Ractopamine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ractopamine
Ractopamine
Identification
Nom IUPAC 4-[3-[ [2-hydroxy-2-(4-hydroxyphényl)éthyl]amino]butyl]phénol
No CAS 97825-25-7
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H23NO3  [Isomères]
Masse molaire[1] 301,3801 ± 0,0171 g/mol
C 71,73 %, H 7,69 %, N 4,65 %, O 15,93 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La ractopamine est un médicament (numéro CAS : 97825-25-7), qui est aussi utilisé comme additif bêta-agoniste aux porcs ou à d'autres animaux élevés pour leur viande afin d’obtenir de la viande plus maigre et plus protéinée. Comme tous les bêta-agonistes, cette molécule dégrade les qualités organoleptiques de la viande en réduisant la teneur en graisse intramusculaire. Cet additif est interdit dans l'Union européenne.

Article détaillé : Bêta-agoniste.

Législation[modifier | modifier le code]

La ractopamine est interdite dans l’Union européenne, à Taïwan ainsi qu’en Chine[2] et en Russie.

En 2012, le Codex Alimentarius a approuvé la ractopamine[3] à l'issue d'un vote controversé. L'UE a ensuite réaffirmé son interdiction[4].

Alors qu'en Russie le service fédéral d'inspection vétérinaire et phytosanitaire (Rosselhoznadzor) informe les principaux exportateurs de viande de l'inadmissibilité de l'utilisation de ractopamine dans la viande et de la nécessité de présentation de certificats confirmant son absence depuis le 6 octobre 2011[réf. souhaitée], les normes sont entrées en vigueur le 7 décembre 2012, imposant le contrôle de l'absence de toute trace de ractopamine avant le déchargement de la viande de porc et de bœuf. En réponse, des autorités des États-Unis (en la personne du ministre de l'agriculture des États-Unis Tom Vislak et le représentant des États-Unis des négociations commerciales Rhone Kirk) ont accusé la Russie de violation de ses obligations à l'entrée à l'OMC[5],[6].

Pays ayant approuvé la ractopamine[modifier | modifier le code]

Les États-Unis et le Canada ont approuvé l'utilisation de la ractopamine depuis plusieurs années (2005 pour le Canada). Cependant, comme ces pays exportent de la viande de porc vers des zones ayant interdit la ractopamine (en particulier la Russie), une partie des élevages est conduite sans l'utilisation de ractopamine et un programme de certification spécifique de la filière sans ractopamine a été mis en place[7],[8]. Au Canada, les filières de certaines zones géographiques importantes (comprenant producteurs et abattoirs) ont entièrement cessé d'utiliser la ractopamine[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Helena Bottemiller, « Dispute over drug in feed limiting US meat exports », Bottom Line,‎ January 25, 2012 (lire en ligne)
  3. Codex Adopts Ractopamine Limits for Beef and Pork
  4. (en)Codex Alimentarius : statement by the EU on ractopamine.
  5. Ellen Barry, « Russia Announces Barriers on Imports of U.S. Meat », The New York Times,‎ 8 décembre 2012 (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  6. rédaction (avec agences), « $500M U.S. Meat Imports at Risk », The Moscow Times,‎ 9 décembre 2012 (ISSN 1563-6275, lire en ligne)
  7. (ACIA) - Programme de certification des porcs exempts de ractopamine.
  8. (en) USDA Introduces Certification Program for Meat Without Growth-Enhancing Drugs.
  9. (en) Alberta, B.C. hog producers stop using ractopamine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]