Rallye Monte-Carlo 1973

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rallye Monte-Carlo 1973
1er manche du championnat du monde des rallyes 1973
Manche suivante →
Généralités
Édition 42e édition du Rallye Monte-Carlo
Date du 19 au 26 janvier 1973
Spéciales 16 (sur 18 prévues) (420 km)
Surface asphalte/neige
Équipes 278 au départ, 44 (51 classées) à l'arrivée
Podiums
Classement pilotes
1. Drapeau : France Jean-Claude Andruet
2. Drapeau : Suède Ove Andersson 3. Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas

Le Rallye Monte-Carlo 1973 (42e Rallye Monte-Carlo), disputé du 19 au 26 janvier 1973[1], est la première manche du championnat du monde des rallyes 1973. C'est la toute première épreuve du championnat du monde des rallyes (WRC), inauguré en 1973.

Contexte avant la course[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

1973 est une date clef dans le monde du rallye, la FIA organisant pour la première fois un championnat du monde officiellement dénommé 'Championnat Mondial des Rallyes pour Marques', remplaçant le 'Championnat International des Rallyes pour Marques' créé en 1968[1], rebaptisé 'Championnat d'Europe des Rallyes pour Marques' deux ans plus tard. Le championnat est réservé aux catégories suivantes :

  • Groupe 1 : voitures de tourisme de série
  • Groupe 2 : voitures de tourisme spéciales
  • Groupe 3 : voitures de grand tourisme de série
  • Groupe 4 : voitures de grand tourisme spéciales
Article détaillé : Groupes numérotés de la FIA.

Le rallye Monte-Carlo est la première des treize épreuves internationales du calendrier 1973.

L'épreuve[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rallye Monte-Carlo.

La première édition du Rallye Monte-Carlo eut lieu en 1911, sur une idée d'un huissier de justice monégasque de créer une grande concentration touristique hivernale ralliant des automobilistes partis de différentes villes européennes devant le casino de Monaco. Tout d'abord épreuve de régularité, la course sera dès sa troisième édition en 1924 enrichie d'épreuves sélectives pour départager les ex æquo et dès 1929 la vitesse prendra une place prépondérante pour désigner le vainqueur. Progressivement, les moyennes imposées vont devenir de plus en plus difficiles à réaliser, avant que le classement général 'scratch' ne soit introduit en 1968, le classement s'effectuant dès lors sur la base des tronçons chronométrés[2].

Traditionnellement disputé en janvier, le Monte-Carlo ouvre la saison des rallyes et fait généralement la part belle aux routes enneigées ou verglacées des Alpes françaises ou du Massif Central.

Le parcours[modifier | modifier le code]

  • départ : 19 janvier 1973 (choix entre neuf villes de départ)
  • arrivée : 26 janvier 1973 à Monaco
  • distance : environ 4 800 km dont 420 km sur 16 épreuves spéciales (18 épreuves initialement prévues, pour un total de 456,5 km chronométrés)
  • surface : asphalte (conditions hivernales)
  • Parcours divisé en trois étapes : parcours de concentration, parcours commun et épreuve complémentaire[3]

Parcours de concentration[modifier | modifier le code]

  • neuf parcours possibles, du 19 au 21 janvier :
  1. Itinéraire d'Almería : Almería - Tolède - Madrid - Perpignan - Alès - Digne - Monaco
  2. Itinéraire de Monte-Carlo : Monaco - Gap - Alès - Toulouse - Bayonne - Limoges - Clermont-Ferrand - Le Puy - Digne - Monaco
  3. Itinéraire de Reims : Reims - Metz - Arras - Angers - Limoges - Clermont-Ferrand - Le Puy - Digne - Monaco
  4. Itinéraire de Francfort : Hanau - Metz - Arras - Angers - Limoges - Clermont-Ferrand - Le Puy - Digne - Monaco
  5. Itinéraire de Glasgow : Glasgow - Douvres - Dunkerque - Alençon - Angers - Limoges - Clermont-Ferrand - Le Puy - Digne - Monaco
  6. Itinéraire d'Athènes : Athènes - Larissa - Belgrade - Trieste - Padoue - Cuneo - Digne - Monaco
  7. Itinéraire de Varsovie : Varsovie - Brno - Vienne - Trieste - Padoue - Cuneo - Digne - Monaco
  8. Itinéraire de Rome : Rome - Pescara - Foggia - Velletri - Padoue - Cuneo - Digne - Monaco
  9. Itinéraire d'Oslo : Oslo - Göteborg - Flensbourg - Hanovre - Innsbruck - Trente- Cuneo - Digne - Monaco
  • 1 épreuve spéciale, 17 km

Parcours commun[modifier | modifier le code]

  • Monaco - Vals-les-Bains - Uriage - Monaco, 1 653 km, du 23 au 24 janvier
  • 8 épreuves spéciales, 250 km (10 épreuves initialement prévues, pour un total de 286,5 km)

Épreuve complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Monaco - Monaco, 672 km, du 25 au 26 janvier
  • 7 épreuves spéciales, 153 km

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

321 équipages étaient inscrits pour l'épreuve, de nombreux forfaits ont ramené le nombre de participants à 278, dont une large majorité de pilotes et copilotes amateurs. Cinq équipes officielles se disputent la victoire absolue, alors qu'Opel et Renault visent surtout un résultat en groupe 2 :

  • Alpine-Renault
A110
Les Alpine A110 groupe 4 sont les favorites de la course

L'usine a engagé cinq berlinettes A110 groupe 4 (1 800 cm3, 172 ch, 710 kg[1]). Disposant d'un excellent rapport poids/puissance (4,1 kg/ch), l'agile berlinette est la monture idéale pour le Monte-Carlo. Elle s'y est imposée en 1971, et les problèmes de boîte de vitesses qui l'ont privée de la victoire en 1972 ont été désormais corrigés. Les voitures officielles, équipées de pneus Michelin, sont aux mains de Bernard Darniche (copilote Alain Mahé), Jean-Luc Thérier (copilote Marcel Callewaert), Ove Andersson (le vainqueur 1971 est cette fois navigué par Jean Todt), Jean-Claude Andruet (copilote "Biche") et Jean-Pierre Nicolas (copilote Michel Vial). Porteur du numéro un, Darniche sera le premier à s'élancer lors du parcours commun et de l'épreuve complémentaire, ce qui peut se révéler un handicap sur les tronçons fortement enneigés. Andruet dispute sa dernière course pour la marque, avant son passage chez Lancia en rallye et chez Abarth en circuit. C'est également le cas d'Andersson, futur pilote Toyota.

Aux côtés des voitures d'usine, qui partiront de Monaco, nombreux sont les pilotes privés courant sur berlinette. Parmi les plus notoires, Jean-François Piot (engagement semi-officiel[4]), Pat Moss-Carlsson (qui vise la coupe des dames), Bob Wollek, Claude Ballot-Léna en groupe 4, Jacques Henry, Christine Dacremont, Marianne Hoepfner en groupe 3.

  • Fiat

L'équipe officielle Fiat aligne quatre spiders 124 rallye groupe 4 (1 750 cm3, 168 ch, 960 kg[1]) pour les équipages Björn Waldegård - Hans Thorszelius, Raffaele Pinto - Arnaldo Bernacchini, Alcide Paganelli - "Ninni" Russo et Sergio Barbasio - Gino Macaluso. Pour 1973, les voitures disposent d'une suspension à quatre roues indépendantes. Moins performantes que les Alpine sur asphalte, elles peuvent s'avérer redoutables sur route enneigée. Équipées de pneus Pirelli, les 124 prendront le départ de Rome. Vainqueur de l'épreuve en 1969 et 1970 sur Porsche, Waldegård dispute ici sa première course pour Fiat.

  • Ford
Escort RS
Les Escort RS groupe 2 font partie des voitures les plus puissantes de l'épreuve

Ford Grande-Bretagne aligne trois Escort RS 1600, largement favorites en groupe 2. Ces voitures qui se sont récemment imposées au Safari et au RAC visent également la victoire au classement général, en particulier celles de Timo Mäkinen - Henry Liddon et d'Hannu Mikkola - Jim Porter qui disposent de la version deux litres (240 ch, 800 kg[1]). Chris Slater, navigué par John Davenport, dispose de l'ancienne version (1 800 cm3, 200 ch[4]). Les Escort sont chaussées de pneus Dunlop. Mikkola et Slater s'élanceront de Glasgow, Mäkinen de Francfort[3].

  • Lancia

Avec le développement de la Lancia Stratos dont la version groupe 4 est prévue pour 1974, la Scuderia Lancia a réduit ses participations 1973 à quelques épreuves. Le Monte-Carlo est toutefois au programme, et l'usine a engagé quatre Fulvia HF groupe 4 (1 600 cm3, 160 ch, 870 kg[1]), un modèle en fin de carrière mais toujours très efficace dans la neige. Vainqueur en 1972, Sandro Munari (navigué par Mario Mannucci) est le fer de lance de l'équipe. Les trois autres voitures sont confiées aux équipages Simo Lampinen - Piero Sodano, Harry Källström - Claes Billstam et Amilcare Ballestrieri - Silvio Maiga. Tout comme les Fiat, les Lancia sont équipées de pneus Pirelli et partiront de Rome.

  • Datsun

Deux puissantes Datsun 240 Z groupe 4 (2 400 cm3, 230 ch, 1 050 kg[1]) ont été engagées par Nissan Motors. Très robustes, ces voitures sont très adaptées aux difficiles épreuves sur terre telles le Safari (elles y ont réalisé le doublé en 1971), mais beaucoup moins à l'aise sur asphalte ou neige. Les deux équipages officiels sont Rauno Aaltonen - Paul Easter et Tony Fall - Mike Wood. Les Datsun sont chaussées de pneus Dunlop et partiront de Monaco.

  • Opel

Une Commodore GS/E groupe 2, soutenue par l'usine, est confiée à l'équipage Walter Röhrl - Jochen Berger. Opel Suède a engagé deux Ascona groupe 2 (1 900 cm3, 190 ch[1]), à boîte de vitesses automatique, pour Lillebror Nasenius - Björn Cederberg et Anders Kulläng - Claes-Göran Andersson, qui partiront de Francfort. Henry Greder, navigué par Henri Duclos, s'aligne au volant d'une Ascona SR groupe 1 et engage également une Ascona groupe 2 pour Marie-Claude Beaumont - Christine Giganot, ces deux voitures partant de Reims.

  • Renault

Deux Renault 12 Gordini groupe 2 officielles (1 600 cm3, 160 ch, 800 kg[1]) sont au départ de Monaco. Elles sont confiées aux équipages Jean Ragnotti - Jacques Jaubert et Patrick Tambay - Gérard Marion. Il s'agit de la première participation à un rallye international pour Tambay.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Du 19 au 21 janvier : parcours de concentration[modifier | modifier le code]

Col du Corobin
La spéciale du Corobin, à quelques kilomètres de Digne, est le seul secteur chronométré du parcours de concentration.

278 équipages prennent le départ de la course le vendredi 19 janvier, de neuf villes européennes différentes. Rome (69 concurrents) et Monaco (51) sont les plus prisées, contrairement à Athènes et Glasgow qui accueillent respectivement 6 et 12 voitures[5]. Chacun des itinéraires du parcours de concentration est long d'environ 2500 kilomètres, sans difficulté majeure. Cinq équipages vont toutefois être mis hors course pour franchissement de ligne continue ou non-respect d'un stop[6] ! Un seul abandon de marque, celui de Marie-Claude Beaumont (Opel Ascona groupe 2), qui a dû renoncer 200 kilomètres après son départ de Reims pour un problème de pompe à eau[6].

À la fin du parcours, peu avant Digne, tous les concurrents se regroupent avant de disputer les 17 kilomètres de la première épreuve spéciale : le col du Corobin. Les premiers équipages trouvent une route légèrement verglacée et quelques flocons de neige, et doivent utiliser des pneus cloutés. Jean-Claude Andruet se montre alors le plus rapide de l'équipe Alpine. Une à deux heures plus tard, l'eau a remplacé le verglas sur de nombreuses portions et un cloutage beaucoup plus léger est adopté. Pouvant utiliser toute leur puissance, les Ford Escort d'Hannu Mikkola et de Timo Mäkinen réalisent les meilleures performances. Parti une heure plus tard, Sandro Munari (Lancia Fulvia), malgré une route un peu plus glissante, parvient à égaler le temps de Mikkola, les deux hommes prenant la tête du rallye huit secondes devant Mäkinen. Les équipages rejoignent Monaco sans encombre et vont bénéficier d'une journée de repos.

classement à l'issue du parcours de concentration
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : Italie Sandro Munari Drapeau : Italie Mario Mannucci Lancia Fulvia coupé HF 13 min 29 s 4
1= Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni Jim Porter Ford Escort RS 13 min 29 s 2
3 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS 13 min 37 s + 8 s 2
4 Drapeau : Finlande Simo Lampinen Drapeau : Italie Piero Sodano Lancia Fulvia coupé HF 13 min 57 s + 28 s 4
5 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius Fiat 124 Rallye 1800 14 min 00 s + 31 s 4
6 Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France "Biche" Alpine A110 1800 14 min 02 s + 33 s 4
7 Drapeau : Italie Amilcare Ballestrieri Drapeau : Italie Silvio Maiga Lancia Fulvia coupé HF 14 min 06 s + 37 s 4
8 Drapeau : France Jean-Luc Thérier Drapeau : France Marcel Callewaert Alpine A110 1800 14 min 07 s + 38 s 4
8= Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Lancia Fulvia coupé HF 14 min 07 s + 38 s 4
10 Drapeau : France Jean-François Piot Drapeau : France Jean-Louis Marnat Alpine A110 1800 14 min 08 s + 39 s 4

Du 23 au 24 janvier : parcours commun[modifier | modifier le code]

Les concurrents s'élancent de Monaco le jeudi matin, pour affronter les 1500 kilomètres du parcours commun. La première spéciale du jour (Pont des Miolans), longue de 25 kilomètres, est enneigée et tout le monde adopte les pneus à fort cloutage. Les Alpine dominent, Jean-Luc Thérier et Jean-Claude Andruet réalisant le même temps douze secondes devant leur coéquipier Ove Andersson. Hannu Mikkola, qui avec son Escort a égalé le temps d'Andersson, conserve la tête du rallye, avec 21 secondes d'avance sur la Lancia de Sandro Munari. Les Fiat ont perdu du temps à cause d'un mauvais choix de pneus, Björn Waldegård chutant à la treizième place avec plus d'une minute et demie de retard tandis que son coéquipier Paganelli doit abandonner (boîte bloquée). La spéciale suivante est le col de Perty (20 kilomètres), où la montée est enneigée, un handicap pour les premiers équipages (les départs sont donnés dans l'ordre des numéros de course), qui vont devoir faire la trace. Mikkola en profite : meilleur temps, il conforte son avance sur Munari, désormais à 38 secondes. Outre Bernard Darniche dont l'Alpine porte le numéro 1, Mäkinen, Waldegård et Thérier ont perdu du temps à ouvrir la route dans la montée du col.

La troisième spéciale de la journée est Burzet, en Ardèche, longue de 45 kilomètres, que les concurrents abordent à la tombée de la nuit. La burle a créé d'énormes congères sur le plateau, et la fraiseuse doit dégager la route. Une nouvelle fois le premier à s'élancer, Darniche, copiloté par Alain Mahé, est en difficulté dans la neige fraîche. À plusieurs reprises, il percute les congères et va perdre énormément de temps à se dégager. La Fiat de Waldegård-Thorszelius les rejoint alors, et l'équipage suédois va aider les Français à reprendre la route. Waldegård se propose pour ouvrir la route, sa Fiat plus lourde, franchissant plus facilement les congères. Il repart derrière Mäkinen qui vient de passer, mais à vouloir le rattraper il sort, plonge dans un trou et doit abandonner[6]. Darniche, maintenant en seconde position sur la route, parvient à terminer la spéciale, mais il a perdu dix minutes et tout espoir de bien figurer. Les suivants parcourent la spéciale sans encombre, dans les traces, à l'exception de Simo Lampinen (Lancia) qui doit renoncer, moteur cassé. Mais alors qu'environ la moitié des concurrents est passée, la Ford Capri d'un concurrent sort assez violemment. Le copilote est blessé et l'épreuve est interrompue pour laisser place aux secours. Le vent continuant à souffler, les congères se reforment et la spéciale devient à nouveau impraticable pour les voitures de rallye, d'autant que des spectateurs impatients ont repris leurs voitures, rendant la situation inextricable. 144 concurrents (tous amateurs) se retrouvent bloqués à Burzet, et après plusieurs heures les organisateurs décident de les exclure de la course ! Malgré les raisons avancées (la surveillance ne pouvant plus être assurée passé un certain délai), la décision est très contestée, et une bonne partie des exclus décide d'aller manifester et de bloquer la route du rallye à l'entrée de Digne.

Antraigues
Antraigues-sur-Volane, terme de la célèbre spéciale Le Moulinon - Antraigues.

Mikkola, qui a concédé près de deux minutes dans Burzet, tombe à la cinquième place. C'est désormais l'Alpine d'Andruet, auteur du meilleur chrono, qui mène la danse, treize secondes devant Munari (le classement provisoire donne alors l'Italien en tête, suite à une erreur de communication du temps d'Andruet, erreur qui sera rectifiée quelques heures plus tard). Hormis Darniche, les pilotes d'Alpine sont en bonne position, Thérier et Andersson sont remontés aux troisième et quatrième places, alors que Jean-Pierre Nicolas, sixième, n'est plus très loin de Mikkola. La spéciale suivante (Le Moulinon - Antraigues, 38 kilomètres) se déroulant sur route sèche, les concurrents adoptent les pneus Racing. Darniche réalise le meilleur chrono, vingt secondes devant Andruet qui est sorti sur de la neige jetée par des spectateurs. Sur le sec, les Alpine se montrent irrésistibles et obtiennent les six meilleurs temps, alors que les Escort, qui disposent de 240 chevaux, déçoivent, devancées par la Lancia Fulvia (160 chevaux) de Munari. Au classement général, trois Alpine sont en tête, Andruet (qui compte près d'une minute d'avance), Andersson et Thérier devançant Munari.

La neige est à nouveau présente pour la spéciale de Saint-Bonnet-le-Froid (20 kilomètres), où les pneus à clous sont de rigueur. Sur ce tronçon rapide (la moyenne est de 80 km/h malgré l'adhérence précaire), Munari se montre très à l'aise et réalise le meilleur temps juste devant Nicolas et Mäkinen. Se croyant deuxième (il ignore alors son temps réel dans Burzet), Andruet attaque un peu trop fort et va au fossé. Il perd près d'une minute sur ses principaux rivaux, et conserve de peu la tête de la course. Si le haut du classement demeure inchangé, les quatre premiers se tiennent désormais en quinze secondes.

Lancia Fulvia
Coup dur pour la Scuderia Lancia qui perd deux voitures dans l'épreuve de Saint Barthélémy, avec les abandons de Munari et de Ballestrieri.

Les spéciales de Saint-Jean-en-Royans et Saint Barthélémy, courues de nuit, sont également enneigées. Dans la première, dominée par Andruet, Munari réalise le deuxième temps et remonte à la seconde place au général. Mais dans la suivante, il sort de la route et abandonne. Les Alpine ont désormais le champ libre, occupant les quatre premières places. Au prix d'une belle attaque, Andruet s'est construit une avance de près d'une minute et demie sur Andersson, deux minutes et demie sur Nicolas et plus de trois minutes sur Thérier. Les Escort de Mikkola et Mäkinen, cinquièmes et sixième, comptent alors quatre minutes de retard. On note l'abandon de la seconde Lancia, pilotée par Amilcare Ballestrieri, alors neuvième, qui a cassé un arbre de roue.

La spéciale suivante (Chorges - Savines), disputée au petit matin, est remportée par Darniche, qui remonte à la treizième place. Mikkola a repris la quatrième place à Thérier, ce dernier ayant écopé d'une minute de pénalisation. Il reste encore deux épreuves chronométrées à disputer, mais lorsque les premières voitures arrivent à Digne, elles sont bloquées par les exclus du Burzet, qui manifestent leur colère en bloquant la route. Les organisateurs demandent alors aux 51 concurrents encore en course de rejoindre Monaco par la route la plus directe, annulant les spéciales du col de la Porte et de la Cabanette. Au terme du parcours commun, dominé par les Alpine, Andruet possède une avance de près de deux minutes sur son coéquipier Andersson et plus de trois minutes sur Nicolas. Respectivement quatrième et sixième, les Escort de Mikkola et Mäkinen mènent largement le groupe 2, alors que Gérard Larrousse (Alfa Romeo 2000 GTV), douzième au général, a pris la tête du groupe 1 dès le premier secteur chronométré.

La Cabanette
Panorama depuis la Cabanette, dernière spéciale du parcours commun, annulée par les organisateurs.
classement à l'issue du parcours commun
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France "Biche" Alpine A110 1800 3 h 25 min 04 s 4
2 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : France Jean Todt Alpine A110 1800 3 h 26 min 48 s + 1 min 44 s 4
3 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 3 h 28 min 10 s + 3 min 06 s 4
4 Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni Jim Porter Ford Escort RS 3 h 28 min 29 s + 3 min 25 s 2
5 Drapeau : France Jean-Luc Thérier Drapeau : France Marcel Callewaert Alpine A110 1800 3 h 28 min 38 s + 3 min 34 s 4
6 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS 3 h 29 min 25 s + 4 min 21 s 2
7 Drapeau : France Jean-François Piot Drapeau : France Jean-Louis Marnat Alpine A110 1800 3 h 29 min 43 s + 4 min 39 s 4
8 Drapeau : Finlande Rauno Aaltonen Drapeau : Royaume-Uni Paul Easter Datsun 240 Z 3 h 32 min 01 s + 6 min 57 s 4
9 Drapeau : Italie Raffaele Pinto Drapeau : Italie Arnaldo Bernacchini Fiat 124 Rallye 1800 3 h 33 min 17 s + 8 min 13 s 4
10 Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Lancia Fulvia coupé HF 3 h 33 min 58 s + 8 min 54 s 4

Du 25 au 26 janvier : épreuve complémentaire[modifier | modifier le code]

Turini
La spéciale du col de Turini, disputée à trois reprises au cours de l'épreuve complémentaire.

Le final du Monte-Carlo se déroule la nuit du jeudi au vendredi. Chez Alpine, qui tient alors les trois premières places, des consignes de prudence ont été données afin d'éviter une lutte fratricide. Second à 1 min 44 s de Jean-Claude Andruet, Ove Andersson (vainqueur ici-même deux ans plus tôt) est toutefois bien décidé à aller chercher la victoire : sept spéciales restent à parcourir, il lui faut reprendre quinze secondes par secteur chronométré ! Dans le col de la Madone (18 km), où la route est sèche, il réalise le meilleur temps devant les quatre autres Alpine officielles, reprenant dix-neuf secondes à Andruet qui a préféré assurer. L'épreuve suivante est le col de Turini, que les concurrents vont courir à trois reprises. Le col est enneigé et les pneus cloutés sont montés. Ayant adopté un fort cloutage, les Alpine perdent du temps sur la partie sèche et c'est la Lancia d'Harry Källström qui se montre la plus rapide lors de la première montée. Sur le versant est, des spectateurs ont jeté de la neige sur la route, qui va piéger les premiers à s'élancer, dont Bernard Darniche (tête-à-queue) et surtout Jean-Luc Thérier qui sort, faussant le train avant de son Alpine, perdant la quatrième place qu'il venait de reprendre à Hannu Mikkola. Le pilote normand va devoir achever le rallye à vitesse réduite. Andersson a repris onze secondes à Andruet, réduisant son retard à 1 min 14 s. Mäkinen (Ford escort) a perdu une roue, incident qui lui coûte huit minutes de pénalisation et sa sixième place.

La spéciale du col de la Couillole se dispute sur le sec. Mäkinen peut exploiter toute la puissance de son Escort et réalise le meilleur temps, juste devant Andruet. Ce dernier a repris six secondes à Andersson, confortant sa première place. Il reste alors quatre épreuves chronométrées à disputées. Le Turini est abordé une seconde fois, dans le sens contraire. Alors que les positions en tête semblent établies, Andruet crève à l'arrière gauche après cinq kilomètres de spéciale. Il lui reste alors dix-huit kilomètres à parcourir jusqu'à la fin du secteur. Il choisit de continuer plutôt que de changer la roue. Malgré toute l'adresse dont il fait preuve dans ces conditions, il termine à plus de trois minutes et demie de Jean-François Piot (Alpine), qui a réalisé le meilleur temps. Andruet chute à la troisième place, à plus d'une minute d'Andersson. Le pilote suédois a également perdu du temps suite à un mauvais choix de pneus, mais avec cinquante-cinq secondes d'avance sur son coéquipier Jean-Pierre Nicolas il semble avoir course gagnée.

S'il lui parait désormais impossible d'aller chercher la victoire, Andruet espère toutefois ravir la seconde place à Nicolas. Dix secondes seulement séparent les deux hommes, qui réalisent tous deux le meilleur temps dans le second passage du col de la Couillole. Coup de théâtre, Andersson est sorti dans les derniers kilomètres, et a crevé deux pneus. Une erreur qui lui coûte quarante-cinq secondes. À deux spéciales de la fin, il ne compte plus que dix secondes d'avance sur Nicolas et vingt sur Andruet, rien n'est encore joué. Pour la troisième fois, les pilotes disputent le Turini. Pourtant à l'attaque, les pilotes d'Alpine sont devancés par l'Escort de Mäkinen. Andruet reprend trente-et-une secondes à Nicolas, trente-quatre à Andersson (qui a connu quelques soucis de moteur) et se repositionne en tête de la course.

La victoire va se décider dans les dix-huit kilomètres du col de la Madone. Seulement quatorze secondes séparent les deux premiers, et Andruet, dont l'Alpine a un disque de frein voilé[7], redoute cette épreuve qui convient bien au pilotage d'Andersson (le Suédois a réalisé le meilleur temps lors du premier passage, dans l'autre sens). Nicolas, sept secondes derrière Andersson, est à l’affût d'une erreur de ses coéquipiers. Portant le numéro 1, Bernard Darniche s'élance le premier : il réalise 16 min 31 s (le record dans ce sens est de 16 min 3 s, temps réalisé par Nicolas en 1970[8]); sa dixième place au général étant acquise, il n'a pas vraiment attaqué. Le suivant est Mäkinen : 16 min 25 s, le record tient toujours. Thérier, dont l'Alpine a le train faussé, réalise 16 min 20 s. Vient ensuite la Fiat de Raffaele Pinto, numéro 5 : 16 min 8 s, le record tient toujours ! Lorsqu'Andersson (numéro quinze) s'élance, aucun n'a fait mieux que l'Italien. Le Suédois joue le tout pour le tout; il accomplit le parcours en 15 min 23 s, pulvérisant le record de quarante secondes ! Copilote du Suédois, Jean Todt calcule qu'Andruet doit réaliser un minimum de 15 min 36 s pour gagner. Le suspens est à son comble. Lorsque l'Alpine numéro dix-huit se présente à l'arrivée de la spéciale, c'est la stupéfaction : 15 min 11 s, douze secondes gagnées sur Andersson en dix-huit kilomètres, un authentique exploit pour l'équipage Andruet-"Biche" qui s'assure la victoire après bien des péripéties. Nicolas, quant à lui, n'a pu défendre ses chances : à cours d'essence, il a dû effectuer la descente du col en roue libre. Il préserve néanmoins sa troisième place, assurant le triplé Alpine, devant l'Escort de Mikkola, vainqueur du groupe 2. Pour une seconde, Thérier préserve sa cinquième place devant Piot, premier privé. En groupe 1, Gérard Larrousse (Alfa Romeo) s'impose après avoir mené de bout en bout, malgré une pénalité de cinq minutes due à une crevaison, tandis que Jacques Henry remporte le groupe 3 sur son Alpine 1600.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des pilotes après chaque épreuve spéciale[7].

Les épreuves spéciales 10 (Col de la Porte) et 11 (La Cabanette) ont été annulées.

Classement général[modifier | modifier le code]

A110
Magnifique succès d'Alpine, qui réalise le triplé et place cinq voitures dans les six premières.
Pos no Pilote Copilote Voiture Écurie Temps Écart Groupe
1 18 Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France "Biche" Alpine A110 1800 Alpine Renault 5 h 42 min 04 s 4
2 15 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : France Jean Todt Alpine A110 1800 Alpine Renault 5 h 42 min 30 s + 26 s 4
3 21 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 Alpine Renault 5 h 43 min 39 s + 1 min 35 s 4
4 20 Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni Jim Porter Ford Escort RS Ford Grande-Bretagne 5 h 44 min 29 s + 2 min 25 s 2
5 4 Drapeau : France Jean-Luc Thérier Drapeau : France Marcel Callewaert Alpine A110 1800 Alpine Renault 5 h 46 min 01 s + 3 min 57 s 4
6 23 Drapeau : France Jean-François Piot Drapeau : France Jean-Louis Marnat Alpine A110 1800 engagement privé 5 h 46 min 02 s + 3 min 58 s 4
7 5 Drapeau : Italie Raffaele Pinto Drapeau : Italie Arnaldo Bernacchini Fiat 124 Rallye 1800 Fiat 5 h 52 min 14 s + 10 min 10 s 4
8 16 Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Lancia Fulvia coupé HF Scuderia Lancia 5 h 52 min 15 s + 10 min 11 s 4
9 17 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fall Drapeau : Royaume-Uni Mike Wood Datsun 240 Z Nissan Motors 5 h 55 min 47 s + 13 min 43 s 4
10 1 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 Alpine Renault 5 h 57 min 08 s + 15 min 04 s 4

Classements par groupe[modifier | modifier le code]

Groupe 1[modifier | modifier le code]

Pos no Pilote Copilote Voiture Temps Écart Class. général
1 24 Drapeau : France Gérard Larrousse Drapeau : France Christian Delferrier Alfa Romeo 2000 GTV 6 h 15 min 33 s 19e à 33 min 29 s
2 27 Drapeau : France Guy Chasseuil Drapeau : France Christian Baron BMW 2002 TI 6 h 29 min 17 s + 13 min 44 s 24e à 47 min 13 s
3 31 Drapeau : France Henry Greder Drapeau : France Henri Duclos Opel Ascona SR 6 h 30 min 19 s + 14 min 46 s 25e à 48 min 15 s

Groupe 2[modifier | modifier le code]

Pos no Pilote Copilote Voiture Temps Écart Class. général
1 20 Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni Jim Porter Ford Escort RS 5 h 44 min 29 s 4e à 2 min 25 s
2 3 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS 5 h 57 min 51 s + 13 min 22 s 11e à 15 min 47 s
3 30 Drapeau : Suède Lillebror Nasenius Drapeau : Suède Björn Cederberg Opel Ascona 6 h 02 min 36 s + 18 min 07 s 12e à 20 min 32 s

Groupe 3[modifier | modifier le code]

Pos no Pilote Copilote Voiture Temps Écart Class. général
1 33 Drapeau : France Jacques Henry Drapeau : France Dominique Thiry Alpine A110 1600 6 h 21 min 25 s 22e à 39 min 21 s
2 49 Drapeau : France Alex Vineis Drapeau : France Oswald Péri Alpine A110 1600 6 h 58 min 58 s + 37 min 33 s 32e à 1 h 16 min 54 s
3 69 Drapeau : France Marianne Hoepfner Drapeau : France Yveline Vanoni Alpine A110 1600 7 h 07 min 42 s + 46 min 17 s 34e à 1h 25 min 38 s

Groupe 4[modifier | modifier le code]

Pos no Pilote Copilote Voiture Temps Écart Class. général
1 18 Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France "Biche" Alpine A110 1800 5 h 42 min 04 s Vainqueur absolu
2 15 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : France Jean Todt Alpine A110 1800 5 h 42 min 30 s + 26 s 2e à 26 s
3 21 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 5 h 43 min 39 s + 1 min 35 s 3e à 1 min 35 s

Hommes de tête[modifier | modifier le code]

Vainqueurs d'épreuves spéciales[modifier | modifier le code]

Résultats des principaux engagés[modifier | modifier le code]

no Pilote Copilote Voiture Groupe Class. général Class. groupe Commentaire
1 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 4 10e à 15 min 04 s 9e perte de 10 min dans ES4 (congères)
2 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius Fiat 124 Rallye 1800 4 ab. dans ES4 (sortie) -
3 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS 2 11e à 15 min 47 s 2e 8 min de pénalité après ES13 (perte d’une roue)
4 Drapeau : France Jean-Luc Thérier Drapeau : France Marcel Callewaert Alpine A110 1800 4 5e à 3 min 57 s 4e 1 min de pénalité (parcours commun)
5 Drapeau : Italie Raffaele Pinto Drapeau : Italie Arnaldo Bernacchini Fiat 124 Rallye 1800 4 7e à 10 min 10 s 6e
6 Drapeau : Finlande Simo Lampinen Drapeau : Italie Piero Sodano Lancia Fulvia coupé HF 4 ab. dans ES4 (moteur) -
7 Drapeau : France Jean Ragnotti Drapeau : France Jacques Jaubert Renault 12 Gordini 2 15e à 28 min 53 s 5e
8 Drapeau : Italie Alcide Paganelli Drapeau : Italie ‘Ninni’ Russo Fiat 124 Rallye 1800 4 ab. dans ES2 (boîte) -
10 Drapeau : Finlande Rauno Aaltonen Drapeau : Royaume-Uni Paul Easter Datsun 240 Z 4 18e à 32 min 39 s 11e
11 Drapeau : Italie Sandro Munari Drapeau : Italie Mario Mannucci Lancia Fulvia coupé HF 4 ab. dans ES8 (sortie) -
12 Drapeau : Royaume-Uni Chris Slater Drapeau : Royaume-Uni John Davenport Ford Escort RS 2 16e à 29 min 16 s 6e
14 Drapeau : Italie Sergio Barbasio Drapeau : Italie Gino Macaluso Fiat 124 Rallye 1800 4 ab. dans ES5 (boîte) -
15 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : France Jean Todt Alpine A110 1800 4 2e à 26 s 2e
16 Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Lancia Fulvia coupé HF 4 8e à 10 min 11 s 7e
17 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fall Drapeau : Royaume-Uni Mike Wood Datsun 240 Z 4 9e à 13 min 43 s 8e
18 Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France "Biche" Alpine A110 1800 4 1er 1er perte de 3 min 30 s dans ES15 (crevaison)
19 Drapeau : Italie Amilcare Ballestrieri Drapeau : Italie Silvio Maiga Lancia Fulvia coupé HF 4 ab. dans ES8 (moteur) -
20 Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni Jim Porter Ford Escort RS 2 4e à 2 min 25 s 1er
21 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 4 3e à 1 min 35 s 3er panne sèche dans ES18
22 Drapeau : Allemagne Walter Röhrl Drapeau : Allemagne Jochen Berger Opel Commodore GS/E 2 45e à 4 h 28 min 57 s 22e ab. après ES17 (demi-arbre), mais classé[9]
23 Drapeau : France Jean-François Piot Drapeau : France Jean-Louis Marnat Alpine A110 1800 4 6e à 3 min 58 s 5e
24 Drapeau : France Gérard Larrousse Drapeau : France Christian Delferrier Alfa Romeo 2000 GTV 1 19e à 33 min 29 s 1er 5 min de pénalité (épreuve complémentaire)
25 Drapeau : Allemagne de l'Est Peter Hommel Drapeau : Allemagne de l'Est Günter Bork Wartburg 353 2 38e à 1 h 42 min 51 s 18e 15 min de pénalité (épreuve complémentaire)
27 Drapeau : France Guy Chasseuil Drapeau : France Christian Baron BMW 2002 TI 1 24e à 47 min 13 s 2e 10 min de pénalité (commun et complémentaire)
28 Drapeau : France Marie-Claude Beaumont Drapeau : France Christine Giganot Opel Ascona 2 ab. le 1er jour (pompe à eau) -
29 Drapeau : Royaume-Uni Pat Moss-Carlsson Drapeau : Royaume-Uni Elizabeth Crellin Alpine A110 1800 4 47e à 4 h 58 min 19 s 15e ab. après ES16 (boîte), mais classée[9]
30 Drapeau : Suède Lillebror Nasenius Drapeau : Suède Björn Cederberg Opel Ascona 2 12e à 20 min 32 s 3e 2 min de pénalité (parcours commun)
31 Drapeau : France Henry Greder Drapeau : France Henri Duclos Opel Ascona SR 1 25e à 48 min 15 s 3e
32 Drapeau : France Claude Laurent Drapeau : France Jacques Marché Daf 66 2 30e à 1 h 06 min 23 s 12e 10 min de pénalité (épreuve complémentaire)
33 Drapeau : France Jacques Henry Drapeau : France Dominique Thiry Alpine A110 1600 3 22e à 39 min 21 s 1er 3 min de pénalité (commun et complémentaire)
34 Drapeau : France Bernard Fiorentino Drapeau : France Maurice Gélin Simca 1000 Rallye 2 2 21e à 37 min 04 s 9e 2 min de pénalité (épreuve complémentaire)
36 Drapeau : France Bob Wollek Drapeau : France Pierre Thimonier Alpine A110 1800 4 14e à 24 min 33 s 10e
39 Drapeau : France Claude Ballot-Léna Drapeau : France Jean-Claude Morenas Alpine A110 1800 4 23e à 41 min 29 s 12e 1 min de pénalité (épreuve complémentaire)
40 Drapeau : France Christine Dacremont Drapeau : France Marie-Odile Desvignes Alpine A110 1600 3 ab. dans ES5 (moteur) -
43 Drapeau : France Jean-Claude Lagniez Drapeau : France Martine Renier Alfa Romeo 2000 GTV 1 26e à 50 min 27 s 4e 2 min de pénalité (épreuve complémentaire)
44 Drapeau : Suède Anders Kulläng Drapeau : Suède Claes-Göran Andersson Opel Ascona 2 13e à 23 min 33 s 4e
46 Drapeau : Allemagne Reinhard Hainbach Drapeau : Allemagne Wulf Biebinger BMW 2002 TI 2 17e à 29 min 27 s 7e
47 Drapeau : Italie Orlando Dall'Ava Drapeau : Italie Sergio Maiga Lancia Fulvia coupé HF 4 ab. dans concentration (bielle) -
49 Drapeau : France Alex Vineis Drapeau : France Oswald Péri Alpine A110 1600 3 32e à 1 h 16 min 54 s 2e 10 min de pénalité (épreuve complémentaire)
52 Drapeau : Suède Sylvia Österberg Drapeau : Suède Inga-Lill Edenring Opel Ascona 2 28e à 52 min 22 s 10e 1 min de pénalité (épreuve complémentaire)
69 Drapeau : France Marianne Hoepfner Drapeau : France Yveline Vanoni Alpine A110 1600 3 34e à 1 h 25 min 38 s 3e 10 min de pénalité (épreuve complémentaire)
79 Drapeau : France Patrick Tambay Drapeau : France Gérard Marion Renault 12 Gordini 2 20e à 36 min 18 s 8e

Classement du championnat à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 20, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1 respectivement aux dix premières marques de chaque épreuve (sans cumul, seule la voiture la mieux classée de chaque constructeur marque des points)
  • seuls les huit meilleurs résultats (sur treize épreuves) sont retenus pour le décompte final des points[10].
Classement des marques
Pos. Marque Points Drapeau : Monaco
M-C
Drapeau : Suède
SUE
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Kenya
SAF
Drapeau : Maroc
MAR
Drapeau : Grèce
ACR
Drapeau : Pologne
POL
Drapeau : Finlande
FIN
Drapeau : Autriche
AUT
Drapeau : Italie
SAN
Drapeau : États-Unis
PRE
Drapeau : Royaume-Uni
RAC
Drapeau : France
COR
1 Alpine-Renault 20 20
2 Ford 10 10
3 Fiat 4 4
4 Lancia 3 3
5 Datsun 2 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Revue Moteurs-courses n°99 - 15 mars 1973
  2. Michel Morelli et Gérard Auriol, Histoire des rallyes : de 1951 à 1968, Boulogne-Billancourt, ETAI,‎ 2007, 208 p. (ISBN 978-2-7268-8762-2)
  3. a et b Revue Sport Auto n°132 - janvier 1973
  4. a et b Christian Vella, Champion du monde des rallyes, PAC éditions,‎ 2001, 333 p.
  5. Revue L'Automobile n°321 - février 1973
  6. a, b et c Revue Echappement n°53 - mars 1973
  7. a et b Revue Sport auto n°133 - février 1973
  8. Revue Sport auto n°98 - mars 1970
  9. a et b Chaque concurrent ayant pris le départ de l'épreuve complémentaire est classé, un temps forfaitaire d'une heure étant attribué pour chaque spéciale non disputée (Revue Moteurs-courses n°99 - 15 mars 1973)
  10. Revue Sport Auto n°144 - janvier 1974