Raid de Granville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raid de Granville
Informations générales
Date 8 mars - 9 mars 1945
Lieu Granville, Normandie, France
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Friedrich Hüffmeier
Carl-Friedrich Mohr
Forces en présence
inconnu 4 grands dragueur de mines de classe M
trois Marinefährprahm
trois bateaux à moteur puissant
deux petits dragueurs de mine
un navire remorqueur.
Pertes
~19 morts
30 prisonniers
6 morts
30 blessés[1]
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l'Ouest

Campagnes du Danemark et de Norvège · Bataille de France · Bataille de Belgique · Bataille des Pays-Bas  · Bataille d'Angleterre · Blitz · Opération Ambassador · Débarquement de Dieppe · Sabordage de la flotte française à Toulon · Campagne d'Italie · Libération de la Corse · Bataille aérienne de Berlin · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · 2e campagne de France · Bataille de Metz · Opération Market Garden · Bataille du Benelux · Bataille de la forêt de Hürtgen · Bataille d'Overloon · Bataille de l'Escaut · Poche de Breskens · Bataille d'Aix-la-Chapelle · Bataille de Bruyères · Bataille des Ardennes · Bataille de Saint-Vith · Siège de Bastogne · Opération Bodenplatte · Opération Nordwind · Campagne de Lorraine · Poche de Colmar · Campagne d'Allemagne · Raid de Granville · Libération d'Arnhem · Bataille de Groningue · Insurrection de Texel · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Le raid de Granville s'est déroulé dans la nuit du 8 mars 1945 au 9 mars 1945, quand une expédition allemande en provenance des îles Anglo-Normandes a débarqué dans la ville française de Granville occupée par les Alliés. Cette manœuvre avait pour but de s'emparer de ravitaillement qui faisait défaut dans les îles parce qu'elles étaient isolées du reste de l'Allemagne nazie[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, un camp de prisonniers de guerre se trouvait dans la ville française de Granville. En décembre 1944, quatre parachutistes et un aspirant de marine allemands se sont évadés du camp, puis se sont emparés d'une péniche de débarquement américaine, et ont rejoint les îles Anglo-Normandes occupées par les Allemands depuis 1940. Ils y furent accueillis en héros, et indiquèrent que plusieurs bateaux à quai dans le port de Granville étaient en train de décharger du charbon, une denrée rare sur les îles soumises à la pénurie. Ils fournirent également des renseignements précieux quant à la disposition des troupes américaines dans la région. Ces anciens prisonniers furent abattus par un chasseur de nuit lors de leur retour en Allemagne au début de 1945[3].

Le nouveau commandant de la garnison des îles Anglo-Normandes, l'amiral Friedrich Hüffmeier, un ancien capitaine du cuirassé allemand Scharnhorst, utilisa ces renseignements pour planifier un raid contre les Alliés, afin de rétablir le moral de sa garnison et de s'emparer d'approvisionnements utiles. Un raid tôt dans la nuit du 6 février 1945 au 7 février 1945 fut annulé en raison de mauvaises conditions météorologiques et parce qu'un Schnellboot de l'escorte avait été détecté par le chasseur sous-marin PC-552 de l'US Navy[2].

C'est dans la nuit du 8 mars 1945 au 9 mars 1945 que le Kapitänleutnant Carl-Friedrich Mohr mena le raid victorieux. Les forces de Hüffmeier comprenaient quatre grands dragueurs de mines de classe M (M412, M432, M442, M459), trois barges de débarquement Marinefährprahm armées de canons de 88 mm, trois vedettes rapides, deux petits dragueurs de mine de type R, et un remorqueur de mer. Bien que le raid fût un succès, la résistance Alliée parvint à retarder sa progression de sorte qu'à cause de la marée basse, un seul charbonnier, le SS Eskwood, contenant 112 tonnes de charbon, put être ramené aux îles Anglo-Normandes.

Un dragueur de mines allemand, le M412 De Schelde, s'échoua et fut finalement détruit par les Allemands. Un chasseur de sous-marin américain, CP 564, s'échoua également en fuyant les Allemands, avec la moitié de son équipage blessé ou tué, le reste étant fait prisonniers. Les Allemands coulèrent les cargos britanniques Kyle Castle, Nephrite, Parkwood et le navire marchand norvégien Heien. Les forces allemandes ont également endommagé des écluses et une partie du port, et déclenché des incendies[4]. Plusieurs Américains furent capturés (certaines sources revendiquent 30 militaires alliés faits prisonniers, dont 15 de l'équipage du PC 564) et 55 prisonniers de guerre allemands ont été libérés (certaines sources affirment 67). Deux Marines américains furent tués dans un hôtel, et avec l'aide du personnel de l'hôtel, les Allemands se sont emparés des neuf plus hautes personnalités américaines de la ville. Environ 14 sous-mariniers américains furent tués en action. Un officier de la Royal Navy et cinq de ses hommes sont également morts au cours de cette attaque[3]'[5].

Pour cet exploit, Mohr a reçu la Croix de chevalier de la Croix de fer le 13 mars 1945 et l'Oberleutnant Karl Otto, commandant d'artillerie, a reçu la Croix de Chevalier le 21 mars 1945[6].

Lors d'un raid ultérieur, une équipe de sabotage de dix-huit Allemands venant de Jersey en bateaux pneumatiques a accosté au Cap de la Hague le 5 avril 1945, mais elle fut faite prisonnière[7].

Un raid supplémentaire était prévu pour le 7 mai 1945, mais l'amiral Karl Dönitz ordonna à Hüffmeier de ne plus effectuer d'opérations offensives si près de la fin de la guerre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mordal, Hold-up naval à Granville, Éditions France-Empire, 1964, Paris
  • (en) Samuel Eliot Morison, History of the United States naval operations in World War II, tome 11, The Invasion of France and Germany, 1944-1945, University of Illinois Press, 2002, (ISBN 0-252-07062-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Mordal, Hold-up naval à Granville page 243 et 244
  2. a et b Morison, Samuel Eliott United States Naval Operations in World War II p.306 (en)
  3. a et b Peoples War's Stories (en)
  4. chronologie USN prof (en)
  5. Defiant until the end., Page 7 (en)
  6. Vizeadmiral Friedrich Hüffmeier (Friedrich Hueffmeier) (de)
  7. Sanders, Paul:The British Channel Islands Under German Occupation, 1940-1945: 1940 - 1945. Société jersiaise, Jersey Heritage Trust. Paul Sanders, 2005. Page 181. ISBN 0953885836 (en)

Sources[modifier | modifier le code]