Radiodiffusion télévision sénégalaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS) est un organisme public sénégalais de diffusion radiophonique et audiovisuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine de la RTS se trouve Radio Dakar créée en 1950, qui diffuse alors huit heures par jour[1]. En 1951 deux stations apparaissent: Dakar Inter et Dakar Afrique, destinée à l'Afrique de l'Ouest.

En 1959 la fusion du Sénégal et du Mali dans la Fédération du Mali entraîne la formation de Radio Mali, créée à partir de Radio Inter. Dès le 20 août 1960, date où le Sénégal se sépare du Mali, Radio Mali devient Radio Sénégal, avec deux stations : La Chaîne Nationale et la Chaîne Internationale[2].

En 1965 le pays connaît ses premières émissions de télévision, qui s'arrêtent en 1972. Les Jeux olympiques de Munich créent une demande qui incite le gouvernement sénégalais à créer un organisme pour gérer la radio et la télévision. Ainsi, l'Office de Radiodiffusion Télévision du Sénégal (ORTS) est créé par la loi 73-51 du 4 décembre 1973, exploitant deux chaînes de radio et une chaîne de télévision nationale.

Le 4 octobre 1973, ORTS qui avaient été en pourparlers avec Radio Gambia sur la production d'un programme de radio conjointe, fondée sur histoire de la Sénégambienne et la diffusion dans les langues locales est venu à un accord, et le premier enregistrement jamais du programme « Cossani Sénégambie [3]» (l'histoire de la Sénégambie) a été faite[4]. L'équipe Gambienne composée de diffuseurs vétérans comme Alhaji Alieu Ebrima Cham Joof (historien, ancien directeur des programmes et responsable des langues locales à Radio Gambia), Alhaji Assan Njie (Présentateur de Radio Gambia), Alhaji Mansour Njie (historien et présentateur de Radio Gambia, plus tard, Présentateur des GRTS, Gambia Radio & Television Service) et Alhaji Ousman Secka[5],[6]. Alhaji Alieu Ebrima Cham Joof (coordonnateur du programme de Radio Gambia) s'est rendu à différentes parties du Sénégal et la Gambie en compagnie de son équipe de journalistes, y compris Cheickh Jallow, d'interviewer les personnes âgées bien informés sur les histoire de la Sénégambie[5],[6]. L'équipe du Sénégal s'est également rendue à la Gambie à rassembler les matériaux. Leur équipe était composée de: Ebrima Mbenga (Coordonnateur du programme pour ORTS), Dodou Diego Diop et Alioune Cissé. Le programme a été pré-enregistrées et il a été prévu par les deux stations de radio pour aller vivre dans le même temps et la date (mardi), de sorte que les deux Gambiens et Sénégalais auditeurs pouvez l'écouter en même temps[6],[5],[7]. En de nombreuses occasions, d'éminents historiens sénégalais a fait des apparitions en direct à Radio Gambia studios et vice-versa[8],[5]. L'émission de radio a été généralement accompagnée par de la musique live, de griots de premier plan comme Alhaji Bai Konte (sur Kora aussi griot), Alhaji Abdoulaye Samba (ou Abdulai Samba, sur Xalam aussi griot) et choristes. Certains des historiens de renom en provenance du Sénégal qui sont apparus sur le programme inclus: El Hadji Demba Lamine Diouf, Modou Diouf (également connu comme le capitaine Modou Diouf - apparition spéciale à Radio Gambie, 1979), El Hadji Mansour Guèye et Gorgi Makura Mboob. De la Gambie, ils comprennent: Dodou Nying Koliyandeh, Jabell Samba, Alhaji Babou Samba, Alhaji Bamba Suso, le docteur Lamine Mbaye, Alhaji Momodou Lamin Bah et Alhaji Sait Camara[9],[5],[7]. Le programme a été un succès aussi bien au Sénégal et la Gambie, car aucun programme qui existait avant, comme dans aucun pays[10] ».

« Le programme Chossanie Sénégambie... a une audience plus élevée en Gambie et au Sénégal que n'importe quelle émission diffusée par d'autres ORTS et Radio Gambia. Il est le seul programme qui va dans la culture des gens eux-mêmes et de leur parler de l'histoire de leurs ancêtres[10] ».
Alhaji Alieu Ebrima Cham Joof

La loi no 92-02 du 6 janvier 1992 crée la Société nationale de Radiodiffusion Télévision sénégalaise (RTS) qui remplace l'ORTS et change son statut d'établissement public à caractère administratif en société nationale[11].

Activités[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Réseau national[modifier | modifier le code]

  • Chaîne Nationale : station généraliste multilingue.
  • Dakar FM : station généraliste en français.
  • Radio Sénégal International : radio destinée à l'étranger en français, wolof, pulaar, mandingue et arabe. Diffusion en FM au Sénégal, sur Worldspace pour l'étranger.

Réseau régional[modifier | modifier le code]

La RTS dispose aussi d'un réseau de radios régionales dont beaucoup sont créées dans les années 1990 et 2000, avec une diffusion en langues vernaculaires, avec quelques émissions en français :

  • Djourbel FM: créée en 1998 et destinée à la région de Diourbel. À 60 % en wolof et à 25 % en sérère.
  • Fatick FM: lancée en mars 1999 à 48 % en sérère et 45 % en wolof.
  • Kaolack FM: émet depuis 1968 en de multiples langues pour la région de Kaolack (deuxième ville du pays).
  • Kolda FM: fondée en mars 2000, elle émet à 50 % en pulaar et à 24 % en mandingue de 8 heures à 1 heure du matin.
  • Louga FM: créée le 1er avril 1999, elle émet de 8 heures à minuit, notamment en wolof et en pulaar.
  • Matam FM: créée en décembre 2004, notamment en pulaar, soninké et wolof. Elle émet pour Matam et sa région, Saint-Louis du Sénégal, une partie de la Mauritanie et du Mali.
  • Saint Louis FM, appelée aussi La Voix du Nord, pour la région de Saint-Louis du Sénégal.
  • Tamba FM: station née en 1968 qui est inaugurée en février 1970. Elle émet de 6 heures à minuit dont 30 % en mandingue et 15 % en wolof.
  • Touba FM.
  • Thiès FM: fondée en 1999, elle émet de 7 heures à une heure du matin.
  • Ziguinchor FM: créée en juillet 1961 cette station concerne les régions de Ziguinchor, et, partiellement, de Kolda et de Kaolack, ainsi que la Gambie et la Guinée-Bissau. Elle diffuse de 7 heures à une heure du matin, notamment en diola et en mandingue.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • RTS 1 : chaîne nationale généraliste
  • RTS 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. RTS : Histoire de la Radio
  2. RTS : Histoire de la Radio
  3. En Gambie : Chossani Senegambia ou Chossanie Senegambia
  4. Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). pp 7-9
  5. a, b, c, d et e Programmes de Radio Gambie, GRTS maintenant
  6. a, b et c Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). p 11
  7. a et b (wo) One Gambia.com interviews veteran journalist and historian Alhaji Mansour Njie
  8. Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). pp 7-11
  9. Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). pp 7-12
  10. a et b (en) Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). p 12
  11. RTS : Histoire de la Télévision

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Jean Tudesq, L'Afrique parle, l'Afrique écoute : les radios en Afrique subsaharienne, Karthala, 2002, 315 p. (ISBN 2845862563)
  • (en) Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham. Senegambia - The land of our heritage. (1995). p. 7-12

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]