Révolution chimique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La révolution chimique est une transformation de la chimie qui eut lieu à la fin du XVIIIe siècle à la suite des travaux du chimiste français Antoine Lavoisier, considéré comme le « père » de cette discipline. Ses principaux fondements sont la loi de conservation de la masse (Loi de Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. ») et la théorie de la combustion par l'oxygène[1],[1].

Plusieurs facteurs menèrent à cette révolution, notamment la preuve que l'air n'est pas un élément mais est composé de différents gaz : Henry Cavendish et Joseph Priestley menèrent des expériences importantes pour l'établir. Antoine Lavoisier traduisit le langage et jargon archaïque de la chimie dans un vocabulaire plus accessible aux masses non éduquées, augmentant l'intérêt du public dans l'apprentissage et la pratique de la discipline. La publication de Lavoisier Traité élémentaire de chimie (1789) marque le début de la révolution[2]. Lavoisier découvrit alors la composition de l'air et de l'eau et inventa le terme « oxygène ». Il explicite aussi la théorie de la combustion et relégua la théorie du phlogistique au statut d'hypothèse obsolète[3]. Son contemporain Jöns Jakob Berzelius simplifia la description des composés chimiques en se fondant sur la théorie des masses atomiques de John Dalton.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « The First Chemical Revolution », sur The Instrument Project, College of Wooster
  2. Antoine Laurent Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, Paris : Cuchet, 1789. (OCLC 8191576)
  3. Antoine Laurent Lavoisier, Réflexions sur le phlogistique, pour servir de développement à la théorie de la combustion & de la calcination, publiée en 1777, Paris : Académie des sciences, 1783. (OCLC 9379991). Le texte de 1783 ne sera publié dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences qu'en 1786.

Liens externes[modifier | modifier le code]