Résistance à l'insuline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On nomme résistance à l'insuline l'insensibilisation des récepteurs cellulaires membranaires à l'insuline.

Chez un sujet sain, lors d'un apport important de glucose dans la circulation sanguine, le pancréas sécrète de l'insuline qui se fixe sur ses récepteurs cellulaires et permet l'entrée du glucose dans les cellules (pour y être métabolisé en énergie). Cela permet une stabilisation de la glycémie.

Chez un sujet obèse (par exemple), on observe une période d'insulino-résistance : le pancréas continue à sécréter de l'insuline mais celle-ci ne fait plus autant d'effet sur ces récepteurs, c'est le phénomène d'insensibilisation. De ce fait, malgré l'insuline, le glucose ne pénètre plus autant dans les cellules, qui deviennent de ce fait sous-alimentées. Par ailleurs, il s'accumule dans la circulation sanguine et lymphatique, d'où augmentation de la glycémie. Cette augmentation stimule à son tour une hypersécrétion de l'insuline du pancréas.

Au bout d'un certain nombre d'années, les cellules pancréatiques s'épuisent. Une intolérance au glucose se manifeste, puis un diabète de type 2 se met en place.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement principal consiste en la pratique d'une activité physique[1] et la perte de poids[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mackenzie R, Maxwell N, Castle P, Elliott B, Brickley G, Watt P. « Intermittent exercise with and without hypoxia improves insulin sensitivity in individuals with type 2 diabetes » J Clin Endocrinol Metab. 2012;97(4):E546-55. PMID 22278428 DOI:10.1210/jc.2011-2829
  2. (en) Mason C, Foster-Schubert KE, Imayama I, Kong A, Xiao L, Bain C, Campbell KL, Wang CY, Duggan CR, Ulrich CM, Alfano CM, Blackburn GL, McTiernan A. « Dietary weight loss and exercise effects on insulin resistance in postmenopausal women » Am J Prev Med. 2011;41(4):366-75. PMID 21961463 DOI:10.1016/j.amepre.2011.06.042