Radiodiffusion française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Radiodiffusion Française)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RDF.

Radiodiffusion française

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la RDF 1946 à 1949

Création 23 mars 1945
Disparition 9 février 1949
Personnages clés Jean Guignebert, Wladimir Porché
Forme juridique Établissement public
Siège social Drapeau de France 91 avenue des Champs-Élysées
75008 Paris (France)
Direction Wladimir Porché
Actionnaires État français
Activité Audiovisuel
Produits

Radio :
Le Programme National
Le Programme Parisien
Le Club d'essai
Paris-Inter
Radio-Sorbonne

Télévision :
RDF Télévision française
Effectif 72 (en 1949)
Site web www.rdf.fr

La Radiodiffusion française (RDF) est un établissement public français chargé du service public de l’audiovisuel, créé par ordonnance le 23 mars 1945 en remplacement de la Radiodiffusion nationale (RN), et remplacé par la Radiodiffusion-Télévision française (RTF) le 9 février 1949.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale et la « guerre des ondes » que se sont livrés la BBC et Radio Paris, l'État français reprend en main l'organisation et le développement de la radiodiffusion et de la télévision en France.

Le 23 mars 1945, une ordonnance est promulguée qui met fin aux autorisations d'exploitations accordées avant-guerre aux stations privées qui sont nationalisées le 29 mars, et crée un établissement public, la Radiodiffusion française (RDF), pour exercer ce monopole absolu sur la radiodiffusion et la télévision. Les anciens agents des stations privées, que le monopole du nouveau service public a fait disparaître, sont intégrés à la RDF. Pierre-Henri Teitgen, ministre de l'information du Gouvernement provisoire de la République française, estimant que la radio doit être la voix du gouvernement, enlève la référence à la Nation dans la dénomination de la radio nationale et met en place des équipes nouvelles issues de la Résistance. À la suite de la tentative infructueuse de Jean Guignebert de convaincre le Général de Gaulle de son projet de faire de la RDF une institution nationale autonome sur laquelle le gouvernement n’exercerait qu’une tutelle lointaine, la RDF est placée sous le contrôle direct de l'État et ne dispose d'aucune autonomie. Le directeur du Journal Parlé est ainsi rattaché directement au ministère de l'Information par décret du 20 septembre 1945. Une ordonnance du 2 novembre 1945 définit le nouveau découpage des régions radiophoniques et leur dépendance vis-à-vis de la RDF. Neuf régions radiophoniques sont créées à la RDF par le décret du 17 novembre 1945 auxquelles s'adjoint l'Algérie le 1er janvier 1946.

La RDF, qui succède à la Radiodiffusion nationale, hérite d’un ensemble d'émetteurs de radiodiffusion presque tous détruits par la guerre qui diffusent deux chaînes : le Programme National plutôt culturel et élitiste, lancé en 1944, et le Programme Parisien plus populaire et divertissant, lancé le 14 janvier 1945 en compensation de la suppression des radios commerciales. La reconstruction du réseau radiophonique est la tâche prioritaire de l'établissement public, de telle sorte que la télévision ne dispose pas des moyens financiers pour se développer. Le ministère de l'Information du Gouvernement provisoire de la République française, qui contrôle la RDF, entreprend de multiplier les émetteurs et les relais à travers la France, tâche coûteuse que poursuivent les gouvernements de la IVe République dès 1946.

Face au déficit budgétaire de la RDF, son nouveau directeur général, Wladimir Porché engage un vaste plan d'économie passant par des restrictions budgétaires dès le 15 avril 1946 avec des coupes dans les programmes, le licenciement de 293 personnes, dont 48 journalistes, et la réduction des décrochages régionaux de 2h30 à 30 minutes par jour sur la plupart des stations régionales. Dans ce contexte de rigueur, il parvient tout de même à lancer un troisième programme radiophonique le 1er janvier 1947, Paris-Inter, qui diffuse principalement un programme musical.

À la rentrée 1948, la RDF réorganise totalement son réseau d'émetteurs sur le territoire national avec deux groupes d'émetteurs : le Réseau Branly qui diffuse le Programme National et le Réseau Férrié qui diffuse le Programme Parisien. Une quatrième chaîne radiophonique, Paris IV Grenelle, voit le jour en octobre à Paris. La première évolution technique majeure de la télévision d'après-guerre ne survient que le 20 novembre 1948, lorsque le Secrétaire d'État chargé de l'Information, François Mitterrand, sur conseil du directeur général de la RDF Wladimir Porché, fixe par décret la nouvelle norme française de diffusion en noir et blanc sur la bande VHF à 819 lignes « haute définition » en remplacement du 441 lignes et dont les premières transmissions ne débutent que le 25 avril 1950.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

La Radiodiffusion française (RDF) ne dispose d'aucune autonomie. Elle est placée sous le contrôle entier de l'État, conformément à l'ordonnance de 1945 sur le monopole d'État sur les ondes nationales.

La RDF est placée successivement sous l'autorité directe du ministère de l'Information, du secrétariat d'État chargé de l'Information auprès de la présidence du Conseil, du sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil (16 décembre 1946), du ministère de la Jeunesse, des Sports et des Arts et Lettres (22 janvier 1947), de la présidence du Conseil (6 février 1947), du secrétaire d'État à la présidence du Conseil (9 mai 1947) et enfin du secrétaire d'État à la présidence du Conseil chargé de l'Information (26 juillet 1948).

La RDF ne possède aucun organe délibérant.

Directions[modifier | modifier le code]

Direction générale[modifier | modifier le code]

Administrateurs généraux délégués
Directeurs généraux

Conseil central et Conseil supérieur de la Radiodiffusion[modifier | modifier le code]

Le Conseil central de la Radiodiffusion, chargé d'élaborer un statut de la radiodiffusion, est créé le 9 mars 1946 à côté du Conseil supérieur de la Radiodiffusion française qui est réactivé.

Présidence du Conseil supérieur de la Radiodiffusion française

Direction des Services artistiques[modifier | modifier le code]

La direction des Services artistiques est chargée de la création, de la production et de la programmation des émissions, à l'exception des émissions d'information qui relèvent de la direction des informations. Elle est constituée de deux directions distinctes, l'une pour la Radiodiffusion, l'autre pour la Télévision. Les directeurs des Services artistiques de la Radiodiffusion et de la Télévision sont nommés directement en Conseil des ministres.

Directeur des Services artistiques de la Radiodiffusion[N 1]
Directeurs des émissions littéraires
Directeurs des émissions dramatiques
Directeur des émissions de variétés
Directeur de la musique
Responsable de la discothèque[N 2] et des programmes de musique enregistrée
Directeur de la Télévision
Secrétaire aux programmes

Direction des informations et du journal parlé[modifier | modifier le code]

Les directeurs de l'information sont nommés directement en Conseil des ministres. Le Directeur du Journal Parlé est rattaché directement au Ministère de l'Information par décret du 20 septembre 1945. Il en est de même de tous les reportages radiophoniques et des émissions vers l'étranger et vers les colonies. Ce décret est abrogé par le décret du 9 mars 1946.

Directeurs de l'information 

Direction du Service des émissions vers l’étranger[modifier | modifier le code]

Cette direction est chargée des émissions sur ondes courtes vers l'étranger diffusées depuis le centre émetteur d'Allouis par deux émetteurs de 10 kW.

Directeurs du service des émissions vers l’étranger 

Direction du Service des échanges internationaux[modifier | modifier le code]

Cette direction, créée en 1947, est rattachée au Service des émissions vers l’étranger.

Directeur du service des échanges internationaux 

Direction des services techniques[modifier | modifier le code]

Ce poste est toujours attribué à un ingénieur.

Directeurs des services techniques 

Direction des services de la recherche[modifier | modifier le code]

Chef des services de la recherche 

Mission[modifier | modifier le code]

La RDF est chargée de développer et de réaliser les programmes et de les diffuser au public.

Budget et ressources[modifier | modifier le code]

Le budget de la RDF dépend entièrement du ministère de l'Information auquel elle est directement rattachée. Les dépenses sont contrôlées a priori par un contrôleur financier représentant le ministre des Finances. Pas un contrat, une promotion ou l'acquisition d'un nouveau matériel n'est possible sans l'acceptation du ministre des Finances.

Le budget annuel de la RDF est de 2 milliards de francs en 1946, dont 500 000 francs sont consacrés à la reconstruction du réseau d'émetteurs et seulement 140 000 francs aux programmes, le reste finançant son fonctionnement administratif. La taxe radiophonique ne rapporte que 1,3 milliard de francs.

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la Radiodiffusion française était situé au 91 avenue des Champs-Élysées, dans le 8e arrondissement de Paris, ancien siège du journal Le Jour, qui abritait la direction générale depuis que Jean Guignebert y avait installé son bureau et le studio du Journal Parlé. Les services généraux étaient situés au 107 rue de Grenelle dans les anciens locaux affectés à la télévision par Georges Mandel en 1935[1].

Les services de la radiodiffusion étaient disséminés dans 34 immeubles à Paris, hérités des nombreuses stations privées nationalisées. Les différents studios étaient reliés entre eux par des lignes téléphoniques que coordonnaient un centre distributeur de modulation. Le bâtiment le plus important était le Centre Maurice Bourdet situé au 116 bis avenue des Champs-Élysées[2], anciens studios du Poste parisien avant-guerre et de Radio Paris pendant l'Occupation, dans lequel étaient installés la direction, studios, régies et locaux techniques de la radiodiffusion. À partir de 1947, plusieurs studios furent aménagés dans le bâtiment mitoyen du 118 avenue des Champs-Élysées, notamment pour le Journal Parlé. Le Palais Berlitz, situé Boulevard des Italiens et qui possédait 26 studios, était aussi un centre de production important, de même que la salle Érard, rue Paul-Lelong, comprenant une salle de concert et trois studios ou encore les studios du 22 rue Bayard d'où partaient de nombreuses émissions.

La direction de la télévision, les studios, régies et locaux techniques étaient répartis entre les huit étages du Centre Alfred Lelluch au 13-15 rue Cognacq-Jay, anciens studios de Fernsehsender Paris.

Antennes de diffusion[modifier | modifier le code]

La Radiodiffusion française comprenait, en métropole, quatre chaînes de radio et une chaîne de télévision.

Radiodiffusion[modifier | modifier le code]

Chaîne Directeur Date de création Date de disparition Programmation Diffusion
Le Programme National 22 août 1944 Programme généraliste national plutôt culturel.
Le Programme Parisien 14 janvier 1945 Programme généraliste national populaire et distrayant. Ondes moyennes sur 386,8 m + 20 émetteurs OM régionaux.
Club d'essai Jean Tardieu 7 avril 1946 31 décembre 1946 Programmes expérimentaux diffusée à Paris les jeudis, samedis et dimanche de 12h30 à 13h30 et de 20h à 23h. Les programmes expérimentaux jugés les meilleurs par les auditeurs sont ensuite repris sur la Chaîne Nationale ou la Chaîne Parisienne. Les programmes du Club d'essai sont diffusés par Paris-Inter dès le 1er janvier 1947. Ondes moyennes sur 214 m (petit émetteur situé rue de Grenelle), puis sur 315,8 m fin 1946.
Paris-Inter 1er janvier 1947 Programme d'abord essentiellement musical, diffusant tout genre de musique, entrecoupé de quelques informations au quart de chaque heure. Le programme devient ensuite national et plus généraliste.
  • Paris Études
  • Radio-Sorbonne (février 1948)
2 décembre 1947 Programme éducatif autonome diffusant les cours de l'université de la Sorbonne à Paris. La RDF n'a aucune emprise sur la programmation qui est du seul ressort de l'université. La RDF est chargée uniquement de la diffusion de ce programme. Ondes moyennes sur 206 m puis 209,9 m à Paris uniquement.

La radiodiffusion régionale[modifier | modifier le code]

Les chaînes de radio régionales émettent sur le réseau d'émetteurs régionaux en ondes moyennes.

Chaînes régionales d'outre-mer

Télévision[modifier | modifier le code]

Logo Chaîne Directeur Date de création Diffusion
RTF Minerve.jpg RDF Télévision française Jacques Armand 1er octobre 1944 Chaîne généraliste nationale diffusée uniquement en région parisienne en noir et blanc sur la bande I VHF en 441 lignes depuis l'émetteur de la tour Eiffel (fréquences vidéo 42,00 MHz et audio 46,00 MHz, polarisation d'antenne verticale, puissance 30 kW).

À partir de 1947, la télévision commence à s'affirmer dans le paysage médiatique et au sein des foyers par le lancement de programmes réguliers de douze heures par semaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien que nommé Directeur des Services artistiques de la Radiodiffusion et de la Télévision par Wladimir Porché, Paul Gilson ne s'est jamais occupé que des Services artistiques de la Radiodiffusion.
  2. La discothèque est créée en 1939. Elle gère un fond éclectique de 80 à 90000 disques, classés par le service de fichage, et collabore avec les toutes les stations de radio par le prêt de disques, que ce soit avec celles d'Outre Mer, avec les stations étrangères ou avec des collectionneurs pour élargir le choix de programmation.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]