Ralliement national

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Ralliement national (RN) était un parti politique qui prônait l'indépendance politique du Québec dans les années 1960. Il était dirigé par Gilles Grégoire, un ancien créditiste. Le Ralliement national se situait plutôt au centre-droit de l'échiquier politique (contrairement au Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN), un parti politique de gauche).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce parti d'abord fondé sous le nom de Regroupement national par des dissidents du RIN de Bourgault le 27 septembre 1964 devint le Ralliement national le 13 mars 1966 en fusionnant avec un groupe indépendantiste qui s'était séparé du Ralliement des créditistes en 1965.

Lors de l'élection générale québécoise de 1966, le Ralliement national et le RIN récoltent ensemble environ 8,8 % des voix à l'échelle provinciale, sans toutefois remporter de sièges. Le RIN attirait surtout la gauche nationaliste du PLQ, tandis que le RN avait plus de succès auprès des électeurs de l'UN.

En 1968, le Ralliement national accepte de fusionner avec le Mouvement Souveraineté-Association de René Lévesque afin de former le Parti québécois sous la présidence de Lévesque. Suite à cette fusion, Pierre Bourgault dissout le RIN et invite ses membres à se joindre au Parti québécois. À partir de cet instant, les forces souverainistes au Québec sont unies sous une même bannière ; trois élections plus tard, le Parti québécois prend le pouvoir lors de l'élection générale québécoise de 1976.

Jean Garon documente le passage du RIN au Regroupement puis au Ralliement dans son autobiographie Pour tout vous dire (2013).

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection # de candidats # d'élus  % des voix
1966 90 0 3,21 %

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]