Guerre civile libyenne de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Révolte libyenne de 2011)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre civile libyenne.
Guerre civile libyenne
Progression de la guerre civile libyenne de 2011      Zones tenues par les forces anti-Kadhafi le 1er mars.      Zones contestées entre mars et août      Offensive rebelle à l'ouest du littoral en août      Avancée des rebelles à partir du 1er octobre     Dernières poches loyalistes  Campagnes majeures  Batailles
Progression de la guerre civile libyenne de 2011
  •      Zones tenues par les forces anti-Kadhafi le 1er mars.
  •      Zones contestées entre mars et août
  •      Offensive rebelle à l'ouest du littoral en août
  •      Avancée des rebelles à partir du 1er octobre
  •      Dernières poches loyalistes
  • Big battle symbol.svg Campagnes majeures Small battle symbol.svg Batailles
Informations générales
Date 15 février 201123 octobre 2011
(8 mois et 8 jours)
Lieu Libye
Issue Victoire du Conseil national de transition (CNT)
Chute de la Jamahiriya arabe libyenne et mort de Mouammar Khadafi
Belligérants
Drapeau de la Libye Conseil national de transition[1]
  • Milices populaires (insurgés)
  • Soldats et policiers mutinés
  • Diverses tribus[2]
  • Touaregs
Flag of NATO.svg OTAN :

Limité/allégué :

Drapeau de la Libye Jamahiriya arabe libyenne, Forces fidèles à Kadhafi

soutien diplomatique:

Commandants
Drapeau de la Libye Moustafa Abdel Jalil[13]
Figures de proue du CNT :

Drapeau de la Libye Mahmoud Jibril
Drapeau de la Libye Omar El-Hariri[14]
Drapeau de la Libye Abdelhafez Ghoqa
Commandants militaires anti-Kadhafistes:
Drapeau de la Libye Abdelfattah Younès[15]
Drapeau de la Libye Suleiman Mahmoud[16]
Drapeau de la Libye Khalifa Belqasim Haftar
Drapeau de la Libye Hamid Hassy
Drapeau de la Libye Abdulrazzaq al-Nadouli
Drapeau de la Libye Barka Wardougou
Drapeau de la Libye Mabruck Jomode Eli Getty
Drapeau de la Libye Ahamda Almagri
Drapeau de la Libye Mahdi al-Harati
Drapeau de la Libye Abu Oweis
Drapeau de la Libye Hussein Darbouk
Drapeau de la Libye Ismail al-Sallabi
Drapeau de la Libye Osama Arusi
Drapeau de la Libye Ibrahim Halbus
Drapeau de la Libye Abdul Hassan
Drapeau de la Libye Ali Ahmed al Sheh
Drapeau de la Libye Bashir Abdel-Kader[17]
Drapeau de la Libye Khaled Kowati[18]
Drapeau des Nations unies Ban Ki-moon
Flag of NATO.svg Anders Rasmussen
Drapeau de la France Nicolas Sarkozy
Drapeau de la France Édouard Guillaud
Drapeau du Royaume-Uni David Cameron
Drapeau du Royaume-Uni David Richards
Drapeau du Royaume-Uni Peter Wall (en)
Drapeau des États-Unis Carter Ham
Drapeau des États-Unis Samuel J. Locklear (en)

Drapeau de la Libye Mouammar Kadhafi

Fils de Mouammar Kadhafi:
Drapeau de la Libye Saïf al-Islam Kadhafi White flag icon.svg
Drapeau de la Libye Khamis Kadhafi
Drapeau de la Libye Saadi Kadhafi
Drapeau de la Libye Moatassem Kadhafi
Commandants militaires pro-Kadhafi :
Drapeau de la Libye Abdallah Senoussi
Drapeau de la Libye Abou Bakr Younès Jaber
Drapeau de la Libye Massoud Abdelhafid
Drapeau de la Libye Baghdadi Mahmoudi
Drapeau de la Libye Mahdi al-Arabi White flag icon.svg
Drapeau de la Libye Moussa Ibrahim
Drapeau de la Libye Mohamed Abu Al-Quasim al-Zwai White flag icon.svg
Drapeau de la Libye Abuzed Omar DordaWhite flag icon.svg
Drapeau de la Libye Khouidli Hamidi White flag icon.svg
Drapeau de la Libye Salih Rajab al-Mismari
Drapeau de la Libye Rafi al-Sharif
Drapeau de la Libye Awad Hamza
Drapeau de la Libye Bashir Hawadi
Drapeau de la Libye Mustafa al-Kharoubi
Drapeau de la Libye Ali Kana
Drapeau de la Libye Ali Charif al Rifi
Drapeau de la Libye Mansour Dao White flag icon.svg
Drapeau de la Libye Nasr al-Mabrouk
Drapeau de la Libye Muftah Anaqrat[19]
Drapeau de la Libye Mohammed Gayth[19]

Forces en présence
Drapeau de la Libye Conseil national de transition :
10 000 soldats mutinés (à Benghazi)[20]

5 000 volontaires[21]
36 bataillons (sur le front)[22]
Flag of NATO.svg Forces internationales  : nombreuses unités maritimes (dont 1 porte-avions et 8 autres vaisseaux dont des frégates) et aériennes (150 appareils environ)

Drapeau de la Libye
  • 50 000 hommes
  • 50 avions et hélicoptères
  • un millier de blindés
  • 2 000 canons et mortiers
Pertes
Flag of Libya (1951).svg Insurgés libyens :
10 000 tués (CNT)[23]
~ 50 000 blessés (CNT)[23]
1 MiG-23[24]

Flag of NATO.svg Forces internationales :
Drapeau des États-Unis 1 chasseur F-15E Strike Eagle défaillance mécanique (équipage sauf)[25]
Drapeau des États-Unis 1 drone USAF MQ-8 abattu[26],[27]
Drapeau des Pays-Bas 1 hélicoptère Lynx néerlandais capturé[28]
Drapeau des Pays-Bas 3 marins néerlandais capturés (relâchés)[28]
Drapeau des Émirats arabes unis 1 chasseur F-16 de l'armée de l'air des Émirats arabes unis endommagé[29].

10 000 tués au moins, environ plus de 20 000 blessés, 50 avions et hélicoptères détruits, 500 blindés, 1 500 canons
Batailles
1re Benghazi · El Beïda · Derna · 1re Tripoli · Misrata · 1re Zaouïa · Djebel Nefoussa (1re Dehiba · 2e Dehiba · Gharyan) · 1re Brega · 1re Ras Lanouf · 1re Ben Jawad · 2e Ras Lanouf · 2e Brega · 1re Ajdabiya · 2e Benghazi · 2e Ajdabiya · 1re golfe de Syrte · 3e Brega · Al Jawf · Front de Misrata (Zliten · Tawarga · 2e Zaouïa · 4e Brega · Fezzan · Birak) · 5e Brega · 3e Zaouïa · 2e Tripoli · 2e Sebha · 2e golfe de Syrte (Syrte) · Offensive de Bani Walid (Tarhounah - Bani Walid)

Intervention militaire de l’OTAN · Opération Ellamy (Royaume-Uni) · Opération Harmattan (France) · Opération Odyssey Dawn (États-Unis) · Opération Mobile (Canada)

La guerre civile libyenne ou révolution libyenne est un conflit armé issu d'un mouvement de contestation populaire, assorti de revendications sociales et politiques, qui s'est déroulé entre le 15 février 2011 et le 23 octobre 2011 en Libye. Il s'inscrit dans un contexte de protestations dans les pays arabes.

Comme les révolutions tunisienne et égyptienne, le mouvement trouve son origine dans un mouvement de protestations, réclamant plus de libertés et de démocratie, un meilleur respect des droits de l'homme, une meilleure répartition des richesses ainsi que l'arrêt de la corruption au sein de l'État et de ses institutions[30],[31]. Mouammar Kadhafi, le « Guide de la Révolution » de la Jamahiriya arabe libyenne, est au début de 2011 le plus ancien dirigeant du monde arabe en fonction : il est à la tête de la Libye depuis le 1er septembre 1969, soit près de 42 ans de règne.

Les principaux mouvements ont d'abord eu lieu dans des villes de Cyrénaïque (à l'Est) : à El Beïda, Darnah et surtout Benghazi, puis s'étendent dans pratiquement toutes les grandes villes du pays et à Tripoli, la capitale. Plusieurs intellectuels qui s'étaient rangés aux côtés des manifestants ont été arrêtés et pour la plupart jugés. De hauts dignitaires religieux appellent dès février à la fin du régime[32].

La répression des opposants prend un tour sanglant entre le 15 et le 17 février à Benghazi, le pouvoir durcissant la répression des manifestants[33]. Les manifestations se muent alors en révolte armée : le régime de Kadhafi est abandonné par une partie de ses cadres et les insurgés forment un Conseil national de transition. Les troupes de Kadhafi reprennent cependant le terrain face aux insurgés. Le 10 mars 2011, le président Français Nicolas Sarkozy reçoit à Paris les représentants du conseil national de transition et est le premier chef d'État à reconnaître officiellement cet organe de l'insurrection comme seul représentant de la Libye. Il lance une bataille diplomatique avec l'aide du premier ministre britannique David Cameron dont l'issue victorieuse se traduira par l'adoption de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, autorisant des frappes aériennes contre les forces de Kadhafi pour la protection du peuple libyen[34]. Elle est mise en œuvre par une coalition internationale le 19 mars 2011[35].

Durant plusieurs mois, pro et anti-kadhafistes prennent à tour de rôle l'avantage au gré d'offensives et de contre-offensives. Fin août 2011, une offensive décisive permet la prise de Tripoli, ce qui entraine la fuite de Mouhammar Kadhafi et de ses proches et l'accélération de la reconnaissance internationale de la légitimité du CNT.

Les combats se poursuivent ensuite autour des derniers bastions kadhafistes. Le 20 octobre 2011, Syrte, le dernier d'entre eux, tombe aux mains des forces du Conseil national de transition et Mouammar Kadhafi est tué[36]. Le 19 novembre suivant, son fils, Saïf al-Islam, est arrêté au sud de la Libye par des combattants du CNT[37].

Le 23 octobre 2011 à Benghazi, le président du CNT Moustafa Abdel Jalil proclame la « libération » de la Libye, mettant officiellement fin à la guerre civile qui durait depuis huit mois[38].

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Livre vert de Kadhafi

Système de pouvoir mis en place par Kadhafi[modifier | modifier le code]

Mouammar Kadhafi dirige la Libye depuis 1969 après avoir renversé le roi Idris Ier par un coup d'État. Et depuis sa prise de pouvoir, le « Guide » a mené le pays d'une main de maître, en plaçant ses proches et les membres de sa tribu au sein de l'armée et aux postes clés du gouvernement. Dans un équilibre fragile entre fidèles et opposants, de stabilité et développement économique relatif, le colonel Kadhafi a su préserver son pouvoir. De la même manière il n'avait jamais mis en avant l'un de ses fils, pour éviter la montée d'un successeur potentiel[39].

L’armée lui inspire la méfiance : elle est responsable de la moitié de la quarantaine de coups d’État qui ont eu lieu depuis 1969[réf. à confirmer][40]. Dans un but d'affaiblissement partiel, elle a été divisée en deux[40] :

  • sept brigades d’élite, bien équipées et payées, et commandées par des membres de la famille de Kadhafi, ou de sa tribu, les Kadhafas ;
  • le reste de l’armée de terre est sous-entraînée et sous-équipée avec du matériel datant de l'époque soviétique.

Selon certains observateurs, comme l'Institut des droits de l'homme des avocats européens[41] (IDHAE), l'insurrection libyenne prend son origine lointaine dans le massacre d'Abou Salim, le 29 juin 1996 : Abdallah Senoussi, chef des services secrets, ordonna l'exécution de 1 270 des 1 700 prisonniers rebelles de la prison d'Abou Salim[42].

Économie fondée sur la rente pétrolière[modifier | modifier le code]

L'économie libyenne est très largement dépendante de la rente du pétrole, 58 % du PIB libyen provient de l'or noir et de ses dérivés[43]. Le PIB par habitant en 2010 est de 13 800 dollars[44], ce qui en fait l'un des pays les plus riches par habitant du monde arabe, ce chiffre s'expliquant par une population relativement petite. L’essentiel des hydrocarbures est exporté vers l'Europe (85 %), et certains pays européens en sont très dépendants : l’Irlande, l’Italie, l’Autriche, la Suisse et la France importent plus de 15 % de leur pétrole de Libye[45].

La Libye est considérée comme un pays riche avec une population plutôt bien instruite: le taux d'alphabétisation est de 83 %[44]. Cependant, selon l'Indice de perception de la corruption, le degré de corruption perçu dans le pays est plus élevé en Libye (2,2) qu'en Égypte (3,1) ou en Tunisie (4,3). Enfin, le taux de chômage est très important. Comme en Tunisie, la proportion de jeunes de moins de 25 ans est très élevée (47,4 % de la population[46]).

Système politique intégrant les tribus[modifier | modifier le code]

Carte présentant les diverses tribus et ethnies de Libye

Le système politique de la Jamahiriya arabe libyenne est basé en grande partie sur des alliances tribales[47],[48]. En quarante ans de règne, Kadhafi a conservé le système tribal et l’a idéalisé pour s’appuyer dessus[49]. Mais parallèlement, il a réduit le rôle des tribus et les a marginalisées, en constituant une ébauche de système administratif moderne, avec préfectures (muhāfazāt) et municipalités (baladīyat)[47], ce qui a amoindri le soutien que les tribus étaient susceptibles de lui apporter[49]. En favorisant sa propre tribu, il a encore affaibli ce soutien.[réf. souhaitée]

La Kadhafa[49] (ou Qadhadhafā[47] ou tribu des Ghedadfas), à laquelle appartient Mouammar Kadhafi, est forte d'environ 125 000 membres surtout dans le centre de la Libye. Cette tribu a la mainmise sur le régime libyen, elle est la plus armée et a toujours été privilégiée par Kadhafi pour défendre son régime dont elle est le noyau dur. Par ailleurs, le dirigeant libyen a de tous temps été très méfiant vis-à-vis des forces armées libyennes, préférant volontairement les affaiblir par peur des coups d’État. Le « Guide » a plutôt renforcé les milices et les forces de sécurité spéciales dirigées par ses fils et les membres de sa tribu[50].

La Warfala (ou Warfalla ou encore Warfallah) est la plus grande des tribus de Libye avec environ un million de membres[49]. Elle se situe essentiellement à Benghazi, dans l'est du pays, d’où est partie la révolte. Les officiers warfalites ont fait les frais du coup d’État manqué en 1993, nombre des membres de la tribu occupant des fonctions dirigeantes dans l’armée ont été emprisonnés ou tués.[réf. souhaitée]

La Makarha (ou Magharbā) est concentrée dans les régions de l'ouest du pays. Cette tribu, dont est issu l'ancien chef du gouvernement Abdessalam Jalloud, comptait parmi les principaux appuis de Kadhafi, avant les représailles consécutives à la tentative de coup d’État de 1993[51]. [réf. insuffisante]

En novembre 2008, des affrontements violents ont eu lieu à Koufra, une oasis du sud entre la tribu arabe des Zuwayas et l'ethnie Toubou, une population noire aussi présente au Tchad voisin. Le conflit a fait plusieurs morts, un indice de la crise du système mis en place par Kadhafi[47].[réf. insuffisante]

Lors de la révolte de 2011, les tribus Warfala, Zaouya, Toubou, et Touareg s'étant ralliées aux insurgés, surtout après le premier discours de Kadhafi, les experts (comme Angelo Del Boca) s'accordent pour affirmer que dès lors le régime du « Guide » est proche de sa fin[52]!

Déroulement[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Symbole des opposants, l'ancien drapeau libyen a été en vigueur de 1951 à 1969, avant la prise de pouvoir de Kadhafi. Les manifestants le hissent dans les villes passées sous leur autorité[53].

Sous l'influence de la révolution tunisienne, qui n’est alors qu’en voie de réussir, les premières manifestations ont lieu le 13 janvier en Libye[54]. Le pouvoir prend d'abord des mesures préventives : interdiction des rassemblements, annulation de rencontres sportives, suppression des taxes et droits de douane sur les aliments, et quelques mesures sociales, comme une prime de 324 euros par famille[55]. Le 19 janvier, le colonel Kadhafi apporte son soutien au président Ben Ali de Tunisie, qui a pourtant fui depuis cinq jours.

Puis, le 24 janvier, le pouvoir bloque l'accès à YouTube. Afin d'éviter l'effet domino des voisins tunisiens et égyptiens (où les manifestations commencent le 25), le gouvernement prend diverses mesures. Il commande plus de 100 000 tonnes de blé, pour faire baisser les cours locaux[56]. Il annonce qu'il débloque un fonds de 24 milliards de dollars le 27 janvier, pour fournir des logements et développer le pays. Le 9 février, il affirme que la révolution en Égypte est une « conspiration orchestrée par Al Jazeera et les services secrets israéliens », et déclare qu'il répondra en cas de chaos dans son pays. Jusqu’à la mi-février, Kadhafi réussit donc à contenir la contestation. Mais le 15 février, une manifestation a lieu à l’occasion du procès de prisonniers morts en détention. Leurs mères se sont rassemblées devant le tribunal. Dans la soirée, elles sont rejointes par les avocats protestant contre l’arrestation de leur collègue[57], Fathi Tirbil qui défendait les prisonniers morts lors du massacre d'Abou Salim. Il est libéré dans la nuit[42]. Entretemps, la police n’a pas osé disperser les manifestants, rejoints par des chebabs (jeunes hommes), qui ont commencé à affluer dans la soirée, prennent le relais le lendemain, ce qui conduit à l’insurrection les jours suivants[57].

Par ailleurs, le constructeur français de véhicules militaires Panhard General Defense a confirmé le 2 février par son PDG Christian Mons avoir été contacté par les gardes-frontière libyens souhaitant négocier l'achat de 120 véhicules blindés légers VBR[58].

Insurrection / révolution[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990 la Libye est confrontée à une insurrection endémique en Cyrénaïque, animée par plusieurs mouvements, dont le Groupe islamique combattant en Libye, proche du réseau Al-Qaida selon l'ONU. Le GICL est appuyé par la CIA, le MI6, et aussi par des factions au sein de l’agence de renseignement libyenne, dirigée à l’époque par Moussa Koussa[59].

Le pouvoir de Tripoli n’a aucune confiance dans ses garnisons de la région. Après deux tentatives d’assassinat contre Kadhafi en 1996 et 1998, ces mouvements se révèlent impuissants à le renverser. Ils se tournent alors vers le djihad en Irak et en Afghanistan[réf. nécessaire], où ils constituent un groupe important de djihadistes, dit le bataillon des Libyens, ou des Maghrébins.

Le GICL révise ses positions en 2010. Il déclare rompre avec Al Qaeda et renoncer à renverser le pouvoir par les armes[60].

Cette insurrection est souvent appelée, par les insurgés eux-mêmes et par la presse, révolution du 17 février[61],[62].

Amplification des manifestations[modifier | modifier le code]

Carte de la Libye.

Des manifestations ont lieu à Benghazi le soir du 15 février, durement réprimées par la police qui utilise des armes à feu, en plus des canons à eau et des lacrymogènes, jusque tard dans la nuit. Les affrontements font au moins 38 blessés, dont dix policiers[63] et 4 morts à Al-Baïda[64]. Le 16 février 2011, Kadhafi libère 110 islamistes[65], malgré les manifestations qui ont commencé.

Le lendemain, les manifestants de Benghazi, qui protestent contre la détention d'un avocat et activiste des droits de l'homme, sont attaqués par la milice défendant le pouvoir, les gardiens de la Révolution, armés de bâtons cloutés et de sabres[66]. Les autorités payent des prisonniers pour réprimer les manifestants[67]. D'autres villes de l'Ouest du pays se soulèvent, en particulier à Zintan, qui bénéficie d'une situation peu accessible dans le Djebel Garbi[68].

Le jeudi 17 février 2011, appelé « journée de la colère » par les opposants, les manifestations s'intensifient dans l'Est du pays, notamment à Benghazi où un kamikaze du nom d’Almahdi Ziou jette sa voiture bourrée d’explosifs contre le portail de la caserne. Les insurgés s'arment. Les loyalistes en se repliant font sauter les dépôts d'armes et de munitions. À El Beïda, les forces de police se rallient aux manifestants. Dans cette dernière ville, treize manifestants auraient été tués par des tirs de francs-tireurs[69]. À l'Ouest du pays, une brigade est envoyée par Kadhafi pour reprendre la ville de Zintan, mais elle se heurte aux manifestants qui emprisonnent 12 mercenaires africains.

Départ de l’insurrection[modifier | modifier le code]

Le 18 février, les manifestants s'emparent de Benghazi et d'El Beïda (avec l’aide de policiers dans ce dernier cas), villes respectivement peuplées de 700 000 et 200 000 habitants. Il est rapporté que des policiers et des soldats auraient rejoint les protestataires et que des mercenaires provenant d'Afrique noire réprimeraient les manifestants.
Une mutinerie permet à mille détenus de la prison de Benghazi de s'évader ; seuls cent cinquante sont repris[70].

Les autorités libyennes coupent l'accès Internet dans la nuit du 18 au 19, et le coupent à nouveau la nuit suivante[71].
Le premier soutien international concret est fourni alors par les hackers du réseau Anonymous, qui fournissent des packs logiciels permettant de contourner la censure, et collectent des informations afin de les diffuser dans le monde, une initiative saluée par RSF[72].

Le 19 février, on décompte une cinquantaine de morts à Benghazi[73], qui tombe aux mains des insurgés dans la journée[74].

Extension de l'insurrection[modifier | modifier le code]

Durant la journée du 20 février, deux tribus, les toubous et la Warfala se rallient à l’insurrection ; des personnalités démissionnent de leur poste pour rejoindre la révolution : Abdel Moneim al-Honi, représentant de la Libye à la Ligue arabe, et un diplomate en Chine[75]. L’ambassadeur en Inde démissionne sans annoncer qu’il rejoint les insurgés.

Dans un discours retransmis par la télévision à minuit (dans la nuit du 20 au 21), le fils de Kadhafi, Saïf al-Islam Kadhafi, exige la fin des manifestations et menace de faire intervenir l'armée[76],[75] ». Il promet des réformes politiques, et accuse les manifestants d’être ivres ou drogués[75]. Le premier ministre Baghdadi Ali Al-Mahmoudi affirme que « la Libye est en droit de prendre toutes les mesures » pour préserver le pouvoir en place et l'unité du pays. On peut noter que Saïf al-Islam Kadhafi n'est habilité ni à prendre position, ni à recourir à l'armée, étant donné qu'il n'est aucunement rattaché au présent gouvernement. La rumeur publique dit cependant que le président libyen voudrait que son second fils lui succède à la tête du pouvoir.

L'intervention télévisée du fils du colonel Kadhafi provoque le redoublement des assauts des manifestants. La maison du Peuple (où se tient le parlement) et des bâtiments officiels de la capitale sont incendiés.

Véhicule calciné à Benghazi

Le 21 février, Human Rights Watch fait état d'au moins 233 morts dans le pays, dont 90 en Cyrénaïque[77] ; le bilan à Benghazi serait de 300 morts et 1 000 blessés selon l'ONG Libyan Human Rights Solidarity[78]. Dix Égyptiens sont tués à Tobrouk[78].

La Fédération internationale des droits de l'homme annonce que les villes de Benghazi, Tobrouk, Misrata, Khoms, Tarhounah, Zliten, Zaouïa (depuis dimanche[78]) et Zouara seraient tombées partiellement ou en totalité entre les mains des manifestants[79]. Il est également rapporté que des policiers et des soldats auraient rejoint ces derniers. Des informations concernant Syrte (ville natale de Kadhafi) sont contradictoires[78]. Le soir, l'armée aurait commencé à bombarder la ville de Misrata et aurait prévu de bombarder Benghazi dès minuit.

Le soir du 20 février et surtout le 21 février, la contestation s’étend à Tripoli. Les 40 000 à 50 000 manifestants de la capitale affrontent les forces de l’ordre, qui auraient tué plus de soixante personnes en une journée[80],[78]. Selon Al Jazeera la plupart des commissariats de police du centre-ville ont brûlé et les manifestants se sont emparés de l'aéroport de Tripoli en milieu de journée[81]. Le siège du gouvernement est incendié, et le palais de Kadhafi est encerclé par les insurgés[79]. En fin de journée, selon The Guardian et Al-Jazeera, des avions militaires ont ouvert le feu sur les manifestants à Tripoli[82]. La chaîne du Qatar évoque le nombre de 250 morts. L'armée bombarde des quartiers de la capitale, tuant selon certaines estimations une centaine de personnes[83]. Deux colonels libyens de l'Armée de l'air libyenne à bord de deux Mirage F1 ont refusé de bombarder les manifestants et se sont réfugiés à Malte en demandant l'asile politique, ainsi que sept personnes dont au moins un ressortissant français, arrivées à bord de deux hélicoptères[84]. L'Italie envoie au sud de la péninsule des avions militaires en cas d'alerte.

Le 21 février, des rumeurs relayées par le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, annoncent que Kadhafi aurait quitté la capitale, Tripoli, pour le Venezuela[85],[86] ; l'information est démentie peu après par le gouvernement vénézuélien[87]. Le 21, le colonel Kadhafi fait une brève apparition de vingt-deux secondes dans la nuit à la télévision, où on le montre devant un bâtiment en ruines, qui pourraient être des ruines d'une de ses maisons bombardées en 1986 par les États-Unis et transformée depuis en musée, dénommé « Maison de la Résistance » ; il est abrité sous un parapluie, sur le siège passager d'une automobile[88]. Le même jour, Mohamed Bayou, ancien porte-parole du gouvernement, critique la répression et appelle le pouvoir à engager une transition. Le ministre de la Justice Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil démissionne[89] pour « protester contre l'usage excessif de la force ».

De nombreuses autorités appellent à l’insurrection contre le régime de Kadhafi : Une coalition d'oulémas encouragent le peuple à se soulever contre le régime, décrétant qu'il est du « devoir sacré » pour chaque fidèle libyen de se soulever contre le gouvernement de Kadhafi en raison de ses « crimes sanglants contre l'humanité » et de « l'infidélité totale » de ses dirigeants[32], le conseil de la révolution libyenne demande le départ de Kadhafi[79]. Une fatwa est émise par le prédicateur frère musulman Youssef al-Qaradâwî, appelant l'armée à assassiner Kadhafi[90], tandis qu'un groupe d'officiers a exhorté ses compagnons d'armes, dans un communiqué diffusé sur la chaîne Al Jazeera, à « rallier le peuple » et à l'aider à renverser le dirigeant libyen en marchant sur Tripoli[91]. La contestation s’étend au champ social, du personnel du champ de pétrole de Al-Nafoura se mettant en grève[79].

Habitant de Benghazi avec une photographie du roi Idriss, après la prise de la ville par les insurgés

Le colonel Kadhafi fait une seconde allocution à la télévision à 16 heures 52, pendant plus d’une heure. S'exprimant sur un ton véhément, parfois colérique, il déclare qu'il ne se retirera pas « comme l'ont fait d'autres présidents », estimant que lui et ses proches « ont créé ce pays », et qu'il est prêt « à mourir en martyr ». Pour lui la Libye a résisté aux États-Unis et un jour « elle dirigera le monde ». Il propose une nouvelle constitution « pour demain » tout en qualifiant ses opposants de « jeunesse droguée qui imite celles de la Tunisie et de l’Égypte », et promettant la peine de mort à ceux qui menacent l'unité du pays. Il promet de « nettoyer la Libye maison par maison » et déclare : « Mouammar est le chef de la révolution jusqu'à la fin des temps »[92]. Il lance en fin d'allocution un appel à ses « millions » de partisans : « Que ceux qui m'aiment sortent dans les rues ! »[93],[94].

La rumeur d’utilisation de mercenaires, recrutés en Afrique noire, se répand ces jours-ci[95]. Des unités de l’armée fuient à l’étranger plutôt que de combattre les insurgés ou se rallient au mouvement. De nombreux ambassadeurs démissionnent ou affirment ne plus servir le régime de Kadhafi mais se mettre au service du peuple libyen. Dans la soirée, c’est le ministre de l’Intérieur Abdelfattah Younès qui démissionne et appelle lui aussi l’armée à rejoindre les insurgés[96]. Selon The Guardian, les 7e et 9e brigades, qui avaient permis à Kadhafi de prendre le pouvoir en 1969, ont rallié les insurgés à Tarhounah[97].

Le 22 février, plusieurs reporters d’Al Jazeera et occidentaux pénètrent en Libye, et signalent que les frontières ne sont plus gardées. L’Est du pays, de Benghazi à la frontière égyptienne, est sous le contrôle des insurgés, épaulés par des militaires. Les villes de ces zones sont administrées par les habitants ; les habitants de Tobrouk nettoient les rues des débris résultant des manifestations, pour pouvoir reprendre le cours d’une vie normale[74],[98],[99].

Enfin, les livraisons de gaz naturel par le gazoduc sous-marin entre la Libye et l’Italie sont interrompues le 22 février. Les compagnies pétrolières occidentales rapatriant leurs employés, les exportations d’hydrocarbures diminuent peu à peu[98].

À Benghazi, une enfant tient une feuille où il est écrit : « les tribus de Libye ne font qu'une »

L'équipage d'un avion de l'Armée de l'air, un Soukhoï Su-17, refuse l'ordre de bombarder la ville de Benghazi et préfère s'éjecter en parachute de l'appareil[100], qui s'écrase ensuite. La fille du colonel Kadhafi, Aïcha Kadhafi, est à bord d'un avion qui tente d'atterrir à Malte vers 17 heures. Les autorités refusent l'atterrissage et l'avion de la Libyan Airlines est redirigé en direction de la Libye vers 18 heures 30. Les Nations Unies mettent fin à sa fonction d'ambassadrice de bonne volonté, en ce qui concerne la condition féminine et la lutte contre le SIDA.

La ville de Tadjourah, dans le district de Tripoli, tombe aux mains des manifestants le 23 février, alors que la partition est effective entre la Cyrénaïque et le reste du pays[101]. La ville de Derna, située dans l'Est, est aux mains des insurgés. Là aussi, des rumeurs d’émirat islamique se répandent[102],[103], avant d’être démenties par la population locale[102],[103], et par des experts internationaux le 25 février[104], qui estiment que ces déclarations sont faites par Kadhafi dans le but de justifier « son échec et la déroute de son régime » en reportant la faute sur l'organisation dirigée par Oussama ben Laden[104].

Le lendemain, à l'est du pays, la mainmise de la rébellion s'étend, avec la prise de l’oasis de Koufra selon Al-Arabiya. Les zones aux mains des forces révolutionnaires s’administrent par le biais de « comités populaires », et le premier journal libre[105] est publié à Benghazi[106] ou de « comités révolutionnaires » ; le gouvernement Kadhafi tente d’acheter des partisans en distribuant 500 dinars à tous les Libyens[107].

À l'ouest du pays, la ville de Zouara (45 000 habitants), située à une soixantaine de kilomètres de la frontière tunisienne, échappe aux forces fidèles au régime[108]. La brigade Hamza affronte les insurgés à Misrata toute la journée pour le contrôle de cette ville située à l’est de Tripoli[106].

Selon l'agence Reuters, les combats à Zaouïa entre forces pro-Kadhafi et insurgés ont fait dix morts le jeudi 24 février.

Le 25 février, les manifestants commencent une marche pour libérer la capitale défendue par la 32e brigade, unité d'élite de 10 000 hommes, considérée comme la plus performante des trois unités de protection du régime, et commandée par Khamis, le fils cadet de Kadhafi. En attendant, Ajdabiya et Misrata, villes bordant le golfe de Syrte, entre Benghazi et Tripoli, tombent aux mains des insurgés.

Le colonel Kadhafi annonce qu’il fait ouvrir les dépôts d'armes à Tripoli[109]. En fin de soirée, les opposants au régime tiennent déjà certains quartiers de la capitale, ainsi qu'une importante base aérienne, l'aéroport de Milaga, à 11 kilomètres de Tripoli.[réf. nécessaire]

Le 26 février, de violents accrochages ont lieu dans les rues de la capitale libyenne, pendant la nuit. Le fils du colonel Kadhafi, Saïf al-Islam, propose un cessez-le-feu dans la soirée devant des journalistes étrangers[110]. Les rues de Tripoli sont désertées pendant la journée, on y voit seulement des soldats pro-Kadhafi qui effectuent des patrouilles en 4x4[111].

Formation et organisation de la révolution[modifier | modifier le code]

Le 27 février, un Conseil national de transition est formé à Benghazi, fusionnant deux instances provisoires, le conseil national libyen et le gouvernement provisoire de l'ancien ministre de la justice Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil[112],[113]. La Libye est donc partagée entre deux pouvoirs concurrents.

Zaouïa passe sous le contrôle des insurgés dans la journée[114].

Le 28 février, les États-Unis annoncent le déploiement d'un groupe aéronaval comprenant le USS Enterprise[115] et le USS Kearsarge[116] au large des côtes libyennes au moment où les puissances occidentales envisagent la possibilité d'une intervention militaire contre le régime de Kadhafi[117].

La reprise des exportations pétrolières depuis la zone orientale contrôlée par les insurgés a été décidée, selon un responsable du comité local de Tobrouk.[précision nécessaire] Le CNT se heurte à des difficultés de financement, la plupart des États ne souhaitant pas lui transférer les avoirs libyens gelés[118].

Des médias libres diffusent l’information : d’abord amateurs et animés par une seule personne ou un petit groupe, comme Mohammed Nabbous qui alimentait la web-tv Libya Horaa (« Libye libre »), créé dans un cyber-café et installée ensuite sur le toit du palais de justice de Benghazi. Le Centre culturel de Benghazi, qui a chassé sa cruelle directrice Huda Ben Amer, accueille ensuite Libya Horaa chaîne de télé et deux journaux libres, Sawt (« la voix » en arabe) et Intefathat Al-Arhar (« la Révolte des hommes libres»), qui revendiquent leur indépendance vis-à-vis du CNT[62].

Le 1er mars, les forces fidèles à Kadhafi lancent une contre-offensive. Elles parviennent à reprendre les villes de Sabratha, Zintan et Gharyan situées aux environs de la capitale, Tripoli. Des bombardements sur la ville d'Ajdabiya, dans l'est du pays, ont également lieu[119].

Le lendemain, l'armée poursuit son offensive, cette fois-ci dirigée vers l'Est, bastion des insurgés. Marsa El Brega est attaquée en début d'après-midi, le terminal pétrolier et l'aéroport de la ville retombent brièvement entre les mains des fidèles au régime, avant d'être repris par une contre-attaque rebelle. La ville est par la suite soumise à des bombardements aériens, tout comme Ajdabiya, située plus à l'est[120].

Jeudi 3 mars 2011, des bombardements ont lieu à plusieurs reprises sur les villes de Marsa El Brega et Ajdabiya qui abritent des terminaux pétroliers libyens. De nombreuses victimes civiles sont dénombrées, néanmoins les combats à terre ont cessé dans ces localités[121],[122].

Des gens sur un char T-55 à Benghazi

Des combats ont lieu à Ras Lanouf qui retombe dans la soirée sous le contrôle des rebelles[123], faisant au moins quatre morts, et reprennent à Misrata, tandis qu'une unité commandée par un des fils de Kadhafi attaque la ville de Zaouïa provoquant une cinquantaine de morts[124]. Selon la télévision officielle libyenne, le chef des insurgés de Zaouïa[réf. nécessaire], Hussein Darbouk, a été tué[réf. nécessaire].

Samedi 5 mars, les rebelles continuent de progresser et atteignent Ben Jawad, situé à environ 169 km de Syrte, la ville natale de Kadhafi[125].

Le Conseil national de transition tient sa première réunion le 5 mars dans un lieu secret et se proclame « seul représentant » légitime du pays[126]. Le 12 mars, la France est le premier pays à le reconnaître comme tel[127] et adopte avec le Royaume-Uni une position commune pour le sommet européen du 11 mars[128].

Contre-offensive loyaliste[modifier | modifier le code]

La presse italienne accuse la France de manœuvrer en coulisse depuis novembre 2010[129],[130], et d’avoir livré des armes aux insurgés le 6 mars 2011[131] (information qui semble confirmée par le Canard Enchaîné : les armes concernées seraient des canons de 105 mm et des batteries antiaériennes[132]).

Le lundi 7 mars au matin, les insurgés chassés de la localité de Ben Jawad se replient sur Ras Lanouf dont une partie de la population fuit en direction de Ben Jawad[133], pourtant reprise la veille par Kadhafi, pour fuir l'attaque attendue sur Ras Lanouf[134]. C’est du 7 mars que commence la contre-offensive des troupes fidèles à Kadhafi[135]. Le 7 mars, un journaliste français du Nouvel-Observateur note la présence de plusieurs centaines de militants du GICL encadrant les insurgés[136].

Le mardi 8 mars au matin[137], l'insurrection tenait toujours le port pétrolier de Ras Lanouf qui subit deux raids aériens inoffensifs. La ville est à sa troisième semaine de résistance. Zaouïa connaîtrait des combats beaucoup plus intenses, sans aucune présence de journalistes étrangers depuis le 5 mars. Selon des exilés interrogés le 8 mars, les combats menés par l'armée de Kadhafi auraient endommagé la cité, détruisant même des hôpitaux et des générateurs alors que la résistance tiendrait le centre de la ville. Zaouïa est encerclée par l'armée loyaliste, qui empêche tout habitant d’en sortir ou d’y entrer ; la ville se retrouve de fait en état de siège et subit des attaques utilisant armes légères et lourdes.

À Ras Lanouf, toujours dans l'après-midi, l’insurrection aurait commencé à se replier dans le désert après avoir subi des tirs d'artillerie et de chars.

Le jeudi 10 mars, alors que les forces fidèles à Kadhafi continuent leur offensive, la France reconnaît le Conseil national de transition comme représentant légitime de la Libye et lance une bataille diplomatique pour obtenir une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant une zone d'exclusion aérienne et la protection du peuple libyen. Sur le front médiatique, Kadhafi présente le même jour aux journalistes la drogue qu'aurait distribuée al Qaida et que ses troupes auraient interceptée[138], du tramadol (sédatif anti-douleur) connu en effet à Gaza pour avoir intoxiqué une partie de la population[139].

Le vendredi 11 mars, le colonel Khadafi renforce sa contre-offensive sur le terrain, par air (bombardements), par terre (artillerie lourde), mais également par mer (tirs nourris sur la population depuis des navires de guerre). Les insurgés, sous-armés et accusant de lourdes pertes, sont alors contraints, le 12 mars, d'abandonner la région de Ras Lanouf et de reculer de 20 kilomètres vers la ville de Marsa El Brega[140], et de fuir la ville de Zaouïa. La Ligue arabe apporte ce même samedi son soutien à une zone d'exclusion aérienne demandée par l'opposition libyenne, en estimant que le régime de Kadhafi a « perdu sa légitimité » du fait des « violations dangereuses » commises.

Le dimanche 13 mars au soir, la chaîne de télévision Al Jazeera annonce dans l'incrédulité générale que les insurgés ont repris la ville de Marsa El Brega[141], plus grand port industriel de Libye, d'où ils avaient été chassés le matin par les forces loyalistes[142]. Le colonel Hamed al-Hassi, qui se fait le porte-parole des insurgés à Brega, déclare avoir capturé 20 membres des forces de Kadhafi et en avoir tué 25 autres. Sur place les faits n'ont pas pu être vérifiés et l'on remarque dans les médias l'importance des annonces anticipées dans les tactiques de ces combats. Le siège de Misrata dure toujours, et les insurgés tiennent Benghazi et la Cyrénaïque, ainsi que plusieurs villes du nord-ouest, dans la région montagneuse d'Al Djabal al Gharbi.

Le lundi 14 mars, la ville de Brega est toujours considérée dans les médias comme étant aux mains de l'armée libyenne.

Au 15 mars, les forces pro-gouvernementales continuent leur offensive et bombardent à l'artillerie la ville d'Ajdabiya, à 160 km au sud de Benghazi, qui tombe en quelques heures[143]. La rapidité de la progression de l’armée empêche un nombre important d'insurgés de se replier, qui constituent une poche de résistance. L'armée du colonel Kadhafi se rapproche de Benghazi[144], « capitale » des rebelles où se tient le Conseil national de transition de l'opposition libyenne.

Le jeudi 17 mars, l'armée libyenne (fidèle aux rebelles), qui ne compte qu’une vingtaine de chars et environ mille hommes[145] ne peut s'opposer à l'avancée des troupes loyalistes vers Benghazi. La résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies est votée en fin de soirée pour protéger Benghazi d’un massacre[146]. Les informations sur place se font rares, à la fois par la fuite des journalistes des zones de combat et par la discrétion des informateurs autochtones inquiets à mesure de la progression de l'armée[147]. Le difficile contact direct avec les insurgés donne de nouveau plusieurs informations contradictoires, telle la reprise d'Adjabiya pourtant considérée tombée deux jours auparavant, ou encore le démenti sur la prise de Misrata par l'armée.

Le vendredi 18 mars, le colonel Kadhafi annonce à nouveau un cessez-le-feu immédiat, et il promet l’amnistie aux insurgés qui feraient leur reddition[148]. Son fils Seif el-Islam Kadhafi déclare ne faire entrer que les forces civiles anti-terroristes à Benghazi sans se servir de l'armée[149]. Mais ces engagements ne sont pas tenus.

Le même jour, l'annonce de l’intervention imminente de pays membres de l'ONU provoque des manifestations de liesse et de remerciement dans les zones insurgées encore libres comme Tobrouk et qui vont aussi amener les forces gouvernementales à se retrancher aux abords de Benghazi[150]. Dans le reste du pays, les manifestations en faveur du régime de Kadhafi ont été modérées avec cependant des coups d'éclat comme durant la conférence aux médias convoquée à Tripoli de Seif el-Islam envahie par une manifestation de ses soutiens.

Internationalisation de la guerre civile[modifier | modifier le code]

À partir de la fin mars, les combats prennent des tournures différentes selon la région de Libye concernée :

  • en Cyrénaïque, on assiste à une guerre de mouvement, avec des aller-retours très rapides dans le désert ;
  • en Tripolitaine, plusieurs zones connaissent des sorts différents :
    • Misrata est assiégée et parvient fin mai à desserrer l’étau de l’armée loyaliste et les insurgés entament une marche vers Tripoli ;
    • dans le djebel Nefoussa, les insurgés organisent leur réduit en prenant le contrôle de postes-frontières avec la Tunisie, puis confortent leurs positions avant d’entamer avec l’été une offensive vers la capitale ;
    • les villes de la côte voient leur soulèvements matés violemment, mais reprendre à l’annonce des succès des habitants de Misrata et des Berbères du djebel Nefoussah.

Le dernier front, mais non le moindre, est le front médiatique, où les insurgés disposent d’alliés qui jouent sur l’opinion mondiale, ce qui provoque une intervention militaire internationale.

Constitution d’une coalition interventionniste[modifier | modifier le code]

Sanctions internationales[modifier | modifier le code]

La France propose le 23 février à l'Union européenne « l'adoption rapide de sanctions concrètes ». L'Allemagne étudie des possibilités de sanctions. David Cameron appelle le 25 février à des sanctions de l'ONU contre le régime libyen et à une enquête contre « de possibles crimes contre l'humanité »[151].

Le 24 février, le conseil fédéral suisse décide de geler les avoirs du clan Kadhafi[152]. Cette décision fait suite en quelque sorte à la crise diplomatique qui a eu lieu entre la Suisse et la Libye dans les années 2008-2010. Barack Obama signe un décret présidentiel dans la nuit du 25 au 26 février, gelant les avoirs du colonel Kadhafi, de sa famille et de ses proches aux États-Unis. L'Autriche, la Grande-Bretagne et l'Espagne prennent le même type de mesures quelques jours plus tard.

Des négociations au Conseil de sécurité se tiennent le 26 février pour la définition de sanctions à l'égard du régime libyen.

La Turquie est opposée aux sanctions qui, selon Recep Tayyip Erdoğan qui s'exprime le 24 février, « risquent de punir la population libyenne »[153].

Une zone d'exclusion aérienne est à l'étude de la part des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France, cette dernière y étant au départ opposée sans vote du Conseil de sécurité[154],[155]. Mais dès le 4 mars, l’aviation française commence des vols de reconnaissance[156].

Vote de la résolution franco-britannico-libanaise à l'ONU (17 mars 2011)[modifier | modifier le code]

Le 17 mars, à la demande de la France, du Royaume-Uni et du Liban, la résolution 1973 est adoptée, sous le chapitre VII de la charte des Nations Unies, par le conseil de sécurité des Nations unies par 10 voix (10 pour, 0 contre, 5 abstentions dont la Russie, la Chine et l'Allemagne)[157],[158],[159]. Elle autorise la création d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, le gel des avoirs de Mouammar Kadhafi, ainsi que « les mesures nécessaires » à la protection des civils. Le déclenchement des frappes aériennes pourrait intervenir dans les premières heures de la matinée du 18 mars. Cette résolution exclut l'occupation au sol[160]. Elle a été acceptée et soutenue par la Ligue arabe et compte parmi ses participants aux interventions militaires des pays comme le Qatar.

Malgré une annonce de cessez-le-feu, les attaques gouvernementales se poursuivaient[161]. Mouammar Kadhafi dément toute action militaire même si ses troupes ont effectivement pénétré les faubourgs de Benghazi.

Coalition internationale[modifier | modifier le code]

Le 19 mars, à l'issue du sommet de Paris tenu au palais de l'Élysée, et à l'initiative de la France et du Royaume-Uni, la Belgique, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, le Qatar et le Canada annoncent leur participation à la coalition internationale; d'abord l'Italie accorde l'usage de ses bases militaires; puis participe pleinement à la coalition.

Ont participé au sommet à l’invitation du président de la République française Nicolas Sarkozy : le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon ; la chancelière allemande, Angela Merkel ; le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero ; le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi ; les Premiers ministres belge, Yves Leterme ; britannique, David Cameron ; canadien, Stephen Harper ; danois, Lars Løkke Rasmussen ; grec, Georges Papandréou ; néerlandais, Mark Rutte ; norvégien, Jens Stoltenberg ; polonais, Donald Tusk ; et qatarien, Hamad bin Jassim al-Thani ; la secrétaire d'État américaine, Hillary Rodham Clinton ; les ministres des Affaires étrangères émirati, Cheikh Abdallah Bin Zayed (en) ; irakien, Hoshyar Zebari ; jordanien, Nasser Joudeh ; et marocain, Taïeb Fassi-Fihri ; le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa ; le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy ; ainsi que la vice-présidente de la Commission européenne, Haute Représentante pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne, Catherine Ashton.

Les forces de la coalition participent à des bombardements sur les forces loyales à Kadhafi. Après avoir détruit des chars et les systèmes de défense aérienne, les avions de la coalition prennent un rôle de surveillance et facilitent la contre-offensive des rebelles.

Le samedi 19 mars, les premiers tirs reprennent à Benghazi vers 2h du matin et des bombardements sont entendus dès 8 h. L'armée gouvernementale en appelle avant 10 h aux observateurs internationaux et à la résolution de l'ONU pour que l’insurrection observe le cessez-le-feu. Un avion bombardier de la rébellion est abattu par des tirs de défense anti-aérienne rebelle et s’écrase sur Benghazi vers 8 h10[162]. Des centaines de personnes sont signalées fuyant la ville par le nord. Le Wall Street Journal fait état dans la matinée d'un approvisionnement en armes de la rébellion par l'Égypte, ainsi que de la présence de troupes logistiques étrangères dans la région[163].

Opérations aériennes de la coalition[modifier | modifier le code]

Action de la coalition en Libye

Le 19 mars les raids aériens contre l'armée libyenne sont lancés en début d'après midi. Ils sont menés notamment par des moyens américains[156], mais aussi par des avions de chasse des aviations française (Mirages 2000, Rafales et un AWACS, pour un total de 20 engins en fin de soirée), britannique, norvégienne. Les avions détruisent à partir de 17 h 45 des véhicules de l'armée libyenne, dont des chars au sud-ouest de Benghazi[164]. Ces moyens aériens sont renforcés de tirs de missiles Tomahawk à partir de bâtiments marins et sous-marins des marines américaine et britannique[165]. La Russie[166], qui n'a pas voté en faveur de la résolution, et la Ligue arabe mettent en garde contre la déviation des objectifs qui restent l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne protégeant les civils et non pas la défaite de Kadhafi ni la destruction de son armée[167]. En France, la classe politique et l'opinion saluent assez majoritairement le courage et l’opiniâtreté de Nicolas Sarkozy qui a défendu le choix d'une intervention contre le massacre amorcé en Libye et de manière plus imminente à Benghazi. Cependant, les avertissements contre la logique d'une guerre qui peut s‘enliser sont évoqués[164].

Le 20 mars, l’amiral Mike Mullen annonce que la zone d'exclusion aérienne est en place ; aucun avion des troupes de Kadhafi n'ayant décollé depuis samedi et les troupes gouvernementales ont arrêté leur avancée sur Benghazi[168].

Au 21 mars, « L'Aube de l'Odyssée » connaît une critique croissante et ses premières divergences internes les jours suivants. Le complexe résidentiel de Kadhafi a été bombardé en tant que centre de commandement, ainsi que des bâtiments administratifs au cœur de Tripoli[169]. La Ligue arabe, devenue très critique sur l'importance des destructions, se ravise en envisageant que l'intervention militaire puisse passer par ces moyens alors qu'elle considérait plutôt des tactiques de brouillage et des stratégies logistiques. L'Union africaine se met quant à elle en retrait en demandant « la cessation immédiate de toutes les hostilités », rejointe le lendemain par la Russie. En France, ce sont les médias qui alertent sur la confusion en Libye, parlant a posteriori de « jeu de massacre »[170] en étant par ailleurs incapable d'attribuer la responsabilité de bombardements sur des colonne en retraite de l'armée de Kadhafi, alors que dans des villes insurgées, l'armée gouvernementale aurait réussi à reprendre ses positions et ses actions de purge sans que personne ne les détecte ni ne les empêche[171]. Kadhafi reprend ainsi le contrôle de Yefren[172].

À la suite d'une évocation d'un transfert de la direction des opérations de la coalition menées par les États-Unis depuis leur quartier général de Ramstein en Allemagne pour les confier à l'OTAN, la Norvège suspend sa participation et plusieurs voix s'élèvent à nouveau comme celle de la Turquie, se retirant elle aussi momentanément des opérations. Il est invoqué la main mise de l'OTAN alors que la Ligue arabe, l'Union africaine, la Russie, la Turquie, la Chine et plusieurs pays sud-américains comme le Venezuela n'y ont pas de rôle ni de voix et n'envisagent pas le même type d'intervention ni la même issue qui devient officiellement pour les États-Unis le départ de Kadhafi[173]. A contrario, l'Italie accuse la France de n'envisager que ses intérêts pétroliers, sans même aider l'Italie à gérer les afflux de réfugiés (confortée par l'intervention de Marine Le Pen à Lampedusa le 14 mars 2011 envers les réfugiés tunisiens ainsi que les admonestations de la France contre l'Italie pour qu'elle retienne ses réfugiés et gère ceux qui lui sont renvoyés[174]) et lui préfère dès lors le commandement de l'OTAN[175].

À partir du 22 mars, les chababs révolutionnaires ressortent de Benghazi en direction d’Adjabiyah, suivant la retraite de l’armée libyenne, mais sans être accompagnés de l’armée rebelle[176].

Le 26 mars au matin[177], les insurgés, avec le soutien des bombardements aériens de la coalition internationale, reprennent la ville d'Ajdabiya : jusqu'au 25, les insurgés tenaient le centre-ville de cette dernière ; après les frappes aériennes, les insurgés ont réussi à prendre le contrôle de sa porte est le 25 au soir, puis de sa porte ouest le 26 à l'aube[178]. Dans l'après-midi[179], la ville de Marsa El Brega passe à son tour sous le contrôle des rebelles libyens.

Le 27 mars, les insurgés pénètrent en Tripolitaine en reconquérant le terminal pétrolier de Ras Lanouf ainsi que la bourgade de Ben Jawad, située à 150 km à l'est de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi[180].

Le 28 mars, ils continuent leur progression et s'emparent de la ville de Nofilia. Leur avancée est néanmoins stoppée peu avant Syrte, où les troupes du colonel Kadhafi, équipées d'armes lourdes, leur tendent une embuscade[181],[182]. Le recul des insurgés a lieu dès le lendemain, 29 mars, vers Ben Jawad[183]. Dans la presse étrangère, l'évocation d'une guerre menée par des intérêts, notamment français, continue d'alimenter la critique même aux États-Unis dans les médias généraux[184] (mainstream).

Le 30 mars, dans la matinée, Ras Lanouf est repris par les forces loyalistes[185]. La coalition crée officiellement le « groupe de contact » lors de la réunion de Londres convoquant depuis la veille une quarantaine de pays de la communauté internationale sur la question de « l'après Kadhafi ». Le conseil national de transition libyen n'a pas été autorisé à siéger avec ce groupe de contact qui doit diriger les aspects politiques, démocratiques, humanitaires, sécuritaires, mais aussi commerciaux de la transition libyenne avant de pouvoir en confier la gestion à une représentation nationale[186]. Le ministre des affaires étrangères libyen, Moussa Koussa démissionne et s'exile à Londres[187], laissant envisager un affaiblissement conséquent du régime libyen alors qu'il en était un élément déterminant[188].

Le 31 mars, profitant de leur supériorité militaire sur des insurgés mal armés et après être repassées en Cyrénaïque, les troupes de Kadhafi bombardent Marsa El Brega. Les combats se rapprochent à nouveau de Benghazi[189]. À 6h UTC, l'OTAN a pris le commandement des opérations aériennes et elle succède à la coalition multinationale qui était fondée par la logistique américaine, la démarche politique française et le partenariat anglais[190]. Elle marque le même jour son opposition à armer les insurgés d'après la question soulevée face aux reculs de l'insurrection depuis le mardi 29 par les trois puissances assurant la coalition. L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord appuie son refus sur la résolution 1973 elle-même, afin de « protéger la population civile contre une situation qui pourrait dégénérer en catastrophe humanitaire » d'après son secrétaire général Anders Fogh Rasmussen[191].

Rétablissement des insurgés[modifier | modifier le code]

Front de Cyrénaïque[modifier | modifier le code]

Le 2 avril, le campus pétrolier de Brega est pris par les insurgés[192]. La coalition reconnaît une bavure à Brega la veille lors de frappes, ayant entraîné la mort de 9 rebelles et 4 civils[193] mais en décline la responsabilité[194].

Le 3 avril, la présence de djihadistes et surtout de membres d'Al-Qaida parmi les insurgés se retrouve fortement discutée à l'OTAN et dans les médias. L'armée américaine signale leur présence alors que sur place des journalistes commencent à remarquer cette infiltration « d'intouchables », beaucoup mieux organisés et armés que les jeunes chababs et la rébellion et qui ne se fait plus pour combattre « au nom de la Libye, mais pour Allah »[195]. À Marsa el Brega les combats continuent avec un léger recul vers l'ouest des forces loyalistes.

Les États-Unis cessent leur participation aux frappes qu'ils avaient prolongées sur le week-end, afin de les confier à l'OTAN[196] et ne plus se consacrer qu'à des vols de reconnaissance et de brouillages[197].

Début avril, des propositions de référendums visant à l'instauration d'une démocratie émanent des fils Kadhafi, qui pourraient être les signes de divisions au sein du clan Kadhafi[198], même si elles sont reprises par Mouammar Kadhafi[199]. Ces propositions sont reprises le mardi 5 avril comme un début de solution par la coalition et l'OTAN[200],[201], alors que le CNT et la rébellion refusent ces conditions qui laisseraient malgré tout Kadhafi en place.

Au mercredi 6 avril, la protestation de plus en plus grande de la rébellion contre le manque d'action de l'OTAN à l'encontre de l'armée de Kadhafi est officiellement adressée aux médias[202], après plusieurs plaintes (voir ci-dessus) des résistants depuis le début des frappes alliées, et alors que les combats s'enlisent depuis une semaine. À l'est de Brega de violents combats sont signalés et un changement de tactique de la part de l'armée loyaliste est observé, cette dernière n'envoyant plus d'armes lourdes sur son front mais des véhicules légers plus mobiles et difficiles à distinguer ainsi que des civils continuant à protéger les lieux stratégiques par leur présence[203],[204]. Il est remarqué par ailleurs (rapporté par BFM TV dans la semaine) que les mercenaires de Kadhafi faits prisonniers ont été payés avec des billets n'ayant plus cours[réf. nécessaire] et que des mines ont été posées par l'armée loyaliste aux frontières des zones insurgées[205].

Jusqu'au 16 avril, la ville d'Ajdabiya, dernier bastion avant Benghazi, est bombardée par les forces loyalistes, et ce malgré l'intensification des frappes de l'OTAN pendant le week-end précédent[206]. Par la suite, les insurgés réussissent à sortir de leurs position dans la ville, puis à déplacer les combats se poursuivent dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres autour de la ville, et enfin à progresser légèrement vers l'ouest et Brega.

Le 30 mai, la web-tv libre Al-Hourra, qui diffuse depuis courant avril depuis le centre culturel de Benghazi, commence à être retransmise sur les bouquets satellitaires Arabsat et Nilesat[207]. À partir d’avril et tout au long du mois de juin, un front stable s’établit entre Adjabiyah et Bréga[208].

Le 14 juillet, les insurgés décident de lancer une offensive sur Brega[209] qui sera prise le 18 juillet après de féroces combats[210]. Les forces loyalistes battent alors en retraite vers Ras Lanouf mais continuent de harceler les rebelles en bombardant leurs positions[211].

Front de Misrata[modifier | modifier le code]

Les forces de Kadhafi ont tiré plusieurs missiles balistiques scud depuis Syrte en direction de Misrata et de Marsa El Brega en août, sans jamais atteindre leurs cibles.

À Misrata, l'aide internationale arrive aux rebelles en transitant par Benghazi[212]. Le 11 mai, les insurgés prennent le contrôle de l'aéroport de Misrata[213] et avancent vers Zliten. Début juin, les forces loyalistes bombardent encore Misrata de leurs positions éloignées à l'est, au sud et à l'ouest de la ville, les combats se déplaçant à l'ouest, vers Dafniyeh[214], mais on peut considérer que le siège de la ville est levé.

Les rebelles prennent le contrôle de Touarga à 40 km au sud de Misrata après de nombreux combats le 12 août[215]. Dans le même temps les rebelles se battent pour le contrôle pour de Zliten, à 70 km à l'ouest de Misrata. Au 13 août après de nombreux combats et bombardements de l'OTAN, les rebelles contrôleraient plusieurs quartiers résidentiels.[réf. nécessaire]

Combats en Tripolitaine[modifier | modifier le code]

Depuis fin avril et pendant le mois de mai, l'OTAN bombarde les lieux forts du pouvoir kadhafiste : le 30 avril, le plus jeune fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Saif al-Arab Kadhafi, ainsi que trois de ses petits-enfants, sont tués au cours d'une frappe aérienne de l'Otan[216],[217] ; début mai, la capitale est à nouveau soumise à des bombardements[218], ainsi que ses alentours, dont un bâtiment des services de sécurité intérieure et le siège du ministère d'inspection et de contrôle populaire, organe de lutte contre la corruption en Libye[219], et des résidences de Kadhafi[220],[221],[219] ; enfin, le 20 mai, l'Otan coule huit navires de guerre appartenant aux forces loyalistes, dans les ports de Tripoli, de Khoms et de Syrte[222].

À partir du 3 juin, l'armée française engage des hélicoptères contre la défense libyenne[223]. Le 11 juin, les forces loyalistes bombardent la ville historique de Ghadamès qui est sous le contrôle des rebelles. Alors que Zaouïa était tombée sous le contrôle des khadafistes, la ville est attaquée par les insurgés, qui s’étaient repliés dans les montagnes pour s’entraîner (y compris aux armes parachutées par la France[224], malgré le désaccord britannique[225]). Cette ville a une importance stratégique, puisqu’elle abrite la principale raffinerie de pétrole encore aux mains des forces kadhafistes[214]. D'autre part, les insurgés ont repris le contrôle de la ville de Zenten, repassée sous le contrôle des rebelles[226], tandis qu'entre Zenten et Yéfren les rebelles tentent de venir à bout des poches de résistance des forces kadhafistes[227] et s'emparent d'un dépôt d'armes[224].

Le 16 juin, le fils de Mouammar, Saïf Al-Islam Kadhafi, propose la tenue d’élection libres sous surveillance internationale dans les trois mois, précisant que son père quitterait le pouvoir en cas de défaite[228].

Fin juin, les avancées des rebelles hors du djebel Nefoussa, et sur la côte entre Misrata et Tripoli se confirment. Ils buttent toujours sur Brega, au centre du pays[229]. Les forces de Kadhafi se concentrent sur la ville côtière de Zliten, entre Misrata et Tripoli, qui s’est à nouveau soulevée[230]. Dans la dernière semaine de juin, les rebelles sont repoussés par les forces loyalistes à 80 km au sud de Tripoli tandis qu'ils abandonnent une ville prise sans combats.

À partir du 6 juillet, une nouvelle offensive des insurgés a lieu : les Berbères descendant du djebel Nefoussa attaquent dans la région de Bir Al-Ghanam et de Gharyane[231]. Dans une tentative d'assaut final, ils remportent leur premiers succès[232] puis, le 8 juillet, continuent d'avancer vers Zliten alors que les forces loyalistes se regroupent[233].

Le 17 juillet, d'intenses combats ont eu lieu, entre l'armée régulière libyenne et les insurgés, qui cherchent à enfoncer les lignes pour marcher sur la capitale Tripoli[234].

Le 6 août, les rebelles prennent Bir Al-Ghanam, situé dans le Djebel Nefoussa, à environ 80 km au sud-ouest de Tripoli tandis que dans le même temps la localité d'Al-Qusbat connue aussi sous le nom de Msallata s'est soulevée le 4 août contre les forces Kadhafistes. En plein territoire contrôlé par le régime en place, cette localité est située à quelques dizaines de kilomètres de la ligne de front de Zliten et à 100 km de à l'ouest de Tripoli. À Zliten au 9 août, les combats durent toujours pour son contrôle[235].

Front Tripolitain le 20 août.

Les rebelles se rapprochent de Tripoli : les 13 et 14 août, ils attaquent Gharyan au sud de la capitale, ainsi que Zaouïa et Sorman à l'ouest, menaçant ainsi de couper deux importantes voies d'accès à Tripoli[236] ; le 18 août, les rebelles contrôlent Gharyan, Sabratha, et un axe routier stratégique, privant ainsi Tripoli de sa voie principale d'approvisionnement depuis la Tunisie, ce qui permet à Moustafa Abdel Jalil, chef du Conseil national de transition, de résumer ainsi la situation : « L'étau se resserre autour de Tripoli, depuis les montages de l'Ouest, à Sorman, à Zaouïa et sur le flanc est de Tripoli. »[237] ; les 19 et 20 août, les rebelles sont en effet victorieux à l'ouest de Tripoli à Zaouïa, où se trouve la dernière raffinerie pétrolière du pays en état de fonctionnement [238], et à l'est à Zliten[239]. La presse parle de Tripoli comme en « état de siège »[240],[241].

Bataille de Tripoli[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seconde bataille de Tripoli.
Front en Tripolitaine au 30 août.

Le soir du 20 août, la capitale se soulève. Le lendemain, les rebelles lancent l'assaut de Tripoli[242], [243],[244]. En l'espace de quarante-huit heures, la majeure partie de la capitale est libérée[245]. Le 23 août dans l'après-midi, la caserne de Bab al-Azizia, le QG de Kadhafi, principale poche de résistance, tombe entre les mains des rebelles à la suite d'un assaut lancé par ces derniers[246].

Affrontements à l'ouest et sud-est de la capitale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Offensive rebelle sur Bani Walid.
Rebelles libyens après la prise de Bani Walid.

Alors que la ville de Zouara venait de se libérer trois jours auparavant, elle est assiégée par les forces kadhafistes à partir du 24 août. Ces dernières, contrôlant déjà le poste-frontière de Ras Jedir, cherchent par cette opération à couper la route d'approvisionnement reliant la Tunisie à la capitale. Dans les jours qui suivent, une opération de grande envergure permet aux rebelles de briser l'encerclement de Zouara et de prendre Ras Jedir le 26 août[247].
Le 28 août, la rébellion lance une offensive au sud-est de Tripoli et prend ainsi le contrôle de Tarhounah[248] puis s'apprête à se lancer à l'assaut de Bani Walid le 4 septembre 2011 au matin. À partir du 9 septembre au soir et surtout du 10 septembre au matin, les insurgés entrent dans Bani Walid par le nord et l'est. Ils se lancent dans des combats de rue et affrontent les tireurs embusqués pro-Kadhafi ; un rebelle est tué[249]. Le 11 septembre, de violents combats ont lieu qui font 10 morts et une vingtaine de blessés dans certain quartier de la ville[250].

Le 16 octobre 2011, après plusieurs semaines de siège, les forces du CNT entrent dans le cœur de Bani Walid, sans y rencontrer une opposition de la part des forces kadhafistes qui semblent s'être évaporées[251].

Offensive vers Syrte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seconde bataille du golfe de Syrte.
Front de Syrte au 29 août 2011.

Sur le front oriental, la rébellion enfonce les lignes ennemies, en enlevant, le 22 août 2011, le port pétrolier de Brega et, le 23 août 2011, celui de Ras Lanouf. Les forces kadhafistes se replieraient sur Syrte — la ville natale du dictateur, qui se trouve désormais directement menacée par les forces rebelles provenant de Misrata et localisées à Al-Washka, à moins de 100 km à l'ouest —, ainsi qu'à Ben Jawad, sis à l'est. Des pourparlers auraient lieu entre les rebelles et les tribus locales, afin d'obtenir une reddition pacifique de Syrte[252],[253]. Dans la nuit du 25 au 26 août, des bombardiers britanniques de l'OTAN ont pris pour cible le QG des forces Kadhafistes dans la ville ; ces frappes aériennes se sont poursuivies dans la journée du 26 août[254]. Selon les rebelles, Ben Jawad également bombardé la veille, serait tombé le 28 août, permettant à ces derniers de se rapprocher encore de Syrte dont ils ne seraient plus qu'à 100 km, tandis les troupes venant de Misrata seraient elles, à 30 km de la ville[255].

Le 29 août au soir, les insurgés bivouaquant à Nofilia et Umr Gandil, envoient des unités de reconnaissance jusqu'à la Vallée Rouge (ou Wadi al Hammar), relief légèrement escarpé, tenu par les kadhafistes, et constituant la dernière barrière naturelle avant Syrte dont elle distante d'environ 70 km[256]. Finalement, la vallée tombe sous leur contrôle le 8 septembre, ouvrant ainsi la route de Syrte par l'est sans obstacles majeurs[257].

Article détaillé : Siège de Syrte.
Progrès des combats lors du siège de Syrte le lendemain de sa prise.

Le 15 septembre, les forces du CNT (celles venant notamment de Misrata) pénètrent dans la ville[258], mais rencontrent pendant plusieurs jours une résistance opiniâtre, voire désespérée, de la part des troupes embusquées et lourdement armées de Moatassem Kadhafi, fils du colonel en fuite. L'OTAN annonce le 29 septembre avoir effectué 150 sorties aérienne et traité plus de 50 objectifs sur la seule semaine passée, mais la rébellion ne parvient toujours pas à prendre position au centre ville[259].

Le même jour, les forces révolutionnaires annoncent la capture de Moussa Ibrahim, porte-parole du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi, circulant à bord d'une voiture en banlieue de Syrte[260], capture finalement démentie[261]. Le 9 octobre, les combattants pro-CNT s'emparent de l'université de Syrte et du centre de conférence Ouagadougou, deux bastions majeures des forces Kadhafistes[262]. Le 20 octobre 2011, la ville tombe définitivement sous le contrôle de la rébellion après l'assaut final contre les dernières poches de résistance.

L'ancien dictateur libyen, cherchant à fuir sa ville natale dans laquelle il s'était retranché après sa chute, est tué le jour même après l'attaque de son convoi[263]. Le même jour, un commandant militaire du CNT annonce que ses hommes ont retrouvé le cadavre de Moatassem Kadhafi, ainsi que celui du ministre de la défense Abou Bakr Younès Jaber[264].

La presse fait était de la présence dans le convoi d'un groupe de 19 mercenaires Sud-Africains dans ce qui semble être une opération d'exfiltration[265].

Combats dans le Fezzan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne du Fezzan.

Le 17 juillet, les troupes rebelles toubous prennent le contrôle d'Al Qatrun mais la quittent rapidement le 23 juillet à la suite de plusieurs attaques loyalistes[266].

Le 18 août, la rébellion prend le contrôle de la ville de Mourzouq, deuxième localité du Fezzan qui constitue un nœud de communication important. Les troupes rebelles s'emparent de la garnison qui contenait des véhicules militaires, des 4X4, des armes lourdes et des munitions[267]. Le 23 août, à Sebha, la capitale régionale et fief de la tribu Kadhafa, d'intenses combats ont lieu[268]. Le 25 août, les forces du CNT annoncent la prise de la localité stratégique d'Al Wyg située à proximité des frontières du Tchad et du Niger[269]. Le 28 août, trois combattants pro-CNT sont tués dans des combats à Sebha. Le même jour des renforts loyalistes arrivent dans la ville[270].

Le 16 septembre, les rebelles prennent le contrôle des villes de Birak et d'Adiri[271]. Le 21 septembre, ils affirment contrôler totalement la ville de Sebha après plusieurs jours de combats intenses, ainsi que celle de Waddan[272], permettant ainsi de prendre le contrôle d'environ 70 % de l'oasis de Koufra selon un représentant du CNT[273].

Le 22 septembre, le CNT affirme avoir pris le contrôle de la ville de Awbari, capitale du district de Wadi al Hayaat[274]. Le 25 septembre, des combats ont lieu dans la dernière ville sous contrôle loyaliste à Ghat[275]. Le même jour les forces pro-CNT prennent le contrôle de l'aéroport de Ghat, situé au nord de la ville[276].

Combats en 2012[modifier | modifier le code]

Le 23 janvier 2012, au moins quatre anciens rebelles libyens sont tués et 20 blessés lors d'une attaque à Bani Walid, au sud-ouest de Tripoli, indique à l'AFP le porte-parole du conseil local de la ville, Mahmoud el-Werfelli[277].

Exactions et pertes civiles[modifier | modifier le code]

Victimes et arrestations[modifier | modifier le code]

On assiste à de nombreuses arrestations pour délit d'opinion, la presse est muselée et les rares images qui parviennent aux stations de télévision proviennent d'amateurs. Aucun journaliste n'est autorisé à exercer ses fonctions à l'intérieur du pays ; malgré tout, un journaliste italien du quotidien La Repubblica, Pietro Del Re, a réussi à pénétrer en Libye le 22 février[278]. Les réseaux sociaux et Internet restent les seules sources d'information possibles.

Human Rights Watch publie un bilan provisoire au 21 février faisant état de 233 morts, auxquels il ajoute deux jours plus tard 62 tués à Tripoli[279], ce qui porte le bilan à un minimum de 295 morts. Selon la Coalition internationale contre les criminels de guerre (ICAWC, International Coalition Against War Criminals), le bilan est au matin du 22 février de 519 morts, 3 980 blessés et au moins 1 500 disparus)[280]. Alors que le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini estime que le bilan de plus de 1 000 civils tués est crédible[281], le régime de Kadhafi publie le soir du 23 février un bilan de 300 morts, dont 58 militaires, chiffre qui concorde avec le bilan de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) publié le matin, qui estimait le nombre de victimes entre 300 et 400[282]. Selon la Ligue libyenne des droits de l'Homme, fondée par le propre fils de Kadhafi, Saif al islam, il y aurait eu depuis le soulèvement 6 000 morts, dont 3 000 dans la seule ville de Tripoli, 2 000 à Benghazi, et 1 000 dans d'autres villes, sans précisions sur le statut des victimes (chiffres au 2/03/11)[283]. Trois marins néerlandais ont été faits prisonniers par des partisans du régime le 27 février 2011 et leur hélicoptère a été saisi, alors qu'ils tentaient d'évacuer deux ressortissants à Syrte[284].

Selon M. Abdeljalil, le conflit en Libye (la bataille de Tripoli incluse) aurait fait en près de six mois, Citation (depuis le début mi-février de l'insurrection)[285], soit plus d'une centaine de morts par jour[286]...

Il est estimé que le total des morts durant la guerre civile Libyenne oscille entre 12500 et 15000 morts au maximum d'après les sources de la CIA (civils, rebelles et loyalistes)[réf. nécessaire]. 75% des combats se déroulérent sur la côte Méditerranéenne Libyenne, de Benghazi à Syrte, jusqu'à 50 km dans l'intérieur des terres. Cependant, à l'Ouest de Tripoli (dont bataille de Tripoli), jusqu'à la frontière Tunisienne, il y eut le reste des violents combats.

Attaques contre la presse[modifier | modifier le code]

La chaîne Al Jazeera dénonce des tentatives de brouillage de sa diffusion par satellite provenant du gouvernement libyen[287],[288]. tandis que des journalistes de la chaîne ont disparu dans une zone contrôlée par les loyalistes, le 19 mars 2011.

Viol de Iman al-Obeidi[modifier | modifier le code]

Iman al-Obeidi est une Libyenne qui, le 26 mars 2011, est entrée dans le restaurant de l'hôtel Rixos à Tripoli, résidence de la plupart des journalistes internationaux en Libye, dans le but d'informer les reporters étrangers de son viol par les troupes gouvernementales fidèles à Mouammar Kadhafi[289],[290].

Le New York Times décrit ses blessures: « de larges ecchymoses sur son visage, une grande cicatrice sur sa cuisse, plusieurs étroites et profondes griffures plus bas sur sa jambe, ainsi que des marques qui semblaient venir de liens autour de ses mains et de ses pieds[291]. » Parlant en anglais, Obeidi dit qu'elle avait été arrêtée à un point de contrôle près de Tripoli parce qu'elle était originaire de ville de Benghazi détenue par les rebelles, et détenue pendant deux jours[291]. Elle a poursuivi en disant qu'elle avait été ligotée, puis qu'on avait uriné et déféqué sur elle et qu'elle avait été violée par 15 hommes[289],[292]. Elle a supplié pour ses amis toujours détenus[291].

Malgré la présence de médias étrangers, dont certains ont tenté d'intervenir pour protéger la jeune femme, elle a été traitée de traitre et menacée avec un couteau à beurre par les serveuses du restaurant[289]. Des gardes du gouvernement et des policiers en civils ont battu à coups de pieds les journalistes qui intervenaient, brisé une caméra de CNN[292], menacé l'équipe de Sky News avec un pistolet[293], et finalement fait taire al-Obeidi, en l'emmenant hors de l'hôtel pour la conduire dans un lieu inconnu[289]. L'incident a augmenté la tension entre les médias internationaux et le régime de Mouammar Kadhafi qui essaie de resserrer le contrôle des journalistes étrangers et leur accès aux civils libyens[289],[290]. Cet incident est « un aperçu rare de la brutalité de la répression des dissidents » de la part du régime de Mouammar Kadhafi[289].

Lors d'une conférence de presse improvisée un peu plus tard le même jour, Moussa Ibrahim, un porte-parole du gouvernement, a dit que les enquêteurs avaient trouvé qu'al-Obeidi était « ivre et possiblement dérangée[289]. »

Selon Pierre Vermeren, les viols de masse ordonnés par Kadhafi sont, en l’état actuel des enquêtes des institutions internationales et des ONG de défense des droits de l’homme, des rumeurs[294].

Découverte de charniers à Tripoli[modifier | modifier le code]

Alors que les troupes du CNT libèrent Tripoli elles découvrent des charniers de cadavres parfois brûlé, une cinquantaine dans une prison, 18 dans le lit d'une rivière et 29 dans une clinique montrant des traces d'exécution sommaire. Les prisonniers libérés parlent de tortures constantes à l'électricité pendant trois mois[295] et d'un massacre organisé à la grenade et à la mitrailleuse[296] Le CNT annonce que dix à onze mille prisonniers ont été libérés mais qu'il en manque 50 000 autres qui ont disparu[295].

Exactions envers les populations noires par les rebelles[modifier | modifier le code]

« Sans doute par crainte d'être victime du même sort que son prédécesseur, le roi Idris, qu'il a lui-même chassé du pouvoir en 1969, le colonel n'a cessé de nourrir des soupçons à l'égard de sa propre armée. Une raison qui l'a conduit à se constituer une milice parallèle de mercenaires[297] » essentiellement africains. Début mars 2011, leurs effectifs sont estimés à 10 000 hommes[297]. Surtout motivés par l'aspect pécuniaire de leur mission, et « contrairement à l'armée régulière, les mercenaires n'hésitent pas à tirer sur la foule avec laquelle ils n'ont aucun lien »[297]. Cette situation a entrainé une méfiance des rebelles libyens vis-à-vis des populations à peau noire, que ces populations appartiennent à la population libyenne ou qu'elles soient constituées de travailleurs immigrés.

Selon un article du Wall Street Journal du 21 juin 2011[298], les rebelles de Misrata ont chassé toute la population noire de la ville. Ils essaient maintenant de prendre la localité de Tawergha située à environ 50 km, et se proposent de la nettoyer de tous les noirs dès qu’ils l’auront conquise. Selon l’article du Journal les « rebelles » se considèrent comme des « brigades dont la mission est de purger le pays des esclaves à la peau noire ». Le Wall Street Journal cite un commandant rebelle, Ibrahim al-Halbous qui aurait dit en parlant des Libyens noirs : « Il faut qu’ils fassent leurs valises » et aussi « Tawergha n’existe plus, il ne reste que Misrata ». « Beaucoup de Misratans sont convaincus que les Tawerghans [Tawergha est une ville à forte population noire] étaient responsables de certaines des pires atrocités commises[299]. ».

Le 23 juin 2011, Afrika.com s'inquiète que les rebelles libyens assimilent les immigrés sub-sahariens à des mercenaires. Il cite Adrian Edwards, le porte-parole du Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR). D'après les témoignages recueillis sur place, « des Libyens armés (faisaient) du porte à porte, forçant des Africains sub-sahariens à partir. » De même, les personnes rencontrées mentionnaient « la confiscation ou la destruction de papiers d’identité pour un grand nombre ». « Des incidents similaires à l’encontre d’un groupe de Tchadiens qui ont fui Benghazi, Al Bayda et Brega ces derniers jours nous ont également été rapportés ». Le responsable du HCR a invité toutes les belligérants à reconnaître « la vulnérabilité des réfugiés et des migrants originaires d’Afrique sub-saharienne et (à prendre) les mesures nécessaires afin d’assurer leur protection »[300].

Toujours en juin 2011, Donatella Rovera, conseillère sur la réaction aux crises à Amnesty International, interviewée après un séjour en Libye, rapporte[301] : « Il y a eu une certaine hystérie, de la part des médias, autour de la question des mercenaires, il s’agissait surtout de pauvres jeunes gens terrorisés, pas forcément liés au conflit ». Il s'agit notamment d'étrangers, maghrébins ou noirs, arbitrairement pris à parti : « On n’a pas vu de mercenaires, sauf si cela s’est passé dans l’Ouest où nous n’avions pas accès. Nous avons rencontré des étrangers et des Libyens noirs qui ont été pris pour cibles par les anti-Khadafi. Ils [les combattants] ont commis des violations graves. » À propos du pilotage politique, elle dit : « Les rebelles sont responsables de nombreuses attaques contre les étrangers et les Libyens noirs, soupçonnés d’être des mercenaires. Certains ont été assassinés. Il faut agir maintenant. Les gens du Conseil national de transition sont contre ces pratiques. Je les crois sincères, mais ils ne contrôlent pas la situation. »

Le 7 septembre 2011, Amnesty international indique que « le Conseil national de transition (CNT) doit prendre davantage de mesures pour protéger les Libyens noirs[302] », s'inquiétant d'« allégations selon lesquelles des Tawarghas ont été arrêtés, menacés et passés à tabac car ils étaient soupçonnés d'avoir combattu aux côtés des forces de Kadhafi ».

Malgré la fin de la guerre civile, la situation des noirs ne semble pas s'améliorer. Dans un rapport réalisé entre les 8 et 15 mai 2012, à la suite d'une mission d’information sur place, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) indique dans son rapport sur « les migrants africains d'origine subsaharienne » qu'il existe pour ces populations une « situation d’extrême urgence ». Les cas relevées vont du licenciement sans indemnité ni paiement de salaire à l’encontre de noirs, jusqu’au meurtre et au viol[303].

Pertes civiles liées aux bombardements de l'OTAN[modifier | modifier le code]

Le Figaro, dans un article du 27 juin 2011, a relevé à Brega un témoignage faisant état d'attaques contre les civils, dont une cause 17 morts selon le régime libyen[304]. Dans le même article, un autre témoignage fait état de 5 prêcheurs musulmans tués dans une maison d'hôtes pour les VIP.

Le 5 juillet, Mouammar Kadhafi envoie au procureur de la Cour pénale internationale un courrier dénonçant le mandat d'arrêt lancé contre lui et demandant à la CPI d'ouvrir une enquête sur les « crimes de guerre » commis selon lui par l'OTAN en Libye[305].

Exactions commises par les rebelles[modifier | modifier le code]

Selon l'organisation non gouvernementale Human Rights Watch des exactions - maisons brûlées et saccagées, pillages, brutalités diverses - ont été commises sur des civils en juin et juillet 2011 par les rebelles dans plusieurs villages de la région de Tripoli, peuplés de tribus considérées comme fidèles à Kadhafi. HRW cite un commandant rebelle, le colonel El-Moktar Firnana, qui déclare : « Si nous n'avions pas donné des instructions, les gens auraient brûlé ces villages jusqu'au dernier »[306].

Réactions[modifier | modifier le code]

Défections[modifier | modifier le code]

Manifestations de soutien au mouvement anti-Kadhafi de la diaspora libyenne à Washington DC, le 19 février

Le mouvement de passage des cadres du régime à la rébellion commence dès le 20 février, avec Abdelfattah Younès, ministre de l’Intérieur, créateur des forces spéciales et compagnon de Kadhafi, et Moustafa Abdel Jalil, ministre de la Justice[226].

Ils sont suivis du représentant libyen auprès de la Ligue arabe Abdel Mounim al-Khouni et de plusieurs ambassadeurs : au Bangladesh, en Belgique, en Chine, en Inde, en Indonésie, au Nigeria et en Pologne[307]. Les ambassadeurs libyens auprès de Washington[308] et de Paris[309] annoncent aussi se démarquer du régime, puis démissionnent le 25 février. La totalité de la délégation libyenne auprès de l'ONU, démissionne, en deux temps[310],[311].

Plusieurs généraux de police et de l’armée, dont Salah Mathek et Abdel Aziz al-Busta, se rangent du côté de la révolte dans les quinze premiers jours[40].

Ahmed Kadhaf al-Dam, proche conseiller du dirigeant libyen, démissionne le 25 février[312].

Fin mars, Moussa Koussa, ministre des Affaires étrangères, très proche de Kadhafi et ex-chef des services secrets, quitte lui aussi le navire. Ali Triki, ancien ministre des Affaires africaines le suit. Fin mai, c’est Farhat Omar Ben Guidara, président de la banque centrale de Libye, profite d’un passage à Londres pour annoncer son départ. Quelques jours plus tard, Choukri Ghanem, président de la compagnie libyenne du pétrole, abandonne lui aussi le dictateur[226].

Le 19 août, c'est Abdessalam Jalloud, ancien numéro 2 du régime, qui fait défection[313].

Réactions du gouvernement[modifier | modifier le code]

Les autorités libyennes, au début de l'insurrection, ont menacé l'Union européenne « de cesser de coopérer dans la lutte contre l'immigration si elle continue à « encourager » les manifestations dans le pays[314] ». De plus, exerçant un chantage, Tripoli menace de nationaliser les sociétés européennes présentes sur son territoire[315].

Le 2 mars, le régime réagit officiellement aux sanctions prises à son encontre, et envoie une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU, affirmant que la répression a été modérée et demandant la suspension de l'interdiction de voyage et du gel des avoirs de Mouammar Kadhafi et de son entourage[316].

Diaspora libyenne[modifier | modifier le code]

À Paris, un groupe d'opposants libyens s'empare de l'ambassade de Libye le 25 février, pendant quelques heures, aboutissant à la démission de l'ambassadeur.

À Besançon, plusieurs manifestations sont organisées devant l'Hôtel de ville par l'Association de la jeunesse libyenne de Besançon, et soutenues par de nombreux syndicats et associations : une le 26 février[317] ainsi qu'une autre le 28 février[318]. Une nouvelle manifestation est prévue le samedi 5 mars 2011, place du Huit septembre[319].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Condamnations[modifier | modifier le code]

Pays européens[modifier | modifier le code]
  • Drapeau de l'Italie Italie : Le président du conseil italien Silvio Berlusconi condamne dans la soirée du 21 février l'« usage inacceptable de la violence ». Il joint par téléphone le colonel Kadhafi le 22 février à 21 heures (heure italienne), pour lui demander de trouver une solution pacifique[325] et réitère ses propos de la veille. L'Italie, premier partenaire économique de la Libye, lui est liée par d'importants accords de coopération économique. La Libye, de son côté, a investi pour 3,6 milliards d'euros en Italie[326]. 23 % du pétrole et 13 % du gaz d'Italie proviennent de Libye. La situation en Libye provoque une crise en Italie, le Cavaliere ayant qualifié à plusieurs reprises le colonel Kadhafi d'« ami ». Le 26 février il déclare que « l'Europe et l'Occident ne peuvent pas rester spectateurs de ce processus »[327].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Angela Merkel qualifie pour sa part le discours de Kadhafi du 22 février de « très très effrayant », et trouve que le colonel Kadhafi « a déclaré la guerre à son propre peuple ». De même, la ministre des Affaires étrangères espagnole Trinidad Jiménez estime le 23 février que le colonel Kadhafi « a perdu toute légitimité en décidant de bombarder ses propres citoyens ».
  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : Réunie le 23 février à Bruxelles, la Commission européenne déclare, par la voie de son porte-parole, que les « violences [en Libye] sont inacceptables », ajoutant : « Nous serons toujours aux côtés de la démocratie ». Mais elle se refuse à considérer que le président Kadhafi n'est plus un interlocuteur acceptable pour les Européens[328]. Le lendemain, une déclaration conjointe de l'Union européenne et de la Russie affirme : « Nous réprouvons catégoriquement l'usage de la force à l'encontre des civils en Libye qui a fait des centaines de victimes. »[329]

Au 16 mars, l'Europe n'a pourtant toujours pris aucune décision, et a même refusé d'en prendre, et elle reste spectatrice de ce « processus ».

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

Au cours d'une conversation téléphonique, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies a demandé à Kadhafi de faire « cesser immédiatement » les violences contre les manifestants[330]. Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen s'est dit « choqué par l'usage aveugle de la violence contre des manifestants pacifiques », et l'OTAN appelle à la fin des répressions contre des civils non armés. Le Conseil de sécurité se réunit en urgence dans la soirée du 22 février, mais se contente de demander l'arrêt des violences. La Croix-Rouge envoie des équipes aux frontières.

Le Conseil de sécurité de l’ONU prend les premières sanctions internationales contre le régime libyen le 27 février : plusieurs personnalités du régime sont interdites de voyages internationaux, leurs avoirs à l’étranger sont bloqués. De plus, l’ouverture d’une enquête est demandée à la Cour pénale internationale de La Haye[331], faisant suite à la demande de la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Navanethem Pillay, qui évoquait des crimes contre l'humanité le 22 février[332]. Parmi les crimes évoqués dans la presse mondiale figurent les exécutions de manifestants blessés sur leur lit d’hôpital[333].

Le 3 mars 2011, le procureur de la Cour internationale de justice annonce qu'une enquête pour « crimes contre l'humanité » a été ouverte contre le colonel Kadhafi[334]. Le 27 juin 2011, la Cour pénale internationale délivre un mandat d'arrêt contre Mouammar Kadhafi, l'accusant de crimes contre l'humanité[335].

Positions de la Russie et de la Chine[modifier | modifier le code]
  • Drapeau de la Russie Russie : La Russie a condamné l'usage de la force militaire par les forces de Kadhafi contre les civils libyens en février 2011[336] mais s'abstient lors du vote de Résolution 1973 à l'ONU[337]. Moscou dénonce de graves violations des résolutions 1970 et 1973 de l'ONU sur la Libye[338]. La Russie ne reconnait le CNT comme représentant légitime au mois de septembre 2011[339].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : La Chine adresse une protestation solennelle au régime de Kadhafi au cours des combats du mois de février[340] et s'abstient sur le vote de la résolution 1973. Au mois de juillet, alors que la situation semble s'enliser sur le terrain, la Chine soutient l'Union Africaine et notamment du médiateur Sud Africain dans leur tentative pour résoudre la crise[341].
Organisations musulmanes et pays orientaux[modifier | modifier le code]

Le mouvement libanais du Hezbollah dénonce en fin de journée du 21 février les « massacres » et annonce qu'il « prie pour que les révolutionnaires vainquent le tyran »[342].

La Ligue arabe annonce le 22 février en fin d'après-midi que le siège de la Libye « est suspendu » avec effet immédiat[343].

Drapeau du Maroc Maroc: Le 23 février 2011, le ministre des Affaires étrangères marocain Taïeb Fassi-Fihri, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue portugais Luís Amado à Lisbonne, exprime la préoccupation du Maroc à la suite du mouvement de contestation en Libye, il affirme que« le Maroc est extrêmement préoccupé par la spirale de la violence en Libye au cours des derniers jours, rejette et condamne le recours à la violence contre les populations », il a également rappelé que « les peuples marocain et libyen sont unis non seulement par les liens étroits de l'histoire et de la géographie, mais aussi par un projet ambitieux d'intégration maghrébine »[344].

En Tunisie, le ministère des Affaires étrangères a fait part de sa tristesse et sa douleur face à « l'utilisation disproportionnée de la force » contre le peuple libyen frère en Libye sœur, appelant à arrêter immédiatement le recours à la force contre des civils innocents, à cesser cette effusion de sang dangereuse et douloureuse. La chambre des Conseillers a fermement condamné les crimes atroces perpétrés à l'encontre du peuple libyen qualifiant ces violences de crimes contre l'humanité.

Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien, dénonce le colonel Kadhafi, déclarant que « résister aux demandes de ses concitoyens est futile »[345].

Le gouvernement israélien n'a pas émis de commentaire officiel sur la situation en Libye. Seul M. Shimon Peres, en déplacement à Madrid, déclare le 21 février que l'on s'achemine vers une Libye sans Kadhafi.

Drapeau de la Turquie Turquie: Le communiqué du service de presse du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan indique être hostile à une ingérence étrangère en Libye et réclame l'arrêt des violences en Libye et un cessez-le-feu immédiat.

Amérique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : Le 21 février, la Secrétaire d'État Hillary Clinton demande de faire « cesser ce bain de sang ». Elle réitère sa déclaration deux jours plus tard et affirme que le gouvernement libyen sera tenu responsable de ses actes. Cependant, à l'inverse de l'Union européenne, d'éventuelles sanctions ne sont pas encore à l'ordre du jour. Barack Obama[346] rompt enfin le silence pour la première fois sur l'insurrection en Libye dans une courte déclaration, le 23 février à 23 heures 08 (heure de Paris) : « La violence en Libye est monstrueuse et (...) doit cesser rapidement ».

Drapeau du Pérou Pérou : C'est le premier État à rompre ses relations diplomatiques avec la Libye, le mardi 22 février, en signe de protestation contre la violence[347].

Asie[modifier | modifier le code]

L'Inde, dont 18 000 ressortissants vivent et travaillent en Libye, s'exprime le 22 février par une note officielle du ministère des Affaires étrangères affirmant que « le gouvernement condamne l'usage de la force qui est absolument inadmissible »[348].

Soutiens à Kadhafi[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Venezuela Venezuela : Le président Chávez, dont les relations personnelles avec Kadhafi sont excellentes[349] et le ministre des Affaires étrangères, Nicolás Maduro, déclarent que les violences ont été déclenchées en Libye pour justifier une intervention des États-Unis et mettre la main sur le pétrole libyen[350].
  • Drapeau de la Syrie Syrie : selon la lettre d'information Intelligence Online, le gouvernement syrien a mobilisé des pilotes de son armée de l'air pour aider les forces fidèles au régime[351]. Les pilotes de chasse déjà présents dans le cadre d’accords de coopération militaire ont reçu l’ordre de piloter les appareils libyens. Ces premiers éléments ont ensuite reçu le renfort de pilotes d’avions et d’hélicoptères. Enfin, le ferry destiné à évacuer des civils syriens a été retardé afin de permettre l’envoi de soldats, d’armes, de munitions et de véhicules[352].
  • Drapeau du Tchad Tchad : Par ailleurs, selon le site Tchadactuel, repris par le journal français Le Figaro, le Tchad aurait envoyé des troupes soutenir le régime de Kadhafi (ou enverrait avec difficultés, selon Al-jazeera[106]). Il faciliterait également le passage de « volontaires » soudanais vers la Libye[353],[354]. L'ambassadeur tchadien en France a démenti ces informations.

Réponse humanitaire[modifier | modifier le code]

Évacuations[modifier | modifier le code]

Le Haut-commissariat aux réfugiés estime qu'un million de personnes ont fui la Libye entre février et juin 2011. Leurs destinations principales sont la Tunisie (530 000) et l'Égypte (340 000). Seuls 18 000 réfugiés ont atteint l'Europe[355].

Les pays ayant des ressortissants travaillant en Libye commencent à les évacuer à partir du 19 février, soit en envoyant des avions militaires, soit en affrétant des moyens civils, ferries ou avions. C’est le cas de l’Autriche[356], du Portugal le 21 février. La Russie envoie des avions militaires le mardi matin 22 février[357] pour ses ressortissants dont une vingtaine d'employés de Gazprom[358]. Des groupes pétroliers se chargent de leurs employés : c'est le cas du groupe BP, d'ENI. Les Pays-Bas envoient le 22 février un avion militaire pour les ressortissants européens. La France envoie trois avions militaires à partir du 22 février.

La Turquie, qui compte plusieurs dizaines de milliers de ressortissants en Libye envoie deux ferries et un bateau militaire au port de Benghazi (l'aéroport de Benghazi étant inutilisable) pour l'évacuation de trois mille ressortissants turcs, dont plusieurs centaines attendaient dans un stade[359]. Une opération similaire, évacuant trois cent blessés de Misrata assiégée, est protégée par la chasse et la marine militaire turques[360]. Cinq mille Égyptiens et des milliers de Tunisiens sont obligés de fuir par leurs propres moyens vers la frontière entre la Libye et la Tunisie, les milices les accusant de coalition avec les insurgés. L'Égypte devrait envoyer prochainement huit avions (six commerciaux et deux militaires).

Le Royaume-Uni envoie la frégate HMS Cumberland (en) le 22 février en fin de journée à proximité des eaux territoriales libyennes, pour qu'elle soit opérationnelle en cas d'alerte[361]. Le destroyer italien Francesco Mimbelli est envoyé croiser dans cette zone le même jour. Une frégate néerlandaise, la HNLMS Tromp (en), est également déroutée et doit arriver le vendredi 25 février dans les eaux libyennes[361].

La Grèce envoie trois bateaux le 23 février et prend en charge dans les jours suivants, à la demande de la Chine, l'évacuation vers la Crète des travailleurs chinois qui souhaitent quitter la Libye, dispositif complété par une rotation quotidienne de quinze avions[362]. Au total, 36 000 Chinois ont été évacués de Libye[363].

Près d'un millier d'Algériens ont été rapatriés en quatre vols le 24 février. Un Algérien a été tué pendant les émeutes. Le 25 février, le navire italien San Giorgio prend à son bord 245 personnes de Misrata à Catane. Le Nigeria affrète deux Boeing pour ses ressortissants. Seuls les 60 000 ouvriers du Bangladesh, principalement employés dans le secteur du bâtiment, sont laissés à leur sort, le pays étant trop pauvre pour envisager des opérations de rapatriement.

Le Canada évacue tout son personnel diplomatique, La France fait de même le samedi 26 février. L'ambassade est close à 20 heures[364]. Le Royaume-Uni ferme aussi son ambassade et évacue son personnel.

Assistance humanitaire[modifier | modifier le code]

Le 25 février, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé un appel d’urgence préliminaire de 4,7 millions d'euros pour répondre aux besoins les plus pressants des personnes touchées par les troubles violents qui secouent la Libye[365]. En attendant, le 7 mars 2011, le Mistral arrive à Zarzis. Initialement, le bâtiment avait été dépêché pour emmener des ressortissants égyptiens vers Alexandrie en moins d'une semaine[366]. Finalement, ces ressortissants ont déjà été évacués par avion ; dès lors, l'équipage se contente de décharger 130 m3 de fret humanitaire[367].

Le directeur général du CICR a rappelé à tous ceux qui prennent part à la violence que du personnel de santé doivent être en mesure d’accomplir leur travail en toute sécurité[368].

Efforts diplomatiques[modifier | modifier le code]

Le jeudi 7 avril 2011, la France, par la voix d'Alain Juppé, continue sa démarche pour établir la reconnaissance internationale de l'opposition libyenne et exiger le départ de Mouammar Kadhafi, « qui apparaît comme une condition inévitable de la crise en cours pour la France, le Royaume-Uni et les États-Unis »[369].

Le lundi 11 avril, la mission de l'Union africaine ne peut faire accepter sa feuille à la rébellion et aux pays de la coalition arabo-occidentale, qui y mettent comme préalable le départ de Kadhafi[370],[371].

En mai, la Turquie se propose encore comme intermédiaire, sans succès.

De même, les tentatives de négociation en juin échouent, surtout après le lancement d'un mandat d'arrêt international contre Kadhafi[225].

Prix du pétrole[modifier | modifier le code]

Le prix du baril de pétrole Brent qui a terminé l'année 2010 à 94,59 dollars le baril (contre 78 dollars à la fin de 2009), atteint 110 dollars le 23 février 2011[372] et dépasse le niveau de septembre 2008[373].

Entre la période d'apparition des troubles dans le pays et février 2011, la production libyenne, qui s'élève normalement à environ 1,6 million de barils par jour, a été réduite de moitié, voire de trois-quarts selon les estimations[374].

Pénurie de brut de bonne qualité en Europe[modifier | modifier le code]

Le brut rapidement disponible en provenance des autres pays membres de l’Opep, n’est pas de la même qualité que le brut léger libyen, adapté aux vieilles raffineries européennes. Les raffineurs européens, comme notamment Petroplus, Saras ou encore Tamoil, ont déjà annoncé qu’ils chercheraient des fournisseurs alternatifs à la Libye, mais ils seront contraints de payer un prix plus élevé[375],[376].

Immigration[modifier | modifier le code]

Le ministre des Affaires étrangères italien Franco Frattini déclare le 23 février 2011 au matin : « Nous savons à quoi nous attendre quand le régime libyen tombera : une vague de 200 000 à 300 000 immigrés, soit dix fois plus que le phénomène des Albanais dans les années 1990 »[377]. L'Italie sollicite l'aide de l'Union européenne en « lui demandant avec force d'assumer ses responsabilités dans la gestion des flux migratoires »[378].

Finalement, la fin de la guerre, en octobre 2011, n'a pas été suivie d'une vague d'immigration vers l'Europe.

Renforcement des groupes djihadistes[modifier | modifier le code]

Le soulèvement en Cyrénaique a entrainé la prise de contrôle d'arsenaux de l'État libyen et la dissémination des armes qui y étaient stockés. Des islamistes, notamment les Frères musulmans, profitent de la situation pour s'armer. L'Algérie et les pays du Sahel pensent qu'une partie de l'armement est tombée aux mains d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI)[379].

De manière analogue qu'en Irak ou au Yémen, le vide politique entraîné par la chute du régime de Kadhafi à l'ouest de la Libye est une opportunité pour les Jihadistes de se renforcer. Un ancien patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) français et fondateur du Centre International de Recherches et d’Études sur le Terrorisme, considère que le verrou contre Al-Qaida et l'immigration clandestine a sauté en Libye[380].

L'organisme représentant les rebelles, le Conseil national de transition (CNT), reste marqué par l'islam politique. L'article 1 de la Charte nationale fait de la charia islamique la source des lois[381].

Vers une nouvelle Libye ?[modifier | modifier le code]

Interrogations et analyses[modifier | modifier le code]

Infrastructures liées au pétrole et au gaz en Libye.

Après la seconde bataille de Tripoli, considérée comme point culminant et déterminant du conflit, se pose la question de la Libye de l'après-Kadhafi.

Des spécialistes géopolitiques et des universitaires[382] se demandent, à propos de l'avenir du pays : quel sera-t-il et sur quels fondements s'appuiera un futur équilibre politique[383] ? Et comment seront redistribuées les richesses pétrolières du pays[384] ?

La presse s'interroge aussi sur les moyens du processus de reconstruction que rendent nécessaire les importants dégâts militaires[385].

Reprise des combats en 2014[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile libyenne de 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ferocious Battles in Libya as National Council Meets for First Time », News,‎ 6 mars 2011
  2. (en) « Libya's Tribal Revolt May Mean Last Nail in Coffin for Qaddafi », BusinessWeek (consulté le 25 février 2011)
  3. (en) « Libya shuts air space in face of strikes » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 18 mars 2011
  4. (en) Jonathan Marcus, « BBC News - Libya: French plane fires on military vehicle », Bbc.co.uk (consulté le 19 mars 2011)
  5. (en) March 19, 2011 9:24PM, « Operation Ellamy: Designed to strike from air and sea », The Independent (consulté le 20 mars 2011)
  6. (en) March 18, 2011 9:24PM, « Air traffic agency: Libya closes airspace », Herald Sun (consulté le 19 mars 2011)
  7. Le coût de l'engagement canadien en libye s'élève à 26 millions $
  8. Libye : les F-16 belges poursuivent les attaques au sol
  9. Berlusconi autorise des raids contre les objectifs militaires libyens
  10. a, b, c et d (ar) « الأدوار العربية في ثورة ليبيا تتكشف », Aljazeera, Qatar,‎ 2011 (lire en ligne)
  11. (en) Charles Levinson, « Egypt Said to Arm Libya Rebels - WSJ.com », Online.wsj.com (consulté le 19 mars 2011)
  12. « Egyptian Special Forces Secretly Storm Libya », Daily Mirror, UK,‎ 3 mars 2011 (lire en ligne)
  13. Middle East Unrest Page 23 Liveblog live blogging Reuters.com
  14. « Libya's Opposition Leadership Comes into Focus », Business Insider, Stratfor,‎ 8 mars 2011 (lire en ligne)
  15. (en) « Rebels Forced from Libyan Oil Port », BBC News,‎ 10 mars 2011
  16. « The battle for Libya: The colonel fights back », The Economist,‎ 10 mars 2011 (lire en ligne)
  17. « http://blogs.aljazeera.net/live/africa/live-blog-libya-march-2 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12
  18. http://www.thestar.com/news/world/article/947638--the-star-in-libya-rebels-quash-gadhafi-raid
  19. a et b http://www.democraticunderground.com/discuss/duboard.php?az=show_mesg&forum=439&topic_id=593615&mesg_id=593721
  20. (en) « Battle for control rages in Libya - Africa », Al Jazeera English,‎ 15 mars 2011 (consulté le 19 mars 2011)
  21. (en) « Battle rages over Libyan oil port », Al Jazeera English,‎ 3 mars 2011 (consulté le 13 avril 2011)
  22. (en) « Gadhafi Showers Strategic Oil Port with Rockets » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Google Actualités, 10 mars 2011. Consulté le 10 mars 2011
  23. a et b « Libye: 10 000 morts et 50 000 blessés, selon les insurgés », Le Parisien, 19 avril 2011
  24. Abattu par erreur.
  25. (en) « Libya crisis: US warplane crew rescued after crash », sur http://www.bbc.co.uk (consulté le 13 novembre 2013)
  26. http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-13858200
  27. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2023069/U-S-Navy-drone-missing-Libya-shot-Gaddafis-forces.html
  28. a et b http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-12633415
  29. http://www.zawya.com/story.cfm/sidANA20110427T111357ZJAX16
  30. Un groupe Facebook appelle à manifester jeudi en Libye, Libération, 14 février 2011
  31. 38 blessés lors de manifestations en Libye, Le Nouvel Observateur, 16 février 2011
  32. a et b Nombreux morts à Tripoli, appel d'oulémas à chasser Kadhafi, article sur Reuters. Le 21 février 2011. Consulté le 22 février 2011.
  33. « La révolte contre le régime libyen depuis le 15 février », article en ligne du journal La Dépêche du Midi du 26 février 2011.
  34. « Libye : Ban Ki-moon salue la résolution historique du Conseil de sécurité », un.org,‎ 18 mars 2011 (consulté le dimanche 20 mars 2011).
  35. Thomas Hofnung, « La France n'a laissé à personne le soin de passer à l'action en Libye », liberation.fr,‎ 19 mars 2011 (consulté le dimanche 20 mars 2011)
  36. «Kadhafi a été tué, confirme le CNT»
  37. Saïf Al-Islam Kadhafi a été arrêté dans le sud de la Libye, Le Monde, 19 novembre 2011.
  38. Le CNT proclame officiellement la "libération" de la Libye - Le Monde - 23 octobre 2011
  39. « Wikileaks montre un Kadhafi maître de la manipulation », sur Slate.fr,‎ 23 février 2011
  40. a, b et c Philippe Leymarie, « Guerre civile en Libye et options militaires », Blogs du Monde diplomatique, publié le 25 février 2011, consulté le 28 février
  41. IDHAE Observatoire mondial des droits de la défense et des violations des droits des avocats
  42. a et b Nicolas Bourcier, « Libye : l’homme qui a fait le printemps », Le Monde, 22 mars 2011, p. 3
  43. « Egypt, Oil and Democracy », sur New York Times,‎ 31 janvier 2011
  44. a et b « CIA The World Factbook Libya », sur CIA The World Factbook,‎ 27 février 2011
  45. Almanar, « L’Europe dépend fortement des importations de pétrole libyen », Almanar, 22 février 2011, consulté le 28 février
  46. Carte « Du Maroc au Yémen : données démographiques, économiques et politiques », Courrier international, no 1058, du 10 au 16 février 2011, p. 15
  47. a, b, c et d Moncef Djaziri, « Tribus et État dans le système politique libyen », Outre-Terre 3/2009 (n° 23), p. 127-134.
  48. « Les chefs de tribus qui gouvernent le pays ont un rôle d’arbitre », sur La Croix,‎ 24 février 2011
  49. a, b, c et d Vincent Matalon, « Libye : quel rôle jouent les tribus ? », Le Monde, publié le 24 février 2011
  50. « La Libye, un pays rythmé par ses tribus », sur TSR,‎ 23 février 2011
  51. « Libye: "Kadhafi équilibrait le pouvoir des tribus" », sur L'Express,‎ 23 février 2011
  52. (it)« Libia, “La fine per Gheddafi arriverà dalla ribellione delle tribù” », blitz quotidiano, 22 février 2011, 11:24, article en ligne
  53. Le Monde.fr
  54. « La Carte des révoltes au Maghreb et au Moyen-Orient », Le Monde, le 22 février 2011, lien
  55. Le Monde diplomatique, « Libye », Le Monde diplomatique, no 685, avril 2011, p. 21
  56. Myriam Berber, « La situation tunisienne préoccupe le monde arabe », Radio France international, publié le 19 janvier 2011, consulté le 25 avril 2011
  57. a et b Maïté Darnault, « Les femmes, actrices de l'ombre de la révolte en Libye », Rue89, publié le 12 mars 2011, consulté le 16 mars
  58. « Crise égyptienne : Panhard assailli de demandes venant des États du Golfe », Les Echos, 2 février 2011, lien
  59. Le GICL, affilié à Al-Qaïda, en première ligne de l’insurrection libyenne , Michel Chossudovsky, mai 2011
  60. Révision du Groupe islamique combattant libyen : un an après (Magharebia.com)
  61. Béatrice Gurrey, « L’impatience et le découragement gagnent les insurgés libyens de Benghazi », Le Monde, 20 avril, p. 8
  62. a et b Béatrice Gurrey, « En direct de la Libye libre », Le Monde, 19 avril 2011, p. 3
  63. Compilation de sources, « Affrontements avec la police à Benghazi (Libye)-nuit du 15 au 16 février », Jura libertaire, 16 février 2011, lien
  64. Service international du Monde, « La soif de changements s'étend dans le monde arabe », Le Monde, 18 février 2011, p. 6
  65. Maghrebemergent.com
  66. Hala Kodmani, « Manifs en Libye : Kadhafi, le révolutionnaire révolutionné », Rue89, publié le 16 février, consulté le 17 février
  67. (en) Journée de la colère en Libye, Al Jazeera. Le 18 février 2011. Consulté le 22 février 2011
  68. Florent Marcie, « "Faites savoir tout cela" », Le Monde, 17 mars 2011, p. 22-23
  69. Libye: au moins 4 morts dans des manifestations à Al-Baïda, Le Point, 17 février 2011, consulté le 22 février 2011
  70. « Yémen, Barhein, Libye : la police ouvre le feu »
  71. La Libye bloque Internet la nuit
  72. Thala solidaires fournit un lien vers le communiqué d’Anonymous, publié le 19 février 2011
  73. Le Figaro, 21 février 2011, p. 6
  74. a et b Reuters, L’Est de la Libye échappe au contrôle du régime Kadhafi, L’Express, 22 février 2011
  75. a, b et c Rue89, « Situation insurrectionnelle en Libye, Kadhafi en sursis », Rue89, publié et consulté le 20 février 2011
  76. Libération, 21/02/2011 Lundi sanglant en Libye: Sarkozy condamne « l'usage inacceptable de la force ».
  77. Au moins 233 morts en Libye selon un dernier bilan de HRW, Reuters France. Le 21 février 2011. Consulté le 22 février 2011.
  78. a, b, c, d et e RSR, « Révolte en Libye, événements minute par minute », RSR, 21 février 2011
  79. a, b, c et d Libye : le clan Kadhafi fait bombarder les manifestants, Rue89, 21 février 2011
  80. EN DIRECT. Libye : plusieurs villes seraient aux mains des opposants, le Parisien, 21 février 2011]
  81. CNN Turquie
  82. EN DIRECT. Libye : deux avions et deux hélicoptères se posent à Malte, Le Parisien. Le 21 février 2011. Consulté le 22 février 2011.
  83. L'armée bombarde Tripoli, des témoins évoquent des "massacres", TF1.fr, 21 février 2011
  84. « Libye: deux F-1 font défection et atterrissent à Malte »,‎ 2011. Les radios maltaises qualifient ces personnes de membres des services de renseignement français
  85. Kadhafi pourrait avoir quitté la Libye, Le Nouvel Observateur. Le 21 février 2011. Consulté le 22 février 2011.
  86. (en) « Libya: Colonel Gaddafi 'flees' to Venezuela as cities fall to protesters »,‎ 2011
  87. Le Venezuela dément la venue de Kadhafi, Le Figaro. Le 21 février 2011. Consulté le 22 février 2011.
  88. BBC News, 22 février 2011 "Vous voyez, je suis à Tripoli, pas au Venezuela. Ne croyez pas ce que disent les médias des chiens errants."
  89. Libye en direct : les manifestations heure par heure, 21 février 2011
  90. « Que quiconque de l'armée libyenne puisse tirer une balle sur Mouammar Kadhafi pour en débarrasser la Libye, le fasse, ouest France source. »
  91. Des officiers appellent à renverser Kadhafi, Europe 1, 22 février 2011
  92. Mouammar Kadhafi promet de "nettoyer la Libye maison par maison", L'Express, 22 février 2011
  93. Libye. Retour sur la journée d'hier heure par heure letelegramme.com, 22 février 2011
  94. Libye: Mouammar Kadhafi s'accroche fermement au pouvoir, 20 minutes, 22 février 2011
  95. (en) BBC News 23 février 2011
  96. Blog d’Al-Jazira
  97. The Guardian
  98. a et b EN DIRECT. Libye, Le Parisien, 22 février 2011
  99. Ben Wedeman, Eastern Libya appears to be under opposition control, CNN, 22 février 2011
  100. "" Le Parisien - Un avion de l'armée de l'air libyenne, s'est écrasé près de Benghazi
  101. EN DIRECT. Libye : seule la région de Tripoli resterait aux mains de Kadhafi, le Parisien, avec AFP, 23 février 2011, 20h05
  102. a et b « Libye : le régime de Kadhafi s'effrite », Metro,‎ 23 février 2011 (lire en ligne)
  103. a et b « EN DIRECT: La Libye au bord du chaos », Le Parisien,‎ 23 février 2011 (lire en ligne)
  104. a et b AFP, « Al-Qaida en Libye : mensonge de Kadhafi », Le Figaro,‎ 25 février 2011 (lire en ligne)
  105. (ar) First Edition of the Benghazi Newspaper, 24 février 2011
  106. a, b et c Live blog de la chaîne d’information Al-Djazira, 24 février 2011
  107. Damien Coquet, Les villes passées sous le contrôle des opposants à Kadhafi s’organisent, France 24, 28 février 2011, consulté le 3 mars
  108. Reuters:Libération de Zouara
  109. Retransmission France 24, 25 février 2011
  110. Le fils de Kadhafi espère une négociation et un cessez-le-feu # L'Express
  111. Source Le Parisien 26 février 2011
  112. Article de l'« Express » du 27 février 2011
  113. Un gouvernement provisoire en Libye?.
  114. Zaouïa, dernière grande cité sur la route de Tripoli, sous le contrôle des rebelles, Le Point. Le 27 février 2011. Consulté le 28 février 2011.
  115. Philippe Chapleau, « L'Enterprise passe Suez, le redéploiement US s'organise » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ouest-France, 1er mars 2011. Consulté le 1er mars 2011
  116. AFP, « Un navire militaire américain se rapproche de la Libye », Le Parisien,‎ 1er mars 2011 (consulté le 1er mars 2011)
  117. Article du « Parisien » du 28/02/2011
  118. N. No, « Le dialogue inter-libyen semble au point mort », Le Monde, 19 avril 2011, p. 8
  119. The Guardian, 27 février
  120. The Guardian
  121. « Nouvel assaut des forces pro-Kadhafi sur Brega », radio-canada.ca,‎ 2011 (consulté le 3 mars 2011)
  122. « Libye: la ville rebelle d'Ajdabiya a été bombardée par deux jets des forces loyales au colonel Kadhafi », tsr.ch,‎ 2011 (consulté le 3 mars 2011)
  123. Article du « Monde », article du 4 mars 2011
  124. Source Le Parisien 4 mars 2011
  125. Article du « Parisien » du 05 mars 2011
  126. Article du « Parisien » du 5 mars 2010
  127. La France reconnaît le Conseil national de transition comme seul "représentant légitime" de la Libye, Le Point, 10 mars 2011
  128. Paris et Londres proposent 7 mesures à l'UE, France 2, 10 mars 2011
  129. Peacereporter.net
  130. Italiah24.it
  131. Bellaciao.org
  132. Philippe Leymarie, du Monde diplomatique, la reprend : « L’OTAN superstar en Libye », Défense en ligne — Blog du Diplo, 31 mars 2011
  133. Le monde du 7 mars 2011 - Libye : les combats font rage autour de Ras Lanouf, info de 9h07
  134. « [Newsletter-Quotidienne En Libye, des habitants fuient Ras Lanouf par crainte d'une attaque des pro-Kadhafi », Le Point, 7 mars 2011
  135. Caroline Ronsin, « Chronologie du "printemps arabe" », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 23
  136. La voix des martyrs de la liberté d'expression Nouvel Obs.com
  137. Le récit de la journée de mardi : Ras Lanouf bombardé, La résistance de la ville de Zouïa sous les roquettes, les prisonniers présentés comme des membres d'al Qaida, Le Monde, 8 mars 2011
  138. France 2, 10 mars 2010 : La drogue supposée des manifestants libyen présentée par Kadhafi
  139. INA, 19 octobre 2009 : le tramadol, la drogue qui fait des ravages à Gaza
  140. Reuters : Les insurgés reculent à 20 km de Ras Lanouf, le 12 mars 2011.
  141. Le Point, article du 13 mars 2011, 22h56 : Les insurgés libyens affirment avoir repris Brega
  142. Le Point, article du 13 mars 2011, 12h10 : Les forces pro-Kadhafi progressent vers Benghazi, les loyalistes ont repris le contrôle de la ville de Brega
  143. Rémy Ourdan, « Adjabiya, tombée en 45 minutes aux mains de Kadhafi », Le Monde, 17 mars 2011, p. 11
  144. Le Point, article du 15 mars 2011 : Les forces de Kadhafi se rapprochent de Benghazi
  145. Philippe Leymarie, « Ratages en Libye », Défense en ligne, blog du Monde diplomatique, publié le 12 juillet 2011, consulté le 15 juillet
  146. « La bataille de Benghazi se profile en Libye », Le Point, 17 mars 2011
  147. Rue 89, article du 17 mars 2011 : En Libye et à Bahreïn, massacres à huis clos
  148. « « annonce une offensive contre Benghazi » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27 », Le Point, 17 mars 2011
  149. « Seif el-Islam Kadhafi annonce que l'armée libyenne va se déployer autour de Benghazi », Le Point, 18 mars 2011
  150. France 2, reportages du 18 mars 2011 : Réactions du camp Kadhafi (manifestations de soutien) - L'ONU se fâche (liesse à Benghazi) - Les rebelles libyens bombardés
  151. Le Parisien du 25 février 2011
  152. TSR.info : Berne bloque les avoirs du clan Kadhafi
  153. Le Parisien du 24 février 2011
  154. « Londres et Paris soutiennent l’idée d’une zone d’exclusion aérienne en Libye », euronews.fr,‎ 2011 (consulté le 4 mars 2011)
  155. « Paris et Londres d'accord pour planifier une zone d'exclusion aérienne en Libye », nouvelobs.com,‎ 2011 (consulté le 4 mars 2011)
  156. a et b Philippe Leymarie, « En Libye, le Pentagone à la manœuvre », 23 mars 2011
  157. « Le Conseil de sécurité approuve le recours à la force en Libye », Le Monde, 17 mars 2011
  158. « L'ONU autorise le recours à la force contre la Libye », Le Parisien, 17 mars 2011
  159. (en) UN Security Council authorizes ‘all necessary measures’ to protect civilians in Libya
  160. (en) Guardian Texte intégral de la résolution 1973 de l'ONU
  161. « En Libye, Benghazi sous le feu des forces de Kadhafi », Le Monde, 19 mars 2011
  162. « l'annonce du cessez-le-feu hier en Libye, les combats continuent ce samedi dans le sud-ouest de Benghazi », Libération, 19 mars 2011 :
  163. « fournirait des armes aux rebelles libyens », Le Point, 19 mars 2011
  164. a et b 20minutes, article du 19 mars 2011 : Libye: Sarkozy salué, avec quelques bémols dans la presse
  165. Au moins vingt cibles atteintes lors des premières frappes en Libye, Le Point, 20 mars 2011
  166. Moscou accuse la coalition de tuer des civils en Libye, Le Point, 20 mars 2011
  167. Le Point, article du 20 mars 2011 : Une intervention militaire en Libye à l'issue incertaine
  168. Les États-Unis assurent qu'ils ne cherchent pas à faire tomber Kadhafi, Le Point, article du 20 mars 2011
  169. Le Point, compte rendu du 22 mars 2011 : Le fil de l'opération militaire internationale en Libye
  170. Christophe Ayad, Sous le feu à Benghazi, Libération, article du 21 mars 2011
  171. Le Point, article du 21 mars 2011 : L'intervention française en Libye qualifiée de "jeu de massacre"
  172. Le Point, article du 22 mars 2011 : Libye - Violents affrontements dans la région de Yefren
  173. Le Point, article du 21 mars 2011 : Discussions orageuses à l'Otan sur la Libye. La France, plutôt isolée, refuse que l'Alliance prenne le contrôle des opérations contre Kadhafi.
  174. Répulicain Lorrain.fr
  175. 20minutes, article du 22 mars 2011 : Le commandement de l'« Aube de l'Odyssée » au cœur de la discorde
  176. Rémy Ourdan, « Les insurgés libyens reprennent la route d’Adjabiya », Le Monde, 23 mars 2011, p. 8
  177. AFP, « Ajdabiya, en liesse, fête l'entrée des rebelles », sur lepoint.fr,‎ 26 mars 2011 (consulté le 28 mars 2011)
  178. « Libye: les insurgés reprennent Ajdabiya aux forces de Kadhafi », sur nouvelobs.com,‎ 26 mars 2011 (consulté le 28 mars 2011)
  179. AFP, « Libye: les rebelles ont repris Ajdabiya et Brega, et avancent vers l'ouest » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur france24.com. Mis en ligne le 27 mars 2011, consulté le 28 mars 2011
  180. Libération de Ras Lanouf et Ben Jawad
  181. Lente progression devant Syrte
  182. embuscade à l'est de Syrte
  183. Les insurgés se replient vers Ben Jawad
  184. Américains se demandent si en Libye, ils roulent pour Sarkozy, Rue 89, 29 mars 2011
  185. Le Point, article du 30 mars 2010 : Les pro-Kadhafi reprennent Ras Lanouf
  186. Le JDD, article du 30 mars 2010 : La coalition envisage l’après-Kadhafi
  187. Le Point, article du 31 mars 2011 : Le chef de la diplomatie libyenne démissionne
  188. Le Monde, article du 31 mars 2011 : Libye : Paris et Londres évoquent une "fin de régime"
  189. Associated Press, article du 31 mars 2011 : Libye, les forces de Kadhafi pilonnent Brega
  190. Le Point, article du 31 mars 2011 : L'Otan a pris le commandement des opérations en Libye
  191. Le Point, article du 31 mars 2011 : L'Otan s'oppose à l'idée d'armer les rebelles libyens
  192. Le Point, article du 3 avril 2011 : Libye : les combats reprennent à Brega
  193. Le Point, article du 2 avril 2011 : Bavure de la coalition en Libye
  194. Le Point, article du 5 avril 2011 : L'Otan estime n'être pas responsable du "malheureux accident" de vendredi en Libye
  195. Le JDD', article du 3 avril 2011 : En Libye, les djihadistes montent au front
  196. Libye: Kadhafi cherche une issue, les États-Unis arrêtent leurs frappes
  197. Le Point, article du 4 avril 2011 : En Libye, les États-Unis acceptent de prolonger leurs frappes
  198. Le Point, article du 4 avril 2011 : Des fils de Kadhafi évoqueraient le départ de leur père
  199. Kadhafi envisagerait une issue diplomatique, Le Point, 5 avril 2011
  200. Le Point, article du 21 février 2011 : Le fils de Kadhafi: le peuple doit choisir entre nouvelle Libye ou guerre civile
  201. Le Point, article du 5 avril 2011 : La France cherche une solution politique en Libye
  202. « Les rebelles libyens dénoncent l'"inaction" de l'Otan », sur lePoint.fr,‎ 6 avril 2011
  203. Le Point, article du 6 avril 2011 : Violents combats à l'est de Brega, l'Otan critiquée
  204. BFM TV sur Dailymotion, reportage posté le 7 avril 2011 : Bouclier humain devant la résidence de Kadhafi
  205. BFM TV, reportage du 2 avril 2011 : Libye : mines antipersonnelles près d’Ajdabiya
  206. Euronews, article et vidéo du 13 avril 2011 : Ajdabiya, à nouveau pilonnée par les forces kadhafistes
  207. Hélène Sallon, « Libya Al-Hourra, la première chaîne de télé libre de Benghazi », Printemps arabe, blog du Monde, publié le 30 mai 2011, consulté le 31 mai
  208. RFI, « Libye : le front figé à Adjabiya «, Radio France internationale, publié le 6 juillet 2011
  209. Le Figaro, «[1]«, Le Figaro, publié le 14 juillet 2011
  210. Le Figaro, «[2]«, Le Figaro
  211. (en) « 7 rebels dead, dozens wounded in Libyan government shelling », Associated Press, 19 juillet 2011
  212. Le Point, article du 7 avril 2011 : En Libye, l'aide à Misrata s'organise
  213. « Libya rebels 'capture Misrata airport' », BBC, publié le 11 mai 2011, consulté le 12 mai 2011
  214. a et b « Des experts dénoncent la gestion du dossier libyen et les courants islamistes du CNT », Radio France internationale, publié le 13 juin 2011
  215. « Une grande partie de Touarga aux mains des rebelles », RTL.be,‎ 12 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  216. « Frappes de l'Otan : Tripoli annonce la mort d'un des fils Kadhafi », Le Parisien,‎ 1er mai 2011 (consulté le 1er mai 2011).
  217. « Libye: Seif Al-Arab Kadhafi et trois de ses enfants tués », Afrique Jet,‎ 1er mai 2011 (consulté le 1er mai 2011).
  218. LCI.TF1.fr
  219. a et b « L'OTAN frappe un poste de sécurité et le ministère anti-corruption », LCI/TF1 (consulté le 20 août 2011).
  220. Guy Desmond, « L'OTAN aurait bombardé le complexe de Kadhafi à Tripoli », Le Point,‎ 10 mai 2011 (consulté le 20 août 2011).
  221. « Deux explosions dans le secteur de la résidence de Kadhafi à Tripoli », LCI/TF1 (consulté le 20 août 2011).
  222. Daniel Brunnstrom, Marine Pennetier, « L'OTAN annonce avoir coulé huit navires de guerre de Kadhafi », L'Express/Reuters,‎ 20 mai 2011 (consulté le 20 août 2011).
  223. Libye : "Ces chiens de Français..."
  224. a et b RFI, « En Libye, les insurgés progressent vers Tripoli », Radio France internationale, publié le 29 juin 2011, consulté le 30 juin
  225. a et b RFI, « "Depuis la publication du mandat d'arrêt de la CPI, toutes les initiatives sont dans l'impasse» affirme le CNT  », Radio France internationale, publié le 30 juin 2011
  226. a, b et c Nathalie Guibert, « Les signes de l’étouffement du régime Kadhafi », Le Monde, 12-13 juin 2011, p. 4
  227. Les pro-Kadhafi bombardent Zenten , Le Figaro, 12 juin 2011
  228. Saif al-Islam Kadhafi propose des élections en Libye dans les trois mois, Le Monde, publié le 16 juin 2011
  229. Pascal Riché, « Comment peut se finir la guerre en Libye », Rue89, publié le 28 juin 2011, consulté le 30 juin 2011
  230. Reuters, « French arms to Libya expose tensions in war », Al-Masry Al-Youm english edition, publié le 1er juillet 2011
  231. Claire Arsenault, « En Libye, la rébellion mène une offensive "à portée de canon" de Tripoli », Radio France internationale, publié le 6 juillet 2011
  232. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/07/07/les-rebelles-libyens-remportent-leurs-premiers-succes-sur-la-route-de-tripoli_1546227_3212.html
  233. Lemonde.fr, AFP et Reuters, « Libye : les rebelles continuent leur avancée vers Tripoli », Le Monde,‎ 8 juillet 2011 (lire en ligne)
  234. TF1 News, « Libye : violents combats dans le djebel Nefoussa », TF1 News,‎ 2011 (lire en ligne)
  235. Florent Marcie, « Libye: les rebelles disent avoir fait sauter le verrou de Bir Ghanam » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), AFP. Mis en ligne le 6 août 2011, consulté le 20 août 2011.
  236. « Libye : Kadhafi prédit une «fin proche» pour les rebelles, Le Figaro », Le Figaro,‎ 14 août 2011.
  237. « En Libye, les rebelles multiplient les fronts pour affaiblir le régime », Le Monde,‎ 18 août 2011 (consulté le 18 août 2011).
  238. (en) « Fighting fierces 40 miles from Tripoli », CNN,‎ 19 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  239. (en) Chris Stephen, « Zlitan falls to rapid advance by Libyan rebel forces », The Scotsman,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  240. (en) Michael Georgy, « Rebels launch push to consolidate Tripoli siege », Reuters,‎ 17 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  241. (en) « No way out for the colonel », The Economist,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011) : « Muammar Qaddafi’s capital is now a city under siege ».
  242. (en) « Breaking News: Gaddafi and Two of His Sons Have Left Libya », Tripoli Post,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  243. (en) « Blasts, sustained gunfire in Tripoli: Reuters witness », Reuters,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  244. (en) « Saturday, August 20, 2011 - 23:11 - Libya », Aljazeera,‎ 20 août 2011 (consulté le 20 août 2011).
  245. « Les rebelles contrôlent la majeure partie de Tripoli », Le Point,‎ 22 août 2011 (consulté le 22 août 2011).
  246. Article de La croix du 23 août 2011
  247. Tarek Amara, « Les insurgés s'emparent du poste-frontière de Ras Djir », Reuters, 26 août 2011
  248. Article du Figaro du 28 août 2011
  249. « Article de l'AFP du 3 septembre 2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  250. http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/libye-kadhafi-promet-le-combat-jusqu-a-la-victoire-pekin-reconnait-le-cnt_1029001.html?actu=1
  251. « « Libye: les combattants anti-Kadhafi patrouillent dans Bani Walid "libre" » - article de l'AFP du 17 octobre 2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  252. Article de L'express du 23 août 2011
  253. Article de Romandie News du 24 août 2011
  254. Article de L'Express du 26 août 2011
  255. « Article AFP du 28 août 2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  256. « Article de l'AFP du 29 août 2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  257. « Libye : les combattants du CNT s'approchent de Syrte » - Article du Monde du 8 septembre 2011
  258. Libye : les rebelles entrent dans Syrte -Article de Cyberpresse du 15 septembre 2011
  259. Syrte et Bani Walid résistent aux offensives des forces du CNT, Le Monde, 29/09/11
  260. Le porte-parole de Kadhafi capturé, Le Figaro, 29/09/11
  261. Moussa Ibrahim dément sa capture
  262. Les rebelles prennent le contrôle de l'université de Syrte
  263. Mouammar Kadhafi est mort, Syrte est libérée - la croix - Article du
  264. Mouatassim, un des fils Kadhafi, retrouvé mort à Syrte, RTL, 20 octobre 2011
  265. « Exfiltration de Kadhafi par des Sud-africains: une histoire qui mériterait des éclaircissements »,‎ 29 octobre 2011 (consulté le 30 octobre 2011)
  266. Dailystar.com.lb
  267. Article de La Dépêche du 19 août 2011
  268. Article zonebourse.com du 24 août 2011
  269. Article d'Europe 1 du 25 août 2011
  270. http://edition.cnn.com/2011/WORLD/africa/08/29/libya.war/index.html
  271. http://hosted.ap.org/dynamic/stories/M/ML_LIBYA?SITE=AP&SECTION=HOME&TEMPLATE=DEFAULT&CTIME=2011-09-16-09-52-34
  272. « « Libye: les forces du CNT contrôlent deux importantes villes oasis, dans le sud » - Article de l'AFP du 21/09/2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  273. « Libye - La ville de Waddan « libérée », environ 70 % de l'oasis de Djofra sous contrôle (représentant CNT) » - Article de afreekelection.com du 21/09/2011
  274. Libya military site yields possible radioactive material
  275. Dumped in the desert ... Gaddafi’s yellowcake stockpile
  276. « Combats à Ghat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  277. Libye : attaque de pro-Kadhafi à Bani Walid, 4 morts et 20 blessés, sur le site de LCI, consultée le 23 septembre 2012.
  278. (it) tg24 > Il racconto dell'inviato: "Il regime di Gheddafi è finito", in Sky.it, 22 février 2011.
  279. Le Point, « La Libye s’enfonce dans le chaos », Le Point, 23 février 2011
  280. (en) Live Blog - Libya Feb 22, Al Jazeera, 22 février 2011, à 9:34 le matin (9:34 am)
  281. Europe1.fr, 23 février 2011
  282. Le Point, « Les violences en Libye ont fait au moins 300 morts selon un premier bilan de Tripoli », Le Point, 23 février 2011
  283. « En Libye, 6000 morts et Kadhafi menace encore », L'Express, publié le 02/03/2011 à 19:30, lien
  284. (en) « Libyan TV shows footage of captured Dutch chopper », sur rnw.nl, Radio Nederland Wereldomroep,‎ 3 mars 2011 (consulté le 4 mars 2011)
  285. Libye - Plus de 20000 morts en six mois
  286. Libye - Chronologie de plus de six mois d'insurrection et de guerre civile
  287. « Al Jazeera signal jammed in Mideast, Libya suspected », dépêche Reuters via Dawn,‎ 20 février 2011 (lire en ligne)
  288. « Al Jazeera au cœur de la tourmente », Télé satellite & numérique,‎ 22 février 2011 (lire en ligne)
  289. a, b, c, d, e, f et g (en) « Libyan claims rape by soldiers, is dragged away », Associated Press,‎ 26 mars 2011 (lire en ligne)
  290. a et b (en) Damien McElroy, « Libyan woman tells journalists in Tripoli that regime's men raped and tortured her », The Daily Telegraph,‎ 26 mars 2011 (lire en ligne)
  291. a, b et c (en) David D. Kirkpatrick, « Libyan Woman Struggles to Tell Media of Her Rape », The New York Times/Associated Press,‎ 26 mars 2011 (lire en ligne)
  292. a et b (en) « Libyan woman bursts into hotel to tell her story of rape », CNN,‎ 26 mars 2011 (lire en ligne)
  293. (en) Lisa Holland, « Tripoli shock: Minders snatch 'rape victim' », Sky News,‎ 26 mars 2011 (lire en ligne)
  294. Pierre Vermeren dans l’émission présentée par Marie-France Chatin, « Les révoltes arabes, six mois après », Radio France internationale, 26 juin 2011
  295. a et b Scènes d'horreur en Libye, Europe 1, 29/8/2011
  296. De Tripoli à Syrte, l'ultime bataille en Libye, Le Figaro 29/8/2011
  297. a, b et c Article du Parisien du 5 mars 2011
  298. « Black Star News Editorial - 21 juin 2011 - « Ethnic Cleansing of Black Libyans » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  299. « Libya City Torn by Tribal Feud - Ethnic Hatred Rooted in Battle for Misrata Underlines Challenges the Nation Faces After Gadhafi », un article du Wall Street Journal, par SAM DAGHER, 21 juin 2011.
  300. « Libye : attaques ciblées contre les immigrés sub-sahariens », 23 juin 2011.
  301. Zineb Dryef, « Libye : Amnesty accuse les rebelles de torture et d'exactions »,‎ 16 juin 2011 (consulté le 29 septembre 2011).
  302. Déclaration du 7 septembre 2011 par Amnesty International, « Libye : les Tawarghas doivent être protégés des représailles et des arrestations arbitraires »
  303. « Libye : "Des exactions "anti-noirs" dans les zones rebelles" », article de l'Express du 19 mai 2012, par Jules Giraudat, publié le 19/05/2012 à 15:49
  304. Brega, cité fantôme sous les bombes de l'Otan
  305. Kadhafi dénonce les "crimes de guerre" de l'OTAN, Paris Match, 6 juillet 2011
  306. AFP, « Human Rights Watch révèle des exactions commises par les rebelles libyens », France 24,‎ 13 juillet 2011 (lire en ligne)
  307. Dépêche ITAR-TASS du 21 février 20:46
  308. Constance Jamet, « 'Ces hauts responsables qui lâchent Kadhafi' », Le Figaro, 23 février 2011
  309. L'ambassadeur de Libye en France lance un appel à « l'arrêt à la terreur », in Le Point, 22 février 2011
  310. L'ambassadeur adjoint de l'ONU en Libye, Ibrahim Dabbashi, parle d'un "génocide" (document audio), RTL.fr, 22 février 2011
  311. La délégation annonce se rallier au peuple libyen et ne plus soutenir le régime de Kadhafi : « Nous, dans la mission libyenne, avons décidé catégoriquement de représenter le peuple libyen dans sa totalité »
  312. « Kadhaf al-Dam, proche conseiller et cousin de Kadhafi, démissionne », Nouvelobs/AFP,‎ 25 février 2011 (consulté le 21 août 2011).
  313. Ulf Laessing, Marine Pennetier, « Dépêche : défection d'Abdel Salam Jalloud, ex numéro 2 de Muammar Kadhafi », France Inter,‎ 20 août 2011 (consulté le 21 août 2011).
  314. L'Express, 20/02/2011 source
  315. Article de Nathalie Nougayrède dans Le Monde du 22 février 2011, p. 4
  316. « Libye: le régime de Kadhafi demande la suspension des sanctions de l'ONU », Romandie News reprenant une dépêche de l'AFP, 5 mars 2011 00h22, lien
  317. Besançon : manifestation de soutien à la Révolte libyenne, sur MaCommune.info (consulté le 26 février 2011)
  318. Besançon : « à bas la dictature de Kadhafi ! » sur MaCommune.info (consulté le 1er mars 2011).
  319. Besançon : un rassemblement de soutien à la « Révolution » libyenne, sur MaCommune.info (consulté le 3 mars 2011).
  320. Romandie News, 19/02/2011 source.
  321. Site du Parisien du 21/02/11
  322. Le Point, 21/02/2011 [3] Le Point le 21 février 2011
  323. Source Le Parisien
  324. « Sarkozy : “Kadhafi doit partir” », France-Soir, 26 février 2011.
  325. Dépêche de l'ANSA
  326. Le Figaro du 23 février 2011, citant Il Sole 24 Ore. La Libye est le premier actionnaire de la banque UniCredit, par l'intermédiaire de son fonds souverain Libyan Investment Authority. D'autres fonds libyens détiennent 0,5 % de la compagnie pétrolière ENI ou 7,5 % de la Juventus
  327. « Kadhafi ne contrôle plus la situation, déclare Berlusconi », L'Express, 26 février 2011.
  328. Face aux (r)évolutions au Moyen-Orient, l’Europe se met en branle… lentement, Bruxelles2, 23 février 2011]
  329. RIA Novosti 24 février 2011
  330. Libye: violences doivent "cesser" (ONU), Le Figaro, 21 février 2011
  331. Jean-Cosme Delaloye, « Le conseil de sécurité de l’ONU lance la traque de la famille Kadhafi », La Tribune de Genève, 28 février 2011
  332. source
  333. Misna, « ESECUZIONI SOMMARIE IN OSPEDALI TRIPOLI, LEGA DIRITTI UMANI A MISNA », 24 février 2011
  334. « Libye. Kadhafi visé par une enquête pour crimes contre l'humanité », letelegramme.com (consulté le 3 mars 2011)
  335. « Libye: mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité contre Kadhafi », sur Libération.fr,‎ 27 juin 2011
  336. ttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/27/97001-20110227FILWWW00040-libye-la-russie-condamne-la-repression.php
  337. http://www.france24.com/fr/20110318-abstention-revue-presse-libye-vote-onu-intervention-militaire-allemagne-chine-russie-inde
  338. Ria Novosti, « Libie: Moscou dénonce la violation des résolutions de l'ONU »,‎ 27 septembre 2011 éditeur =RIA NOVOSTI
  339. Anastasia Becchio, « La Russie refuse de reconnaître le CNT libyen comme unique représentant légitime », RFI,‎ 18 juillet 2011
  340. http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/21/01003-20110221ARTFIG00649-plusieurs-pays-condamnent-l-usage-de-la-force-en-libye.php
  341. Stéphane Lagarde, « La Chine derrière l'Afrique du Sud pour résoudre la crise libyenne »,‎ 22 juillet 2011éditeur= RFI
  342. « Le Hezbollah dénonce les massacres de Kadhafi », Iloubnan.info,‎ 21 février 2011 (consulté le 20 août 2011).
  343. « La Libye écartée de la ligue arabe », L'Express,‎ 22 février 2011 (consulté le 20 août 2011)
  344. M. Fassi Fihri : Le Maroc préoccupé par le recours à la violence contre les manifestants en Libye
  345. (en) Latest Updates on the Uprising in Libya By ROBERT MACKEY, New York Times, 23 février 2011, 9:11 am
  346. Son silence, alors qu'il s'était exprimé rapidement sur la situation au Bahreïn, le 18 février, lui est reproché par le New York Times, 23 février
  347. Libye: le Pérou, 1er pays à suspendre les relations, RTLinfo.be, 23 février 2011, 01h43
  348. RIA Novosti 23 février 2011
  349. (en) Nikolas Kozloff, « WikiLeaks Drags Libya and Venezuela Through the Mud », The Huffington Post,‎ 22 février 2011 (consulté le 25 février 2002)
  350. « Libye: Kadhafi confronté à une "guerre civile" (Chavez) », RIA Novosti,‎ 25 février 2011 (consulté le 25 février 2011)
  351. « Des mercenaires syriens pour l’aviation libyenne », 3 mars 2011,‎ 25 février 2011 (consulté le 3 mars 2011)
  352. Ignace Leverrier, « En Syrie aussi, la peur a commencé à changer de camp », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 62
  353. « Honte à Deby », Tchad actuel, 23 février 2011
  354. Pierre Prier, « La garde tchadienne au secours du colonel Kadhafi », Le Figaro, publié le 24 février 2011
  355. Elise Vincent, « Un million de personnes ont fui la Libye en 2011 », Le Monde, 21 juin 2011, p. 11
  356. L’évacuation des Européens de Libye, l’opération s’accélère, Bruxelles2, 22 février 2011
  357. Libye: la Russie entame l'évacuation de ses ressortissants, Rianovosti, 23 février 2011
  358. Libye: le russe Gazprom évacue son personnel, Rianovosti, 21 février 2011
  359. (en) Source
  360. Jean-Pierre Stroobants, « L’Union européenne prépare une mission humanitaire en Libye pour sauver Misrata », Le Monde, 10-11 février 2011, p. 6
  361. a et b Au large de la Libye, les navires de guerre convergent Bruxelles2, 23 février 2011
  362. « Des dizaines de milliers de personnes fuient la Libye », Le Parisien, 26 février 2011
  363. Stéphane Lagarde, « Mahmoud Jibril, no 2 de la rébellion, en visite à Pékin », Radio France internationale, publié le 21 juin 2011
  364. Ses intérêts sur place sont représentés désormais jusqu'à nouvel ordre par l'ambassade de la Russie
  365. (en) « Libye : le CICR lance un appel d’urgence à la suite de l’aggravation de la situation humanitaire », ICRC,‎ 25 février 2011
  366. Elizabeth Pineau, Laure Bretton et Yves Clarisse, « Paris lance une opération d'évacuation à la frontière libyenne », sur fr.reuters.com, Reuters,‎ 2 mars 2011 (consulté le 2 mars 2011)
  367. Jean-Dominique Merchet, « BPC Mistral en Tunisie : les marins payent les pots cassés des affaires étrangères » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Marianne, 8 mars 2011, sur marianne2.fr. Consulté le 8 mars 2011
  368. (en) « Libye : l'assistance médicale peine toujours à atteindre l'ouest du pays », ICRC,‎ 3 mars 2011
  369. Le Point, article du 7 avril 2011 : Les conditions d'un départ de Kadhafi au centre des débats
  370. Le Point, article du 11 avril 2011 : Les rebelles libyens posent leurs conditions pour un cessez-le-feu
  371. Le Point, article du 11 avril 2011 : Les rebelles libyens rejettent le cessez-le-feu proposé par l'Union africaine
  372. Le monde, le 23 février 2011
  373. Pétrole - Brent temps réel
  374. Reuteurs, « La production de pétrole libyen réduite de moitié », Investir.fr,‎ 28 février 2011 (consulté le 13 avril 2011)
  375. PÉTROLE/Le brut progresse, l'écart entre Brent et WTI à un niveau record
  376. L’Europe peine à remplacer le brut libyen
  377. Site du Parisien, 23 février 2011
  378. Le Figaro, 24 février, p. 7: les ministres de l'Intérieur de la zone Méditerranée demandent l'instauration d'un fonds européen de soutien.
  379. Le risque Al Qaïda existe-t-il en Libye? sur L'Express.fr
  380. Interview d'Yves Bonnet sur France Soir
  381. Des experts dénoncent la gestion du dossier libyen et les courants islamistes du CNT sur RFI
  382. « 5 questions sur la Libye par Pascal Boniface » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-27
  383. Hasni Abidi, Romain Brunet, « Les tribus, un élément central dans la construction de la nouvelle Libye », Regards citoyens -Le Monde-,‎ 25 août 2011 (consulté le 26 août 2011).
  384. Les pétroliers lorgnent déjà sur la nouvelle Libye
  385. « Libye : l'or noir moteur de la reconstruction », Euronews (consulté le 26 août 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]