Rēzekne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rēzekne
Blason de Rēzekne
Héraldique
Drapeau de Rēzekne
Drapeau
Ruines du chateau
Ruines du chateau
Administration
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
Rajons Rēzekne (lielpilseta)
Démographie
Population 37 223 hab.
Densité 2 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 56° 30′ 46″ N 27° 20′ 34″ E / 56.512716, 27.342739 ()56° 30′ 46″ Nord 27° 20′ 34″ Est / 56.512716, 27.342739 ()  
Superficie 1 748 ha = 17,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lettonie

Voir sur la carte Lettonie administrative
City locator 14.svg
Rēzekne

Rēzekne (la ville aux sept collines ; Latgalien : Rēzne, allemand : Rositten) est une ville de la région de Latgale, à l'est de la Lettonie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Construite sur sept collines, Rēzekne est située à 242 km à l'est de Riga et à 63 km à l'ouest de la frontière Lettonie-Russie. Rēzekne se trouve à l'intersection des voies ferroviaires MoscouRiga et VarsovieSaint-Pétersbourg. Sa position de carrefour en a fait une ville importante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de la grand-rue Lioutchinskaïa vers 1910.

La ville se développe autour d'une forteresse latgale qui existe du IXe au XIIIe siècle avant sa destruction par les croisés allemands de l'Ordre de Livonie[1]. Sur le même site, l'ordre de Livonie reconstruit une forteresse en pierre, dont il ne reste aujourd'hui que des ruines, pour assurer la défense de la frontière orientale. Le nom de la ville apparait dans un premier document en 1285[1] des chevaliers teutoniques, sous le nom de Rositten, nom qu'elle garda jusqu'en 1893, où elle prit celui de Rejitsa (en russe et en letton). À la suite de la guerre de Livonie, la ville intègre l'Union polono-lituanienne après la paix de Jam Zapolski de 1582. Elle devint une ville d'immigration, juive en premier lieu. Au XVIIe siècle, elle reçoit le droit de Magdebourg[1]. En 1772 la ville devient russe après le premier partage de la Pologne et en 1773, elle reçoit les privilèges de ville. Depuis 1802 elle fait partie du gouvernement de Vitebsk.

En 1917, la ville accueille le premier congrès des Lettons de Latgale[1]. Après l'indépendance de la Lettonie, la ville devient le centre de la culture latgale. En 1918, elle prend son nom actuel[1]. Comme beaucoup d'autres villes de la région, Rositten ou Rejitsa elle était majoritairement peuplée de Juifs (54 % au recensement de 1897). Ceux-ci furent déportés ou exterminés par l'armée nazie du Troisième Reich.

Population[modifier | modifier le code]

Sa population de 34 912 (2010)[2], en fait la septième ville de Lettonie. Considérablement détruite par les Allemands et les Soviétiques, la population passa de 13 000 à 5000 durant la guerre. La population compte environ 54 % de Russes, car des 13 300 habitants avant la Seconde Guerre mondiale, il n'en est resté que 5 000 après le passage des troupes soviétiques et allemandes.

En 2007, la population de Rēzekne se répartit comme suit :

Population de Rēzekne (2007)
Nationalité Russes Lettons Polonais Biélorusses Ukrainiens Autres
Population 48,5 % 44,3 % 2,6 % 1,7 % 1,4 % 1,5 %

Monuments[modifier | modifier le code]

Résidents connus[modifier | modifier le code]

  • Iouri Tynianov (1894-1943), écrivain soviétique et critique littéraire d'origine juive.
  • Iveta Apkalna (1976), organiste lettonne de renommée internationale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Histoire de Rēzekne », pays-baltes.fr (consulté en 29.12.2011)
  2. « Latvijas iedzivotaju skaits pašvaldibas », République Lettone,‎ 01 juillet 2010 (consulté le 29 décembre 2011)

Galerie[modifier | modifier le code]