Révolution tunisienne de 2010-2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Révolution de jasmin » redirige ici. Pour la « Révolution au jasmin » de 1987, voir Zine el-Abidine Ben Ali.
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Révolution tunisienne

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Foule de manifestants le 14 janvier 2011.

Informations
Date Depuis le 17 décembre 2010
(3 ans, 10 mois et 4 jours)
Localisation Drapeau de la Tunisie Tunisie
Caractéristiques
Participants Tunisiens
Revendications Départ du président Ben Ali
Création d'emplois
Libertés
Démocratie
Répression
Blessés 2174[1]
Morts 338[1]
Sit-in à la place de la Kasbah à Tunis, le 28 janvier 2011.

La Révolution tunisienne de 2010-2011 (الثورة التونسية), parfois appelée « Révolution de jasmin[2],[3],[4],[5] » (ثورة الياسمين), est une révolution considérée comme essentiellement non violente[6], qui par une suite de manifestations et de sit-in durant quatre semaines en décembre 2010 et janvier 2011, a abouti au départ du président de la République de Tunisie, Zine el-Abidine Ben Ali, en poste depuis 1987. L'appellation « Révolution de jasmin » a fait débat, car elle renvoie aussi à la prise de pouvoir de Ben Ali en 1987 (qualifiée de « Révolution au jasmin »). Les Tunisiens préfèrent le nom de « Révolution de la dignité » (ثورة الكرامة) pour qualifier les évènements de 2010-2011[7].

Parties de la ville de Sidi Bouzid, d'où le nom original de « révolte de Sidi Bouzid » (ثورة سيدي بوزيد) ou d'« intifada de Sidi Bouzid[8],[9] », ces manifestations sont menées en protestation contre le chômage qui touche une forte proportion de la jeunesse, plus particulièrement les jeunes diplômés, la corruption et la répression policière. Elles débutent le 17 décembre 2010, après l'immolation par le feu d'un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes à Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi, dont la marchandise avait été confisquée par les autorités[10].

Quatre semaines de manifestations continues, s'étendant à tout le pays malgré la répression et amplifiées par une grève générale, provoquent la fuite de Ben Ali vers l'Arabie saoudite le 14 janvier 2011. Le Conseil constitutionnel désigne le président de la Chambre des députés, Fouad Mebazaa, comme président de la République par intérim en vertu de l'article 57 de la Constitution de 1959[11]. Cette désignation et la constitution d'un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre sortant Mohamed Ghannouchi ne mettent pas fin à la crise ; le contrôle de huit ministères par le parti de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), est contesté par l'opposition et des manifestations. Mais le deuxième gouvernement Ghannouchi ne dure que du 27 janvier 2011 au 27 février 2011 : la pression populaire et syndicale pour un changement le plus complet possible et les violences continues entraînent la nomination d'un nouveau gouvernement dirigé par Béji Caïd Essebsi et la dissolution du RCD le 9 mars.

Les mois de mars et d'avril voient la définition progressive du processus de transition, sous la houlette de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, sans que toutefois ce « véritable conflit de classes » moderne voit ses causes résolues[12].

Environ 338 personnes ont été tuées et 2174 ont été blessées durant la révolution[13].

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Inégalités sociales et régionales[modifier | modifier le code]

L'explosion de colère a pour cadre de profondes inégalités et disparités régionales de développement qui nourrissent un sentiment d'injustice et d'humiliation qu'éprouve le sous-prolétariat des régions de l’intérieur du pays, discriminé sur les plans économique, social et politique. Au-delà de ces facteurs régionaux et sociaux, il faut ajouter un facteur générationnel : le sentiment d’étouffement qu'éprouve la jeunesse, « proportionnel à son désir de détruire ce qui entrave sa liberté d’être et d’avoir »[14]. Le sentiment d’injustice de la jeunesse joue d’autant plus qu'elle est nombreuse : 42 % des Tunisiens ont moins de 25 ans[15].

Pour le journaliste Taoufik Ben Brik, les jeunes manifestants « n'appartiennent ni à des partis, ni à des organisations syndicales, ni à des associations de la société civile […] mais ils se sont identifiés à Mohamed Bouazizi »[8]. Pour lui « l'intifada de Sidi Bouzid » s'inscrit dans un large mouvement de révoltes commencé à Gafsa en 2008[16], qui s'est poursuivi à Ben Gardane en août 2010 et qui n'a jamais été résolu.

En effet, dès 2008, dans une forme de « répétition générale[14] », la colère populaire s'était manifestée lors du mouvement du bassin minier de Gafsa, pendant plus de six mois et appelait déjà au respect de la justice sociale et de la dignité. Des centaines de Tunisiens avaient alors été arrêtés, torturés ou emprisonnés, certains trouvant la mort dans les affrontements avec la police, dans la quasi-indifférence des médias européens et tunisiens[14].

Selon une étude de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), le chômage touche 44 % des femmes diplômées d'université et 25 % des hommes diplômés d'université de Sidi Bouzid, contre respectivement 19 % et 13,4 % en moyenne en Tunisie[17].

Corruption et népotisme[modifier | modifier le code]

Les causes sont également politiques : le président Zine el-Abidine Ben Ali et sa famille, notamment celle de sa seconde épouse Leïla, les Trabelsi, qualifiée selon les observateurs de « clan quasi-mafieux », sont directement mis en cause dans des affaires de corruption, de détournement ou de vol[18],[2]. Pour Khemaïs Chammari, ancien député de l'opposition, ancien secrétaire général de la Ligue tunisienne des droits de l'homme et membre du « comité Sidi Bouzid », la gestion du développement des régions est critiquée mais aussi la corruption et le népotisme du régime[19]. Outre Leïla Ben Ali, dont un portrait mafieux est dressé par l’auteur français Nicolas Beau dans son livre « La régente de Carthage », c’est son neveu Imed Trabelsi qui a le plus fait entendre parler de lui dans des affaires de détournement et de vol en bande organisée, non seulement en Tunisie mais aussi en France et en Allemagne : la fameuse affaire du yacht volé en 2006 en Corse ne fait pas l'exception. À ce jour, Imed Trabelsi est détenu dans la prison d’El Mornaguia et attend d’être jugé dans plusieurs affaires de corruption. Ainsi, le gendre du président Ben Ali, Mohamed Sakhr El Materi fait l'objet de maintes critiques : propriétaire de la Banque Zitouna et de concessions automobiles, il contrôle aussi le groupe de presse Dar Assabah qui publie les deux principaux journaux du pays[2]. Plusieurs observateurs définissent le régime benaliste de « kleptocratie[20] », ce qui entraîne le rejet du régime, à la fois par les classes populaires et par les milieux d’affaires[21].

Mohamed Bouazizi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mohamed Bouazizi.

Mohamed Bouazizi est un vendeur de fruits et légumes ambulant habitant à Sidi Bouzid, ville située dans le centre-ouest du pays. Fils d'ouvrier agricole, son activité de vendeur constitue le seul revenu régulier de sa famille[22]. Ne possédant pas d'autorisation officielle, il se fait confisquer sa marchandise à plusieurs reprises par les employés municipaux. Essayant de plaider sa cause et d'obtenir une autorisation et la restitution de son stock auprès de la municipalité et du gouvernorat, il s'y fait insulter et chasser[2],[23].

Le 17 décembre 2010, à l'âge de 26 ans, il s'asperge d'essence et s'immole par le feu devant le siège du gouvernorat. Il a été hospitalisé dans le centre de traumatologie et des grandes brûlés de Ben Arous là ou il a reçu la visite du président Ben Ali le 28 décembre 2010. Ayant pressenti le danger de cet acte et ce qu'il pourrait engendrer, ce jour même, le président accueille la mère de Bouazizi au palais présidentiel lui promettant 20 000 dinars (10 000 euros) et même un travail pour la sœur de Mohamed, diplômée niveau bac +3 mais toujours au chômage (le cas de la majorité des diplômés). Tout cela n'a pas rassasié la rage des victimes de la répression policière qui s’additionnent jour après jour. Le jeune homme meurt le 4 janvier 2011, dix-huit jours après son acte désespéré pour allumer la flamme de la révolution. Le lendemain, la protestation s’étend encore. Environ 5 000 personnes assistent à son enterrement[24]. Ainsi donc, l'indignation suscitée par le suicide du 17 décembre se mue en révolte principalement parce que les manifestants partagent les motifs de Mohamed Bouazizi — cherté de la vie, frustration des chômeurs et en particulier des diplômés, mépris des autorités et dureté de la police[25],[26] — au point que le geste de Mohamed Bouazizi est imité par deux autres jeunes[27]. Dix jours plus tard, le régime autoritaire de Zine El-Abidine Ben Ali, en place depuis 23 ans, s’effondre.

Renversement du dictateur[modifier | modifier le code]

Révolte de Sidi Bouzid[modifier | modifier le code]

Dès le 17 décembre 2010, des dizaines de commerçants rejoints par des jeunes et des proches de Bouazizi se réunissent pour protester[28]. Durant le week-end, les rassemblements s'amplifient ; la police tente de les disperser mais la situation dégénère : plusieurs agents et manifestants sont blessés, des interpellations ont lieu[28],[23],[29].

Le 22 décembre, un autre jeune, Houcine Neji, âgé de 24 ans, escalade un poteau électrique de la ville et crie qu'il ne veut « plus de misère, plus de chômage ». Alors que plusieurs personnes le supplient de redescendre, il meurt électrocuté en touchant les câbles de trente mille volts[28]. Aussitôt, la révolte reprend plus violemment et s'étend aux villes voisines de Meknassy et Menzel Bouzaiane. Dans cette dernière, les manifestants incendient le siège de la délégation et assiègent le poste de la garde nationale[28].

Extension du mouvement[modifier | modifier le code]

Mouvement qui se propage[modifier | modifier le code]

Le 24 décembre 2010, la révolte se propage dans le centre-du pays, notamment à Menzel Bouzaiane, où Mohamed Ammari est tué par balle dans la poitrine par la police[29]. D'autres manifestants sont également blessés, y compris Chawki Belhoussine El Hadri, qui meurt le 30 décembre[30]. La police affirme avoir tiré en état de légitime défense. Un quasi couvre-feu est ensuite imposé sur la ville par la police[31].

À l'appel de militants syndicaux, la révolte atteint la capitale Tunis le 27 décembre, avec environ mille citoyens exprimant leur solidarité avec Bouazizi et les manifestants de Sidi Bouzid[32]. Le lendemain, l'Union générale tunisienne du travail tente d'organiser un sit-in à Gafsa mais la police l'en empêche. Dans le même temps, environ trois cents avocats se réunissent devant le Premier ministère à Tunis[33].

Le 28 décembre 2010, le président Ben Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi. Le même jour, il critique dans un discours diffusé en direct sur la chaîne nationale Tunisie 7 les manifestants qui ne seraient qu'« une minorité d'extrémistes et d'agitateurs », annonce que des sanctions sévères seront prises et s'en prend aux chaînes de télévision étrangères qu'il accuse de diffuser des allégations mensongères et d'être responsables des troubles[34]. Mais son discours n'a pas d'impact et d'autres villes de province s'embrasent, dont Gafsa, Sousse, Gabès et Kasserine[29].

Le 29 décembre, il remanie le gouvernement en limogeant le ministre de la Communication, Oussama Romdhani, et annonce aussi des changements à la tête des ministères du Commerce, des Affaires religieuses et de la Jeunesse[35]. Le lendemain, il annonce la mutation des gouverneurs de Sidi Bouzid, Jendouba et Zaghouan[36].

Le 30 décembre, la police disperse dans le calme une manifestation à Monastir, tout en utilisant la force pour perturber d'autres manifestations à Sbikha et Chebba[37]. Le soir, la chaîne maghrébine privée Nessma TV diffuse une série de reportages sur les événements ainsi qu'un débat inédit au cours d'une émission spéciale ; pour la première fois, les questions de corruption et de censure de la presse sont librement évoquées par les participants, qui s'abstiennent néanmoins de toute critique directe du Président Ben Ali ou de son entourage[38]. Selon Le Monde, ces propos « n'apprennent rien à beaucoup de Tunisiens, mais détonnent dans le paysage médiatique[39] » jusqu'alors sous contrôle total du ministère de la Communication.

Les mouvements sociaux se poursuivent le 31 décembre 2010 alors que les avocats à Tunis continuent de se mobiliser à l'appel de l'Ordre national des avocats de Tunisie. Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme, déclare que des avocats ont été « sauvagement battus »[40]. À la fin décembre, pour Brian Whitaker, journaliste au quotidien The Guardian, les manifestations sont suffisantes pour mettre un terme à la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali, la situation ressemblant selon lui à celle de la fin du régime de Nicolae Ceaușescu en Roumanie en 1989[41]. Pour Al Jazeera, ce « soulèvement » est la conséquence « d'une combinaison mortelle de pauvreté, de chômage et de répression politique : trois caractéristiques de la plupart des sociétés arabes »[42].

Mouvement qui prend de l'ampleur[modifier | modifier le code]

Le 3 janvier 2011, des manifestations contre le chômage et la hausse du coût de la vie dégénèrent à Thala : deux cent cinquante personnes, pour la plupart des étudiants, défilent en soutien aux manifestants de Sidi Bouzid mais sont dispersées par la police. En réponse, elles auraient mis le feu à des pneus et attaqué le bureau du Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti au pouvoir[43].

Les manifestations continuent et le mouvement se renforce progressivement des différentes composantes de la société tunisienne. Le 6 janvier, ce sont les avocats qui se mettent en grève par milliers pour protester contre les violences policières[29]. Le 8 janvier, un commerçant âgé de 50 ans s'immole à son tour à Sidi Bouzid[44]. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre sont de plus en plus meurtriers : les 8 et 9 janvier, quatorze civils sont tués par balle à Thala, Kasserine et Regueb selon le gouvernement, vingt selon l'opposition, au moins vingt-trois selon le journal Le Monde[45]. Le 10 janvier, un jeune diplômé de Sidi Bouzid met fin à ses jours, portant à cinq le nombre de suicides depuis celui de Mohamed Bouazizi. Les affrontements se poursuivent dans le triangle Thala-Kasserine-Regueb : des marches funèbres à la mémoire des morts des jours précédents dégénèrent en nouveaux affrontements avec la police ; un nouveau bilan établi par un responsable syndical fait état d'au moins cinquante morts et le personnel de l'hôpital de Kasserine proteste officiellement « contre le nombre élevé de victimes et la gravité des blessures »[46]. À Tunis, les étudiants manifestent et la police anti-émeute assiège l'Université El Manar dans laquelle des centaines d'étudiants se sont retranchés[47]. À Ettadhamen-Mnihla, dans la banlieue de Tunis, des violents heurts éclatent entre les forces de l'ordre et les manifestants qui saccagent un magasin et incendient une banque[48].

Des émeutes de cette ampleur sont rares dans ce pays : ce sont les troubles les plus importants auxquels le pays ait été confronté depuis les émeutes du pain, en 1984, ainsi que le rapporte le journal Le Monde[26].

Le président Ben Ali reprend la parole le 10 janvier pour dénoncer les « voyous cagoulés aux actes terroristes impardonnables […] à la solde de l'étranger, qui ont vendu leur âme à l'extrémisme et au terrorisme ». Il annonce la création de trois cent mille emplois en deux ans et la fermeture temporaire de tous les établissements scolaires et universitaires[49]. Quelques minutes après le discours du président, des émeutes éclatent à Bizerte ou des manifestations lycéennes ont eu lieu dans la matinée. Les émeutiers affrontent les forces de l'ordre dans divers endroits de la ville et mettent le feu au bureau régional de l'emploi. Des scènes similaires sont enregistrés à Gafsa[50].

Le 12 janvier, une grève générale est déclenchée à Sfax. Une manifestation ressemble environ 50 000 citoyens. Les slogans sont devenus clairement politiques. Le local du RCD est attaqué et brûlé[51]. Le Premier ministre Mohamed Ghannouchi annonce le limogeage du ministre de l'Intérieur Rafik Belhaj Kacem ainsi que la libération de toutes les personnes arrêtées depuis le début du conflit dans l'optique d'apaiser la révolte. L'après-midi des affrontements se produisent à Bizerte et à Jbeniana où les forces de l'ordre se retirent. À Bizerte, on assiste à des scènes de saccage de certains commerces. Les habitants de la ville soupçonnent des miliciens d'être derrière les pillages et commencent à s'organiser en groupes d'auto-défense[52].

Les annonces ne calmant pas le mouvement, Zine el-Abidine Ben Ali annonce le 13 janvier au soir qu'il ne se représentera pas en 2014 au poste qu'il occupe ; il donne aussi l'ordre à la police de ne plus tirer sur les manifestants, promet la liberté pour la presse et Internet et annonce une baisse des prix de certains produits alimentaires de base[53],[54].

Le lendemain, l’armée est déployée à Tunis. En dépit de cela, de nouveaux affrontements, qui éclatent au cœur de Tunis, sont réprimés par les forces de l'ordre par le biais de tirs de gaz lacrymogènes. En fin d'après-midi, le leader communiste Hamma Hammami est arrêté à son domicile près de la capitale. À Douz, dans le sud du pays, deux civils sont tués[55] dont un Français d'origine tunisienne[56]. Un autre mort est rapporté à Thala et cinq civils sont blessés par balle à Sfax[55]. Au matin du 13 janvier, la Fédération internationale des droits de l'homme affirme détenir une liste nominative de soixante-six personnes tuées depuis le début des événements[57]. Un jeune manifestant est tué par balles au cœur de Tunis dans l'après-midi alors que des troubles éclatent dans la station balnéaire d'Hammamet où un poste de police et une permanence du parti au pouvoir sont détruits ainsi que des résidences cossues, dont l'une appartiendrait selon des habitants à un proche du chef de l'État[58].

Le 14 janvier 2011 à 15 h 15 GMT, le président Ben Ali annonce le limogeage du gouvernement et des élections législatives anticipées dans les six mois, puis à 16 heures GMT, décrète l'état d'urgence et le couvre-feu[59],[29].

Renversement du régime[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Fuite de Ben Ali[modifier | modifier le code]

Le président déchu Ben Ali avec en arrière-plan le portrait d'Habib Bourguiba

Cependant, ce 14 janvier 2011, malgré les concessions faites le jour même par Ben Ali (cf. supra), la contestation prend encore de l'ampleur tandis que l'armée refuse de suivre Ben Ali et protège les manifestants contre les policiers, ce qui contraint le président tunisien à quitter le pays à l'instar d'une partie de ses proches[60] et à se rendre en Arabie saoudite après une escale à Malte[61]. Ce départ se fait dans l'espoir d'un retour rapide que devait susciter le chaos orchestré par les services de l'intérieur et la police présidentielle, dans un plan imaginé par le général Ali Seriati, chef du renseignement et patron de la garde présidentielle, Abdelwahab Abdallah, proche conseiller de Ben Ali et dont l'épouse préside la Banque de Tunisie, ainsi que par Abdelaziz Ben Dhia, directeur de cabinet du président[62].

Plusieurs membres de la famille Trabelsi sont arrêtés avant de pouvoir fuir le pays. Une rumeur prétend qu'Imed Trabelsi, symbole de la corruption de l'ancien régime[63], a trouvé la mort dans les troubles[64], ce qui sera démenti plusieurs jours plus tard par les autorités faisant état de son arrestation[65] puis de sa fuite à l'étranger[66].

Aux alentours de 18 heures, le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, annonce qu'il entend assurer la présidence par intérim au nom de l'article 56 de la constitution[67]. Mais dès le lendemain, le président du Parlement tunisien, Fouad Mebazaa, est proclamé Président de la République tunisienne par intérim par le Conseil constitutionnel en vertu de l'article 57 de la Constitution de 1959, écartant ainsi la possibilité d'un retour à la tête de l'État de Zine el-Abidine Ben Ali, contrecarrant ainsi le plan de retour imaginé par la garde rapprochée présidentielle[62]. Fouad Mebazaa est chargé d'organiser l'élection présidentielle à venir, que la Constitution prévoit normalement dans un délai de soixante jours.

Exactions et pillages[modifier | modifier le code]

Interventions de militaires tunisiens, le 15 janvier 2011.

Le général Ali Seriati, chef de la sécurité de Ben Ali, est arrêté dès le 14 janvier[68]. Cependant, dès le soir du 14 janvier et les jours suivants, des bandes de fidèles du régime benaliste, armés et utilisant des 4x4, parcourent les rues de Tunis puis des autres villes de Tunisie, afin de semer la terreur et le désordre[69],[70]. Les Tunisiens s’organisent en comités de quartier pour se protéger : selon Benoît Delmas, la révolution s’est joué dans ces cinq jours-là. Ben Ali n’est pas revenu, mais l’union nationale ne s’est pas créée[69].

Par ailleurs, Kaïs Ben Ali, neveu du président déchu et potentat de M'saken y est interpellé par l'armée[71]. Rafik Belhaj Kacem, le dernier ministre de l'Intérieur de Ben Ali, limogé le 12 janvier, est à son tour arrêté dans sa région natale de Béja[72].

Barrage routier mis en place par un comité de quartier, 17 janvier 2011.

Le diplomate et écrivain Mezri Haddad, ambassadeur tunisien démissionnaire auprès de l'Unesco, accuse Ben Ali d’avoir « prémédité l’anarchie » en vue de reprendre le pouvoir, fournissant des armes et de l'argent à sa garde rapprochée afin de provoquer la guerre civile tout en sollicitant une intervention militaire libyenne[73]. Le gendre de Ben Ali, Slim Chiboub, affirme que huit cents voitures remplies d'explosifs ont été disséminées à travers tout le pays par les dirigeants de la police tunisienne, principalement à Tunis[74]. L’action des milices pro-benalistes est soutenue par le dictateur libyen Kadhafi, qui les accueille, selon Pierre Vermeren[75] et les laisse installer des bases en Libye[76].

Dans la capitale et en province, les citoyens s'organisent — parfois avec le soutien de l'UGTT — en comités de vigiles pour défendre leurs quartiers face aux pillards qui ont désorganisé les circuits de distribution des denrées de première nécessité, occasionnant un début de pénurie dans la capitale[77].

Troubles dans les prisons[modifier | modifier le code]

Le 15 janvier 2011, une révolte de prisonniers à la prison de Mahdia est réprimée par les gardiens, causant officiellement cinq morts[78], des dizaines selon des témoins[79]. Pour éviter d'autres violences, le directeur de la prison décide de libérer tous les détenus[78], au nombre de mille[78] ou mille deux cents[79]. Quarante-deux prisonniers périssent le même jour dans l'incendie de la prison de Monastir[80] à la suite duquel les détenus ont été libérés[81]. Au total, 11 029 prisonniers se sont échappés, sur les 31 000 détenus dans les prisons tunisiennes au mois de janvier. Seulement 1 470 ont été repris[82].

Le 16 janvier en soirée, l'armée donne l'assaut au palais présidentiel de Carthage qui abrite des membres de la garde présidentielle restés fidèles à Ben Ali[83].

Rôle de l'armée[modifier | modifier le code]

Plusieurs rumeurs concernant le rôle de l'armée nationale tunisienne ont été reprises pendant la révolution induisant les observateurs en erreur, notamment concernant un probable rôle majeur dans le renversement du président.

Ces rumeurs ont été alimentées par le fait qu'elle ait été jugée trop neutre au début des événements et qu'une partie des troupes fraternisait avec les manifestants alors que les affrontements restent très durs avec la police fidèle au gouvernement.

L'armée tunisienne sur l'avenue Bourguiba, le 22 janvier 2011.
L'armée tunisienne devant la cathédrale de Tunis, le 22 janvier 2011.

C'est également ce qu'a conclu l'ancien chef d'état-major français et ancien ambassadeur en Tunisie, l'amiral Jacques Lanxade[84], expliquant que le général Rachid Ammar, dont des rumeurs le présentant comme démissionnaire, refusant de faire tirer l'armée ont circulé à son sujet, aurait conseillé à Ben Ali de s'en aller en lui disant : « Tu es fini ! »[84]. Cette version des faits est démentie initialement par le ministre de la Défense Ridha Grira, qui affirme qu'Ammar était en poste le 14 janvier et avait été nommé coordinateur des opérations, et par Ali Seriati, qui a déclaré l’avoir contacté le même jour sur instruction du président pour ramener des blindés de Zarzis vers la capitale[85].

Ce n'est qu'au mois d’août, soit environ sept mois après la fuite de Ben Ali, que les autorités qui assurent la transition démocratique en Tunisie ont décidé de lever le mystère dévoilant la brève rébellion qui a été menée par le colonel Samir Tarhouni et qui a poussé le président déchu à fuir le pays vers l'Arabie saoudite à partir de l'aéroport militaire de l'Aouina. Par contre une unité de l'armée s'était interposée entre l’aéroport civil, dont la BAT, sous les ordres du colonel Tarhouni, a pris le contrôle, et l’aéroport militaire à la suite d'instructions de son commandement qui lui avait ordonné d'empêcher de nuire des « agents corrompus de la police (qui) tentent de semer le désordre et menacent la sécurité nationale ainsi que celle du président »[86],[87].

Premier gouvernement de transition[modifier | modifier le code]

Mohamed Ghannouchi

À la suite de négociations sous la houlette de Mohamed Ghannouchi avec certains partis d'opposition « légale », le pouvoir intérimaire annonce au soir du 16 janvier 2011 la constitution d'un gouvernement provisoire dont seraient exclues les figures importantes du régime Ben Ali[72]. Maya Jribi, secrétaire générale du Parti démocrate progressiste (PDP) annonce qu'un nouveau gouvernement écartant les partis pro-gouvernementaux serait mis en place pour le 17 janvier, composé de représentants du Mouvement Ettajdid, du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) et du PDP, rejoints par des personnalités indépendantes[88].

Les partis d'oppositions « illégaux » ne sont pas conviés à ces négociations : ni le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) — dont le porte-parole Hamma Hammami avait été arrêté le 12 janvier pour avoir appelé au départ de Ben Ali, à la dissolution des institutions du régime et à la tenue d'élections libres et transparentes[89] —, ni le parti islamiste Ennahdha de Rached Ghannouchi[90] — exilé à Londres et qui annonce son retour —, ni le Congrès pour la république (CPR) — parti de gauche laïque de l'opposant Moncef Marzouki — ne sont présents aux négociations[91].

Ainsi, tandis que six « anciens »[92] parmi lesquels les ministres des Affaires étrangères — Kamel Morjane —, de l'Intérieur — Ahmed Friaâ —, des Finances — Mohamed Ridha Chalghoum —, et de la Défense — Ridha Grira —, du précédent gouvernement et membres du RCD peuvent conserver leurs postes régaliens à la condition d'abandonner leur étiquette partisane[93], Ahmed Néjib Chebbi (PDP) se voit confier le ministère du Développement régional, Mustapha Ben Jaafar (FDTL) celui de la Santé, et Ahmed Brahim (Ettajdid), celui de l'Enseignement supérieur. Le délai de soixante jours paraissant court pour organiser des élections pluralistes dans de bonnes conditions, la tenue d'élections sous supervision internationale dans un délai de six à sept mois est évoquée[94].

Des personnalités de la société civile complètent le gouvernement : Taïeb Baccouche, ancien secrétaire général (1981-1984) de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) prend en charge l'Éducation ; l'ancien bâtonnier Lazhar Karoui Chebbi, la Justice ; tandis que l'ambassadeur et opposant Ahmed Ounaies occupe le secrétariat d'État aux affaires étrangères[93]. La cinéaste Moufida Tlatli, qui avait souscrit à l'appel en faveur de la représentation de Ben Ali pour un cinquième mandat[95], est nommée à la Culture et le blogueur Slim Amamou se voit confier le secrétariat d'État à la jeunesse et aux sports[92].

Moncef Marzouki est le premier homme politique à se porter candidat à l'élection présidentielle, dès le 16 janvier, et annonce son retour d'exil[91]. De son côté, Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha — qui compare son parti à l'AKP turc — indique que ce dernier ne compte pas présenter de candidat à la future élection présidentielle mais que le mouvement islamiste compte participer aux législatives. En vertu d'un accord qui aurait été passé avec d'autres partis de l'opposition, Ennahdha aurait notamment accepté le statut de la femme et le droit à l'avortement[96].

Le 17 janvier 2011, peu après 17 heures, une fois le gouvernement de transition constitué et rendu public, Mohamed Ghannouchi annonce successivement la libération de tous les prisonniers d'opinion, la levée de l'interdiction d'activité de la Ligue des Droits de l'Homme et la liberté totale de l'information[97]. Le ministère de la Communication, accusé de censurer la presse et d'empêcher la liberté d'expression, est par ailleurs supprimé[92].

Institutions de transition[modifier | modifier le code]

Yadh Ben Achour[98], spécialiste des théories politiques islamiques et de droit public, ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, démissionnaire du Conseil constitutionnel en 1992 et opposant au régime, est nommé à la tête de la Commission de réforme des textes et des institutions en vue de les nettoyer des dispositifs mis en place par le régime Ben Ali pour empêcher toute opposition[93]. La commission a pour mission de réformer les lois, notamment dans le domaine pénal, mais aussi les lois sur les associations, sur la création de partis politiques, le code de la presse. Le Conseil de protection de la révolution, où des personnalités révolutionnaires, des associations (Ligue tunisienne des droits de l'homme, Association tunisienne des femmes démocrates, ordre des avocats), l'UGTT et douze partis sont représentés avait une forte légitimité issue de la révolution et pouvait la concurrencer, voire créer une crise politique. Leur fusion est donc intervenue[Quand ?], formant ainsi une institution de 155 membres aux pouvoirs concurrents du Parlement[99].

Une deuxième commission est formée, la Commission nationale d’établissement des faits sur les affaires de corruption, sous la présidence d’Abdelfattah Amor[100]. Celle-ci cherche à établir la liste des actifs du clan Ben Ali-Trabelsi, qui consiste en[100] :

  • comptes à l’étranger : Suisse, Dubaï, Liban, Qatar, Malte, Bahamas, difficile à localiser et à récupérer ;
  • biens immobiliers en Tunisie ;
  • participations dans des sociétés tunisiennes ;
  • et les trésors dispersés dans les palais du dictateur : meubles, bijoux, tableaux, et des billets de banque en de multiples devises : dollars, euros, dinars, etc. pour un montant total de 25 millions d’euros.

La censure sur les publications écrites est levée le 22 janvier[101].

Remises en questions[modifier | modifier le code]

Le nouveau gouvernement ne convainc pas. Des manifestations spontanées et des affrontements éclatent le 17 janvier à la mi-journée à Tunis et dans d'autres villes comme Sidi Bouzid et Regueb, avant la proclamation dudit gouvernement pour protester contre sa composition jugée « trop RCD » et pour la dissolution du parti présidentiel[102].

« RCD dégage », manifestation organisée par l’UGTT le 21 janvier 2011

Dès le lendemain, le 18 janvier, des milliers de personnes manifestent à travers le pays pour protester contre la présence des ministres du dernier gouvernement Ben Ali dans le gouvernement de transition[103]. À Tunis, la police fait de nouveau usage de gaz lacrymogènes pour disperser les partisans de l'opposition et les syndicalistes dénonçant le nouveau gouvernement comme une « mascarade »[104]. Ahmed Mestiri, ancien ministre de Bourguiba et fondateur du Mouvement des démocrates socialistes (MDS) dénonce l'accaparement des centres du pouvoir et des postes de souveraineté par des collaborateurs fidèles de Ben Ali, déplore la participation de membres de l’opposition et de l’UGTT, et considère que ce gouvernement provisoire est « une aventure illusoire et sans issue où ont été entraînés quelques naïfs »[105].

Le puissant syndicat unique UGTT désavoue le nouveau cabinet, estimant que l'accord sur sa composition n'a pas été respecté, en retire ses trois ministres[106]. Le mouvement Ettajdid parle de se retirer lui aussi si les membres du RCD encore présents au gouvernement ne le font pas et le FDTL annonce « suspendre sa participation ». Concomitamment, le Premier ministre et le président par intérim annoncent leur démission du RCD, ainsi que celle de plusieurs personnalités importantes de ce parti[107]. Néanmoins le FDLT et l'UGTT, à travers Khalil Zaouia, dénoncent une politique du fait accompli, la présence de personnalité comme Moncer Rouissi, « éminence grise » de Ben Ali, aux Affaires sociales ou encore de Zouheir M'dhaffer, la « plume » de l'ancien président et auteur de la réécriture « sur mesure » de la Constitution, nommé responsable du développement administratif[108].

« RCD dégage », manifestation organisée par l’UGTT le 21 janvier 2011

Le RCD annonce de son côté la radiation de Ben Ali et six de ses collaborateurs « sur la base de l'enquête menée au niveau du parti, à la suite des « graves événements » qui ont secoué le pays »[109].

À la suite de ces défections, et malgré le refus de l'UGTT de revenir sur sa position, la première réunion du gouvernement provisoire qui devait se tenir le 19 janvier est reportée au lendemain, avec pour ordre du jour prévus un projet d'amnistie générale ainsi que la séparation entre l'État et le RCD[104]. C'est dans ce dernier objectif et pour tenter d'apaiser la contestation contre le gouvernement transitoire affaibli[110] que le 20 janvier, les ministres toujours affiliés à l'ancien parti présidentiel annoncent l'avoir quitté eux aussi[111].

Si officiellement, le RCD se retrouve évincé du gouvernement et malgré les engagements du président intérimaire Fouad Mebazaa d'une « rupture totale avec le passé »[106], cela n'éteint pas pour autant la contestation des manifestants, qui s'opposent dans la rue — devant le siège de l'ancien parti présidentiel — à la présence aux postes-clés du gouvernement d'union nationale de ces anciens membres du précédent gouvernement Ben Ali, tandis que le gouvernement de transition doit se réunir pour la première fois[112]. Peu avant cette première réunion, un ministre contesté, Zouheir M'dhaffer, annonce sa démission de ce gouvernement[113].

Actions judiciaires et ruptures[modifier | modifier le code]

Gel des avoirs[modifier | modifier le code]

Dès le 15 janvier, La France annonce prendre des dispositions pour bloquer administrativement tout mouvement financier suspect concernant des avoirs tunisiens dans le pays et charge le Tracfin — chargé de la lutte contre le trafic de capitaux — d'empêcher la fuite des avoirs financiers détenus en France par l'ancien président tunisien et ses proches[114]. Le 17 janvier, trois ONG[115] déposent plainte pour recel d'abus de biens sociaux, blanchiment et recel de détournement de fonds publics, afin d'obtenir une enquête sur les biens détenus par l'ancien président et son entourage et le gel de ceux-ci[116]. Le 19 janvier, la Suisse annonce à son tour qu'elle bloque les biens de Ben Ali et de son entourage ainsi que d'éventuels fonds illégaux, certains membres du clan Ben Ali s'étant rendu en Suisse à diverses reprises au cours des derniers mois[117].

Le lendemain l'Union européenne annonce qu'elle entend également prendre de telles dispositions de blocage, au terme d'un processus qui doit être avalisé le 31 janvier 2011 par les ambassadeurs européens représentant leur pays auprès de l’Union ou par les ministres des Affaires étrangères. Ces dispositions ont pour cadre plus général un ensemble de mesures de soutien — notamment économiques — qui devraient prendre place en faveur des nouvelles autorités tunisiennes. La lenteur de la réactivité de l'Union en la circonstance à travers la Haute représentante aux Affaires étrangères, Catherine Ashton, fait l'objet de critiques[118].

Le 20 janvier 2011, un communiqué du Conseil mondial de l'or (en), tend à confirmer l'idée que la famille Ben Ali se serait enfuie avec une tonne et demie d'or — représentant une valeur de 45 millions d'euros — subtilisée aux réserves d'or du pays[119].

Actions judiciaires[modifier | modifier le code]

Le même jour, en Tunisie, une enquête judiciaire visant nommément Zine el-Abidine Ben Ali, son épouse Leïla Ben Ali, leur proches ainsi que de « toute personne dont l'enquête prouvera l'implication dans ces crimes » est ouverte. Elle porte sur l'« acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers », des « placements financiers illicites à l'étranger » et l'« exportation illégale de devises »[117].

Le lendemain, la télévision nationale annonce l'arrestation de trente-trois membres du clan Ben Ali-Trabelsi, sans en préciser les noms, et montre des images de nombreux bijoux, montres et cartes bancaires internationales saisis lors des arrestations[110]. Deux jours auparavant, Naïma Ben Ali, sœur aînée de l'ancien président, qui avait déjà des problèmes de santé, avait succombé à une crise cardiaque à Sousse[120].

Le 23 janvier, l'agence de presse officielle Tunis Afrique Presse (TAP) annonce l'arrestation pour haute trahison et complot contre la sécurité de l'État de Larbi Nasra, propriétaire de Hannibal TV, première chaîne de télévision privée en Tunisie, lié au clan Trabelsi et accusé de diffuser de fausses informations afin de favoriser le retour de Ben Ali[121]. Il est libéré le lendemain en annonçant sur son antenne que les charges à son encontre sont levées[122].

Le même jour, on annonce le placement en résidence surveillée des proches collaborateurs de l'ancien président Ben Ali[123], Abdelaziz Ben Dhia, Abdallah Kallel — président de la chambre haute du Parlement[124] — et Abdelwahab Abdallah[125].

Nouvel exécutif[modifier | modifier le code]

Drapeaux en berne sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis
Slogans politiques sur les murs de Tunis
Façade du siège du RCD à l'enseigne arrachée

À l'issue du premier conseil ministériel du cabinet de transition, le porte-parole du gouvernement Taïeb Baccouche annonce un deuil national de trois jours « en mémoire des victimes des récents événements », la récupération par l'État tunisien des biens mobiliers et immobiliers du RCD et confirme la validation du projet de loi d'amnistie pour les mille huit cents[126] prisonniers politiques ainsi que la reconnaissance de l'ensemble des mouvements politiques interdits[127].

Dans le même temps, le bureau politique du RCD s'auto-dissout, ce qui est interprété par certains observateurs comme une manière de se saborder[127] tandis que d'autres soulignent que son éventuel démantèlement ne sera pas une chose aisée[128]. Son secrétaire général, Mohamed Ghariani reste chargé de la gestion des affaires courantes[129].

Les protestations populaires de masse tendent à se réduire au profit de multiples manifestations et, en tout état de cause, eu égard au complet discrédit dont fait l'objet la police après sa répression violente et meurtrière des manifestations avant la fuite du président qui a officiellement occasionné la mort d'au moins soixante-dix-huit personnes, le gouvernement transitoire s'appuie sur l'armée pour le maintien de l'ordre[130].

Institutions de transition et de règlement de la crise[modifier | modifier le code]

Dans le même bâtiment, celui occupé il y a peu par la Banque de l'Habitat, trois commissions de gestion de la transition sont installées :

  • la commission sur la réforme des lois présidée par Yadh Ben Achour ;
  • la commission d'enquête sur la corruption ;
  • et une commission indépendante d'enquête sur le rôle des forces de sécurité dans la répression sanglante des manifestations[131].

Législatif inchangé[modifier | modifier le code]

Tandis que l'exécutif transitoire multiplie, avec un succès mitigé, les signes d'apaisement à destination de la rue, certains observateurs notent que le Parlement bicaméral issu de la réforme constitutionnelle du 1er juin 2002 — et passage obligé des réformes législatives dans le cadre constitutionnel — demeure formellement entièrement acquis au RCD et à l'ancien président[132]. L'ancien bâtonnier Abdessatar Ben Moussa fait néanmoins valoir que dans la période de transition, un décret-loi présidentiel suffit pour l’adoption des projets de loi[133].

Nominations[modifier | modifier le code]

Nommé le 17 janvier, Mustapha Kamel Nabli entre en fonction à la tête de la Banque centrale de Tunisie en remplacement de Taoufik Baccar[134] et nomme Slaheddine Kanoun[135] comme administrateur provisoire de la Banque Zitouna, victime d'une crise de confiance de certains acteurs économiques à la suite de la fuite à l'étranger de son fondateur Mohamed Sakhr El Materi, gendre du président déchu[136]. Le 21 janvier, la Banque de Tunisie détenue majoritairement par Belhassen Trabelsi, le beau-frère de Ben Ali, est aussi placée sous tutelle de la Banque centrale ; un administrateur provisoire est également nommé, Habib Ben Sâad[137],[138]. Le nouveau Gouverneur dénonce aussitôt la baisse de la note de dette de Tunisie par l'agence de notation Moody's, décision qualifiée d'arbitraire et d'illégitime[139].

Le 24 janvier, les autorités transitoires annoncent la nomination de Habib Belaïd à la présidence de l'Établissement de la radio tunisienne qui dirige toutes les radios nationales tunisiennes[140].

Poursuite des protestations[modifier | modifier le code]

L'UGTT continue de réclamer la dissolution du gouvernement de transition et la formation d'un cabinet « de salut national, collégial, répondant aux exigences de la rue et des partis politiques » qui écarte les personnalités de l'ancien régime. Sous la pression des manifestations qui continuent à divers endroits, le Premier ministre Mohamed Ghannouchi annonce le 21 janvier dans une intervention télévisée qu'il quittera la politique une fois la transition assurée. Il confirme en outre l'abrogation de « toutes les lois antidémocratiques », la préservation des acquis sociaux, la protection du statut des femmes tunisiennes ainsi que le maintien de la gratuité de l'enseignement et l'accès aux soins médicaux pour tous[65].

Manifestants devant les bureaux du Premier ministre à Tunis, le 22 janvier 2011
Manifestation d'agents de l'Intérieur

Le 22 janvier 2011, les manifestations appelant à un nouveau gouvernement débarrassé des caciques de l'ancien régime se poursuivent tandis que s'y additionnent des revendications sociales et sectorielles : des employés de mairie réclament une amélioration de leurs conditions de travail, des employés de ménage dans les entreprises réclament des augmentations de salaires (...) En outre, de nombreux policiers en civil ou en uniforme défilent à Tunis et en province, se présentant comme des « Tunisiens comme les autres », pour réclamer la création d'un syndicat de police, dénonçant leurs conditions de travail et leur salaire.

Mustapha Ben Jaafar pointe le décalage et l'incompréhension entre les cadres de l'exécutif — sous-estimant le rejet dont ils font l'objet — et les aspirations de la population à rompre avec le régime de Ben Ali[141].

« Caravane de la libération »[modifier | modifier le code]

La « caravane de la libération » devant le siège du gouvernement, le 23 janvier 2011

Le 22 janvier 2011, à l'initiative de jeunes habitant le centre-ouest de la Tunisie, la région d'où est parti le mouvement qui a conduit à la révolution, une « caravane de la libération » rassemblant plusieurs centaines de personnes marche sur Tunis pour réclamer le départ du gouvernement des personnalités de l'ancien régime[142]. Partie de Menzel Bouzaiane — où les premières victimes de la révolte populaire étaient tombées dès le 24 décembre —, de Sidi Bouzid et de Regueb, cette marche pacifique spontanée est rejointe par des militants des droits de l'homme et par des syndicalistes.

Manifestants, le 23 janvier 2011
Manifestants, le 24 janvier 2011

Le cortège hétéroclite, alternant marche et trajets en véhicules[143], soutenu par la population, atteint Tunis le 23 janvier[144]. Les jeunes manifestants, rejoints par des centaines de Tunisois, entament le siège du palais Dar el Bey résidence du Premier ministre sur la place de la Kasbah (aussi appelée place du Gouvernement), déterminés à faire chuter le gouvernement de transition[145]. Le gouvernement transitoire semble, selon divers observateurs, miser sur l'essoufflement du mouvement[146].

Manifestants de la « Caravane » en soirée, le 23 janvier 2011

Bravant le couvre-feu de manière à maintenir la pression sur l'exécutif, des centaines d'entre eux poursuivent le siège au cours de la nuit et, le 24 en matinée, quelques échauffourées se produisent quand les forces de l'ordre tentent d'exfiltrer des fonctionnaires des bâtiments et reçoivent des projectiles de la foule[146]. Certains manifestants s'en prennent en outre aux vitres du ministère des finances et, pour la seconde fois depuis le 14 janvier, les forces de l'ordre jusque là circonspecte avec les protestataires font usage de gaz lacrymogène pour tenter de les disperser[147].

Plus tard dans la journée, les rangs des manifestants grossissent à nouveau jusqu'à plusieurs milliers de personnes sur l'esplanade de la Kasbah à proximité des bureaux du Premier ministre Mohamed Ghannouchi, persévérant dans leur exigence de voir le gouvernement de transition démissionner. L'armée continue de s'interposer entre les protestataires et les forces de l'Intérieur[148].

Appels à la grève[modifier | modifier le code]

Plusieurs observateurs pointent les membres du gouvernement provisoire dont le choix semble largement contestable et qui focalisent la colère de la rue, eu égard à leur très grande proximité avec l'ancien président, voire leur contribution idéologique au régime de Ben Ali[149] : il en va ainsi de Moncer Rouissi, ministre des Affaires sociales qui a été proche du président déchu jusqu'au bout, de Moncef Bouden, secrétaire d'État à la fiscalité qui aurait opéré des redressements fiscaux aux entreprises convoitées par le clan Ben Ali-Trabelsi, de Ahmed Friaâ, ministre de l'Intérieur, « pour le symbole » et de Ridha Grira, soupçonné d'avoir facilité la mainmise du clan présidentiel sur les terrains publics quand il s'occupait des domaines de l'État[150].

À la veille de la réouverture des établissement scolaires, les instituteurs, à travers l'UGTT, annoncent une grève illimitée jusqu'au départ du gouvernement des caciques du RCD et de l'ancien régime[144]. Au seuil d'une semaine que de nombreux observateurs décrivent comme cruciale pour le gouvernement provisoire, celle-ci semble assez largement suivie tant en province que dans la capitale[146]. Des sources syndicales annoncent une participation de 90 % des enseignants[151]. Tandis que les manifestations poursuivent tout au long de la journée, le syndicat national de l'enseignement secondaire appelle à son tour à une journée de grève le 27 et à participer aux manifestations pour obtenir la dissolution du gouvernement « imposé aux Tunisiens ».

Dans l'après-midi du 24 janvier, sur la place de la Kasbah, le général Rachid Ammar tente d’apaiser les esprits et de mettre en garde les manifestants contre « la vacance du pouvoir qui engendre la dictature » et posant l'armée en « garante de la révolution ». Un peu plus tard, Taïeb Baccouche, porte-parole du gouvernement de transition, annonce l'imminence d'un remaniement ministériel tout en restant vague sur sa portée. Le soir venu, des centaines de manifestants tunisiens ressortent matelas et couvertures pour braver à nouveau le couvre-feu et poursuivre la pression sur le gouvernement provisoire dont ils réclament toujours la démission[152] dans une occupation de la place relativement festive : une tente bédouine y fait son apparition et les protestataires y chantent et y dansent sans discontinuer[153].

« Comité des sages » ?[modifier | modifier le code]

Dans l'attente de l'annonce gouvernementale, afin de sortir de l'impasse, certaines sources, parmi lesquelles l'opposante Sihem Bensedrine, évoquent des négociations pour proposer une alternative au gouvernement de transition : un « Comité des sages » encadrerait l'exécutif provisoire, voire s'y substituerait[154]. Ce comité compterait parmi ses membres des représentants de la société civile, des avocats, des responsables syndicaux et des responsables politiques d'opposition à l'instar d'Ahmed Mestiri, 85 ans, ancien ministre démissionnaire de Bourguiba, fondateur du Mouvement des démocrates socialistes, opposant à Ben Ali[155] et en retrait de la vie politique depuis 1992[156]. Dès le 18 janvier, ce dernier avait qualifié le gouvernement provisoire d'« aventure illusoire et sans issue où ont été entraînés quelques naïfs », dénonçant la concentration des postes importants dans les mains de proches de Ben Ali[105].

Diplomatie et dispositions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Le 18 janvier, le ministre des Affaires étrangères de l'exécutif de transition, Kamel Morjane, s'entretient avec Jeffrey D. Feltman, sous-secrétaire d'État américain pour le Proche-Orient[157].

En soirée, au cours d'une émission télévisée sur la chaîne Hannibal TV, Néjib Chebbi, chargé du Développement Régional et Local, annonce l'allocation immédiate de 500 millions de dinars (259 millions d'euros) sous forme de crédits urgents à destination des gouvernorats et régions défavorisés qui ont vu le départ du mouvement de révolte. Ces aides doivent toucher prioritairement les familles des victimes de la révolution, les artisans et commerçants qui ont subi des dégâts et s'étendre aux agriculteurs victimes des conditions climatiques.

Néjib Chebbi annonce également la réforme des conseils régionaux de développement — où doivent désormais siéger des composantes de la société civile aux côtés de l'administration — ainsi qu'un mouvement dans le corps des Gouverneurs — dont certains sont accusés de corruption et de répression — afin de mettre des gens compétents dans le domaine du développement régional à la tête des régions du centre. Il est en outre prévu un dispositif transitoire d'allocation de 150 dinars mensuels (77 euros) à destination des « diplômés-chômeurs » de l'enseignement supérieur pour des prestations de travail volontaire à mi-temps[158].

Dissensions[modifier | modifier le code]

Tandis que les enseignants du primaire doivent reprendre le travail le 26 janvier[159], la section régionale de l'UGTT de Sfax, deuxième ville du pays et métropole économique, appelle à une grève générale pour le même jour pour appuyer la revendication de dissolution du gouvernement de transition et du RCD. Le syndicat national de l'enseignement secondaire appelle quant à lui à une journée de grève pour le 27, avec les mêmes mots d'ordre[160].

À Tunis, où les bureaux du Premier ministre restent sous la pression des protestataires venus de province, un rassemblement favorable au gouvernement de transition s'organise sur l'avenue Bourguiba réclamant la reprise du travail, dénonçant le « chaos »[161] ou encore le rôle de Abdessalem Jerad[162], patron de l'UGTT, dont l'attitude vis-à-vis de Ben Ali est controversée[163]. Le cortège est dispersé sans ménagement par des centaines de jeunes opposants au cabinet Ghannouchi, sans que la police, présente à proximité, intervienne[161]. L'ancien opposant Moncef Marzouki, voulant prendre la parole place de la Kasbah, se fait huer et molester par des manifestants criant à la récupération[164]. À Sousse[165] et à Gafsa, l'armée doit s'interposer entre des groupes divergents s'opposant devant les sièges locaux de l'UGTT[162].

Certains observateurs pointent ainsi l'émergence de deux pôles antagonistes au sein de la société tunisienne, se cristallisant respectivement sur le soutien ou l'opposition au processus transitionnel en cours, opposition pour sa part largement soutenue par l'UGTT[166]. Plus largement, certains spécialistes décèlent dans cette opposition le sentiment des jeunes chômeurs issus des régions déshéritées du pays qui craignent que leur lutte soit récupérée et serve les vieilles élites citadines[14].

Remaniement gouvernemental[modifier | modifier le code]

Le 25 janvier 2011, l'agence TAP annonce que des consultations se poursuivent afin de pourvoir aux postes ministériels vacants depuis les démissions et afin d'« apporter des aménagements à l'équipe initiale ». Le porte-parole du gouvernement doit présenter la nouvelle équipe le 27, après avoir plusieurs fois reporté le moment de cette annonce.

Dans la matinée du 26, des heurts se déroulent entre de jeunes manifestants et la police aux abords du siège de la primature (résidence du Premier ministre), avant que l'armée ne s'interpose[167]. Dans le même temps, au cours d'une conférence de presse, Lazhar Karoui Chebbi, ministre de la Justice annonce une série de mesures dont le lancement d'un mandat d'arrêt international contre le Zine el-Abidine Ben Ali, son épouse et certains proches pour « acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers » et « transferts illicites de devises à l'étranger », tout en sollicitant l'aide d'Interpol[168].

La grève générale de Sfax est bien suivie et les grévistes forment un cortège de plus de cinquante mille personnes, selon les sources syndicales, pour réclamer la démission du gouvernement transitoire ; l'UGTT appelle à une « grève générale » pour le lendemain, cette fois à Sidi Bouzid, visant toujours les mêmes objectifs[169].

Tandis que les des centaines de manifestants campent toujours sous les fenêtres du Premier ministre, sur l'esplanade de la Kasbah et se préparent à y passer une troisième nuit, les autorités allègent le couvre-feu désormais en vigueur de 22 heures à 4 heures du matin[167].

Gouvernements de transition[modifier | modifier le code]

Nouveau cabinet[modifier | modifier le code]

Le 27 janvier 2011 en soirée, après trois jours de négociations et de tractations difficiles, Mohamed Ghannouchi cède en partie à la pression populaire présente un nouveau gouvernement expurgé des caciques de l'ancien régime. Cette nouvelle équipe reçoit l'aval de la direction de l'UGTT — dont certains soulignent une radicalité tranchant avec la « docilité » vis-à-vis de Ben Ali[170] — et provoque une explosion de joie chez les manifestants de la place de la Kasbah campant depuis quatre nuits sous les fenêtres de la primature. Néanmoins, si la foule marque son contentement, elle réclame aussitôt le départ de Ghannouchi, dernier chef du gouvernement du président déchu Ben Ali[171].

Les ministères régaliens jusque-là trustés par des proches du régime Ben Ali sont confiés à Abdelkrim Zbidi pour la Défense Nationale, Ahmed Ounaies aux Affaires étrangères, Farhat Rajhi à l'Intérieur et Jelloul Ayed aux Finances. En outre Azedine Beschaouch remplace Moufida Tlatli à la Culture[172]. Parmi les douze nouveaux ministres, pour la plupart des technocrates choisis pour leurs compétences, on compte essentiellement des universitaires de haut niveau, dont l'économiste Elyès Jouini, jusque-là vice-président du conseil scientifique à l'université de Paris-Dauphine et Habiba Zéhi Ben Romdhane, professeur de médecine, cofondatrice de la section tunisienne d'Amnesty International ainsi que plusieurs chefs d'entreprise[173].

Le nouvel exécutif, composé en concertation avec tous les partis politiques, l'UGTT et groupes de la société civile, doit mener la Tunisie à ses premières élections libres qui doivent se tenir sous l'égide d'un « conseil des sages » et en présence d'observateurs internationaux.

Dès sa nomination, le nouveau ministre de l'Intérieur Farhat Rajhi doit faire face à une émeute qui envahit son ministère et menace de le massacrer[174],[175]. Dès le lendemain, il limoge quarante-deux hauts responsables dont trente hauts gradés de la police considérés comme des piliers de « l'ère Ben Ali »[175],[176].

Évacuation de la place de la Kasbah[modifier | modifier le code]

Dans l'après-midi et pour la première fois depuis deux jours, des affrontements opposent les manifestants de la place de la Kasbah, qui réclament toujours le départ de Mohamed Ghannouchi, et les policiers anti-émeutes. Les protestataires de ce dernier foyer de résistance dans la capitale — essentiellement des protestataires montés de la province — sont finalement dispersés par les forces de l'ordre usant de gaz lacrymogènes, dans une intervention occasionnant plusieurs blessés et des arrestations[177]. Des militaires dégagent le campement de fortune installé depuis six jours devant le palais Dar El Bey. La vie de la capitale semble par ailleurs reprendre un cours normal, avec la réouverture des commerces et des cafés et le retour des embouteillages[170].

Prolongation du mouvement social en province[modifier | modifier le code]

Dans différentes villes de provinces, les actions de protestations se poursuivent le 28 janvier, davantage porteuses de revendications sociales et sectorielles. À Béja, Jendouba, Aïn Draham, Gabès ou encore Sfax[178], des sit-ins, des manifestations, marches ou rassemblements dénoncent à plusieurs titres la précarité des conditions de travail ou l'absence de celui-ci, la faiblesse des rémunérations, l'arbitraire qui règne dans certaines entreprises ou administrations. Les manifestants dénoncent également l'absence de couverture de leurs actions et revendications par les organes d'information audio-visuels[179]. Le pays a vu 111 blocages de routes[180].

Le 10 février, Abid Briki, responsable au sein de l’UGTT, indique que sa centrale syndicale est loin d’encadrer tous les mouvements de grève spontanés ou organisés qui ont éclaté depuis le 14 janvier. Il appelle ainsi à la titularisation des contractuels précaires et à la refonte en profondeur de la législation sociale, incluant la création d’allocations chômage. Ce serait l’occasion pour l’UGTT, marginalisée sous l’ère Ben Ali et débordée par son aile gauche qui réclame le départ de la direction, de reprendre la main[181].

Bilan détaillé[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Santé tunisien publie un bilan détaillé des victimes de la révolution, alors que les chiffres gouvernementaux restaient à 78 morts depuis le 22 janvier, et que l'ONU dénombrait 300 victimes[182]. Entre le 17 décembre et le 25 janvier, 166 personnes ont été tuées par balles et 74 détenus sont morts[183] lors de révoltes, ce qui donne un premier total intermédiaire de 238 morts, compte non tenu des morts d'autres causes (bastonnades…) et des morts dont la dépouille n'est pas passée par un hôpital. Les blessés graves, soignés dans un hôpital, sont au moins 1 207[131]. Le nombre de morts est de 338 selon un bilan officiel le 4 mai 2012, dont 86 détenus, 12 femmes et 8 enfants et 2174 blessés. 29 membres des forces de l'ordre publiques sont également décédées.

Le détail par ville est le suivant[131],[183] :

  • Tunis : 89 morts et 574 blessés ;
  • Bizerte : 16 ou 29 morts et 49 blessés
  • Sousse : 13 ou 15 morts et 57 blessés ;
  • Kasserine : 21 morts et 624 blessés ;
  • Sidi Bouzid : 13 morts et 158 blessés ;
  • Monastir : 12 morts et 15 blessés, 49 morts dans l'incendie d'une prison,
  • Kairouan : 3 morts et 32 blessés
  • Kef : 3 morts et 17 blessés
  • Mahdia : 5 morts et 10 blessés
  • Béja : 3 morts et 17 blessés
  • Tataouine : 3 morts et 9 blessés
  • Tozeur : 5 morts et 17 blessés
  • Zaghouan : 3 morts et 15 blessés
  • Sfax : 5 morts et 25 blessés
  • Gabes : 8 morts et 34 blessés
  • Kebili : 5 morts et 28 blessés
  • Gafsa : 23 morts et 236 blessés
  • Médenine : 5 morts et 23 blessés
  • Nabeul : 15 morts et 101 blessés
  • Siliana : 9 blessés
  • Jendouba : 6 blessés

Enfin, le jour de la fuite de Ben Ali a aussi été le plus meurtrier, avec au moins 31 tués, dont 18 à Tunis[131].

Fin du législatif benaliste[modifier | modifier le code]

Les 7 et 9 février 2011, les deux chambres du Parlement tunisien, composées d'élus issus du RCD et de partis autorisés par le pouvoir benaliste, votent une loi permettant au président par intérim, Fouad Mebazaa, de gouverner par décrets-lois[184]. Ce dernier se voit ainsi confier la mission de prendre les décrets nécessaires à l'amnistie, à la mise en place d'un régime respectueux des droits de l'homme, et à l'organisation d'élections libres. Dans le même temps, le parti de Zine el-Abidine Ben Ali est suspendu : ses activités sont interdites, ses locaux fermés et sa dissolution est prévue[185]. Alors que les violences continuent dans le pays et que les manifestants continuent de réclamer le départ du gouvernement Ghannouchi, le Parlement se prive ainsi de toute participation à la transition. C'est la fin d'une des institutions de l'ancien régime[186].

Le 8 février, le ministère de la Défense annonce, sans l’expliquer, qu'il rappelle les réservistes, alors que les rumeurs de complot contre-révolutionnaire courent toujours et que les manifestations continuent, envahissant parfois le siège d'un gouvernorat[187]. Pour calmer les tensions et tenter de résoudre en partie le problème de la misère, le gouvernement fait distribuer des aides de 30 à 78 dinars aux chômeurs et aux handicapés[186]. De nombreuses manifestations contestent l’administration mise en place : un nombre important de gouverneurs est contesté, des tribunaux sont incendiés, des grèves éclatent dans tout le pays[réf. nécessaire], concrétisant l'instabilité politique (le 13 février, le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Ounaies, démissionne ; il était contesté pour avoir qualifié d' « amie de la Tunisie » la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie[188]).

Depuis le début du mois de février, des milliers de Tunisiens fuient vers l'île de Lampedusa (en Italie) et l'Union européenne, faisant craindre dans un premier temps une « marée humaine » sur l’Europe[189]. Mais en avril, un accord est signé entre l’Italie et la Tunisie, qui permet de régulariser 22 000 Tunisiens arrivés en Italie depuis le 14 janvier[190].

De Ghannouchi à Caïd Essebsi[modifier | modifier le code]

Alors que l'instabilité continue, environ un millier de personnes célèbrent, le 14 février, l'anniversaire du départ de Ben Ali[191]. Le 11 février, diverses organisations de gauche forment le Conseil national pour la protection de la révolution (CNPR)[192]. Il regroupe des représentants de l’ordre des avocats, de la ligue tunisienne des droits de l'homme, du syndicat UGTT, du parti islamiste Ennahdha, et du Front du 14-janvier[193],[194]. Il demande la convocation d’une assemblée constituante et la dissolution de toutes les institutions hérités de l’ère de Ben Ali, à savoir le Parlement, le RCD, la police politique ». Sa reconnaissance éventuelle par un décret présidentiel rencontre l’opposition du parti Ettajdid, du PDP, des Femmes Démocrates et du Syndicat des journalistes, qui ont refusé de le soutenir[193]. Le Front du 14 janvier regroupe une douzaine de partis et de groupuscules d’extrême-gauche.

Un décret-loi du président de la République proclamant l’amnistie des prisonniers politiques est publié le 19 février, plus d’un mois après le départ de Ben Ali[195].

Béji Caïd Essebsi, deuxième premier ministre dans le gouvernement de transition

Pendant six semaines, la tension et les affrontements se prolongent, avec notamment des manifestations qui prennent pour cible le gouvernement Ghannouchi, qui refuse les revendications des manifestants et de différents organismes issus de la révolution, dont la principale est la convocation d’une assemblée constituante, à quoi s’ajoutent selon les tendances la démission du Premier ministre Ghannouchi, la dissolution définitive du Parlement et des commissions d’enquête post-révolutionnaires, une forte épuration judiciaire des bénalistes, la demande d’extradition de Ben Ali pour haute trahison. Les manifestants, plusieurs milliers, occupent les kasbahs de Tunis et Sfax à partir du 21 février[196],[197], à l’appel notamment du CNPR. Ils obtiennent gain de cause le 27 février, avec une manifestation de 100 000 personnes à Tunis qui pousse à la démission le Premier ministre, remplacé par Béji Caïd Essebsi, plusieurs fois ministre sous Bourguiba. Ce nouveau tour de force contestataire a coûté 5 morts et 88 manifestants arrêtés[198],[199]. Des indices laissent penser que certains casseurs seraient payés par des cadres du RCD[196],[69],[70].

La démission du Premier ministre est suivie de celles de cinq de ses ministres :

  • le lendemain 28 février, de celle du ministre de la Planification et de la Coopération internationale, Mohamed Nouri Jouini[200], et de celle de Mohamed Afif Chelbi, ministre de l'Industrie depuis 2004[201] ;
  • et le surlendemain, 1er mars, de celles du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ahmed Brahim, et du ministre du Développement régional et local, Ahmed Néjib Chebbi. Ils étaient les seuls représentants de l'opposition. Elyès Jouini, ministre chargé des Réformes économiques et sociales, démissionne également[202].

Le 7 mars 2011, le ministre de l'Intérieur annonce la dissolution de la sûreté de l'État et de la police politique : cette mesure est saluée comme l’acquis le plus important de la révolution[203].

Les revendications se font jour dans tous les domaines : un sit-in bloque la route nationale 1 et l’autoroute Tunis-Sousse, pour exiger la fermeture d’une usine polluante à Chkarnia[204]. Les sit-ins, qui regroupent souvent peu de monde, témoignent du malaise persistant. Le régime, qui reste dirigé par des anciens du régime policier de Bourguiba, n'obtient cependant pas l'adhésion populaire, et la méfiance règne de part et d'autres : les comités pour la protection de la révolution se créent ou se maintiennent (celui de Sidi-Bouzid créé le 11 mars), et le couvre-feu également[205]. Ces comités prennent des décisions au niveau local[21].

Organisation des élections du nouveau régime[modifier | modifier le code]

La date retenue pour l'élection d'une Assemblée constituante est d’abord fixée au 24 juillet, le 3 mars. Le scrutin retenu par la Haute instance présidée par Ben Achour est le scrutin de liste à la proportionnelle, avec une parité hommes-femmes et les femmes en position éligible[206]. Une instance de supervision des élections est également créée, sur pression des manifestants, afin d'éviter toute manipulation des résultats par le ministère de l'Intérieur[99]. Devant les difficultés de mise à jour des listes électorales (400 000 non inscrits, 13 % d’inscrits à une fausse adresse), la date d’élection de l’Assemblée constituante est repoussée au 23 octobre. Dix-neuf des sièges sont réservés aux Tunisiens de l’étranger, dont dix pour les Tunisiens en France[207].

Quatre-vingt-deux partis se créent entre le départ de Ben Ali et la mi-juin[207], dont certains créés par les anciens ministres benalistes Ahmed Friaâ (Intérieur) ou Kamel Morjane (Affaires étrangères)[180], ou encore le parti Al-Watan, de l’ancien ministre de la Défense Mohamed Jegham[207]. L’un des partis qui dispose du plus de moyens financiers est le Parti démocrate progressiste, de Ahmed Néjib Chebbi et Maya Jribi[207].

Poursuite de l'épuration[modifier | modifier le code]

Un autre décret-loi pris le 25 février et publié le 29 mars exproprie 114 personnes proches du président au bénéfice de l'État tunisien ; une commission doit lister les biens concernés. Ainsi, le 29 mars, les 51 % d'Orange Tunisie détenus par le gendre de Ben Ali, Marouane Mabrouk, sont confisqués par l'État tunisien. L'État se retrouve ainsi propriétaire des trois réseaux de téléphonie mobile du pays, avec Tunisie Télécom (65 % du capital) et Tunisiana, dont il a récupéré les 25 % d'un autre gendre de Ben Ali[208].

Le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), ancien parti au pouvoir, déjà dissous le 9 mars par le tribunal de première instance de Tunis (avec liquidation de tous ses biens et fonds par le biais du ministère des Finances), est définitivement abattu le 11 avril. Son secrétaire général Mohamed Ghariani, suspecté d'avoir organisé les milices responsables du chaos et de l'insécurité depuis début janvier, est arrêté. Le même jour, les 140 membres de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, adoptent un décret-loi qui exclut pour dix ans de la vie politique tunisienne tous les responsables du RCD et les ministres de Ben Ali[206] : les postes concernés sont les membres du bureau exécutif, du comité central, les secrétaires généraux des comités de coordination et tous les présidents de cellule[99]. La Haute instance proposait que toute personne ayant occupé un de ces postes entre 1987 et 2011 soit interdit d'élections ; le premier ministre a finalement choisi de la limiter à dix ans (2001-2011)[180].

Cette épuration ne touche cependant que peu la police, qui continue à torturer comme avant la révolution, selon un rapport d’octobre de l’Association de lutte contre la torture (tunisienne)[209].

Climat tendu[modifier | modifier le code]

Les milices benalistes continuent de maintenir un climat tendu, voire de « terreur ». Outre les nombreuses exactions qu’on leur attribue, ils auraient profité d’une grève aux prisons de Gafsa et Kasserine pour les incendier et favoriser l’évasion de 800 détenus fin avril[210],[69]. Une procédure judiciaire est lancée contre l’ancien dictateur pour ces faits[70].

Autre signe d’un climat qui ne s’apaise pas, les revendications du premier 1er mai, jour de la fête des travailleurs, et les revendications sociales sont nombreuses, mêmes si elles sont soutenues par peu de manifestants ce jour-là, lors du défilé sur l’avenue Habib Bourguiba à Tunis[211]. Aussi on peut citer les paroles de l'ancien Ministre de l'intérieur M..Farhat Rajhi qui accuse le général Rachid Ammar de préparer un coup d'état au cas où le parti islamiste Ennadha gagne les élections[212],[213].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Le coût total des destructions lors des manifestations est évalué à 1,4 milliards d'euros[6].

Le secteur de l'industrie exportatrice connaît une forte hausse de son activité, 18,5 % au premier trimestre 2011 par rapport à l'année précédente, et malgré un recul de 15 % en janvier, vite rattrapé en février (+ 8,6 %) et surtout mars (+ 24,6 %)[214]. Ce rebond s'explique par une très forte motivation des salariés, explicable peut être par le climat instauré par la révolution (illustré par le changement d'une vingtaine de patrons d'entreprises publiques[215]) et par les hausses de salaires de 8 à 12 % attendues pour le mois de mai[214]. Le ministre de l’Industrie et de la technologie indique cependant que la production industrielle a baissé de 9 % sur les cinq premiers mois de l’année[216].

L’industrie textile a vu ses exportations augmenter de 10 % entre janvier et juin, par rapport à l’année précédente : la révolution n’a donc pas eu de conséquences négatives pour le secteur. Les ouvriers y ont parfois bénéficié de hausses de salaire substantielles ; des entreprises, auparavant découragée par le racket du clan Trabels, ou par les violations des droits de l’homme, se disent désormais intéressées par des investissements en Tunisie[216].

Cependant, la baisse d’activité du tourisme est de 45 à 55 % sur les quatre premiers mois de l’année, et le FMI estime en avril que la croissance du PIB sera de 1,3 %, contre 3,7 % en 2010. La Banque centrale de Tunisie prévoit une croissance de 1 % seulement[217], un chiffre repris par un collectif d'économistes[6] : cette croissance sera insuffisante pour fournir du travail aux cent quarante mille nouveaux demandeurs attendus d'ici juillet 2011 (vingt mille emplois perdus en janvier du fait de la révolution, cinquante mille rapatriés de Libye et soixante-dix mille jeunes)[218].

Procès Ben Ali[modifier | modifier le code]

Le 20 juin, Zine el-Abidine Ben Ali est condamné une première fois lors d'un procès très rapide à 35 ans de prison pour détournement de fonds. Ce procès par contumace est critiqué car il utilise l’ancien code pénal tunisien, et que les avocats n’ont pas pu plaider[219].

Des poursuites judiciaires et arrestations sont également menées contre certains membres des familles Ben Ali et Trabelsi.

« Printemps arabe »[modifier | modifier le code]

Immolations dans les pays arabes[modifier | modifier le code]

Les dirigeants des pays arabes voisins regardent la révolution tunisienne avec méfiance, la peur d'une « contagion » est réelle[220]. D'autres immolations par le feu ont lieu dans d'autres pays d'Afrique à la suite du geste de Mohamed Bouazizi et sont interprétées par les médias comme la volonté des peuples des pays concernés à imiter l'exemple tunisien et à renverser le régime en place.

En Algérie, dès le 12 janvier, plusieurs personnes tentent de s'immoler : dans l'enceinte de la sous-préfecture de Bordj Menaïel, le 14 devant un commissariat de police de la ville de Jijel, le 15 janvier devant la mairie de la ville minière de Boukhadra, le 16 janvier devant le siège de la sûreté de la wilaya de Mostaganem, le 17 janvier dans l'enceinte du siège de l'assemblée départementale dans la région d'El Oued ; le même jour une femme tente de s'immoler en pleine Assemblée populaire communale (APC, mairie) de la localité de Sidi Ali Benyoub, à quelque 450 km au sud-ouest d'Alger.

Le 17 janvier, en Mauritanie, un homme s'immole dans sa voiture devant le Sénat à Nouakchott[221]. Au Maroc, trois personnes tentent de s'immoler à la suite des événements de Tunisie[141].

En Égypte, un homme s'immole le 17 janvier devant l'Assemblée du Peuple au Caire[222]. Le 18 janvier, un avocat d'une quarantaine d'années tente de s'immoler devant le siège du gouvernement au Caire, puis un déficient mental tente le même geste à Alexandrie[223].

Déclenchement de révolutions populaires[modifier | modifier le code]

Les manifestations et grèves qui commencent le 25 janvier 2011 se transforment en révolution et aboutissent au départ du président Hosni Moubarak[224]. Les slogans « Moubarak dégage » ou bien « la Tunisie est la solution » ont été les maîtres-mots de ces manifestants égyptiens[225].

Le 27 janvier, un ancien militaire de 26 ans s'immole par le feu à Hasaké, au nord-est de la Syrie mais les autorités syriennes imposent un black-out sur l'événement[226]. Mais en Syrie aussi, la protestation enfle (voir Révolte syrienne de 2011).

Le 28 janvier 2011, des manifestations ont lieu en Jordanie pour demander le départ de Samir Rifaï[227].

Le 14 février, une révolution commence à Bahreïn.

Principalement depuis le 18 février 2011, la protestation en Libye prend de l'importance avec, entre autres, la contestation du « guide » Mouammar Kadhafi au pouvoir depuis 41 ans, et aurait déjà fait plusieurs milliers de morts[228],[229].

Conséquences en Tunisie[modifier | modifier le code]

La révolution tunisienne déclenche un mouvement révolutionnaire qui a lui aussi des répercussions en Tunisie : la plus visible est l'installation de plus de 250 000 réfugiés fuyant la Libye dans le sud tunisien[70], dont 50 000 Tunisiens qui pèseront sur les chiffres de l’emploi[218].

L’inquiétude provoquée par la révolte a détourné les touristes européens de la Tunisie, faisant chuter le taux d’occupation des hôtels à un cinquième du taux habituel[230]. Le secteur du tourisme a donc des difficultés importantes, aggravées par la Révolte libyenne de 2011 : chaque année, environ 1,6 million de touristes libyens séjournaient en Tunisie. Au total, le produit intérieur brut (PIB) devrait croître de seulement 0,8 % au lieu des 4 à 5 % attendus, grâce aux aides étrangères (française et algérienne) et au dynamisme des industries d’exportation : textile, chaussures, mécanique, électronique[230].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Avant le départ de Ben Ali[modifier | modifier le code]

Le 7 janvier, le gouvernement américain convoque l'ambassadeur Mohamed Salah Tekaya pour inciter Tunis à respecter les libertés civiles, la liberté d'expression, en particulier sur Internet, et à faire preuve de modération dans l'usage de la force contre les manifestants[231]. En réponse, le président Ben Ali convoque à son tour l'ambassadeur des États-Unis.

L'Union européenne appelle le 10 janvier « au respect des libertés fondamentales » et le gouvernement français au « dialogue »[49].

Pour les journaux Le Canard enchaîné et Le Monde, l'absence de réaction officielle en Europe est la conséquence du « soutien sans faille des gouvernements italien, espagnol et français » au « régime tunisien »[232],[233]. Toujours selon Le Monde, il existe un « lobby tunisien à Paris, aussi fort à droite qu'à gauche […] au moins autant sentimental que préoccupé par des intérêts économiques »[26]. Pour Arrêt sur image les premiers commentaires des politiques français sont complaisant avec le gouvernement de Ben Ali et après un silence de 10 jours, les journaux télévisés nationaux français commencent à parler des événement en Tunisie le 30 décembre[234].

Michèle Alliot-Marie, ministre française des Affaires étrangères, rencontre son homologue tunisien Kamel Morjane pour discuter des événements de Sidi Bouzid. À la suite de cette rencontre, le Quai d'Orsay publie un communiqué [Lequel ?] dans lequel la France déclare que la priorité est à l'appel au calme et que les émeutes de Sidi Bouzid ne sont dans l'intérêt de personne. Le communiqué déclare également que la France n'a pas l'intention de donner des conseils en matières économique et sociale à la Tunisie. Quelques jours plus tard, Michèle Alliot-Marie soutient devant l'Assemblée nationale que la France est prête à coopérer avec le gouvernement tunisien et à lui fournir son « savoir-faire »[235] en matière de contrôle des émeutes[236].

La position officielle de la France avant le départ de Ben Ali se résume à ces deux éléments. La position de la ministre provoque indignation et protestation dans les partis d'opposition français, notamment le Parti socialiste[237]. L'amiral Jacques Lanxade, ancien ambassadeur de France en Tunisie, souligne l'erreur d'analyse du gouvernement français — qui, à l'instar des gouvernements précédents, a souvent soutenu « excessivement » le régime « quasi-dictatorial » — ayant sous-estimé l’ampleur du mouvement de contestation populaire, en essayant d’aider Ben Ali à se maintenir au pouvoir[84].

Après le départ de Ben Ali[modifier | modifier le code]

Place du 7-Novembre après les manifestations, le 22 janvier 2011

Le 14 janvier au soir, dans un communiqué émis par la Maison-Blanche, le président américain Barack Obama condamne et déplore l’usage de la violence contre les citoyens « exprimant pacifiquement leurs opinions » et « applaudi[t] le courage et la dignité du peuple tunisien ». Il ajoute que « les États-Unis, avec l’ensemble de la communauté internationale, observent, avec soutien, ce combat courageux et déterminé pour les droits universels que nous devons tous défendre, et nous nous souviendrons longtemps des images du peuple tunisien cherchant à faire entendre sa voix […] »[238],[239].

En France, après les atermoiements des heures précédentes, un communiqué de l'Élysée explique le même soir que « la France prend acte de la transition constitutionnelle annoncée par le Premier ministre Ghannouchi », appelant au dialogue pour « apporter une solution démocratique et durable à la crise » tout en souhaitant la fin des violences[239].

Le président libyen Mouammar Kadhafi continue de soutenir pleinement Ben Ali après son départ, affirmant qu'il est toujours « le président légal de la Tunisie […] et qu'il n'a fait que des bonnes choses » et que le peuple tunisien a été victime des mensonges diffusés par Internet[240].

Au Liban, le Hezbollah salue la révolution tunisienne[241]. Le ministère marocain des Affaires étrangères — après que les autorités ont dispersé des manifestations de soutien à Rabat[242] — exprime le 17 janvier la solidarité du Maroc avec « le peuple tunisien dans son ensemble, en cette période cruciale et délicate de son histoire » en souhaitant la stabilisation de la Tunisie, « élément essentiel et fondamental de la stabilité et la sécurité régionales, en particulier au Maghreb ». La presse marocaine voit dans l'éviction de Ben Ali par la rue une « leçon » à destination des dirigeants du Maghreb et du monde arabe[243].

Manifestations de soutien[modifier | modifier le code]

Manifestation à Nantes en soutien au peuple tunisien

En France, où réside une forte diaspora tunisienne, des manifestations de soutien ont été organisées dans plusieurs villes, dont Paris[244], Toulouse[245], Lyon[246], Nantes[247], Marseille, Nice, Bordeaux[248] et Strasbourg[249],[250]. En Belgique, une manifestation est organisée à Bruxelles[251]. En Suisse romande, des manifestations sont organisées dans les villes de Genève et Lausanne[252]. En Allemagne, une manifestation de Tunisiens est organisée à Berlin. Au Québec, des manifestations sont organisées le 15 janvier à Québec[253] et à Montréal[254].

Au Maroc, une manifestation de soutien est dispersée par la police ayant déjà interdit une manifestation devant l'ambassade de Tunisie[255]. Dans les Territoires palestiniens, des centaines de sympathisants du Jihad islamique manifestent à Gaza, arborant des drapeaux palestiniens et tunisiens. « Nous félicitions le peuple tunisien pour son soulèvement contre le régime tyrannique », déclare Daoud Chihab, porte-parole du mouvement[256]. À Ramallah, capitale politique de la Cisjordanie, l'Autorité palestinienne a empêché la tenue d'un rassemblement de soutien à la révolution tunisienne, qui devait avoir lieu le 19 janvier[257].

Au Yémen, un millier d'étudiants yéménites manifestent le 16 janvier à Sanaa, appelant les peuples arabes au soulèvement contre leurs dirigeants à l'instar des Tunisiens[258].

Autres réactions[modifier | modifier le code]

ONG[modifier | modifier le code]

Dès le 20 décembre, Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) condamne l'utilisation d'armes à feu par les forces de sécurité tunisiennes et appelle à une enquête indépendante pour faire la lumière sur ces événements, à déterminer les responsabilités et à garantir le droit à la protestation pacifique[259].

Agences de notation[modifier | modifier le code]

À la suite des événements du 18 janvier, l'agence de notation financière Moody's abaisse la notation souveraine de la Tunisie la faisant passer de Baa2 à Baa3, la perspective passant de « stable » à « négative » et la note court terme de P-2 à P-3. Les notes de dépôt et d'émissions sont également réduites[260]. Enfin, Moody's abaisse également la note de la Banque centrale à Baa3 avec une perspective négative[261].

L'agence de notation financière Standard and Poor's place sous surveillance négative la note de la dette à long terme de la Tunisie qui est au moment des événements de BBB. Elle annonce qu'elle prendra une décision sur l'abaissement éventuel de la note dans un délai de trois mois, tandis que l'agence Fitch Ratings annonce un délai de six mois pour envisager ou non une modification vers le bas de sa notation[262].

Médias, censure et rôle d'Internet dans le développement du mouvement[modifier | modifier le code]

« Yes We Can #Sidibouzid », référence à Twitter dans la révolution, à Tunis le 14 janvier 2011

Avant le 14 janvier, la majorité des médias Tunisiens suivaient la ligne gouvernementale et rapportaient sans approche critique les activités du président déchu et du RCD l'ex-parti au pouvoir.

Le pays comptait trois journaux au faible tirage, deux hebdomadaires et un mensuel, critiquant le gouvernement. Ce dernier a retiré des kiosques tous les exemplaires des deux hebdomadaires et il empêche les journalistes étrangers de pénétrer sur son territoire[263].

Article détaillé : Censure en Tunisie.

Face à cette censure et au manque de couverture par les médias nationaux, la lutte se fait également sur Internet où le collectif Anonymous annonce soutenir le mouvement en solidarité avec les manifestations[264]. Les sites Web de la Bourse de Tunis, du ministère des Affaires étrangères, du ministère de l'Industrie, du ministère du Commerce, du gouvernement ou encore de la présidence de la République sont notamment attaqués[265]. Des photographies montrant la dispersion de manifestants circulent via Twitter, des vidéos prises depuis des téléphones portables sont mises en ligne et reprises par France 24 et Al Jazeera[263].

Pour lutter contre le phénomène, les autorités surveillent Facebook et bloquent certaines pages. La police, quant à elle, exerce un filtrage global au niveau des fournisseurs d'accès. Les jeunes organisent des manifestations via Facebook notamment celle du 14 janvier[266]. Le 6 janvier 2011, trois blogueurs « cyberdissidents » sont arrêtés par la police[27]. Certaines pages de médias étrangers comme France 24, Le Nouvel Observateur, la BBC, Rue89 et Al Jazeera sont bloquées[267], jusqu'à une levée partielle de la censure annoncée par Ben Ali lors de son allocution du 13 janvier[268].

Les révélations de WikiLeaks sur la corruption du « clan Ben Ali-Trabelsi » et la nature « mafieuse » du pouvoir, traduites et reprises par des sites tunisiens comme nawaat.org, ont participé à la flambée de colère contre le gouvernement[269],[233],[270].

Plusieurs personnalités journalistiques tunisiennes soutenaient l'ancien régime et la politique du président déchu Ben Ali. Parmi elles figure Boren Bsaiess notamment par son apparition télévisé durant la révolution tunisienne sur la chaîne Al Jazeera et dans laquelle il défendait la position du gouvernement vis-à-vis des contestations populaires tunisiennes[271].

Débats autour du nom[modifier | modifier le code]

De nombreux opposants et médias ont parlé de « révolution de jasmin »[272]. Vingt ans auparavant, le président Ben Ali avait déjà nommé sa prise de pouvoir la « révolution au jasmin »[273]. La fleur de jasmin est en effet le symbole de la Tunisie. Cette construction fait aussi écho à d'autres mouvements ayant entraîné la chute de régimes dictatoriaux comme la Révolution des Œillets, au Portugal en 1974 ou la Révolution des Roses, en Géorgie en 2003.

Timbre de 20 francs de 1955 représentant un marchand de jasmin

Le journaliste tunisien Zied El Hani s'attribue la paternité de l'expression « Révolution du jasmin »[5]. Le 13 janvier, à la veille de la fuite du président Ben Ali, il met en ligne un texte intitulé « Révolution du jasmin ». Nawaat, un site d'opposants tunisiens utilisait déjà depuis plusieurs semaines un espace spécial sur Twitter : « La révolte de Jasmin »[274]. Sur Facebook, une vingtaine de groupes a repris l'appellation à son compte. L'ensemble des médias français reprend abondamment l'expression sous diverses formes dès le 14 janvier ainsi que les médias arabophones[275] ou anglophones[276]. Les jeunes Tunisiens puis Égyptiens ont repris les méthodes de la révolution du 5 octobre 2000 en Serbie développées par le mouvement Otpor[277]. Ce mouvement de résistance non violente, grâce auquel les manifestations non violentes et l'utilisation d'outils modernes comme le téléphone portable et internet ont permis une mobilisation rapide et une victoire par renversement du président Slobodan Milošević, fut le premier dans l'Histoire à mettre autant à contribution le téléphone portable et l'Internet dans un but révolutionnaire avec un résultat positif.

Des critiques sont émises sur ce nom. Pour le philosophe tunisien Youssef Seddik, l'expression « révolution de jasmin » ne convient pas à cette révolution marquée par « des violences, […] des morts », « peut-être aussi profonde que la prise de la Bastille »[278]. Le journaliste français, Olivier Malaponti, dénonce « un raccourci journalistique, un cliché, un stéréotype créé par les médias occidentaux, oublieux du sang, de la peur, des morts, des blessés, des familles en deuil »[279]. Dans la même veine, Michael Ayari et Vincent Geisser soulignent l'absence de connotation sacrificielle dans une expression qui relève selon eux d'un « néo-orientalisme touristique », et une sémantique rappelant celle des deux premières années du règne de l’ « artisan du changement », Zine El Abidine Ben Ali, qui aimait qualifier précisément son « coup d’État médical » de « Révolution du jasmin ». La journaliste Nabihah Gasmi et le militant politique Sadri Khiari pointent que le jasmin est la fleur des banlieues huppées et préfèrent parler, eux, de « Révolution de la figue de Barbarie », la « seule fleur autorisée à pousser dans ces régions arides »[14].

D'après un article du journal Le Monde daté du 17 janvier, de « nombreux jeunes » Tunisiens parleraient de « Révolution Facebook », en lien avec le rôle joué par internet dans l'organisation des manifestations[280]. Dans une analyse de Sylvie Kaufmann publiée par Le Monde du 3 février, celle-ci constate que les révoltes tunisienne, égyptienne et jordanienne sont le fait de jeunes diplômés au chômage, totalement connectés et qui utilisent les puissants réseaux sociaux d'Internet à plein, consultant Facebook ou les révélations de WikiLeaks sur leurs smartphones. Elle inclut ainsi la révolution tunisienne dans un mouvement de « révolutions émergentes », d'après l'expression de pays émergents désignant les anciens pays en voie de développement[281].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2010–2011 Tunisian protests » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b Nombre de morts et de blessés durant la révolution tunisienne de 2010-2011
  2. a, b, c et d Marie Kostrz, « Manifs en Tunisie : « On ira très loin pour défendre nos droits » », Rue89,‎ 29 décembre 2010 (lire en ligne)
  3. Pierre Vermeren, « Tunisie : le goût amer de la Révolution de jasmin », L'Express,‎ 14 janvier 2011 (lire en ligne)
  4. Ahmed Younes, « La deuxième République », Le Temps, 22 janvier 2011
  5. a et b Frédéric Frangeul, « D'où vient la "révolution du jasmin" ? », Europe1,‎ 17 janvier 2011 (lire en ligne)
  6. a, b et c Collectif d'économistes (Philippe Aghion, Jacques Attali, Christian de Boissieu, François Bourguignon, Daniel Cohen, Jean-Paul Fitoussi, Rainer Klump, Wolfgang Koenig, Jean-Hervé Lorenzi, Stefano Micossi, Olivier Pastré, Richard Portes, Jean-Louis Reiffers, Hélène Rey, Nouriel Roubini, Joseph Stiglitz, Klaus Zimmermann, « un plan économique pour soutenir la transition démocratique en Tunisie », Le Monde, 18 mai 2011, p. 19
  7. Tunisie, en remontant la révolution, reportage-BD de Chappatte pour Le Temps
  8. a et b Taoufik Ben Brik, « Sidi Bouzid, mon amour », Le Nouvel Observateur,‎ 2 janvier 2011 (lire en ligne)
  9. « La génération Facebook plus forte que Ben Ali », Slate.fr,‎ 4 janvier 2011 (lire en ligne)
  10. (en) Anthony Shadid, « Joy as Tunisian President Flees Offers Lesson to Arab Leaders », sur New York Times,‎ 14 janvier 2011 (consulté le 21 janvier 2011)
  11. Articles 38 à 57 de la Constitution tunisienne de 1959 (Juriste Tunisie)
  12. Francine Mestrun, « Que la révolution commence... », Centre tricontinental, publié le 21 avril 2011, consulté le 30 mai 2011
  13. http://www.romandie.com/news/n/_Tunisie_338_morts_et_2174_blesses_durant_la_revolution_80040520122140.asp?
  14. a, b, c, d et e Michael Ayari et Vincent Geisser, Tunisie : la Révolution des « Nouzouh »* n’a pas l’odeur du jasmin, in Témoignage chrétien, 25/01/2011, article en ligne
  15. Carte « Du Maroc au Yémen : données démographiques, économiques et politiques », Courrier international, no 1058, du 10 au 16 février 2011, p. 15
  16. Amin ALLAL, "Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire.Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008)", Politique Africaine, 2010/1 (no 117).
  17. (en) Sofiene Chourabi, « Special from Tunisia: Self-immolation by desperate youth sets off rare wave of protests », sur Almasry Alyoum,‎ 26 décembre 2010 (consulté le 18 janvier 2011)
  18. Julie Calleeuw, « Tunisie : les Trabelsi, une « quasi-mafia » », sur RTBF,‎ 14 janvier 2011 (consulté le 21 janvier 2011)
  19. Dominique Lagarde, « Tunisie : « Les troubles révèlent le malaise de la jeunesse » », L'Express,‎ 5 janvier 2011
  20. Jean-Noël Cuénod, La France a perdu la main en Tunisie, in La Tribune de Genève, 19/01/2011, article en ligne
  21. a et b Denis Bauchard, « Le "printemps arabe" entre espoirs et désillusions », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 20
  22. [PDF]L'affront, le feu et l'espoir, Le Temps (Tunis), mardi 28 décembre 2010, numéro 12146, page 4
  23. a et b Christophe Ayad, « Face au gâchis social, la Tunisie ose s'insurger », Libération,‎ 21 décembre 2010
  24. « Tunisie : Mohamed Bouazizi, celui par qui tout a commencé », Le Journal du dimanche,‎ 15 janvier 2011 (lire en ligne)
  25. « Tunisie : tension à Sidi Bouzid pour les adieux à Mohamed Bouazizi », L'Express,‎ 5 janvier 2011
  26. a, b et c Éditorial, « Le silence de Paris sur la tragédie tunisienne », Le Monde,‎ 11 janvier 2011
  27. a et b « L'agitation sociale se poursuit, avec l'arrestation de cyberdissidents », Le Monde,‎ 6 janvier 2011 (lire en ligne)
  28. a, b, c et d « Deux faits divers tragiques entraînent des troubles sociaux à Sidi Bouzid », Jeune Afrique,‎ 23 décembre 2010 (lire en ligne)
  29. a, b, c, d et e « Chronologie », Cahier Tunisie : le sursaut d'une nation, 20 janvier 2011, p. 2-3
  30. (en) Yasmine Ryan, « Another Tunisian protester dies », Al Jazeera,‎ 31 décembre 2010 (lire en ligne)
  31. (en) « Protester dies in Tunisia clash », Al Jazeera,‎ 25 décembre 2010 (lire en ligne)
  32. (en) « Job protests escalate in Tunisia », Al Jazeera,‎ 28 décembre 2010 (lire en ligne)
  33. (en) Bilal Randeree, « Tensions flare across Tunisia », Al Jazeera,‎ 28 décembre 2010 (lire en ligne)
  34. AFP, « Ben Ali regrette les troubles en Tunisie et accuse les médias étrangers », Le Monde,‎ 28 décembre 2010 (lire en ligne)
  35. AFP, « En Tunisie, le ministre de la Communication débarqué après des troubles sociaux », Libération,‎ 29 décembre 2010
  36. AFP, « Tunisie : le gouverneur de Sidi Bouzid limogé, l'opposition veut des réformes », Le Point,‎ 30 décembre 2010 (lire en ligne)
  37. Waffo Mongo, Crise en Tunisie, comment en est-on arrivé là ?, dans Cameroon Tribune, 16/01/2010,article en ligne
  38. Marie Kostrz, Émeutes en Tunisie : à la télé, une brèche dans la censure, dans Rue89, 21/12/2010,article en ligne
  39. Marion Solletty, "C'est bien un mouvement sans précédent que nous vivons là pour la Tunisie", dans Le Monde, 5 janvier 2011,article en ligne
  40. Tarek Amara, « L'agitation sociale se poursuit en Tunisie, les avocats en grève », La Tribune,‎ 6 janvier 2011
  41. (en) Brian Whitaker, « How a man setting fire to himself sparked an uprising in Tunisia », The Guardian,‎ 28 décembre 2010 (lire en ligne)
  42. (en) Lamis Andoni, « The rebirth of Arab activism », Al Jazeera,‎ 31 décembre 2010 (lire en ligne)
  43. AFP, « Tunisie/Sidi Bouzid : affrontements entre lycéens et la police à Thala », Le Point,‎ 4 janvier 2011 (lire en ligne)
  44. Isabelle Mandraud, « Tunisie : un deuxième homme s'immole par le feu à Sidi Bouzid », Le Monde,‎ 8 janvier 2011
  45. Isabelle Mandraud, « Les heurts en Tunisie font au moins vingt-trois morts », Le Monde,‎ 9 janvier 2011 (lire en ligne)
  46. Abderrahmane Semmar, « Tunisie : un cinquième suicide dans la région de Sidi Bouzid », El Watan,‎ 11 janvier 2011 (lire en ligne)
  47. Tarek Amara, « Nouveaux heurts en Tunisie, Ben Ali parle de terrorisme », Le Point,‎ 10 janvier 2011 (lire en ligne)
  48. « Les émeutes atteignent la banlieue de Tunis », Radio Canada International,‎ 12 janvier 2011 (lire en ligne)
  49. a et b Christophe Ayad, « La Tunisie se soulève, Ben Ali reste sourd », Libération,‎ 11 janvier 2011
  50. DES MANIFESTATIONS À BIZERTE ET À GAFSA Mosaique FM
  51. http://www.letemps.com.tn/article-52008.html
  52. ELODIE AUFFRAY Le Monde 13/01/2011
  53. Pauline Fréour, « Le président tunisien Ben Ali quittera le pouvoir en 2014 », Le Figaro,‎ 13 janvier 2011 (lire en ligne)
  54. (ar) Zine el-Abidine Ben Ali, « Tunisie : Allocution présidentielle au peuple tunisien », sur YouTube,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 13 janvier 2011)
  55. a et b « Les émeutes sociales en Tunisie », Le Nouvel Observateur,‎ 12 janvier 2011 (lire en ligne)
  56. Hatem Bettahar, enseignant en informatique à l'Université de technologie de Compiègne âgé de 38 ans, arrivé en Tunisie pour des raisons familiales ; il est la première victime française de ces protestations ; cf. Blandine Grosjean, « Vidéo : un Franco-Tunisien prof à Compiègne tué dans une émeute », Rue89,‎ 12 janvier 2011 (lire en ligne)
  57. AFP, « Tunisie : le bilan s'alourdit à 67 morts », nouvelobs.com,‎ 13 janvier 2011 (lire en ligne)
  58. « Nouveaux affrontements en Tunisie, une station balnéaire touchée », Le Parisien,‎ 13 janvier 2011 (lire en ligne)
  59. Ben Ali annonce des élections législatives anticipées, lefigaro.fr
  60. « Indulgente avec Ben Ali, l'armée est sans merci contre les Trabelsi », sur Rue 89 (consulté le 16 janvier 2011)
  61. « Ben Ali fuit la Tunisie, Mohamed Ghannouchi prend le pouvoir », sur Jeune Afrique (consulté le 14 janvier 2011)
  62. a et b Dominique Lagarde, Ben Ali pensait être rappelé par les Tunisiens, dans L'Express, 21/01/2011, [article en ligne]
  63. Tunisie : Imed Trabelsi, un proche de Ben Ali, est vivant, AFP/Le Parisien, 21/01/2011, article en ligne
  64. Ben Ali-Trabelsi, Rue89 16/01/2011
  65. a et b Tunisie : le premier ministre quittera le pouvoir "après la transition", AFP/Reuters/Le Monde, 21/01/2011, article en ligne
  66. Tunisie : Les États-Unis prêts à aider pour l'organisation d'élections libres, Reuters/20 Minutes, 26/01/2011, article en ligne
  67. « Ben Ali en route vers Malte... avant Paris? », L'Express,‎ 14 janvier 2011 (lire en ligne)
  68. Noureddine Hlaoui, Tunisie – En vidéo, le 14 janvier, raconté par Ali Seriati, dans Business News, 27/07/2011, article en ligne
  69. a, b, c et d Benoît Delmas, « La Tunisie vit sous la menace mafieuse des hommes de main de l’ancien régime : Luttons contre la mise à sac de la révolution », Le Monde, 5 mai 2011, p. 19
  70. a, b, c et d Interview de Abdelkrim Zbidi par Maryam Mnaouar, « L’armée au service du peuple en toutes circonstances », Afrik.com, publié le 5 mai 2011
  71. Pauline Fréour, Des proches de Ben Ali objets de règlements de compte, dans Le Figaro, 16/01/2011, article en ligne
  72. a et b Borzou Daragahi, Former Tunisia government figures arrested, new Cabinet to be name, dans Los Angeles Times, 16/01/2011, article en ligne
  73. L’ex-ambassadeur tunisien accuse Ben Ali de « téléguider » le chaos, dans Le Soir, 16/01/2011, article en ligne
  74. Aziz Zemouri, Un gendre de Ben Ali assure que huit cents voitures avec des explosifs ont été abandonnées par la police, dans Le Point, 16/01/2011, article en ligne
  75. « Les révoltes arabes, six mois après », Radio France internationale, 26 juin 2011
  76. Jacques Amalric, « Une onde de choc sur le Moyen-Orient », Alternatives internationales, no 50, mars 2011, p. 8
  77. Les vivres commencent à manquer à Tunis, dans Le Figaro, le 16/01/2011, article en ligne
  78. a, b et c Elaine Ganley et Bouazza Ben Bouazza, « 1,000 Inmates Freed Amid Tunisia Unrest », sur Time,‎ 15 janvier 2011
  79. a et b « Tunisie : évasions à la prison de Mahdia », sur Europe1,‎ 15 janvier 2011
  80. « Tunisie : 42 morts dans l'incendie d'une prison à Monastir », sur Le Parisien,‎ 15 janvier 2011
  81. Catherine Simon, « A Bizerte, la population se méfie d’un ennemi invisible », sur Le Monde,‎ 18 janvier 2011
  82. Isabelle Mandraud, « En Tunisie, les exactions de groupes armés entretiennent un climat de tension », Le Populaire du Centre, 3 février 2011, p. 10
  83. Tunisie : l'armée donne l'assaut au palais présidentiel, dépêche AFP, 16/101/2011, article en ligne
  84. a, b et c « L'armée qui — même sous Ben Ali — a toujours été tenue à l'écart de la politique et n'était pas partie prenante dans la direction des affaires du pays, est une armée assez républicaine. Je crois que l'armée est un élément stabilisateur et modérateur. Ce n'est pas une armée de coup d'État, même si je peux me tromper », cf. Bruno Fanucchi, L'amiral Lanxade : « C’est l’armée qui a lâché Ben Ali », dans Le Parisien, 16/01/2011,en ligne
  85. (fr) « La chute du régime Ben Ali racontée par Ali Sariati, le chef de la garde présidentielle », Le Monde, 2 avril 2011
  86. http://www.tunistribune.com/en-exclusivite-les-vrais-raisons-de-la-fuite-de-ben-ali/
  87. http://nawaat.org/portail/2011/08/09/tunisie-ce-qu%E2%80%99il-s%E2%80%99est-vraiment-passe-le-14-janvier-a-tunis-mediatpart/
  88. Tunisie : nouveau gouvernement lundi, dépêche AFP dans Le Figaro, 16/01/2011, dépêche en ligne
  89. Tunisie : l'opposant Hama Hammami a été libéré, dépêche Belga et RTBf, 14/01/2011,article en ligne
  90. Tunisie : un nouveau gouvernement devrait être formé lundi, dans Le Monde, 17/01/2011, article en ligne
  91. a et b Tunisie : l’opposant Moncef Marzouki candidat à la présidentielle, dépêche AFP dans Le Soir, 17/01/2011, article en ligne
  92. a, b et c Zoubeir Souissi, En Tunisie, un gouvernement pas si nouveau, agence Reuters dans L'experss, 17/01/2011, article en ligne
  93. a, b et c Isabelle Mandraud, En Tunisie, le nouvel exécutif prépare les élections, dans Le Monde, 17/01/2011, article en ligne
  94. Tarek Amara et Christian Lowe, Trois chefs de l'opposition dans le gouvernement tunisien, dans Le Point, 16/01/2011, [article en ligne]
  95. Lucas Dolega, Quand la cinéaste implorait Ben Ali de rester au pouvoir, EPA/L'Express, 17/01/2011, article en ligne
  96. Fabien Thelma, Ennahdha, visage de l’islamisme tunisien, Europe 1, 18/01/2011, article en ligne
  97. Tunisie : la liberté totale d'information garantie, dans Le Parisien, 17/01/2011, article en ligne
  98. fils de Mohamed Fadhel Ben Achour
  99. a, b et c Interview de Yadh Ben Achour par Isabelle Mandraud, « La Tunisie va connaître de vraies élections libres », Le Monde, 21 avril 2011, p. 6
  100. a et b Florence Beaugé, « Pour tout l’or de Ben Ali », Le Monde, 23 avril 2011, p. 3
  101. Catherine Simon, « Tunisie : oser la liberté », Le Monde des livres, 8 avril 2011, p. 2
  102. Tunisie : manifestations pour exiger la dissolution du parti de Ben Ali, dépêche AFP dans Le monde, 17/01/2011, article en ligne
  103. Les Tunisiens manifestent contre le nouveau gouvernement, dépêche AFP dans Le Nouvel Obs, 18/01/2011, en ligne
  104. a et b Tunisie : le gouvernement reporte sa première réuniondépêches AFP et Reuters dans Le Monde, 19/01/2011, article en ligne
  105. a et b Tunisie. Ahmed Mestiri hostile au nouveau gouvernement, dans Kapitalis, 19/01/2011, communiqué en ligne
  106. a et b Tunisie : le président par intérim veut rompre avec le passé, AFP/Le Monde, 20/01/2011, article en ligne
  107. Tunisie : le gouvernement d'union nationale explose déjà, dépêches AFP et AP dans Le Nouvel Obs, 18/01/2011 article en ligne
  108. Arielle Thedrel, Khalil Zaouia : « On nous a mis devant le fait accompli », dans Le Figaro, 19/01/2011, article en ligne
  109. (fr) « Tunisie : le président et le PM quittent le RCD », Europe 1, 18 janvier 2011
  110. a et b Najeh Mouelhi et Kaouther Larbi, Tunisie : 33 membres de la famille Ben Ali arrêtés, premier Conseil des ministres, Dépêche AFP, 20/01/2011, en ligne
  111. « Tunisie : les ministres quittent le parti de Ben Ali », article du « Parisien » du 20/01/2011
  112. Nouvelle manifestation hostile au gouvernement à Tunis, AFP/Le Monde, 20/01/2011, article en ligne
  113. Des manifestants hostiles au gouvernement défilent à Tunis, dans Nouvelobs.com, 20/01/2011, article en ligne
  114. Paris prêt à bloquer les comptes du clan Ben Ali en France, AFP/Le Monde, 15/01/2011, article en ligne
  115. Sherpa, Transparency International et la Commission arabe des droits humains
  116. Trois ONG portent plainte en France contre Ben Ali, AFP/Reuters/Le Monde, 17/01/2011, article en ligne
  117. a et b Tunisie : la fortune de Ben Ali sous étroite surveillance, AFP/Le Monde, 19/01/2011, article en ligne
  118. L’Union européenne va geler les avoirs de Ben Ali, AFP/La Libre Belgique, 20/01/2011, article en ligne
  119. Or en Tunisie : il manquerait bien 1,5 tonne selon le Conseil mondial de l'or, dépêche AFP, 20/01/2011, dépêche en ligne
  120. Tunisie : décès d'une sœur de Ben Ali, AFP dans Le Figaro, 19/01/2011, dépêche en ligne
  121. Tunisie : le chef de la TV Hannibal arrêté, AFP/Le Figaro, 23/01/2011, article en ligne
  122. Tunisie : le chef de la TV Hannibal libéré, AFP/Le Figaro, 24/01/2011, article en ligne
  123. dépêche Canadian Press, 23/01/2011, dépêche en ligne
  124. Lin Noueihed et Andrew Hammond, L'armée dénonce le risque de vide politique en Tunisie, Reuters/Le Point, 24/01/2011, article en ligne
  125. Tunisie : Abdelwaheb Abdallah placé sous résidence forcée, dans Espace Manager.com, 23/01/2011, article en ligne
  126. « Tunisie. Le gouvernement décide l'amnistie », dans La Dépêche, 21/01/2011, Article en ligne
  127. a et b Françoise Nice, Trois jours de deuil national en Tunisie, RTBF.be, 21/01/2011,articleen ligne
  128. RCD, la difficile transition du parti unique tunisien, dans JDD, 22/01/2011, article en ligne
  129. Le siège de l'ancien parti de Ben Ali pris d'assaut par la foule, dans Le Point, 20-21/01/2011,ligne
  130. Deuil national de trois jours en Tunisie, AFP/Reuters/Le Monde, 21/01/2011,ligne
  131. a, b, c et d Isabelle Mandraud, « A Tunis, une commission enquête sur les victimes de la révolution », Le Monde, 5 février 2011, p. 7
  132. Dominique Lagarde, Tunisie : "Sous les pavés, la révolution du jasmin", L'Express, 21/01/2011, article en ligne
  133. Néjib Sassi, interview de Abdessatar Ben Moussa, dans Le Temps, 21/01/2011, article en ligne
  134. Le Gouverneur de la BCT prend ses fonctions, dans Le Temps, 22/01/2011, article en ligne
  135. Nouvel administrateur à la Banque Zitouna, in Le Temps, 22/01/2011, article en ligne
  136. Tunisie : la BCT prend le contrôle d'une banque lancée par un gendre de Ben Ali, AFP/La Croix, 19/01/2011, article en ligne
  137. (fr) 'une_deuxieme_banque.html « La BCT prend le contrôle d'une deuxième banque », L'Orient-Le Jour, 22 janvier 2011
  138. (fr) « Un nouvel administrateur à la Banque de Tunisie », Business News, 21 janvier 2011
  139. Tunisie :la BC critique la baisse de la note, in AFP/Le Figaro, 21/01/2011, article en ligne
  140. Habib Belaïd, nommé PDG de la Radio Tunisienne Tunivisions, article du 24 janvier 2011
  141. a et b Kaouther Larbi et Mohamed Hasni, Tunisie : des policiers en nombre se joignent à de nouvelles manifestations, dépêche AFP, 22/01/2011, article en ligne
  142. "La caravane de la libération" prend la route de Tunis, AFP/Le Point, 22/01/2011, article en ligne
  143. À Tunis, la «caravane de la libération» veut faire tomber le gouvernement, dans Ouest-France, 23/01/2011, article en ligne
  144. a et b Tunisie : la «caravane de la libération» marche sur la capitale, AFP/Le Parisien, 23/01/2011, article en ligne
  145. « Tunisie : la "Caravane de la libération" entame le siège du palais du Premier ministre », NouvelObs.com, 23 janvier 2011, article en ligne
  146. a, b et c Echauffourées près des bureaux du Premier ministre tunisien, AFP/NouvelObs.com, 24/01/2011, article en ligne
  147. Lin Nouheihed et Andrew Hammond, La "caravane de la liberté" dispersée à Tunis, Reuters/Le Point, article en ligne, 24/01/2011
  148. Inès Bel Aiba et Imed Lamloum, Des milliers de Tunisiens manifestent, grève très suivie des instituteurs, AFP, 24/01/2011, dépêche en ligne
  149. Jean-Marc Gonin, Où va la Tunisie ?, dans Le Figaro, 24/01/2011, article en ligne
  150. Dominique Lagarde, Tunisie : les ministres qui sont dans le collimateur, dans L'Express, 24/01/2011, article en ligne
  151. Nouvel-Observateur et AFP, « Tunisie : la grève des instituteurs est « suivie à 90-100 % » », publié et consulté le 24 janvier 2010
  152. Tunis : des centaines de manifestants défient à nouveau le couvre-feu, dans Le Parisien, 24/01/2011, article en ligne
  153. Isabelle Mandraud, Un remaniement ministériel est annoncé à Tunis, dans Le Monde, 25/01/2011, article en ligne
  154. Un "comité de sages" à la place du gouvernement tunisien ?, Reuters/Le Point, 24/01/2011, article en ligne
  155. Tunisie : selon le porte-parole de l'exécutif, un remaniement est imminent, Reuters/AFP/Le Monde, 24/01/2010, article en ligne
  156. (en) Kenneth J. Perkins, A History of modern Tunisia, éd. Cambridge University Press, 2004, p.  XIII, extrait en ligne
  157. Le ministre des Affaires étrangères s'entretient avec le sous-secrétaire d'État américain pour le Proche-Orient, dépêche TAP, 24/01/2011, dépêche en ligne
  158. Une enveloppe de 500 MD allouée à titre d'urgence et immédiat en faveur des citoyens des gouvernorats de l'intérieur, dépêche TAP, 25/01/2011, dépêche en ligne
  159. Enseignement de base: le Syndicat décide la reprise des cours mercredi 26 janvier, dépêche TAP, 25/01/2011, dépêche en ligne
  160. Appel à la "grève générale" à Sfax, 2e ville de Tunisie, dépêche AFP, 25/01/2011, dépêche en ligne
  161. a et b Tunis: manifs antagonistes, les grèves se suivent, AFP/France 2, 25/01/2011, article en ligne
  162. a et b Tunisie : la nouvelle composition du gouvernement transitoire annoncée mercredi, TAP/NouvelObs.com, 25/01/2011, article en ligne
  163. A.Sedrati, Patronats et syndicats marocain et tunisien. Histoire parallèle., dans Au Fait, 25/01/2011, article en ligne
  164. Tunisie : l'opposant Moncef Marzouki pris à partie par des manifestants, AFP/Le Point, 25/01/2011, article en ligne
  165. Sousse : Manifestation de soutien au gouvernement et sit-in de contestation, TAP/Tunis Soir, 25/01/2011, dépêche en ligne
  166. L'avenue Habib Bourguiba sillonnée par des manifestations, TAP/Tunis Soir, 25/01/2011, dépêche en ligne
  167. a et b Ava Djamshidi, Tunisie : le nouveau gouvernement annoncé dans la soirée, in Le ¨Parisien, 26/01/2011,article en ligne
  168. Tunisie : L'aide d'Interpol demandée pour arrêter Ben Ali, Reuters/20 Minutes, 26/01/2011, article en ligne
  169. Audrey Pelé, Les manifestations se poursuivent en Tunisie, in Le Figaro, 26/01/2011,article en ligne
  170. a et b Tunisie : retour progressif au calme au lendemain de l'annonce du nouveau gouvernement, AP/NouvelObs.com, 28/01/2011,en ligne
  171. Les manifestants se concertent en silence dans les rues de Tunis, AP/NouvelObs.com, 28/01/2011,article en ligne
  172. Composition complète du gouvernement, cf. Tunisie : Nouvelle Composition du Gouvernement d'Union nationale, TAP/Tunis Soir, 27/01/2011,article en ligne
  173. Isabelle Mandraud, Tunisie : un universitaire et des chefs d'entreprise entrent au gouvernement, in Le Monde, 28/01/2011, article en ligne
  174. « Farhat Rajhi, ministre de l’Intérieur dévoile une dangereuse situation de défaillance sécuritaire dans le pays », Tunisia Watch, publié le 2 février 2011, consulté le 6 février 2011.
  175. a et b Marie Kostrz, « Violences en Tunisie : l'ombre de Ben Ali plane encore », Rue89, publié le 5 février 2011, consulté le 6 février 2011.
  176. « La Tunisie remplace 30 responsables des services de sécurité », RFI,‎ 2 février 2011 (lire en ligne)
  177. À Tunis, les forces de l'ordre évacuent violemment la Kasbah, AFP/France 24, 28/01/2011,article et reportage vidéo de Pauline Simonet en ligne
  178. Un calme relatif à Sfax, TAP, 28/01/2011,dépêche en ligne
  179. Marches de protestations et grèves sectorielles dans différentes régions du pays, TAP, 28/01/2011,dépêche en ligne
  180. a, b et c Isabelle Mandraud, « Tunis atténue la purge des anciens cadres du parti de M. Ben Ali », Le Monde, 28 avril 2011, p. 8
  181. L’Écho, « Tunisie : le principal syndicat veut des négociations sociales rapides », L’Écho, 11 février 2011, page Actu 5
  182. RFI, « Tunisie : la torture continue », Radio France internationale, publié le 22 mai 2011
  183. a et b Tunisie : 74 détenus morts pendant le soulèvement (ministre), Tribune de Genève, 26 janvier 2011
  184. « Tunisie : le Parlement de Ben Ali s'est sabordé », dépêche AFP, 9 février 2011.
  185. TSR, « Tunisie : le Parlement donne les pleins pouvoirs au président », Télévision suisse romande, 7 février 2011.
  186. a et b L'Écho, « Le Parlement de Ben Ali s'est sabordé », L'Écho, 10 février 2011, page Monde
  187. L’Écho, 9 février 2011, p. 4
  188. « Le ministre tunisien des affaires étrangeres démissionne », liberation.fr
  189. « Exode de Tunisiens vers l'Europe, activité diplomatique intensifiée », sur Le Parisien,‎ 12 février 2011
  190. Le Populaire du Centre, 6 avril 2011, p. 48
  191. Rally held in Tunisia 1 month after revolution, NHK, 15 février 2011
  192. , « Les manifestants tunisiens maintiennent la pression », L’Humanité, 28 février, consulté le 3 mars 2011
  193. a et b Hichem Skik, « Des voix s’élèvent contre un conseil national de protection de la révolution », Espace manager, 24 février 2011, consulté le 3 mars 2011
  194. Dominique Lagarde, « Touche pas à ma révolution », L’Express', 1er mars 2011
  195. « Amnistie générale en vigueur », Le Figaro, 19 février 2011
  196. a et b Isabelle Mandraud, « La révolution tunisienne est mise en péril par des actes de déstabilisation », Le Monde, 1er mars 2011, lien
  197. Cécile Lussato, « [REPORTAGE] "La révolution tunisienne n’est pas terminée" », le nouvel Observateur, 21 février 2011, lien
  198. Les jeunes manifestants se font tabasser par la police à Tunis
  199. La Tunisie change de premier ministre
  200. Le monde du28/02/2011
  201. Tunisie : démission du ministre de l'Industrie et de la technologie, 28 février 2011
  202. Le point du 01/03/2011
  203. RFI, « Un nouveau gouvernement provisoire en Tunisie », RFI, publié le 7 mars 2011, consulté le 31 mars
  204. Autoroute Tunis-Sousse rouverte : fin du sit-in près de l’Enfidha, 4 avril 2011
  205. Isabelle Mandraud, « La Tunisie se débat entre difficultés économiques et tensions politiques », Le Monde, 6 avril 2011, p. 8
  206. a et b Isabelle Mandraud, « En Tunisie, la purge s'étend au RCD, l'ancien parti de M. Ben Ali », Le Monde, 14 avril 2011, p. 6
  207. a, b, c et d Isabelle Mandraud, « En Tunisie, le report des élections ne bride pas l’élan démocratique », Le Monde, 10 juin 2011, p. 8
  208. Florence Beaugé, « Orange Tunisie passe sous la tutelle de l'État tunisien », Le Monde, 30 mars 2011, p. 18
  209. RFI, « Tunisie : les forces de l’ordre continuent de torturer », RFI, 13 octobre 2011, consulté le 20 octobre
  210. Compilation de sources, « 800 prisonniers s’évadent des pénitenciers de Kasserine et Gafsa », Jura libertaire, 2 mai 2011, consulté le 5 mai
  211. RFI, « Un 1er mai revendicatif en Égypte et en Tunisie », publié le 1er mai et consulté le 1er mai
  212. http://www.webdo.tn/2011/05/05/la-verite-selon-farhat-rajhi-les-saheliens-au-pouvoir-grace-a-kamel-ltaief/
  213. http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/coup-d-etat-en-tunisie-en-cas-de-victoire-des-islamistes-selon-un-ex-ministre_989784.html?xtor=x
  214. a et b Julien Clémençot, « Exportations : l'industrie tunisienne rebondit », Jeune Afrique, publié le 11 mai 2011, consulté le 12 mai
  215. Interview de Yassine Brahim par Julien Clémençot, « L'idée d'un plan Marshall pour la Tunisie n'est pas abandonnée », Jeune Afrique, publié le 1er mai 2011, consulté le 12 mai
  216. a et b Nicole Vulser, « En Tunisie, la "révolution du jasmin" devrait réformer l’industrie textile, secteur-clé de l’économie », Le Monde, 14 juin 2011, p. 15
  217. Gilane Magdi, « Un coup dur avant la reprise », Al-Ahram Hebdo en ligne, no 870 du 11 au 17 mai 2011
  218. a et b Jean-Pierre Séréni, « En Tunisie, les soubresauts de la révolution », Le Monde diplomatique, mai 2011, no 686, p. 4
  219. RFI, « Tunisie : le procès historique de Ben Ali, sans accusé ni plaidoirie des avocats », Radio France internationale, publié le 22 juin 2011
  220. Les régimes arabes craignent la contagion - Le Figaro
  221. AFP, « Mauritanie : mécontent du régime, un homme s'immole par le feu à Nouakchott », Le Parisien,‎ 17 janvier 2011 (lire en ligne)
  222. romandie.com
  223. http://www.romandie.com/ats/news/110118123206.6pdnj01i.asp
  224. Les anti-Moubarak violemment dispersés par les forces de l'ordre - Le Figaro
  225. Égypte : "Moubarak dégage" - France Soir
  226. http://www.mediapart.fr/club/blog/maxime-azadi/290111/syrie-premiere-immolation-internet-coupe
  227. Manifestation en Jordanie pour demander des réformes
  228. Libération, le 23 février
  229. « Libye : une province "libérée" de Kadhafi ? », europe1.fr (consulté le 24 février 2011)
  230. a et b Florence Beaugé, « Une économie sous le choc de la révolte et du conflit libyen », Le Monde, 23 avril 2011, p. 3
  231. « Washington critique le gouvernement tunisien », Radio Canada International,‎ 7 janvier 2011 (lire en ligne)
  232. « Les punis de Tunis », Le Canard enchaîné,‎ 5 janvier 2011
  233. a et b Isabelle Mandraud, « Tunisie : « Un silence embarrassé prévaut en Europe » », Le Monde,‎ 6 janvier 2011
  234. Les Tunisiens ont enfin pris leur information en main, Arrêt sur Images, 14/1/2011
  235. « Nous proposons que le savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type »
  236. Nadjia Bouzeghrane, Quand Sarkozy refuse de s’ériger en «donneur de leçons», dans El Watan, 16/01/2011, article en ligne
  237. « Tunisie : les propos "effrayants" d'Alliot-Marie suscitent la polémique », Le Monde,‎ 13 janvier 2011 (lire en ligne)
  238. Communication officielle de Barack Obama sur le site de la Maison Blanche, 14/01/2011
  239. a et b « Tunisie : communiqué pitoyable de la France sur la Révolution », Pascal Riché sur Rue89
  240. « Kaddafi : "Ben Ali est toujours le président légal de la Tunisie" », Jeune Afrique,‎ 16 janvier 2011 (lire en ligne)
  241. http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=170350&language=fr
  242. Myriem Khrouz, La police marocaine disperse un rassemblement de soutien aux Tunisiens, dans L'Express, 14/01/2011, article en ligne
  243. Le Maroc "exprime sa solidarité avec le peuple tunisien", dépêche AFP sur TV;org, 17/01/2011, article en ligne
  244. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/07/manifestation-de-soutien-aux-tunisiens-a-paris_1462109_3212.html
  245. http://www.toulouse7.com/2011/01/15/manifestation-de-soutien-au-peuple-tunisien-a-toulouse/
  246. http://rebellyon.info/A-Lyon-manifestation-de-soutien.html
  247. http://www.presseocean.fr/actu/actu_detail_-Manifestation-pour-la-Tunisie-a-16-h-aujourd-hui-a-Nantes_9182-1656133_actu.Htm
  248. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/15/en-france-des-milliers-de-manifestants-celebrent-la-chute-du-dictateur_1466204_3212.html
  249. « 8 000 manifestants à Paris, 200 à Strasbourg, pour célébrer la chute de Ben Ali »,‎ 2011 (consulté le 01/02/2011)
  250. « Soutien aux peuples tunisiens et algériens »,‎ 2011 (consulté le 01/02/2011)
  251. http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/768079/tunisie-plus-de-500-manifestants-a-bruxelles
  252. http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Le-depart-de-Ben-Ali-f-te-en-Suisse-20003734
  253. « Les Tunisiens de Québec savourent la liberté », Le Soleil, 15 janvier 2011
  254. Valérie Simard, « Les Tunisiens de Montréal descendent dans la rue », Le Soleil, 15 janvier 2011
  255. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-police-marocaine-disperse-un-rassemblement-de-soutien-aux-tunisiens_952537.html
  256. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/top-news/20110115.AFP9830/en-direct-les-evenements-en-tunisie.html
  257. http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/01/20/l-autorite-palestinienne-interdit-une-manifestation-de-solidarite-avec-la-tunisie_1467948_3218.html#xtor=AL-32280184
  258. au Yémen les étudiants appelle à suivre l'exemple de la Tunisie
  259. FIDH, « Décès d'un des blessés des manifestations de Sidi Bouzid »,‎ 30 décembre 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  260. Moody's abaissa la notation souveraine de la Tunisie, Challenges.fr, 19 janvier 2011
  261. Dette : Moody's abaisse la note souveraine de la Tunisie, dépêche AFP dans Le Monde, 19/01/2011, article en ligne
  262. L'agence Standard and Poor's envisage d'abaisser la note de la Tunisie, dépêche AFP dans Boursorama, le 18/01/2011, article en ligne
  263. a et b Richard Etienne, « La guerre contre l’information », Le Temps,‎ 7 janvier 2011 (lire en ligne)
  264. Emmanuel Raoul, « Tunisie : la lutte se fait aussi sur le web », TF1,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 6 janvier 2001)
  265. (en) Evan Hill, « Hackers hit Tunisian websites », Al Jazeera,‎ 3 janvier 2011 (lire en ligne)
  266. « La Tunisie tente de reprendre le contrôle du Web », Le Monde,‎ 5 janvier 2011
  267. « Censure du Net : les autorités passent à la vitesse supérieure », RSF (consulté le 6 janvier 2011)
  268. « Pour les internautes tunisiens, "rouvrir YouTube et Dailymotion" ne suffit pas », Le Monde,‎ 14 janvier 2011 (lire en ligne)
  269. « WikiLeaks : Corruption en Tunisie, "ce qui est à vous est à moi" », Le Monde,‎ 15 janvier 2011 (lire en ligne)
  270. François Kirsch, « Le rôle de Wikileaks dans les troubles en Tunisie », sur rtbf.be, RTBF,‎ 14 janvier 2011 (consulté le 15 janvier 2011)
  271. http://www.youtube.com/watch?v=UMljTrVkvpY
  272. « Coup d’État en Tunisie ? », Paris Match,‎ 14 janvier 2011 (lire en ligne)
  273. FIDH, « De la révolution de jasmin à la révolution « RCD » (retour à la case départ) »,‎ 21 octobre 1999 (consulté le 16 janvier 2011)
  274. Elodie Auffray, « A Kasserine, le «chaos» relaté par les internautes tunisiens », Libération,‎ 11 janvier 2011
  275. cf. par exemple Al Jazeera, le 15/01/2011, reportage en ligne
  276. cf. par exemple Mona Eltahawy, Tunisia's Jasmine Revolution, dans Washington Post, 15/01/2011, article en ligne
  277. http://www.leuromag.com/La-non-violence-clef-de-la-nouvelle-Egypte_a5939.html
  278. Bruno Béziat, « Tunisie : « Une prise de la Bastille » », sur Sud Ouest,‎ 16 janvier 2011 (consulté le 17 janvier 2011)
  279. Olivier Malaponti, « Révolution de jasmin ? », sur blog Mediapart,‎ 15 janvier 2011 (consulté le 15 janvier 2011)
  280. anonyme, « "Révolution du jasmin" : une expression qui ne fait pas l'unanimité », sur Le Monde,‎ 17 janvier 2011 (consulté le 18 janvier 2011)
  281. Sylvie Kaufmann, « Les jeunes élites mondialisées, fer de lance des "révolutions émergentes" », Le Monde, 3 février 2011, p. 8
Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « Reuters2801 » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Situation antérieure à la révolution[modifier | modifier le code]

  • Amin Allal, "Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008)", Politique Africaine, 2010/1 (no 117).
  • Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, Notre ami Ben Ali, l'envers du « miracle tunisien », Paris, éd. La Découverte, 1999, réédité 2002 et 2011 (ISBN 2-7071-3710-3)
  • Larbi Chouikha et Éric Gobe, « La Tunisie entre la « révolte du bassin minier de Gafsa » et l’échéance électorale de 2009 », in L'Année du Maghreb, V, 2009, Paris, éd. CNRS, p.  387-420, article en ligne
  • Larbi Chouikha et Vincent Geisser, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », in L'Année du Maghreb, VI, 2010, Paris, éd. CNRS, p.  415-426, article en ligne
  • Vincent Geisser et Éric Gobe, « Des fissures dans la « Maison Tunisie » ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », in L’Année du Maghreb, II, 2005-2006, Paris, éd. CNRS, p.  353-414, article en ligne
  • Béatrice Hibou, La Force de l'obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006.
  • Moncef Marzouki, entretiens avec Vincent Geisser, Dictateurs en sursis : une voie démocratique pour le monde arabe, Paris, éd. de l'Atelier, 2009 (ISBN 978-2-7082-4047-6)
  • Nicolas Beau et Catherine Graciet, La régente de Carthage, main basse sur la Tunisie, éd. La Découverte, Paris, 2009

Révolution de 2010-2011[modifier | modifier le code]

  • Amin Allal, « 'Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier!' Germes d'un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis", Politique africaine 2011/1 (no 121).
  • Amin Allal, "Trajectoires 'révolutionnaires' en Tunisie. Processus de radicalisations politiques 2007-2011", Revue française de science politique 2012/5-6 (Vol. 62).
  • Amin Allal et Vincent Geisser, " TUNISIE : « RÉVOLUTION DE JASMIN » OU INTIFADA ?", Mouvements 2011/2 (no 66).
  • « Le sourire des Tunisiens de France [15 janvier 2011] », Contrepoint, l'autre point de vue de l'actualité du monde étudiant (ISSN 2102-0582) no 23 (février 2011) - p. 12-15.
  • Jocelyne Dakhlia, Tunisie, le pays sans bruit, Paris, Actes Sud, 2011.
  • Choukri Hmed, « Si le peuple un jour aspire à vivre, le destin se doit de répondre. Apprendre à devenir révolutionnaire en Tunisie », Les Temps modernes, no 664, mai-juillet 2011, p. 4-20.
  • Choukri Hmed, "Réseaux dormants, contingence et structures. Genèses de la révolution tunisienne", Revue française de science politique, 2012, 62 (5-6), p. 797-820.
  • Mohamed Kilani, La Révolution des Braves, Tunis, éd. Simpact, 2011.
  • Olivier Piot, La Révolution tunisienne, Paris, éd. Les Petits Matins, 2011.
  • Pierre Puchot, La révolution confisquée, Paris, Actes Sud, 2012.
  • Sidi Bouzid kids, bande dessinée d'Eric Borg & Alex Talamba, Casterman, 2012.
  • Youssef Seddik, Unissons-nous ! Des révolutions arabes aux indignés, entretiens avec Gilles Vanderpooten, éd. L'Aube, 2011.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Plus jamais peur (2011) de Mourad Ben Cheikh
  • Chroniques de la Revolution de Habib Mestiri (Albert Memmi, Georges Memmi, Claudia Cardinale, Francoise Gallo, Georges Wolinski, Michel Boujenah...)

Articles connexes[modifier | modifier le code]