Ramasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ramasse
Image illustrative de l'article Ramasse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Ceyzériat
Intercommunalité Communauté de communes de La Vallière
Maire
Mandat
Michel Porrin
2014-2020
Code postal 01250
Code commune 01317
Démographie
Population
municipale
254 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 42″ N 5° 21′ 19″ E / 46.195, 5.35527777778 ()46° 11′ 42″ Nord 5° 21′ 19″ Est / 46.195, 5.35527777778 ()  
Altitude Min. 310 m – Max. 590 m
Superficie 9,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Ramasse

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Ramasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ramasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ramasse

Ramasse est une commune française, dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ramasse se situe dans le Revermont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jasseron Drom Rose des vents
N Villereversure
O    Ramasse    E
S
Ceyzériat Revonnas Bohas-Meyriat-Rignat

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Gérard Guyard    
mars 2001 mars 2008 Alain Rabatel[1]    
mars 2008 en cours Bernard Chapuy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 254 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
554 508 551 536 588 523 441 415 390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
395 410 393 355 363 364 363 360 322
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344 320 305 258 234 191 202 198 179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
165 171 156 163 189 219 255 264 250
2011 - - - - - - - -
254 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Site néolithique situé à la grotte de la Tessonière.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Conches.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L’abbé Gringoz, défenseur du patrimoine. Né à Ramasse le 28 janvier 1880, il fut curé d’Appremont à partir de 1910 et revint exercer son ministère dans sa paroisse natale (ainsi qu’à Drom) en 1951. Il s’est beaucoup intéressé à son terroir et publia en 1949 un ouvrage historique intitulé "Nos villages de Bresse et Bugey au temps de Charlemagne". Mais c’est surtout pour sa longue lutte pour sauvegarder la chapelle Notre-Dame des Conches dans sa commune natale, à proximité des villages de Drom et de Jasseron. Haut lieu de pèlerinage, la chapelle était peu à peu tombée en déshérence et l’abbé Gringoz, à force d’abnégation et de persévérance, va réussi à mettre à jour l’église Saint-Julien et les restes du village détruit en 1536 par les troupes françaises. Sur le site de la chapelle, il exhume un sarcophage romain en 1942 et une ‘Vierge au raisin’ l’année suivante. Il consigna le résultat de ses recherches dans deux ouvrages "La colline du Revermont" en 1940 puis, reconstituant l’histoire du site, "Notre-Dame des Conches et Saint-Julien sur Roche" en 1954.
    [réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]