Réveillon (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réveillon.
Réveillon
Image illustrative de l'article Réveillon (Orne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Mortagne-au-Perche
Maire
Mandat
Jean-Claude Mauny
2014-2020
Code postal 61400
Code commune 61348
Démographie
Gentilé Réveillonnais
Population
municipale
359 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 49″ N 0° 33′ 36″ E / 48.4802777778, 0.56 ()48° 28′ 49″ Nord 0° 33′ 36″ Est / 48.4802777778, 0.56 ()  
Altitude Min. 143 m – Max. 191 m
Superficie 11,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Réveillon

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Réveillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réveillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réveillon

Réveillon est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 359 habitants[Note 1] (les Réveillonnais[1]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Réveillon[2]
Saint-Langis-lès-Mortagne Mortagne-au-Perche Loisail
Saint-Langis-lès-Mortagne,
Saint-Denis-sur-Huisne
Réveillon[2] Courgeon
Saint-Denis-sur-Huisne Le Pin-la-Garenne Comblot

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Roland Lecamus    
mars 2001 mars 2014 Michel Lesueur SE Agriculteur
mars 2014[3] en cours Jean-Claude Mauny SE Pharmacien retraité


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 359 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Réveillon a compté jusqu'à 942 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
857 916 889 842 942 938 898 862 849
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
791 786 783 767 775 744 655 582 504
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
479 458 451 448 409 385 406 353 363
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
402 381 341 349 288 345 353 359 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Il existait un château à Réveillon au centre du village qui est visible sur de vieilles cartes postales. Le château primitif fut bâti au XIIe siècle, idéalement placé sur la route entre Mortagne et Bellême afin de surveiller la vallée de l'Huisne. Il fut remanié et reconstruit au XVIIIe siècle par René de Rouër, chevalier et marquis de Villeray. Ce château fut presque entièrement détruit dans les années 1960. Il ne subsiste qu'une partie de l'aile nord. Une partie des éléments détruits a été réutilisée dans plusieurs propriétés du centre-ville de Mortagne-au-Perche.

L'église fut construite à différentes époques, il reste quelques éléments romans. Le clocher habillé d'ardoises est typique des églises du Perche. Elle est consacrée à saint Martin mais on y trouve aussi la statue de saint Denis et de saint Roch. L'élément le plus curieux de l'édifice est sans doute sa cloche fondue en pleine Révolution au moment où au contraire on récupérait le bronze des cloches pour faire des canons. Elle semble avoir été consacrée par le curé de l'époque, Pierre Cyr Lemaire, prêtre jureur et donc fidèle à la Révolution. L'intérieur de l'église est d'une simplicité calme et reposante. Un beau retable du XVIIe siècle.

Le manoir des Rosiers, bâtisse du XVIe siècle, est inscrit aux Monuments historiques[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[7].
  1. « Ouest-france.fr - Mairie de Réveillon » (consulté le 25 février 2010)
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b « Réveillon (61400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. « Manoir des Rosiers », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Réveillon sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)