Ramon d'Abadal i de Vinyals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ramon d'Abadal

Description de l'image  Ramon d'Abadal.jpg.
Nom de naissance Ramon d'Abadal i de Vinyals
Activités Écrivain, homme politique et historien
Naissance 1888
Vic, Drapeau : Royaume d'Espagne Espagne
Décès 1970
Barcelone, Espagne
Langue d'écriture catalan
Genres Essai
Distinctions Prix Lletra d'Or (1959)

Œuvres principales

  • Els primers comtes catalans

Ramon d'Abadal i de Vinyals, né à Vic en 1888 et mort à Barcelone en 1970, est un écrivain, homme politique et historien espagnol d'expression catalane.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Neveu de l'homme politique Ramon d'Abadal i Calderó, il milite comme lui dans la Lliga Regionalista, dont son grand oncle Ramon d'Abadal i Calderó était lui-même président. Dans les rangs de ce parti, il est élu député au Congrès pour sa ville natale en 1917 et 1921.

En 1922, il quitte la Lliga et participe à la fondation d'Acció Catalana, formation moins conservatrice, mais après la Dictature de Primo de Rivera et ses résultats modestes aux élections municipales de 1931, il réintègre son parti d'origine[1]. Il prend la direction de La Veu de Catalunya, journal en constituant le principal organe d'expression.

Durant la Guerre civile espagnole, il s'exile, comme son oncle, en Italie, alors sous régime fasciste. Il rentre en Espagne en 1939, la guerre terminée, mais met fin à son activité politique en raison de la mise en place de la dictature franquiste. Il est toutefois membre du Conseil privé de Jean de Bourbon, comte de Barcelone.

Travaux historiques[modifier | modifier le code]

Il étudie le droit et l'histoire à Barcelone entre 1905 et 1913, puis s'installe à Madrid pour préparer un doctorat sur les Partides. Il poursuit ensuite ses études à Paris. Influencé par l'historien Joseph Calmette, il se spécialise dans l'histoire catalane de l'époque carolingienne[1].

En 1913, il publie avec Ferran Valls i Taberner les Usages de Barcelone. Au début du franquisme, il s'unit à l'initiative de Josep Puig i Cadafalch visant à réactiver l'Institut d'Estudis Catalans dans la clandestinité[1]. En 1948, il publie son premier travail d'envergure, consacré à la vie d'Oliva de Besalù. À partir de son œuvre Catalunya carolíngia, il publie a primera gran obra sobre la vida de l'abat Oliba. De l'obra Catalunya carolíngia, publicà Els diplomes carolingis a Catalunya (1926-1952) et Els comtats de Pallars i Ribagorça (1955) ; il meurt tandis que El domini carolingi a Catalunya (1971) est en proche d'être publié.

Ses travaux s'opposent dans une certaine mesure aux courant dominants de son époque, orientés vers la construction d'idéaux nationalistes, en adoptant une démarche plus empirique[1].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • Catalunya Carolíngia, vol. II: Els diplomes carolingis a Catalunya, 2 vols., Institut d'Estudis Catalans, Barcelone, 1926-1952.
  • Catalunya Carolíngia, vol. III: Els comtats de Pallars i Ribagorça, 2 vols., Institut d'Estudis Catalans, Barcelone, 1955.
  • Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958 — Prix Lletra d'Or 1959
  • Dels visigots als catalans, 2 vols., Edicions 62, Barcelone, 1969.
  • Com neix i com creix un gran monestir pirinenc abans de l'any mil, Eixalada-Cuixà, Analecta Montserratensia, VII, 1954.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (ca) Jesús Mestre i Campi (dir.), Diccionari d'història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62,‎ 2004, 6e éd. (1re éd. 1992), 1147 p. (ISBN 978-84-412-1885-7), p. 1-3

Liens externes[modifier | modifier le code]