Raúl Alfonsín

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raúl Alfonsín
Fonctions
49e président de la Nation argentine
Vice-président Víctor Hipólito Martínez
Prédécesseur Reynaldo Bignone (de facto)
Successeur Carlos Menem
Sénateur de la Nation argentine
Député de la Nation argentine
pour Buenos Aires
-
Biographie
Nom de naissance Raúl Ricardo Alfonsín
Date de naissance
Lieu de naissance Chascomús, Buenos Aires
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Buenos Aires
Nationalité Argentine
Parti politique Union civique radicale
Conjoint María Lorenza Barreneche de Alfonsín
Profession Avocat

Signature

Raúl Alfonsín
Présidents de la Nation argentine

Raúl Ricardo Alfonsín ( - ) est un avocat et un homme d'État argentin, premier président élu démocratiquement après la dictature militaire, du au . C'est une des figures les plus importantes de l'histoire de l'Union civique radicale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raúl Alfonsín est né à Chascomús, dans la Province de Buenos Aires le .

Après des études secondaires au Lycée Militaire Général San Martín (Liceo Militar General San Martín), il est diplômé en droit de l'université de Buenos Aires et devient avocat de profession dans sa ville natale. Alfonsín y crée un journal local (El Imparcial) et est élu à la mairie de la ville en 1951. Par la suite la même année, candidat de l'UCR à un siège à la Chambre des députés, il perd face à un adversaire soutenu par le nouveau parti du leader populiste, Juan Perón. L'opposition de son périodique à un Péron de plus en plus intolérant conduit Alfonsín en prison en 1953. En septembre 1955, un violent coup d'État militaire (appelé Révolution LibératriceRevolución Libertadora) met fin au gouvernement de Perón et l'interdiction du parti politique péroniste redonne à l'UCR son rôle de plus important des partis politiques de l'Argentine[1].

Il est élu à la législature provinciale de Buenos Aires en 1958 sur la liste UCRP, une fraction de l'UCR légèrement à droite des vainqueurs des élections de 1958, l'UCRI. Alfonsín est élu à la Chambre des députés en 1963, devenant l'un partisans les plus ardents du président Arturo Illia au Parlement. Il perd son siège quand un coup d'État militaire retire ses fonctions à Illia en 1966. Par suite de développement de divergences avec le parti du leader conservateur modéré, Ricardo Balbin (en), Alfonsín annonce la formation d'un Mouvement pour le renouveau et le changementMovimiento de Renovación y Cambio — au sein de l'UCR en 1971. Il se présente comme candidat à des primaires pour la Présidence de la République à l'intérieur de son parti avec Conrado Storani comme candidat à la vice-présidence, mais il perd face à Balbin, qui à son tour est battu par le Parti justicialistePartido Justicialista — de Perón[1]. Le retour de l'Argentine à la démocratie en 1973 n'a pas amélioré la situation politique du pays. Un conflit de plus en plus violent entre les extrémistes trotskistes et fascistes conduit à une succession de mesures de répression, principalement contre le premier. Dans cette escalade de violence, Alfonsín participe à la création, en décembre 1975, de l'Assemblée permanente des droits de l'homme -Asamblea Permanente por los Derechos Humanos-[2].

Son parcours vers la présidence débute lors de la Convention Nationale de son parti en 1982 (une fois terminée la guerre des Malouines) en s'opposant à Fernando de la Rúa, qu'il battra plus tard lors des primaires. Il dénonce vivement le pacte militaire-syndical qui liait la junte militaire à la CGT (Confederation General del Trabajo) et accède à la présidence de la nation argentine le 10 décembre 1983, après avoir battu le péroniste Ítalo Argentino Luder.

Le gouvernement d'Alfonsín est reconnu pour ses contributions institutionnelles : rétablissement des institutions publiques et des droits et garanties constitutionnels.

Si d'un côté, les principaux responsables de violations des droits de l'homme durant le régime militaire ont été jugés et condamnés par la justice, le gouvernement d'Alfonsin empêche le jugement de nombreux autres responsables. Soumis à de fortes pressions du secteur militaire et à des tensions internes à son parti, il cède et instaure, avec le consentement de l'opposition, la loi du Punto Final (Point Final) et la loi de Obediencia Debida (Devoir d'obéissance). La première est un mécanisme de prescription anticipée, alors que la seconde disculpe les responsables d'atrocités commises sous les ordres des différents commandants en chefs des forces armées. Ces lois sont considérées comme nulles par le Congrès National en 2003, et finalement déclarées comme inconstitutionnelles par la Cour Suprême de Justice le .

Alfonsín arrête le programme d'enrichissement d'uranium en 1983. En outre, pendant le gouvernement d'Alfonsín, en 1985, est signé le traité de Paix et d'Amitié avec le Chili (Tratado de Paz y Amistad), qui met fin à une dispute de frontières. En 1980, les deux pays étaient prêts à se déclarer la guerre.

Néanmoins, à cause des graves problèmes économiques qui affectent le pays, avec un taux d'inflation annuel de 343 % en 1988 et supérieur à 3000 % pour l'année 1989, Alfonsín renonce à la présidence cinq mois avant la fin de son mandat en 1989. Carlos Saúl Menem le remplace jusqu'à la fin du mandat puis est élu comme nouveau président.

Symbole très respecté du retour à la démocratie, il meurt le des suites d'un cancer du poumon. La Présidente Fernández de Kirchner décrète alors trois jours de deuil national et son catafalque est veillé au Palais du Congrès de la Nation Argentine avant de rejoindre le cimetière de la Recoleta[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Raúl Ricardo Alfonsín." Encyclopedia of World Biography, 2nd ed. 17 Vols. Gale Research, 1998.
  2. Veinte años de la APDH (es)
  3. Muere a los 82 años el ex presidente argentino Raúl Alfonsín, El País, 1er avril 2009.

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Raúl Alfonsín Suivi par
Reynaldo Bignone (de facto)
Coat of arms of Argentina.svg
Président de la Nation argentine
Carlos Menem