Ramblin' Jack Elliott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ramblin' Jack Elliott

Elliott Charles Adnopoz est un auteur-compositeur et interprète folk américain, né le 1er août 1931.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Brooklyn, quartier de New York, Elliott a grandi dans la tradition juive de sa famille[1]. Désireux de devenir un cowboy, inspiré par les rodéos auxquels il assistait au Madison Square Garden pendant sa jeunesse. Poussé par ses parents à devenir médecin comme son père, il refusa, et quitta le domicile familial à l'âge de 15 ans, pour rejoindre une école de rodéo célèbre à cette époque, la J.E. Rodeo sur les rives du fleuve Mississippi. Il voyagea en Nouvelle-Angleterre, poursuivi par ses parents. c'est pendant une tournée de trois mois qu'il rencontra pour la première fois un cowboy de show, qui chantait, jouait de la guitare et du banjo.

Forcé de retourner chez lui, Elliott apprit seul à jouer de guitare et à donner des représentations itinérantes pour subsister. Il eut Woody Guthrie pour maître, avec qui il vécut en étudiant et observateur. Il rencontra bientôt Derroll Adams, avec qui il effectua des tournées en Europe, notamment en Angleterre, où il fit grande impression. Vers 1960, il avait déjà enregistré trois albums (sous le label Topic). Vivant au jour le jour de pubs en clubs londoniens, se bâtissant à son insu une réputation dans les cabarets du West End, il se perfectionna techniquement ; tout ce qu'avait appris Elliott fut transmis plus tard à son fils adoptif Arlo Guthrie et fit un grand effet sur Bob Dylan, alors étudiant d'université[2].

À l'arrivée de Bob à New York, on l'appelait parfois le fils de Jack Elliott, parce que Elliott avait l'habitude de jouer les chansons de Bob en annonçant Here's a song from my son, Bob Dylan[3].

Elliott a continué comme interprète, troubadour, reprenant et apportant d'anciennes chansons à de nouveaux publics. Elliott a influencé Phil Ochs, et a participé à ses albums en tant que musicien de sessions, chantant ou jouant de la guitare[4].

Au milieu des années 1970, Elliott a participé à la Rolling Thunder Revue (une tournée de Bob Dylan) et joué la chanson Longheno de Castro dans le film de Dylan Renaldo and Clara, auquel il participa en tant qu'acteur également. On a vu Elliott s'illustrer dans tous les genres, de la musique Country au blues, bluegrass ou encore en folk. Son album de 1995, South Coast, lui a valu son premier Grammy award, et il reçut en 1998 la National Medal of Arts (médaille décernée à un artiste en récompense pour sa reconnaissance par le peuple américain). À 75 ans, il a changé de maison de disques, et sorti aussitôt un nouvel album (Not For The Tourists). En 2009, Elliott sort un album dédié au blues avec des reprises de Blind Lemon Jefferson,Tampa Red et Son House entre autres. Jack fut un des invités à se représenter lors du 65e anniversaire de Derroll Adams, fêté à Courtrai[5] : il y reprit Don't Think Twice, It's All Right de Bob Dylan.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le surnom de Jack Elliott (Ramblin' qui signifie errant, ou qui se balade) ne lui vient pas de ses habitudes d'errant, de voyageur, mais de son habitude à raconter un tas d'histoires sans forcément qu'il y ait quelque rapport avec l'objet de la question posée ; parfois même, il va jusqu'à ne pas répondre à la question, qui doit alors être reposée, parfois en vain.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Dylan rend hommage à la musique de Elliott sur l'album Chronicles, Volume 1, p. 250-252. de l'édition anglaise.
  3. (Voici une chanson de mon fils, Bob Dylan).
  4. cfr. à l'album Tape from California.
  5. Derroll Adams 65th Birthday Concert (1991; Waste Productions WP 9101)

Liens externes[modifier | modifier le code]