Rêne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rênes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Renne (rivière), Renne, Rennes et Raine.
Rênes attachées à un mors western.

Les rênes sont une pièce de harnachement des équidés, consistant en de longues lanières souples en cuir. Elles sont toujours attachées au mors (ou autre, type hackamore), et généralement tenues en main par l'homme, que celui-ci soit en selle, à pieds ou dans un attelage, pour contrôler les équidés. Elles permettent notamment d'influencer sur la direction et la vitesse de l'animal.

Dans différentes cultures, les rênes ont inspiré des expressions populaires désignant le contrôle exercé par l'homme.

Étymologie et histoire[modifier | modifier le code]

Le mot français « rêne » est issu du latin populaire retina, lui-même une forme de retinere, signifiant « retenir ». Il figure pour la première fois au XIIe siècle sous la forme resne, pour désigner une « courroie de la bride du cheval » [1].

Description[modifier | modifier le code]

Les rênes sont de longues lanières en cuir souple. En équitation, elles sont attachées au mors (ou autre, type hackamore) et tenues en main par l'homme, mais il existe des variantes particulières pour le dressage, l'attelage et le travail à pieds.

  • Longues rênes : Destinées au travail à pied, ce sont comme le nom l'indique des rênes plus longues. L'homme se place alors à pied derrière le cheval, et tient les longues rênes en main. Elles sont destinées à éduquer le cheval pour l'attelage ou la selle[2].
  • Rênes fixes : Destinées au travail de dressage du cheval. Elles ne sont pas tenues en main par un cavalier, mais fixées à la sangle ou au surfaix du cheval, sous les quartiers de la selle, l'autre bout étant attaché au mors comme d'habitude. Elles permettent de placer le cheval lors de son dressage[3].
  • Rênes allemandes ou rênes coulissantes : beaucoup plus longues que des rênes normales, elles partent de la sangle du cheval, passent dans les anneaux du mors et reviennent dans la main du cavalier. Ces rênes peuvent coulisser dans les anneaux du mors[4].

Guides[modifier | modifier le code]

Guides d'attelage.

En attelage, les rênes sont nommées des guides. Elles ont la même fonction qu'en équitation, et sont le seul point de contact entre le meneur et ses chevaux. Dans le cas d'attelages à quatre, six voire plus, le meneur peut avoir un très grand nombre de guides entre les mains.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Tenue des rênes à une main en amazone.

Les rênes ont pour principales fonctions d'agir sur la direction prise par le cheval (mais contrairement à une opinion populaire, elles ne suffisent pas à le faire tourner, le cheval agissant sur sa direction avec ses membres antérieurs et non son encolure), de le faire ralentir et de lui demander d'exécuter des figures. Les actions que le cavalier peut effectuer avec ses rênes sont nommées des « effets de rênes ». Les plus couramment enseignés sont la rêne d’ouverture et la rêne d’appui[5].

Les deux manières les plus fréquentes pour tenir les rênes en selle sont « à pleine main » (la rêne sort sous l'auriculaire), ou entre l'auriculaire et l'annulaire. Dans tous les cas, elles passent aussi entre le pouce et l'index[6]. La longueur des rênes et surtout la tension exercée par la main du cavalier influencent le placer et l'amplitude des foulées, une forte tension et des rênes courtes sont désagréables pour l'animal[7].

Rêne d'ouverture[modifier | modifier le code]

Rêne d'appui[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

« Tenir les rênes » signifie contrôler quelque chose. Par analogie avec le cavalier qui contrôle les mouvements de sa monture grâce aux rênes, « prendre les rênes » de quelque chose signifie prendre le pouvoir sur cette chose. Au contraire, « lâcher les rênes » désigne l'abandon du contrôle obtenu, le rendu de la liberté d'action et de décision. L'expression to rein in est l'équivalent dans la culture populaire anglo-saxonne. L'usage de l'expression opposée, free rein (lâcher les rênes), remonte à Geoffrey Chaucer (1343 - 1400)[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « rêne » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. « PRESENTATION : Les Longues Rênes » (consulté le 3 octobre 2012)
  3. « A propos des rênes fixes » (consulté le 3 octobre 2012)
  4. « Les Rênes Allemandes », sur L'équitation pédagogique (consulté le 3 octobre 2012)
  5. Yves Katz, « Les effets de rênes : nouvelle approche », Cheval Savoir, no 34,‎ Juillet-aout 2012 (lire en ligne)
  6. Yves Katz, « Tenue et maniement des rênes », Cheval Savoir, no 26,‎ novembre 2011 (lire en ligne)
  7. Anna-Katharina Ludewig et Uta König v. Borstel, « Les effets du raccourcissement des rênes », Cheval Savoir, no 28,‎ janvier 2012 (lire en ligne)
  8. (en) Geoffrey Chaucer, The Portable Chaucer, Penguin, 1975, p. 245
  9. (en) Merriam-Webster, Free rein. Consulté le 3 mars 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]