R. J. Ellory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

R. J. Ellory

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

R. J. Ellory lors du salon du livre de Paris en mars 2012

Nom de naissance Roger Jon Ellory
Activités Romancier
Naissance 20 juin 1965 (49 ans)
Birmingham, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Langue d'écriture Anglais britannique
Genres Roman policier, thriller

R. J. Ellory[1], de son nom complet Roger Jon Ellory, est un écrivain britannique[2], auteur de romans policiers et de thrillers. Il est né à Birmingham le 20 juin 1965.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Jon Ellory est né en 1965 à Birmingham (Angleterre). Il n’a pas connu son père, parti avant sa naissance, et qui d'après son entourage aurait été un voleur hollandais…
Il habite dans une maison avec sa mère, son frère d'un an son ainé et sa grand-mère. Son grand père est mort noyé en 1957.
La mère de Roger Jon Ellory était actrice, danseuse de ballet et chanteuse. À la suite d'une épidémie, elle meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu'il a à peine 7 ans. C'est sa grand-mère qui va l'élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu'à l'âge de 16 ans. C'est là que se développe son amour de la lecture. Il découvre dans la bibliothèque de l'orphelinat les livres de Charles Dickens, Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, Truman Capote, Harper Lee, Ernest Hemingway, William Faulkner, qui vont déclencher chez lui une envie de créativité dans le domaine artistique.

Il étudie la musique, joue de la trompette, dans le registre classique aussi bien que dans celui du jazz. Il fait des études d’arts, et étudie notamment la photographie.
A 16 ans, il abandonne ses études et retourne dans la maison familiale de Birmingham. Sa grand-mère décède malheureusement d'une crise cardiaque quelques semaines seulement après son retour. Il se retrouve seul, avec son frère, dans une maison où l'eau et l'électricité sont coupées. Pour gagner leur vie, ils décident de voler des légumes dans les potagers voisins et de les revendre. Ils volent également des poulets dans un monastère. Trois jours plus tard, les policiers leur rendent visite, accompagnés des bonnes sœurs du monastère. Elles identifient nommément chacun des poulets auxquels elles avaient donné les noms des provinces canadiennes… Ils sont condamnés à trois mois de prison.

Lorsqu'il sort de prison, Roger Jon Ellory monte un groupe de rock "The Manta Rays", avec un bassiste et un batteur, Roger Jon jouant de la guitare. Ils commencent à construire leur studio d'enregistrement dans la maison, toujours sans électricité. Les rudes conditions de leur vie sont fatales pour leur batteur qui était asthmatique. Il meurt en pleine nuit dans le studio. Cet épisode dramatique conduit Roger Jon Ellory à se dire que la vie ne fonctionnait pas très bien pour lui. Il décide alors de poursuivre un but plus positif.

Son goût pour la lecture l'amène à vouloir aider ceux qui ont du mal à lire. Il fait donc des études sur ce problème.
Et le déclic se produit en 1987, à l'âge de 22 ans, alors qu'il voit un étudiant qui, entre deux cours, dans le couloir, est toujours très absorbé par la lecture d'un roman, toujours le même. Lorsque Roger Jon l'aborde, l'étudiant lui explique, enthousiaste, que c'est toujours ce roman qu'il veut lire, qui le passionne. Cela « allume une lumière dans la tête » de RJE qui explique : « je veux écrire des livres qui ont cet effet sur les gens ». Il se met donc à écrire tous les jours. En six ans, il produit ainsi 22 romans (thriller, polars, horreur, …). Aucun ne sera publié. Il décide donc d'arrêter d'écrire.

Ce n’est que 8 ans plus tard, en 2001, qu'il se remet à l’ouvrage. Et là, un éditeur anglais décide de lui donner sa chance. Après avoir reçu plus de 600 lettres de refus en provenance de 120 éditeurs, en 2003, son premier roman « Candlemoth » est enfin publié. Et depuis, chaque année il publie un nouveau livre[3],[4].

En septembre 2012, Jeremy Duns, auteur de romans d'espionnage, découvre que, sous le couvert de pseudonymes, R. J. Ellory écrit sur internet de fausses critiques, élogieuses pour ses propres romans et négatives pour ses concurrents[5]. Lors de la révélation dans la presse par le Daily Telegraph, Ellory s'excuse de son comportement[6].

En avril 2013, Le magazine Lire révèle qu'Ellory est un membre actif de l’Église de Scientologie depuis 1986[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

En anglais
  • Candlemoth, 2003, présélectionné pour le CWA Ian Fleming Steel Dagger 2003[8]
  • Ghostheart, 2004
  • A Quiet Vendetta, 2005 - Vendetta - Prix des libraires du Québec 2010, catégorie Roman hors Québec
  • City of Lies, 2006, présélectionné pour le CWA Ian Fleming Steel Dagger 2007[9]
  • A Quiet Belief in Angels, 2007
  • A Simple Act of Violence, 2008
  • The Anniversary Man, 2009
  • Saints of New York, 2010
  • Bad Signs, 2011
  • A Dark and Broken Heart, 2012
  • The Devil and The River, 2013
Traductions en français

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. J. Ellory a publié ses trois premiers livres, de 2003 à 2005, sous son nom complet, avant d'adopter le nom de plume avec prénoms abrégés à partir du roman City of Lies, en 2006, ce nom simplifié étant également utilisé pour des rééditions d'ouvrages antérieurs.
  2. « R.J. Ellory: «Je suis anglais... je suis désolé» », sur http://bibliobs.nouvelobs.com,‎ 01/04/2009 (consulté le 24/09/2009)
  3. interview Télérama, octobre 2010.
  4. « R.J. Ellory - Official Author Website », sur http://www.rjellory.com (consulté le 24/09/2009)
  5. R.J.Ellory trichait sur le web, Bruno Corty, Le Figaro, 5 septembre 2012 ; RJ Ellory vantait ses livres sous des pseudosJournal Ouest-france, 7 septembre 2012.
  6. (en)Andrew Hough, « RJ Ellory: detected, crime writer who faked his own glowing reviews », Daily Telegraph,‎ 2 septembre 2012 (consulté le 8 septembre 2012)
  7. http://www.lexpress.fr/culture/livre/r-j-ellory-27-ans-dans-la-scientologie_1234842.html
  8. « The CWA Ian Fleming Steel Dagger (2003) », sur http://www.thecwa.co.uk,‎ 2003 (consulté le 24/09/2009)
  9. « The CWA Ian Fleming Steel Dagger (2007) », sur http://www.thecwa.co.uk,‎ 2007 (consulté le 24/09/2009)
  10. « Éric Naulleau a remis le prix du Roman noir à Caryl Férey et R.J. Ellory », sur http://bibliobs.nouvelobs.com,‎ 31/03/2009 (consulté le 24/09/2009)
  11. « Prix des lecteurs du Livre de Poche / le choix des libraires », sur http://www.livreshebdo.fr/ (consulté le 5/10/2010)