Révolte des esclaves de New York de 1712

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Révolte des esclaves de New York de 1712 désigne le soulèvement de 23 esclaves afro-américains à New York au cours duquel neuf blancs ont été soit tués par arme à feu soit lynchés et six autres ont été blessés.

À New York, certains facteurs facilitaient la rébellion. Il y était plus facile pour les esclaves de planifier un complot que dans les plantations. Les noirs esclaves vivaient à proximité les uns des autres ce qui rendait la communication facile. Ils travaillaient souvent avec des noirs affranchis, une situation qui était impossible dans une plantation[1].

Les Noirs se sont retrouvés au milieu de la nuit du 6 avril 1712 et ont mis le feu à un bâtiment sur Maiden Lane, près de Broadway[2]. Alors que les colons blancs tentaient d'éteindre l'incendie, les afro-américains les attaquèrent avant de fuir.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Soixante-dix noirs ont été arrêtés et emprisonnés. Six se seraient suicidés. Vingt-sept ont été jugés et vingt et un d'entre eux condamnés à mort. Vingt ont été brulés vifs et un a été supplicié par la roue, une forme d'exécution qui n'était alors plus utilisé pour les blancs. Après la révolte, les lois régissant la vie des noirs à New York ont été rendues plus restrictives. Les Afro-Américains n'étaient plus autorisés à se rassembler dans des groupes de plus de trois, à porter des armes et le jeu a été également interdit. D'autres crimes, tels que des atteintes à la propriété, le viol, et la conspiration criminelle devenaient passibles de la peine de mort. Les noirs affranchis n'avaient plus le droit de posséder des terres. Les propriétaires d'esclaves qui décidaient d'affranchir leurs esclaves devaient désormais payer un impôt de 200 livres, soit une somme beaucoup plus importante que le prix d'un esclave.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]