Raie à taches noires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La raie à taches noires (Taeniura meyeni) est une espèce de la famille des raies et du genre des Taeniura. Elle se trouve dans les eaux côtières de l'Indo-Pacifique.

Description[modifier | modifier le code]

Elle mesure environ 1,8 m. Cette grande raie est caractérisée par un disque épais et arrondi et des nageoires pectorales couvertes par de petits tubercules sur son dos et une queue relativement courte portant un pli avec de profondes nageoires ventrales et une queue noire[1].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

La raie à taches noires est un prédateur coriace de petits mollusques, de crustacés et de poissons osseux.

Reproduction[modifier | modifier le code]

C'est un poisson vivipare, avec des embryons se nourrissant du jaune d'œuf et puis de l'histotrophe (en) (le "lait utérin") sécrété par la mère. Bien qu'elle ait une reproduction lente, sept petits peuvent naître à la fois.

Vie[modifier | modifier le code]

Généralement nocturne, cette raie peut être solitaire ou grégaire. Bien que non agressive, si on la provoque la raie à taches noires va se défendre avec les épines vénéneuses de sa queue, ce qui a fait au moins un accident mortel. Elle est de plus menacée par la pêche commerciale[1].

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Répartition géographique de Taeniura meyeni.

La raie à taches noires vit dans de nombreuses zones géographiques. On peut la rencontrer :

Répartition bathymétrique[modifier | modifier le code]

Elle habite de profondes lagunes, les estuaires et les récifs, vivant généralement à une profondeur de 20 à 60 m[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c WoRMS, consulté le 15 février 2011
  2. CatalogueOfLife, consulté le 15 février 2011