Ralph Neville (1er comte de Westmorland)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ralph Neville.
Ralph Neville
Miniature de Ralph Neville et de ses douze enfants.
Miniature de Ralph Neville et de ses douze enfants.

Titre baron Neville de Raby
(1388 - 1425)
Autre titre comte de Westmorland (1397)
Prédécesseur John Neville
Arme chevalier
Grade militaire Comte Maréchal
Commandement Gardien des Marches
Distinctions chevalier de la Jarretière
Biographie
Dynastie Famille Neville
Nom de naissance Ralph Neville
Décès 21 octobre 1425
Père John Neville (v.1330-1388)
Mère Maud Percy († 1378/79)
Conjoint Marguerite Stafford († 1396), puis Jeanne Beaufort (v.1379-1440)
Enfants cf. infra
Adversaires Henri Percy

Neville.svg

Ralph Neville (vers 1364[1]21 octobre 1425[1]), 6e baron Neville de Raby[1] puis 1er comte de Westmorland, est un important baron anglais des règnes de Richard II, Henri IV et Henri V d'Angleterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de John Neville (v.1330-1388), 5e baron Neville, et de Maud Percy († 1378/79), fille d'Henri, 2e lord Percy d'Alnwick[1]. Ralph Neville (1er comte de Westmorland) fut armé chevalier par Thomas de Woodstock au cours de la campagne de France en 1380. À la mort de son père, en 1388, il devint le VIe baron Neville de Raby. En 1391, Neville fut intégré à la commission investie des charges de connétable en remplacement de Thomas de Woodstock : à ce titre, il fut de toutes les négociations avec les Scots. Le 29 septembre 1397, en récompense de son appui indéfectible à Richard II contre les Lords Appelants, Neville fut élevé au rang de 1er comte de Westmorland.

Mais en tant que partisan des Lancastre, il prit fait et cause pour le prétendant Henri Bolingbroke en octobre 1399, et le nouveau souverain lui attribua la charge de Comte Maréchal à vie (mais il démissionna en 1412). Avant la fin de 1399, il était aussi déjà conseiller particulier[2]. En 1403, il fut reçu chevalier de la Jarretière, prenant la place laissée vacante par la mort du duc Edmond de Langley. Le roi Henri IV lui attribua l’honneur et la seigneurie de Richmond à vie. Comme les premiers seigneurs de Richmond et Pierre II de Savoie avant lui, Ralph disposait de la terre de Richmond, mais sans qu'y soit attaché un titre nobiliaire[3].

Les comtes de Neville étaient des rivaux héréditaires de la Maison de Percy. En 1403, la prééminence des Percy s'était atténuée à l'issue de la Bataille de Shrewsbury et, tandis qu'ils avaient détenu depuis des décennies le pouvoir sur les deux Marches du Nord, voilà qu'à présent les marches de l'Ouest étaient attribuées aux Neville, dont de surcroît l'influence dans l'Est n'était pas mince. Neville avait empêché Henri de Northumberland de venir au secours de Henry Percy (Hotspur), puis avait organisé un nouveau soulèvement contre son ennemi. En mai 1403, alors que les Percy se rebellaient à leur tour contre Thomas de Mowbray (2e comte de Nottingham), et l’archevêque Scrope, Neville alla à leur rencontre à Shipton Moor, près d' York, pour suggérer des pourparlers entre les barons du royaume. Or Scrope et Mowbray furent arrêtés après que Mowbray eut congédié ses partisans, et remis au comte de Northumberland au château de Pontefract. Certains historiens estiment que les deux hommes se seraient rendus d'eux-mêmes. Si c'est Neville qui les a trahi, il n'a cependant à coup sûr joué aucun rôle dans leur exécution[3].

Dans la dernière phase de sa carrière, Neville s'occupa essentiellement de la défense des marches du Nord, en tant que Gardien des Marches (1403–1414). En 1415, il remporta une victoire décisive sur les envahisseurs écossais à la Bataille de Yeavering[3]. En 1422, il fut membre du conseil de régence pendant la minorité d’Henri VI[2].

Neville mourut le 21 octobre 1425, ordonnant par legs la création d'un lycée à Raby, le College of Staindrop . On édifia à sa mémoire, dans l'église Ste-Marie de Staindrop, près du château de Raby, un magnifique tombeau d'albâtre : son gisant en armure est entouré de celui de ses deux épouses. Le généalogiste irlandais John Burke le considérait déjà en 1842 comme le plus beau monument funéraire du nord de l'Angleterre[2].

Familles et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces Marguerite Stafford († 1396), fille de Hugh Stafford, 2e comte de Stafford[1]. Ensemble, ils ont deux fils et six ou sept filles :

  • John (v.1387 — mai 1420), épouse Elizabeth Holland[1]. Leur fils Ralph Neville hérite du titre de comte de Westmorland à la mort de son grand-père[1] ;
  • Ralph († 1458), épouse Mary, fille et cohéritière de Sir Robert Ferrers d'Oversley[1] ;
  • Matilda, épouse de Peter, Lord Maulay[1] ;
  • Philippa, épouse de Thomas, Lord Dacre[1] ;
  • Alice, épouse de Sir Thomas Grey de Heaton, puis de Sir Gilbert Lancaster[1] ;
  • Elizabeth, nonne[1] ;
  • Anne, épouse de Sir Gilbert Umfraville de Kyme[1] ;
  • Margaret, épouse de Richard, Lord Scrope de Bolton, puis de William Cressener[1] ;

et peut-être :

  • Anastasia, morte jeune[1].

Veuf, il se remarie en 1396 avec Jeanne Beaufort (v.1379-1440), fille légitimée de Jean de Gand, duc de Lancastre († 1399) et de sa troisième épouse Catherine Roelt (ou Swynford)[1]. Jeanne est la demi-sœur du roi Henri IV d'Angleterre, et la veuve de Sir Robert Ferrers d'Oversley (Warwickshire)[1]. Ensemble ils ont neuf fils et cinq filles[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Anthony Tuck, « Neville, Ralph, first earl of Westmorland (c.1364–1425) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, janvier 2008.
  2. a, b et c D'après Charles Mosley, Burke's Peerage and Baronetage, vol. 1, Crans, Suisse, coll. « Genealogical Books » (réimpr. 106e, 1999), 2 volumes, p. 14.
  3. a, b et c Cf. Encyclopædia Britannica, vol. XXVIII, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1910, p. 553
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Monique Ornato, Répertoire prosopographique de personnages apparentés à la couronne de France aux XIVe et XVe siècles, Publications de la Sorbonne, 2001.