Radio Télévision Libre des Mille Collines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Radio des Mille Collines)
Aller à : navigation, rechercher

La Radio Télévision Libre des Mille Collines (RTLM) était une station de radio rwandaise, qui émit du 8 juillet 1993 au 31 juillet 1994 et joua un rôle significatif durant le génocide au Rwanda.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d'une large audience, RTLM répandit une propagande virulente contre les Tutsi, les Hutu modérés, les Belges et la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR). La station est accusée d'avoir créé une atmosphère hostile qui prépara le terrain au génocide. Trois associés de la radio, Jean Bosco Barayagwiza, Ferdinand Nahimana et Hassan Ngeze (en), ont été condamnés en 2003, pour génocide et incitation au génocide, par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) en première instance[1].

Au cours du génocide, l'armée américaine tenta de mettre fin aux émissions de Radio Mille Collines mais y renonça en raison des coûts et des problèmes d'ingérence[2],[3].

Au début de son activité, RTLM était une radio populaire, surtout parmi les jeunes, qui jouait subtilement des animosités et frustration des Hutu à l'encontre des Tutsi, diffusant des satires entrecoupées de musique pop congolaise.[réf. nécessaire] De nombreux observateurs étrangers, de retour au Rwanda à la fin du génocide, ont rapporté avoir vu des Hutu fuir l'avancée du Front patriotique rwandais (FPR) sur les routes, avec aucun autre bagage qu'un poste de radio vissé à l'oreille.[réf. nécessaire] Ce n'est qu'après le début des tueries que des incitations nettes au génocide se firent entendre, tel que « Tuez tous les cafards ». Inyenzi, un mot kinyarwanda qui signifie « cafard », « cancrelat », est alors utilisé pour désigner les Tutsi[4]. La Radio des Milles Collines rappela à la communauté internationale le danger de répandre des messages de haine dans les médias et les dommages qui s'ensuivent. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, un média portait une responsabilité directe dans l'incitation à la violence. La Radio Mille Collines est devenue un symbole du génocide.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Bemba, Justice internationale et liberté d'expression : les médias face aux crimes internationaux, L'Harmattan, 2008, p. 47-110 (ISBN 978-2-296-06066-1)
  • Jean-François Dupaquier, Politique militaire et mercenaires français au Rwanda, Éditions Karthala
  • Jean-Pierre Chrétien (dir.), « De Radio Rwanda à la RTML », in Rwanda : les médias du génocide, Éd. Karthala, Paris, 1995, p. 63-82 (ISBN 2-86537-621-4) (rapport d'une mission envoyée au Rwanda en septembre 1994 à la demande de l'UNESCO)
  • Joséphine Tuvuzimpundu, Dans la tourmente rwandaise : étude lexico-sémantique du discours de la Radiotélévision libre des Mille Collines (RTLM), [octobre 1993-juillet 1994], Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 578 p. (thèse de doctorat de Linguistique)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nahimana, Ferdinand, sur le site du portail judiciaire de La Haye, p. 329
  2. (en) Information Intervention: When Switching Channels Isn't Enough, Foreign Affairs, novembre-décembre 1997, Vol. 76 Issue 6, p. 15.
  3. (en) Bystanders to Genocide, The Atlantic, septembre 2001, p. 8.
  4. Benjamin Sehene et Liesel Couvreur-Schiffer, Le piège ethnique, Éditions Dagorno, 1999, p. 21 (ISBN 9782910019549)

Liens externes[modifier | modifier le code]