Radula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La radula est une sorte de langue constituée d'une lame basale munie de nombreuses dents chitineuses, formant une râpe, que l'on trouve dans la cavité buccale des mollusques (sauf les lamellibranches qui sont des organismes filtreurs). Elle permet à l'animal de brouter le périphyton en raclant le substrat (minéral, végétal ou fongique), ou d'arracher des particules à de la matière morte ou en décomposition pour les espèces qui s'en nourrissent.

Schéma illustrant la forme et le fonctionnement de la radula
Radula de type docoglosse

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La radula fonctionne en faisant des mouvements de va et vient grâce aux muscles qui s'attachent à l'odontophore, sorte de plaque rigide qui supporte la radula.

Anatomie et histologie[modifier | modifier le code]

Des variantes existent selon les espèces, mais de manière générale et selon les données histologiques et autoradiographiques disponibles, tous les pulmonés semblent produire des « dents radulaires » qui s'usent à l'avant et sont continuellement remplacées par de nouvelles dents et une nouvelle radula sécrétée par les odontoblastes situés dans la zone postérieure à la radula (fonctionnement « en tapis roulant »)[1].

L'épithélium supérieur de la glande radulaire est produit par division des cellules proches des odontoblastes et avance à la même vitesse que la radula[1] ;

Certaines cellules produisent des matériaux durcissant la radula (biominéralisation[2]), puis meurent[1].

L'épithélium inférieure est également produite par division des cellules proches des odontoblastes, mais se déplace initialement en avant à une vitesse d'un quart inférieure à celle de la radula. L'épithélium change alors de forme passant d'une forme en colonne à un épithélium en tapis et il semble que celui-ci se déplace vers l'avant à la même vitesse que la radula[1].

L'épithélium pavimenteux sécrète une membrane subradulaire qui pourrait avoir comme fonction de fixer l'épithélium de la radula.

Des muscles supralatéraux tenseurs de la radula sont fixés à la membrane basale de l'épithélium. A l'extrêmité antérieure de la radula, l'épithélium redevient inférieure et reprend la forme d'une colonne, il sécrète une cuticule formant un continuum avec la cuticule buccale. Ce processus décolle la membrane subradulaire et la radula de l'épithélium (les cellules épithéliales meurent alors et se désintègrent)[1].

l'histochimie montre que la radula au moment de sa synthèse est d'abord composée de chitine et de protéines. Ensuite à la base des dents, des réactions complexes vont ensuite durcir la matière de la dents en faisant remplacant la tyrosine, le tryptophane et la chitine par des matériaux plus durs, mobilisant notamment du fer et de la silice alors que très peu de changements histochimiques sont observés dans la membrane radulaire. Des phénols dérivés du tryptophane semblent jouer un rôle important dans la consolidation de la radula (plus que ceux provenant de la tyrosine)[3] Chez les espèces venimeuses comme les cônes (Gastéropodes) une dent de la radula, longue et creuse est associée à une glande à venin (venin neurotoxique).

intérêt taxonomique[modifier | modifier le code]

La forme, la taille, la couleur et la disposition des dents de la radula sont assez spécifiques pour servir à l'identification de l'espèce[4].

Typologie[modifier | modifier le code]

Au-delà de l'intérêt taxonomique, l'observation radulaire permet de reconnaître le type de nutrition d'un gastéropode et apporte des informations sur son écologie[4].

Quatre grand types peuvent être définis

  1. les radulas rhipidoglosses et les docoglosses associé aux brouteurs archéogastérodes,
  2. les tainioglosse associé aux mésogastéropodes,
  3. les rachiglosses
  4. les toxoglosses associé au type prédateur néogastéropodes.

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Des organismes fossiles possédant une radula sont connus, de même que des traces fossilisées de radulas de gastéropodes ou chitons sur le substrat[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Hunt, S., & Nixon, M. (1981). A comparative study of protein composition in the chitin-protein complexes of the beak, pen, sucker disc, radula and oesophageal cuticle of cephalopods. Comparative Biochemistry and Physiology Part B: Comparative Biochemistry, 68(4), 535-546 (résumé).
  2. Kim, K. S., Macey, D. J., Webb, J., & Mann, S. (1989). Iron mineralization in the radula teeth of the chiton Acanthopleura hirtosa. Proceedings of the Royal Society of London. B. Biological Sciences, 237(1288), 335-346.
  3. Runham, N. W. (1961). The histochemistry of the radula of Patella vulgata. Quarterly Journal of Microscopical Science, 3(59), 371-380 (résumé).
  4. a et b Nybakken, J. (1990). Ontogenic change in the Conus radula, its form, distribution among the radula types, and significance in systematics and ecology. Malacologia, 32(1), 35-54.
  5. Voigt, E. (1977). On grazing traces produced by the radula of fossil and recent gastropods and chitons. Trace fossils, 2, 335-346.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]