Rabodeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 22′ 56″ N 6° 52′ 06″ E / 48.38222222, 6.86833333 ()

Rabodeau
Le Rabodeau à Moyenmoutier.
Le Rabodeau à Moyenmoutier.
Caractéristiques
Longueur 25,7 km
Bassin 153 km2
Débit moyen 3,52 m3/s (confluence avec la Meurthe)
Cours
Source près du col de Prayé
· Localisation Moussey
· Coordonnées 48° 26′ 49″ N 7° 05′ 19″ E / 48.4469, 7.0885 (Source - Rabodeau)  
Confluence avec la Meurthe
· Localisation Moyenmoutier
· Coordonnées 48° 22′ 56″ N 6° 52′ 06″ E / 48.38222222, 6.86833333 (Confluence - Rabodeau)  
Géographie
Pays traversés France

Le Rabodeau est une rivière française de Lorraine qui coule dans le département des Vosges. C'est un affluent de la Meurthe en rive droite, donc un sous-affluent de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Rabodeau naît au col de Prayé (ou Prayez), au sud-ouest du massif du Donon. Son parcours, régulièrement orienté ouest-sud-ouest, est parallèle à celui de la Plaine. Dans la partie amont de son cours, le Rabodeau a un caractère torrentiel, marqué par des cascades, dont certaines sont assez remarquables, Cascade des Chavons, la Sauteuse, ...

Le Rabodeau arrose notamment Moussey, La Petite-Raon, Senones, Moyenmoutier et rejoint la Meurthe au hameau de Saint-Blaise, à l'altitude de 289 m.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Rabodeau en amont de Moussey

Ses principaux affluents sont le ruisseau du Grand Bras (3,9 km), la Grand-Goutte renommée le Fosse dans sa partie basse (5,7 km), le ruisseau de la Rochère (10,2 km) né à Grandrupt et grossi des eaux du Bouchard (8,4 km) dont la vallée mène au col du Hantz, le Grand Rupt issu de Saint-Stail, le ruisseau du Lavaux, le ruisseau de Pair et le ruisseau de Ravines.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Rabodeau est une rivière très abondante. Son débit a été observé durant une période de 16 ans (1969-1984), à Moyenmoutier, localité du département des Vosges située au niveau de son confluent avec la Meurthe[1]. Le bassin versant de la rivière est de 153 km2.

Le module de la rivière à Moyenmoutier est de 3,52 m3/s.

Le Rabodeau présente des fluctuations saisonnières de débit relativement modérées, comme c'est habituellement le cas des cours d'eau du massif vosgien. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au printemps et poussent le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 3,78 et 6,05 m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum de décembre à février). Dès juin le débit chute rapidement jusqu'aux basses eaux d'été, qui ont lieu en août-septembre et s'accompagnent d'une baisse du débit mensuel moyen allant jusqu'à 1,58 m3 au mois de septembre. Mais ces chiffres ne sont que des moyennes et les fluctuations de débit sont plus prononcées sur de plus courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Moyenmoutier
(données calculées sur 16 ans)

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,550 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 550 litres par seconde, ce qui n'est pas excessivement sévère comparé aux cours d'eau alimentés exclusivement ou presque par les précipitations tombées sur le plateau lorrain.

Les crues peuvent être très importantes compte tenu de la taille modeste de la rivière et de son bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 24 et 37 m3/s. Le QIX 10 est de 45 m3/s, le QIX 20 de 50 m3, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé étant donnée l'insuffisance de la durée d'observation des débits.

Le débit instantané maximal enregistré à Moyenmoutier durant cette période de 16 ans, a été de 64,7 m3/s le 26 mai 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 59,9 m3/s le même jour. En comparant la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, il apparait clairement que cette crue était très supérieure à la crue vicennale calculée par le QIX 20, et donc assez exceptionnelle.

Le Rabodeau est une rivière fort abondante, puissamment alimentée par les fortes précipitations de son bassin. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 728 millimètres annuellement, ce qui est plus de deux fois supérieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus (320 millimètres), et largement supérieur également à la moyenne du bassin français de la Moselle (445 millimètres à Hauconcourt en aval de Metz). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint le chiffre robuste de 23,0 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Qualité des eaux[modifier | modifier le code]

En 2006, l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse attribuait à l'eau du Rabodeau, analysée au niveau de Moyenmoutier, la qualité de « bonne », à l'instar de l'année précédente (catégorie 1B), mais toujours en léger retrait par rapport à l'année 2004, où la qualité de « très bonne » (1A) lui était attribuée[2]. La raison en est une demande chimique en oxygène (DCO) en légère augmentation (à 24 mg/litre), mais encore qualifiée de « bonne ». À noter que le taux de saturation en oxygène atteignait le beau chiffre de 93 % en 2006, correspondant à 8,8 milligrammes par litre, et que la teneur en ion ammonium ou NH4+ se situait à l'excellent niveau de 0,10 mg/litre.

Pêche[modifier | modifier le code]

Le Rabodeau est classé comme cours d'eau de première catégorie sur la totalité de son parcours. C'est typiquement ce qu'on appelle une rivière à truites.

D'après le Conseil supérieur de la Pêche, la qualité des peuplements piscicoles du Rabodeau, observée en 1999 au niveau de Senones, est qualifié d'« excellente », qualification attribuée rarement. Au sein du bassin versant de la Moselle, le Rabodeau partageait cette qualification avec la Vologne et la Meurthe en amont de Saint-Dié [3].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

La vallée du Rabodeau était naguère florissante par ses scieries et ses industries textiles. Ce secteur fut en effet, jusque vers la fin des années 1960, un des grands centres français de manufacture de différents textiles, essentiellement le coton. Le déclin brutal de ces activités traditionnelles a engendré une dévitalisation et une dépopulation rapide de la région.

Patrimoine - Tourisme[modifier | modifier le code]

Senones : l'église Saint-Gondelbert et sa tour octogonale romane du XIIe siècle
  • Senones : ancienne capitale de la principauté de Salm indépendante jusqu'en 1793, et siège d'une très ancienne abbaye bénédictine fondée au VIIe siècle. Le centre historique est site classé. Restes de l'ancien château des princes de Salm. Deuxième château des princes de Salm du XVIIIe siècle (monument historique). Ancien pilori. Plusieurs anciens hôtels et maisons (monuments historiques). Ancienne abbatiale Saint-Pierre provenant d'un monastère fondé par saint Gondelbert au VIe siècle, construite au XIIe siècle par l'Abbé Antoine de Pavie elle fut refaite en 1860, avec encore sa tour octogonale du XIIe siècle (inscrit monument historique). Restes de l'abbaye (bâtiments du XVIIIe siècle) avec tour du XIe - appartements de Voltaire et de Dom Calmet (monument historique). Musée historique dans l'abbaye. Forêt de Moyenmoutier. Plusieurs sites naturels classés. Station climatique d'été et festival du Folklore. Équitation, tennis, natation, tir, promenades, etc. Pêche, chasse.
  • Chemin de fer touristique de la vallée du Rabodeau. Il parcourt la distance entre Étival-Clairefontaine et Senones. Restauré par des amateurs passionnés finançant son entretien en l'exploitant le week-end à l'usage des curieux, il sera aussi loué exceptionnellement pour conduire les invités de noces de la ville d'Etival à l'église de Senones.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque Hydro - Station A6142010 - Le Rabodeau à Moyenmoutier (Synthèse) (ne pas cocher la case "Station en service")
  2. Agence de l'Eau Rhin-Meuse - Système d'Information sur l'Eau : Qualité des cours d'eau
  3. Carte de Lorraine - Qualité des peuplements piscicoles - 1999 - Indice Poisson

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Simon, Nos vallées au souffle du passé : Bruche, Fave, Rabodeau, Plaine, Blancrupt : images d'antan, L'Essor, Schirmeck, 1996, 239 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :