Raï (film, 1995)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Raï (homonymie)

Raï

Titre original Raï
Réalisation Thomas Gilou
Scénario Cyril Collard
Djamila Djabri
Thomas Gilou
Messaoud Hattau
Sonia Kronlund
Acteurs principaux
Sociétés de production M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 1995
Durée 88 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Raï est une comédie-dramatique française réalisé par Thomas Gilou, sorti en 1995.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Djamel (Mustapha Benstiti) essaie d'échapper à l'engrenage de la drogue et de la délinquance qui broie tous ses amis dans la cité de banlieue où il vit. Il travaille à la piscine de la commune et veut fonder une famille avec Sahlia (Tabatha Cash), la sœur de son ami Mezz (Micky El Mazroui), qui veut rompre toute attache avec sa culture d'origine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieu de tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en grande partie dans le quartier HLM de la Muette à Garges-lès-Gonesse. Le centre commercial saccagé à la fin du film est celui de la Dame Blanche à Garges-lès-Gonesse également[1].

Réception du film[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

  • Les Inrockuptibles du 28 juin 1995 (p. 37) - « A priori, Raï ne dispose pas des atouts séducteurs de ses prédécesseurs [...] banlieue ou pas banlieue, Raï s'inscrit dans la logique des films de Thomas Gilou, cinéaste dépourvu de prétentions, si ce n'est celle de communiquer avec son public par les émotions les plus simples et les moins faisandées [...] une vision à hauteur d'homme, une veine comique qui essaye d'éviter aussi bien le cynisme supérieur que la complaisance grasse. »[2] - Serge Kaganski
  • Le Nouvel Observateur du 29 juin 1995 - « La Haine sans la grâce... Moins malin que Black Mic-Mac, Raï, s'enferre un peu dans les clichés suburbains. Tabatha Cash, avec son charisme siliconé, n'est pas crédible dans ce rôle de beurette. Saluons en revanche l'excellente composition de Samy Naceri... »[3]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Édouard Baer fait l'une de ses premières apparitions dans le rôle d'un des amis de Saliah.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lieux de tournage du film Raï sur L2TC.com. (Consulté le 25 mai 2008)
  2. Serge Kaganski, « Raï », Les Inrockuptibles,‎ 28 juin 1995, p. 37
  3. « Cinéma : Raï », Le Nouvel Observateur, no 1599,‎ 29 juin 1995

Lien externe[modifier | modifier le code]