Radar AN/CPS-9

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

AN/CPS-9[1]

Pays d'origine États-Unis
Mise en opération 1949
Quantité produite 56
Type Radar météorologique
Fréquence Bande X (3 cm)
FRI 931 et 186 Hz
Largeur de faisceau 1 degré
Polarisation Horizontale
Longueur d'impulsion 0,5 et μs
Diamètre Antenne parabolique de 2,5 m
Azimut 0 à 360º
Élévation 0 à 90º
Puissance crête 250 kW

Le radar AN/CPS-9 est le premier radar conçu spécifiquement pour la météorologie et a été produit aux États-Unis vers 1949[2]. Il a été présenté par l’Air Force Weather Agency[3] en 1954.

Différents sites du AN/CPS-9[modifier | modifier le code]

L'AN/CPS-9 trouvait sa place sur des bases militaires partout dans le monde, dans des laboratoires (Air Force Cambridge Research Center, Air Force Geophysics Laboratory, Phillips Laboratory), dans des centres d'étude et d'entraînement à la météorologie, et dans des universités. La production totale a été de cinquante-six AN/CPS-9 pour tous les usages confondus[4] parmi lesquels moins de cinquante ont été utilisés de manière opérationnelle par l’Air Force. Des radars AN/APQ-13 étaient maintenus en service sur les sites qui n'avaient pas reçu d'AN/CPS-9.

Le premier CPS-9 opérationnel a été installé sur la base Maxwell en Alabama le 20 juin 1944. Ce radar est resté opérationnel durant trente ans avant d'être finalement remplacé par un radar moderne, le AN/FPS-77, le 14 juillet 1984. En 1966, l'Air Weather Service avait encore quarante CPS-9 en service. En 1974, ce nombre descend à onze. Plus aucun d'entre eux ne se trouve dans les inventaires opérationnels de nos jours[1].

Usage particulier[modifier | modifier le code]

La Texas A&M University est l’une des universités à avoir été dotée d'un AN/CPS-9. Le département de météorologie a surtout utilisé son AN/CPS-9 pour l’étude sur les orages et les précipitations à l’échelle synoptique, dont celles provenant d’ouragans passant dans la région[5]. Il est l'une des ancêtres de l’actuel ADRAD.

Le rapport Condon sur les ovni cite également la Texas A&M research comme utilisant le CPS-9 pour mesurer le comportement du faisceau radar dans des conditions météorologiques similaires à un événement du 19 septembre 1957. Ces conditions étaient celles de propagation anormale du faisceau causée par une inversion de température en altitude par ciel dégagé. Ce phénomène courbe le faisceau, lui faisant parcourir une plus grande distance horizontale que la normale de façon similaire à un mirage. La conclusion fut que l’ovni noté par le radar d'un avion et par un autre au sol était un artefact causé par cette inversion[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • La fréquence de travail du radar AN/CPS-9 est dans la bande X[1], ce qui correspond à une longueur d'onde d'environ 3 cm.
  • Il est équipé d'une antenne parabolique d'environ 2,5 m.
  • La largeur du faisceau émis est de 1 degré[1].
  • L'antenne du CPS-9 ne nécessite pas de radôme et la totalité de l'équipement électronique émission–réception est fixé au dos de l'antenne[1].

L'AN/CPS-9 s'est fait remarquer pour sa bonne sensibilité. Cependant, une pluie à courte distance cause une atténuation du signal revenant d'une pluie plus éloignée ce qui rendait les mesures des averses moins précises. La grêle peut également réduire l'écho des orages en raison de la manière dont elle diffuse l'énergie des émissions en bande X. Malgré cela les opérateurs pouvaient identifier des orages suffisamment forts pour produire des chutes de grêle en observant les zones où le retour des échos était faible à nul derrière de forts échos[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Roger C. Whiton, et al., « History of Operational Use of Weather Radar by U.S. Weather Services. 1re partie : The Pre-NEXRAD Era. », Weather and Forecasting, vol. 13, no 2,‎ 19 février 1998, p. 219–243 (DOI <0219:HOOUOW>2.0.CO;2 10.1175/1520-0434(1998)013<0219:HOOUOW>2.0.CO;2, lire en ligne)
  2. (en) Raghavan, S. 2003. Radar meteorology. Dordrecht: Kluwer Academic Publishers. P. 3
  3. L’Air Force Weather Agency est le principal centre météorologique de l'United States Air Force.
  4. (en) Williams 1953
  5. Tom E. Sanford, Utilization of AN/CPS-9 Radar in Weather Analysis and Forecasting: Final Report, vol. 60 projet 237, College Station (Texas), Texas A & M University, Dept. of Oceanography, coll. « Références »,‎ 1961, 238 p. (résumé)
  6. (en) « Weather conditions in the area between Dallas and Mineral Wells, Texas, 19 September 1957 (section : Extraordinary radar echoes) », Condon Report,‎ 10 juin 1968 (consulté le 4 avril 2012)