Radar FuMG 41/42 Mammut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mammut

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Réseau d'antennes du radar FuMG 41/42 Mammut

Pays d'origine Allemagne
Mise en opération 1944
Type Antenne réseau à commande de phase de veille lointaine
Fréquence 116 — 146 MHz
Largeur de faisceau 0,5° (horizontal)
Longueur d'impulsion 2 — 3,5 μs
Portée 300 km
Dimensions 30 m par 16 m (Luftwaffe)
20 m par 14 m (Kriegsmarine)
Azimut ± 55 ° (électronique)
Précision 300 m (±0.5°)
Puissance crête 200 kW
Autres noms FuMG 41/42

Le Radar FuMG 41/42 Mammut était un radar de veille lointaine à longue portée construit par l'Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a été développé par la société GEMA (Gesellschaft fur Elektroakustische und Mechanische Apparate pour Société d'appareillages électro-acoustiques et mécaniques) et était composé de six ou huit réseaux d'antennes Freya commutés ensemble et couplés à deux dispositifs Freya.

L'ensemble était fixe et pouvait être dirigé électroniquement selon un arc de 55 ° de chaque côté de l'axe central en avant ou en arrière de l'antenne ce qui laissait des angles morts de 70 ° de part et d'autre du radar[1]. Pour pallier cet inconvénient, deux Mammuts étaient construits à angle droit ce qui donnait une couverture totale.

C'était la première antenne réseau à commande de phase au monde et il était capable de détecter une cible volant à une altitude de 8 000 m et à une distance de 300 km. Les services de renseignement britanniques lui ont donné le nom de code de « hoarding » (palissade) sans doute en raison de l'aspect de son immense réseau d'antennes. Même à la toute fin de la guerre, le 20 avril 1945, les rapports des services secrets étaient erronés et précisaient que seuls existaient des prototypes expérimentaux, et qu'il n'existait aucune station opérationnelle.

Types[modifier | modifier le code]

Radar FuMG 41/42 Mammut en version armée de l'air avec quatre mâts.
FMO51/52 Seetakt en version marine avec trois mâts.
Plots en béton préparés pour recevoir le Mammut, jamais monté, au Cap Fagnet à Fécamp

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Christian Wolff, « Mammut », sur Radartutorial.eu (consulté le 25 avril 2012)