Radbod de Trèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Radbod de Trèves (ou Radpod, Ratbod) (date de naissance indéterminée ; † 30 mars 915) fut de 883 à 915 archevêque de Trèves et chancelier du royaume des Francs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Radbod, formé à l’Abbaye de Saint-Gall, fut d'abord abbé du monastère de Mettlach. Le roi Arnulf de Carinthie le plaça en 888 à la tête de l’abbaye Saint-Servat de Maëstricht puis en 892 de celle d’Echternach. Le 8 avril 883,il fut élu archevêque de Trèves. Il sur réorganiser l'Église locale ruinée par les raids normands de 882. Sous les règnes de Louis l'Enfant et de Charles le Simple, Radbod conserva la direction de la chancellerie. Le 5 février 898, le roi Zwentibold accorda le privilège d’immunité au clergé de Trèves. Un autre succès de l'archevêque fut l'exemption pour les prélats du devoir de parate[1] et l'élargissement de leur juridiction (23 janvier 899). En 899, Radbod appela près de lui le chroniqueur Réginon de Prüm qui, en délicatesse avec l'aristocratie de l'Eifel, avait dû quitter son abbaye. Radbod lui confia la reconstruction de l'Abbaye Saint-Martin de Trèves. Sous le règne de Louis l'Enfant, Radbod est nommé archichancelier de Lotharingie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est-à-dire l'obligation d'héberger à leur frais les nobles de la cour (et leur suite) lorsqu'ils étaient en transit en Rhénanie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Radbod von Trier » (voir la liste des auteurs)
  • Regesten der Erzbischöfe zu Trier von Hetti bis Johann II. 814–1503, édité par Adam Goerz (réimpression corrigée de l'édition de Trèves de 1861), Aalen 1969.
  • Réginon von Prüm: Chronicon éd. Friedrich Kurze, Monumenta Germaniae Historica Scriptores rerum Germanicarum, Nova series, Hanovre 1890.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martin Persch, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL)., vol. 7,, Herzberg,‎ 1994 (ISBN 3-88309-048-4), « Radbod von Trier », p. 1188–1189.
  • Stephanie Haarländer, Neue Deutsche Biographie (NDB)., vol. 21, Berlin, Duncker & Humblot,‎ 2003, « Radbod », p. 82 f.