix (entre 1833 et 1834). L'église est dotée d’un clocher-porche datant de 1725, ainsi que d’un plafond caisson orné de croix trilobées peintes. A contrario les visites à l'intérieur du monument ne sont pas autorisées.

Il existe aussi un réseau pédestre qui donne accès aux ruines du château de Montferrand-le-Château.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, BESANÇON, CÊTRE,‎ 1986
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :