Rómulo Gallegos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gallegos.
Rómulo Gallegos et le président des États-Unis Harry S. Truman, en 1948

Rómulo Gallegos Freire (né et mort à Caracas, 2 août 1884 - 5 avril 1969) fut un romancier et homme d'État vénézuélien, président de la République. Il est considéré comme le meilleur représentant de la littérature vénézuélienne du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de milieu modeste et orphelin de mère à l'âge de 11 ans, il commence sa carrière comme instituteur et journaliste à 19 ans. Il écrit son premier essai pour l'hebdomadaire El Arco Iris. En 1909, il participe à la création de la revue La Alborada dans laquelle il écrit d'autres essais. Ses activités éducatives l'amènent en 1912 à la direction d'un collège de Barcelona, ville où il se marie avec Teotiste Arocha Egui.

Période littéraire[modifier | modifier le code]

C'est en 1913 qu'il publie son recueil de nouvelles Los Aventureros, mais c'est la publication de La Trepadora en 1925 qui révèle ses talents de romancier. Doña Bárbara (1929) est considéré comme son chef-d'œuvre, mais le conduit à l'exil en Espagne (Cantaclaro et Canaima y furent écrit), le livre ayant contrarié le dictateur Juan Vicente Gómez.

Période politique[modifier | modifier le code]

En 1936, suite au changement de régime, il revient au Venezuela où il est nommé ministre de l'Instruction publique dans le gouvernement d'Eleazar López Contreras l'année suivante, puis est élu député la même année. Il est désigné en 1941 candidat à l'élection à la Présidence de la République, mais est battu par Isaías Medina Angarita. Le parti Acción Democrática le présente à nouveau en 1948 et, cette fois, il est élu. Président de la république de février à novembre 1948, il est renversé par un coup d'État militaire dirigé par Marcos Pérez Jiménez (24 novembre 1948).

Il vit ensuite exilé à Cuba puis au Mexique jusqu'en 1958, année de son retour au Venezuela, où il réside jusqu'à sa mort.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Biographie de Rómulo Gallegos sur le site www.venezuelatuya.com, consulté le 8 décembre 2007

(fr) Maurice Belrose, Marginalité et guerre civile dans Pobre negro (1937) de Romulo Gallegos, dans la revue Archipélies n°1, 2010, pp.79-94.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Rómulo Gallegos Suivi par
Rómulo Betancourt
Présidents vénézuéliens
1948 (10 mois)
Carlos Delgado Chalbaud