Raja Pervez Ashraf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raja Pervez Ashraf
راجہ پرویز اشرف
Image illustrative de l'article Raja Pervez Ashraf
Fonctions
20e Premier ministre pakistanais
22 juin 201224 mars 2013
(9 mois et 2 jours)
Prédécesseur Youssouf Raza Gilani
Successeur Mir Hazar Khan Khoso (intérim)
Nawaz Sharif
Ministre de l'Eau et de l'Énergie
31 mars 20089 février 2011
(2 ans, 10 mois et 9 jours)
Premier ministre Youssouf Raza Gilani
Prédécesseur Liaquat Ali Jatoi
Successeur Naveed Qamar
Biographie
Nom de naissance Raja Pervez Ashraf
Date de naissance 26 décembre 1950 (63 ans)
Lieu de naissance Sanghar (Sind, Pakistan)
Nationalité pakistanaise
Parti politique Parti du peuple pakistanais
Diplômé de Université du Sind

Raja Pervez Ashraf
Premiers ministres pakistanais

Raja Pervez Ashraf ou Raja Pervaiz Ashraf (en ourdou : راجہ پرویز اشرف), né le 26 décembre 1950 à Sanghar dans le Sind, est un homme politique pakistanais. Il a été Premier ministre du 22 juin 2012 au 24 mars 2013.

Membre du Parti du peuple pakistanais, il est député de 2002 à 2013. Il est également ministre de l'Eau et de l'Énergie de 2008 à 2011 dans le cabinet de Youssouf Raza Gilani. Après la disqualification de ce dernier par la Cour suprême il devient Premier ministre le 22 juin 2012, élu par l'Assemblée nationale pour les neuf derniers mois de mandant de sa majorité. Comme son prédécesseur, il entre en conflit avec l'autorité judiciaire et est accusé de corruption.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Il est né à Sanghar, dans le district de Sanghar, dans le sud de la province du Sind. Il est cependant originaire de Gujar Khan, situé dans le district de Rawalpindi, dans le nord de la province du Pendjab. Il est issu d'une famille de propriétaire terrien de la classe moyenne. Certains membres de sa famille ont connu une carrière politique, comme son oncle qui a été ministre dans les années 1960 durant la présidence de Muhammad Ayub Khan[1].

Raja Pervez Ashraf est diplômé de l'université du Sind en 1970.

Il est marié et a deux fils et deux filles.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Raja Pervez Ashraf a été élu deux fois député dans la circonscription no 2 de Rawalpindi, dans le nord du Pendjab après avoir successivement perdu les élections de 1990, 1993 et 1997[1].

Lors des élections de 2002, il est élu avec 46,9 % des voix face à cinq autres candidats dans la deuxième circonscription de Rawalpindi[2]. Lors des élections de 2008, il est élu moins largement dans sa circonscription. Il obtient 38,8 % des voix et bat quatre autres candidats, dont le candidat de la Ligue musulmane du Pakistan (Q) qui obtient environ 33,7 % des voix[3]. Lors des élections législatives de 2013, alors que son parti est nettement défait, il perd largement sa circonscription en obtenant 29 % des voix contre 52 % pour le candidat de la Ligue musulmane du Pakistan (N)[4].

Ministre[modifier | modifier le code]

Après la victoire de son parti, le Parti du peuple pakistanais, aux élections législatives de février 2008, Raja Pervez Ashraf intègre le cabinet ministériel du Premier ministre Youssouf Raza Gilani en tant que ministre de l'eau et de l'énergie, jusqu'au 19 février 2011, ou il n'obtient plus de poste après un important remaniement ministériel.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Composition de l'Assemblée nationale depuis les élections législatives de 2008. La coalition formée actuellement (juin 2012) est principalement composée du Parti du peuple pakistanais, de la Ligue musulmane du Pakistan (Q), le Muttahida Qaumi Movement et le Parti national Awami.

Le 19 juin 2012, le Premier ministre Youssouf Raza Gilani est destitué par la Cour suprême pour outrage à la justice et Raja Pervez Ashraf n'est alors pas le candidat le plus favori. C'est d'abord Makhdoom Shahabuddin qui est choisi comme candidat du parti le 20 juin par le président de la république Asif Ali Zardari, mais celui-ci est alors immédiatement accusé par la justice de trafic de drogue, ayant accordé à un laboratoire de Multan des quotas illégaux d'éphédrine[5]. Raja Pervez Ashraf est alors désigné comme candidat par le Parti du peuple pakistanais la veille du vote de l'Assemblée nationale.

Le 22 juin 2012, il fait face à un seul candidat, celui du principal parti d'opposition la Ligue musulmane du Pakistan (N), après le retrait de plusieurs candidats, dont l'islamiste Fazal-ur-Rehman qui se retire au dernier moment après des pressions. À ce titre, les députés de l'opposition ont scandé le slogan « quel a été le prix ? » à propos du retrait de Rehman lors du vote. Raja Pervez obtient la majorité absolue lors du vote avec 211 voix en sa faveur contre 89 pour le candidat de l'opposition.

Affiche électorale de Raja Pervez Ashraf (droite) pour les élections législatives de 2008.

Comme pour son prédécesseur Youssouf Raza Gilani, la Cour suprême lui adresse l'injonction le 12 juillet 2012 d'écrire aux autorités suisses la lettre pour demander la réouverture des enquêtes pour détournements de fonds visant le président de la République Asif Ali Zardari[6]. Le 25 juillet, Cour suprême lui donne jusqu'au 8 août pour exécuter l'ordre[7].

Le 15 janvier 2013, la crise politique s'aggrave brutalement alors que la Cour suprême ordonne l'arrestation du Premier ministre pour corruption et alors que des manifestations pacifiques lancées par le religieux Tahir-ul-Qadri demandent des élections anticipées. Imran Khan demande lui la démission du président et des élections le plus tôt possible. Le parti au pouvoir accuse la Cour suprême de collusion avec ce mouvement pour déstabiliser l'armée[8]. Les élections se sont pourtant déroulées à la date prévue, le 11 mai 2013. Le 24 mars, Raja avait laissé sa place au Premier ministre par intérim Mir Hazar Khan Khoso, nommé par la commission électorale pour le bon déroulement du scrutin.

Accusation de corruption[modifier | modifier le code]

Raja Pervez Ashraf est accusé d'avoir perçu des pot-de-vins dans le cadre de contrats pour un projet énergétique quand il était ministre de l'eau et de l'énergie[9]. Le 15 janvier 2013, alors qu'il est premier ministre, la Cour suprême ordonne son arrestation dans le cadre de ces accusations[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Raja Pervez Ashraf: the new leader sur Daily Times, le 23 juin 2012.
  2. (en) 2002 election, sur le site officiel de la commission électorale du Pakistan.
  3. (en) NA-51 (Rawalpindi -II), sur le site officiel de la commission électorale du Pakistan.
  4. (en) NA-51 (RAWALPINDI-II) Result: Announced sur le site officiel de la Commission électorale du Pakistan.
  5. (en) Ephedrine case: Non-bailable arrest warrant issued for Shahabuddin sur The Express Tribune, le 21 juin 2012.
  6. (en) SC orders PM Ashraf to write letter sur The News International, le 12 juillet 2012.
  7. (en) NRO: PM ordered to write letter by Aug 8 sur The News International, le 25 juillet 2012.
  8. (fr) Chaos politique au Pakistan sur Le Figaro, le 15 janvier 2013
  9. (en) Rental power projects case: SC allows Raja Pervez to defend himself sur The Express Tribune, le 29 octobre 2011
  10. (en) "Pakistan Supreme Court orders arrest of PM Raja Pervez Ashraf", BBC, 12 janvier 2013

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]