Rainbow Gathering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Rainbow Gathering en Bosnie, 2007

Un Rainbow Gathering (littéralement rassemblement arc-en-ciel), est une communauté intentionnelle éphémère et autogérée généralement réunie en plein air et cherchant à pratiquer les idéaux de paix, d’amour, d’harmonie, de liberté, en rupture avec le capitalisme et les valeurs des médias de masse et de la société de consommation. Ces communautés se forment et reforment chaque année en des lieux annoncés à l’avance et dans plusieurs pays à la fois, pour quelques semaines. Les racines de ces événements peuvent être retrouvées dans la contreculture des années 1960 et les mouvements hippies et alternatifs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier rassemblement historique portant ce nom eut lieu en 1972 dans le Colorado. 20 000 personnes firent face à des barrages de police, menaçant de désobéissance civile. Il leur fut finalement accordé un terrain dans la forêt nationale Roosevelt (en). Ce devait être un événement unique, mais un second rassemblement se produisit dans le Wyoming l’année suivante. Le principe d’un rassemblement annuel fut alors décidé. Le premier rassemblement européen eut lieu en 1983 dans le Tessin en Suisse. Le rassemblement de 2007 fut tenu en Bosnie-Herzégovine. Des rassemblements mondiaux ont été organisés en Australie, au Zimbabwe, au Brésil, au Canada, au Costa Rica, en Turquie, en Thaïlande et en Chine. Celui de 2009 a eu lieu en Nouvelle-Zélande. Un rassemblement européen s’est tenu en 1986 à Prades dans les Pyrénées-Orientales et en 2003 près de Rennes-le-Château[1].

Les principes et les valeurs[modifier | modifier le code]

Une banderole d'accueil à un rassemblement en Angleterre

La « famille Rainbow », selon une expression utilisée par les participants pour désigner les participants, n’a pas de leaders, pas de structure, pas de porte-parole officiel, pas de règlement officiel et pas d’adhésion. Les thèmes de débat les plus fréquents sont l’amour, la paix, la non-violence, l’environnement, la santé, le respect de l’autre, le consensus, la diversité, le bénévolat, l’absence de commerce et le rejet des lois de la consommation. Un « manuel » est diffusé regroupant les principes généraux d'organisation et de bonne tenue du rassemblement[2].

Il serait donc mal venu d’acheter ou de vendre quoi que ce soit au cours de telles réunions. Le principe à cet égard est que les biens de première nécessité doivent être partagées gratuitement et que l'abondance naît du partage. Un cercle de troc est présent dans certains de ces rassemblements. Les repas comme l'ensemble de la vie sur place sont autogérés.

Les rassemblements sont supervisés par des « conseils » qui utilisent le consensus pour la prise de décision. Les discussions se font en cercle, chaque personne présente pouvant s’exprimer pendant que les autres écoutent en silence. Un « bâton de parole » est passé de mains en mains indiquant que l’on passe la parole à quelqu’un d’autre. Si quelqu’un ne souhaite pas s’exprimer, il passe le bâton à quelqu’un d’autre.

Les participants peuvent être accueillis par des banderoles indiquant « Bienvenue à la maison ! » et « Nous vous aimons ». Plusieurs traditions spirituelles y sont représentées. Les activités artistiques sont diverses. Chants, musique sont omniprésents. Les armes, l’alcool, les drogues[3],[2], les radios, les téléphones portables, les outils électroniques et électriques sont théoriquement déconseillés par et pour les participants.

Participants[modifier | modifier le code]

Le tipi de chanvre de la famille du Québec, au 4e World rainbow gathering (Costa Rica, 2004).

Aux États-Unis, un Rainbow Gathering annuel national peut attirer 30 000 personnes. Les rassemblements régionaux comptent environ 5000 participants. Il y avait environ 3000 personnes au rassemblement de 2003 en France.

La logistique[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en eau et les sanitaires sont un souci majeur des organisateurs. Les excréments sont déposés dans des tranchées ouvertes traitées avec les cendres des feux de camp selon le principe des toilettes sèches. Le rassemblement de 1987 en Caroline du Nord a subi un cas de dysenterie qui pourrait avoir été causé par les risques sanitaires que de telles conditions peuvent provoquer.

Des personnes bénévoles s’occupent des questions médicales pendant les rassemblements. Ils peuvent venir de la médecine officielle ou de la médecine non conventionnelle.

Les Shanti Seena (protecteurs de la paix, en sanskrit, inspiré des Shanti Sena (en) de Gandhi) prennent en charge la sécurité. Ils servent parfois de relais et de contacts avec les forces de l’ordre.

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Les critiques sont globalement les mêmes que celles qui étaient adressées aux communautés hippies. La plupart sont considérées comme des préjugés de la part de la population, qui peuvent être résolus par la discussion[4], d'autres sont considérées plus objectives. Dans les rassemblements Rainbow français, le mot d'ordre est " Pas de drogues, pas de chiens, pas d'alcool" (Le Touyet 2013), et les drogues dures sont formellement rejetées. Les personnes qui veulent boire de l’alcool peuvent le faire au "Welcome", une zone de sas avant l’entrée, du camp, à l’écart du reste du groupe. En Europe, et particulièrement en France, le vin est toléré. La nudité possible de certains participants[5] a pu être critiquée[6] ainsi que les toilettes à l'air libre[7] n'offrant aucune intimé[8] et les thèses développées en opposition générale à la société mainstream (appelée « Babylone » par les participants[9], inspiré des discours du mouvement rastafari et de certains styles musicaux (reggae, rap)).

Lors du rassemblement de 2008, dans le Wyoming, 10 agents des forces de l'ordre qui étaient venus arrêter un participant se sont confrontés à un groupe de 400 participants qui ont voulu leur faire barrage, en jetant des bâtons et des cailloux, selon la police, résultant en un agent blessé et un véhicule de police détruit[10], ce que les participants ont contesté[11]. Des balles de poivre et en caoutchouc ont été tirées pour contrôler la foule[12]. L'enquête de l'American Civil Liberties Union a cependant produit un rapport à charge contre les forces de l'ordre, dénonçant un comportement de harcèlement et d'excès de zèle dans leur gestion du problème[11].

Liste des rassemblements[modifier | modifier le code]

Rassemblements mondiaux
2000 Australie • 2002 Zimbabwe • 2003 Brésil • 2004 Costa Rica • 2004 Québec (non-officiel) • 2005 Turquie • 2006 Thaïlande • 2008 Chine • 2009 Mexique • 2010 Nouvelle-Zélande • 2011 Argentine • 2012 Brésil
Rassemblements aux États-Unis
1972: Forêt nationale Roosevelt, Colorado1973: Forêt nationale de Shoshone, Wyoming1974: Forêt nationale de Dixie, Utah1975: Forêt nationale d'Ozark-St. Francis, Arkansas1976: Forêt nationale Lewis et Clark, Montana1977: Forêt nationale de Gila, Nouveau-Mexique1978: Forêt nationale d'Umpqua, Oregon1979: Forêt nationale d'Apache-Sitgreaves, Arizona1980: Forêt nationale de Monongahela, Virginie-Occidentale1981: Forêt nationale de Kaniksu, Washington1982: Forêt nationale de Boise, Idaho1983: Forêt nationale d'Ottawa, Michigan1984: Forêt nationale de Modoc, Californie1985: Forêt nationale Mark Twain, Missouri1986: Forêt nationale d'Allegheny, Pennsylvanie1987: Forêt nationale de Nantahala, Caroline du Nord1988: Forêt nationale d'Angelina, Texas1989: Forêt nationale d'Humboldt-Toiyabe, Nevada1990: Forêt nationale de Superior, Minnesota1991: Forêt nationale des Montagnes Vertes, Vermont1992: Forêt nationale de White River, Colorado1993: Forêt nationale de Talladega, Alabama/Kentucky1994: Forêt nationale de Bridger-Teton, Wyoming1995: Forêt nationale Carson, Nouveau-Mexique1996: Forêt nationale Mark Twain, Missouri1997: Forêt nationale d'Ochoco, Oregon1998: Forêt nationale d'Apache-Sitgreaves, Arizona1999: Forêt nationale d'Allegheny, Pennsylvanie2000: Forêt nationale de Beaverhead-Deerlodge, Montana2001: Forêt nationale de Boise, Idaho2002: Forêt nationale d'Ottawa, Michigan2003: Forêt nationale de Uinta-Wasatch-Cache, Utah2004: Forêt nationale de Modoc, Californie2005: Forêt nationale de Monongahela, Virginie-Occidentale2006: Forêt nationale de Routt, Colorado2007: Forêt nationale d'Ozark-St. Francis, Arkansas2008: Forêt nationale de Bridger-Teton, Wyoming2009: Forêt nationale de Santa Fe, Nouveau-Mexique2010: Forêt nationale d'Allegheny, Pennsylvanie2011: Forêt nationale Gifford Pinchot, Washington2012 : Forêt nationale de Cherokee, Tennessee2013: Forêt nationale de Beaverhead-Deerlodge, Montana
Rassemblements en Europe
1983: Tessin, Suisse1984: Suisse1985: Italie du nord • 1986: Col de Menté, Haute-Garonne, France1987: León, Espagne1988: Murias de Paredes, León, Espagne1989: Karlsøy, Troms, Norvège1990: Allentsteig, Basse-Autriche, Autriche1991: Tworylne, Piémont des Carpates, Pologne1992: Pologne1993: Rosenallis, Laois, Irlande1994: Slovénie/Croatie1995: České Budějovice, Bohême-du-Sud, Tchéquie1996: Salto, Portugaljuin 1997: Dalmellington, Ayrshire, Écosseaoût 1997: Massif du Páiko, Thessalonique, Grèce1998: Russie1999 (Éclipse solaire du 11 août): Hongrie2000: Roumanie2001: Croatie2002: Italie2003: Rennes-le-Château, Aude, France2004: Rhodopes, Bulgarie2005: Allemagne2006: Angleterre2007: Bosnie-Herzégovine2008: Serbie2009: Carpates, entre Lviv et Oujhorod, Ukraine2010: Leppävirta, Savonie du Nord, Finlande2011: Salto, Portugal2012: Lukovištia, Slovaquie2013: Achtarak, Arménie

Source de l'article et Bibliographie[modifier | modifier le code]

People of the Rainbow, a nomadic utopia, Niman Michael, University of Tennessee Press, 1997.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. compte rendu Rainbow France 2003
  2. a et b Version française du "manuel" sur un site Rainbow
  3. Utopias in American history par Jyotsna Sreenivasan p. 318 « alochol and hard drugs are not allowed at Rainbow gatherings »
  4. People of the rainbow: a nomadic utopia par Michael I. Nima p. 179 « une réunion qui débuta de façon hostile s'est terminée avec les résidents locaux et les membres Rainbow se tenant par la main, en cercle »
  5. National Geographic
  6. People of the rainbow: a nomadic utopia Michael I. Niman, p. 178
  7. (en) MEMORANDUM OREGON DEPARTMENT OF HUMAN RESOURCES HEALTH DIVISION, 1997 : « the pit toilets initially contructed were not adequate » et « The number of toilet latrines may be a little insufficient at this point, but people seem to get by » [1]
  8. (en) Rainbow Gathering« You have to poo in public »
  9. Spin, avril 1995, p. 186
  10. 5 arrested in Rainbow Family clash with feds
  11. a et b (en) Ben Neary, « ACLU blasts Forest Service over Rainbow gathering », USA Today,‎ 3 oct. 2008 (lire en ligne)
  12. ACLU plans to investigate Rainbow Family treatment

Liens externes[modifier | modifier le code]