Rameau ibérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taureau berrenda colorada

Le rameau ibérique regroupe un ensemble de races bovines homogènes originaires de la péninsule Ibérique.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Lutz Heck a utilisé des gènes de ces races pour la reconstitution de l'aurochs. Il est vrai que leur ressemblance avec les peintures rupestres de bovins est frappante. Il est donc naturel de penser que ces races sont autochtones et descendent d'un ancêtre commun domestiqué au début de l'agriculture.

La structure de l'agriculture locale, avec de grandes exploitations en système extansif a permis de conserver les caractères de la race initiale, presque intacts. Ces races étaient élevées dans le sud de l'Espagne (Extremadure, Andalousie) et du Portugal (Alentejo et Algarve), sur un terroir aride et pauvre, avec une longue sécheresse estivale.

Après la découverte de l'Amérique, elles ont été exportées dans les colonies espagnoles afin de nourrir les conquistadors et d'y pratiquer la tauromachie. Elles ont donné les races de vaches de cow-boys dont la plus connue est la Texas Longhorn (croisement de vaches ibériques et de longhorns anglaises).

Caractères[modifier | modifier le code]

Ce sont des animaux de taille moyenne et à squelette léger. Elles sont faites pour la marche sur de longues distances et la vie en troupeau à l'état presque sauvage. Le taureau veille sur son troupeau et a gardé son instinct de combattant pour le défendre. Ce caractère est développé dans la race brava, pour la corrida.

La dureté du terroir local a façonné des races très rustiques, résistantes à la chaleur, pouvant supporter une période de jeune estival et exploiter des fourrages grossiers et secs. On retrouve ces aspects au Mexique et au Texas. Les vaches vèlent sans assistance et élèvent seules leur veau.

Ce sont des races à viande exclusivement. Elles n'ont pas servi pour la traction, leur caractère indépendant s'y accommodant mal. De plus, elles sont issues de régions d'élevage où les besoins en traction étaient faibles et assurés par les chevaux ou les ânes. Par ailleurs, leurs faibles capacités laitières et l'usage ancien de lait de chèvre et de brebis pour la fabrication de fromage les ont laissées libres de nourrir seules leur veau.

Races apparentées[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

photographie couleur montrant un troupeau de race avilena. Ces animaux sont d'un noir intense uniforme qi tranche sur l'herbage ras jauni. On distingue cinq vaches ou génisses et quatre veaux.
Troupeau de race avileña

Argentine[modifier | modifier le code]

  • Criollo : race d'élevage extensif de la pampa argentine

Colombie[modifier | modifier le code]

  • Blanca orejinegra: blanche et oreilles noires
  • Casanareña
  • Chino santandereano
  • Costeños con cuernos
  • Frankeston
  • Harton del valle
  • Romosinuano : sans corne, issue d'une sélection suite à une mutation naturelle ou de l'introduction de sang Angus ou Red poll.
  • Sanmaterinera
  • Velasquez

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Daniel BABO "Races bovines françaises" aux éditions France agricole, 1998. (Introduction: les grandes familles bovines en Europe)
  • Liste des races bovines espagnoles répertoriées par la FAO.